Santé et maladie: ce que dit le corps (2)

Dans mon premier billet sur ce thème je développais l’idée que le corps signale ses dysfonctionnements et déséquilibres par une crise, que l’on nomme de manière générale une maladie.

La maladie est non seulement le signal d’un dysfonctionnement mais également une tentative de le résoudre: l’état de crise mobilise les ressources pour retrouver le chemin de son homéostasie, son auto-régulation.

tête.jpgLa maladie peut-elle dire plus? Peut-elle avoir un sens plus précis, exprimant quelque chose de l’ordre d’une attitude mentale ou d’une émotion? Dans la conception globale de la santé soutenue par les médecines dites douces, il n’y a aucune raison de penser que l’être humain n’est  qu’un assemblage de pièces séparées indépendantes les unes des autres. Le paradigme fondateur est qu’il est un ensemble psycho-physique.

Toutefois les liens sont d’une part difficiles à identifier, d’autre part aléatoires à prouver objectivement ou scientifiquement.

Il existe plusieurs manières d’aborder les liens entre le corps et le vécu intérieur.

L’un d’eux est le symbolisme général du corps humain, qui procède entre autre par analogie. Par exemple, l’ossature représente le solide, le minéral, et par analogie la relation au sol solide, à l’élément Terre, à la notion de stabilité, d’ancrage. Un pathologie osseuse pourrait être liée à une perte ou un excès de Terre - de solidité et d’ancrage.

Certaines grilles de lecture associent certains organes précisément avec des émotions. Le foie est le siège de la colère en médecine chinoise, ou de la tristesse (qui est une colère inversée et avortée). Le pancréas peut être associé au sentiment d’abandon (abandonner ou être abandonné) ou de sentiment de perte de valeur, de projections négatives venues de l’extérieur ou de l’intérieur. Le coeur est l’énergie de la mise en mouvement, et de l’écartement des barreaux de la cage thoracique - coeur libérateur.
coeur-BreveVieAvril.jpg
Selon la grille de lecture tantrique des chakras, un mal de gorge - angine, laryngite par exemple - peut être associé à une difficulté d’expression, de mise en mot, ou  un manque de la force pour dire, ou à des choses avalées contre son gré.

Il faut garder de la prudence avec ces approches et ne pas en faire d’emblée des certitudes. Une vérification s’impose dans tous les cas. On ne peut prendre ces indications comme des vérités mais comme des hypothèses de travail.

Il existe aussi des livres qui donnent un sens précis à chaque maladie, chaque organe, chaque lieu du corps. On peut aussi en faire une hypothèse. Mais cela sort souvent de l’esprit d’une seule personne; pour ma part j’attends des vérifications à large échelle pour valider ces pistes.

pieds2.jpgLa podomorphologie - ou lecture des pieds - offre des signes utiles pour comprendre une dynamique de la personnalité et comment fonctionne l'individu qui porte une maladie.

J’affectionne aussi l’approche Gestalt, qui est une technique particulière pour donner des mots au corps, les mots propres du patient et non ceux du thérapeute. Dans la pratique Gestalt le patient trouve le sens que sa maladie a pour lui personnellement. Le thérapeute n’est qu’un accompagnant qui sait faire «accoucher» le patient, mais qui en aucun cas ne parle en son nom ou ne lui donne une explication qui ne serait pas validée de l’intérieur par le patient lui-même.

Parfois, je fais l’inverse: je fais de multiples propositions, parfois contradictoires. Le patient - ou le client en coaching - est alors amené à revenir à lui, à trouver en lui-même le sens juste de ce qu’il vit.

Dans tous les cas et quelle que soit l’approche utilisée, le ressenti du patient et le sentiment de cohérence profonde qui s’installe sur une certaine durée sont nécessaires pour valider le sens que la maladie a pour le patient. 

Mais cela, c’est une autre histoire, car l’étape que je viens de décrire n’est pas en elle-même un aboutissement mais la première étape d’un processus.




PS: Pour l’otage suisse en Libye, le processus est confus: la technique de Kadhafi est de jouer l’extrême provocation. Il ne faut donc jamais le croire, ne par réagir à lui, et revenir à soi pour sentir ce qui est juste.

desert-04.jpg

Catégories : Santé 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Merci pour l'article c'est intéressant.

Les commentaires sont fermés.