J-7: mercredi prochain, émission-choc sur France 2

Peut-être avez-vous déjà vu la bande-annonce de l’émission Zone Xtrême du mercredi 17 mars. Pour qui ne connaît pas encore l’expérience qui va être présentée, préparez-vous au choc.

zone-xtreme-choc.jpgFrance 2 reprend l’expérience faite dans les années 60 dite de Milgram. Pour faire simple: un acteur est attaché à un fauteuil. Des électrodes sont collés à lui. Un étudiant, sous l’autorité d’un chef de recherche, doit envoyer une impulsion électrique à chaque fois que l’acteur répond faux ou ne veut pas répondre. L’étudiant ne sait pas que c’est un acteur et qu’il n’y a pas de courant. Tant que l’autorité lui ordonne d’augmenter l’impulsion, l’étudiant obéit. Jusqu’à des décharges potentiellement mortelle dans l’expérience initiale.

Le film «I comme Icare» d’Henri Verneuil, avec Yves Montand, avait repris cette expérience.

Celle qui sera présentée le 17 mars sur France 2 montre que 81% des français sont capables de torturer si on leur en donne l’ordre…

Critiquée par certains pour le côté sensationnel, cette émission me paraît au contraire très nécessaire. L’expérience montre que la soumission à l’autorité détruit l'éthique personnelle. L’autorité ne tire son pouvoir que de cette soumission.
zone-xtreme-12348.jpg
On comprend mieux l’adhésion de tout un peuple à ses chefs comme dans l’Allemagne nazie.

Mais on doit aussi comprendre le sens profond de la révolte anti-autoritaire des années 1950 à 1980. On doit comprendre que l’autorité sous ses anciennes formes doit être questionnées, revue de fond en comble, si l’on veut un monde d’hommes et de femmes libres, responsables, conscients et respectueux.

On doit aussi comprendre ce nécessaire individualisme qui nous fait décider en notre âme et conscience, hors de toute pression, menace ou récompense, de la justesse de nos actions et de notre éthique.

La réforme profonde de l’autorité est un des chemin principaux pour changer ce qu’il y a de désespérant chez l’humain: la soumission et la capacité à torturer et à tuer sans autre raison que d’obéir aveuglément.

Mercredi 17 mars (et suite le jeudi 18) sur France 2.

 

La Zone Xtrême (Vidéo)


L’extrait de I comme Icare:




Salutations à Max Göldi, prisonnier politique suisse en Libye.

desert016.jpg

Catégories : société 10 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Ne pensez-vous pas que l'appât du gain (c'est un million d'euros la secousse présentée comme mortelle de 480v) joue un rôle dans l'empressement des candidats à se soumettre à l'autorité (représentée par une animatrice TV)...? Cette émission est sauf erreur basée sur une critique de la télé-réalité.
    Davantage qu'une critique de l'obéissance à l'autorité, ce test livre plutôt la preuve que des personnes ordinaires sont prêtes à prendre le risque de tuer quelqu'un pour un million d'euros. Les candidats auraient-ils si facilement "obéi à l'autorité" s'il n'y avait pas eu un million d'euros à gagner? Je pense qu'on obéit toujours aussi aveuglément. Mais à d'autres idoles que celles d'autrefois. Et le problème vient du fait qu'on ne se méfie que des idoles déchues.

  • Raphaël,

    Dans l'expérience des années 60, ce n'était pas l'appât du gain mais l'importance de la recherche et l'autorité du responsable de l'expérience. Le fait d'obéir à une autorité et d'être prêt à torturer parce que quelque part cette autorité nous dédouane de tout questionnement éthique revient au même à mon avis, quelle que soit la motivation.

    Une autorité sage, bienveillante, avec une réelle dimension spirituelle qui considère que la conscience éthique individuelle vaut de l'or là où l'obéissance ne vaut que du plomb, une réelle autorité donc souhaitera que son élève réalise son indépendance d'esprit et d'émotion et agisse selon sa conscience éthique, pas selon son obéissance aveugle. Le vrai maître ne veut aucun pouvoir sur son élève.

    Aucune autorité réelle ne peut souhaiter l'aliénation de l'humain. Mais on a tellement l'habitude d'autorités abusives, dévoyées, que cela paraît normal de faire ce qu'on nous dit sans réfléchir. Que l'autorité soit financière, religieuse, scientifique,ou autre, toute demande d'obéissance aveugle est une anomalie, peut-être une névrose majeure.

  • Je suis d'accord avec vous. C'est peut-être la phrase "l'autorité sous ses anciennes formes doit être questionnée" qui m'a donné l'impression que vous limitiez les influences néfastes aux rapports d'autorité qui avaient cours autrefois (et qui sont difficilement imaginables dans la société d'aujourd'hui). Il faut aussi questionner l'autorité sous ses nouvelles formes, qui, elle, n'est pas encore unanimement condamnnée mais est au contraire considérée comme libératrice (empire de l'argent, primauté de l'intérêt personnel).
    Dans nos condamnations de la violence, on a toujours tendance à mettre la violence sur le compte d'idoles déchues (celles à qui on a sacrifié du monde autrefois, mais dont les autels sont aujourd'hui renversés). C'est pour cela que les idoles actuelles (celles auxquelles on sacrifie du monde aujourd'hui encore) ont la tâche si facile: toute notre vigilance se focalise sur des idoles qui n'existent plus. C'est, à mon avis, le coeur du "politiquement correct" - j'écris une théorie là-dessus. Je vous l'enverrai.

  • Raphaël, en effet nous sommes d'accord sur ce point et quand j'écrivais les "anciennes" autorité, je réalise que j'aurais dû préciser: anciennes dans leur forme, dans leur application, dans une forme explicite ou non de domination. L'ancienneté concerne donc non l'âge mais l'esprit de ces autorités.

    Je me réjouis de vous lire. Bien à vous.

  • "Celle qui sera présentée le 17 mars sur France 2 montre que 81% des français sont capables de torturer si on leur en donne l’ordre…"

    Rhooooo... c'est vraiment le bad :/ me réjouis de voir l'émission!

  • Boo, j'espère que vous ne dépècerez pas votre chouchou pendant l'émission...

    ⎿⎊⏅⎊⏋.....

  • Bonjour HL,
    A lire un article du Temps d'aujourd'hui, il ne semble pas y avoir de gain en argent dans le jeu. Un autre compte rendu que j'ai lu avant-hier mentionnait les cris de l'animatrice ("Un million d'euros!") et de la foule ("la fortune! la fortune!"). Il sera intéressant de voir si et comment l'élément financier est intégré dans le jeu. Ce documentaire nous promet de magnifiques conclusions girardiennes.

  • Bonjour Raphaël, En effet et sous cet angle girardien l'émission prendra un relief singulier: le bouc émissaire, l'adhésion du "bourreau" à un clan d'occasion pour expurger le mauvais élément, bref de quoi se régaler...

  • La soumission et la cupidité pousserait l'être humain à tuer plus facilement sont prochain ... c'est bizarre, j'ai l'impression que nous le savions déjà tous ... malheureusement.

  • "Boo, j'espère que vous ne dépècerez pas votre chouchou pendant l'émission..."

    Ahahahahahaahahahahaha... non non je ferais un effort... promis ;)

Les commentaires sont fermés.