L’hêtre à Elise

C’est un arbre tendre. Tendre par sa couleur, par sa légèreté. Il n’y a rien de blessant dans le hêtre. Rien que de doux et d’accueillant. C’est un arbre fait pour le bonheur.

hetre-adulte-059-jpg.jpgAu printemps, il semble d’abord un peu frileux, mais aux premières douceurs il s’ouvre comme une main.


En été, il aime sentir l’odeur des hautes herbes et des prairies fleuries. Les insectes bourdonnants lui font un chant paisible, et la danse des papillons lui tourne la tête. Après les foins il se prépare aux moissons, quand les rivières dorées ondulent sous le vent de juillet. Le busard prend ses ascendances au-dessus des épis chauffés de soleil.


L’automne le surprend, mais nous n’y sommes pas: restons en été.


Elise. Cela commence par un jeu de mot. Elise aime jouer. Elle est bonne joueuse, disponible et loyale. De ce jeu de mot, l’hêtre à Elise, rien d’autre ne vient d’abord. Quatre mois passent. Et puis il revient, au détour d’une conversation si agréable - comme toujours - avec elle. Et alors je parle à nouveau du hêtre, ici, dans ce billet.  Et je découvre les résonances entre ce que j’écris de l’arbre et ce que je perçois d’Elise.
hetre-Vieux-.jpg
Ce sourire bienveillant, ces cheveux comme une brassée d’herbes attachées, cette facilité à être, être là, simplement. Un regard, une parole, et tout se pose avec une tranquille évidence. C’est Elise. Elle n’a besoin que d’une chose: être comme elle est. Etre là.


Alors, à défaut d’aller manger une pizza sur une terrasse d’un printemps enfin propice, j’imagine pour elle ce hêtre. Jeune hêtre vibrant, vieux hêtre accueillant, c’est l’être.

- Ah! Elise, vous prendre par la main et vous emmener écouter le chant fou des merles, assis sous le hêtre, vers 6 heures du matin…


Une musique pour terminer. Pas Beethoven.


Catégories : Poésie 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Tant de douceur, de tendresse et de poésie font un bien fou, merci.

  • Merci Colette. C'est aussi une part de moi, à laquelle je me ressource, et que certains moments, paysages ou personnes activent.

    Votre commentaire me touche. Je découvre du coup votre blog. Et oui, je ne l'avais pas encore exploré ni même découvert. Côté poésie vous n'êtes pas en reste. Je prendrai le temps de vous lire.

  • J'attendais la plume riante et chaleureuse d'Elsa. Je découvre celle douce et sensuelle d'Elise

    Merci pour ces moments ☺

  • Que ce soit la "Lettre à Élise" ou "L'hêtre à Élise", peu importe pourvu que cela nous change de la crise financière, de celle de l'euro et des soucis quotidiens ...

    Merci pour ce superbe moment de sérénité !

  • - Au printemps, il semble d’abord un peu frileux, mais aux premières douceurs il s’ouvre comme une main - et déclare solennellement : "Hêtre ou pas hêtre vous allez voir de quel bois je chauffe ma future élyséenne" !

    Excusez-moi Hommelibre, c'est juste pour troubler ta belle âme de poète !

    C'est bon, je me casse, je rentre dans mon bocal… parce quand le hareng sort...

  • ⎝⁀‿⁀⎠

    Olga, la suite arrive bientôt.

  • Vous avez bien fait de mettre en stand by la suite car une aussi belle journée méritait d'être savourée.

    Au plaisir de vous lire ☺

Les commentaires sont fermés.