Guerre sainte contre la Suisse: Kadhafi aux abois?

La nouvelle est confirmée par plusieurs agences de presse et médias européens: le colonel Kadhafi appelle à la guerre sainte contre la Suisse, en des termes particulièrement violents. Après l’encerclement de l’ambassade à Tripoli et les menaces d'assaut, ce nouvel épisode doit bien être considéré comme une déclaration de guerre - la guerre sainte n’étant dans l’esprit pas différente de la guerre classique. Il s’agit d’éliminer un ennemi par tous les moyens.

kadhafi4.jpg"C'est contre la Suisse mécréante et apostate qui détruit les maisons d'Allah que le jihad doit être proclamé par tous les moyens".

"Le jihad contre la Suisse, contre le sionisme, contre l'agression étrangère (...) n'est pas du terrorisme". "Tout musulman partout dans le monde qui traite avec la Suisse est un infidèle... [et est] contre l'islam, contre Mahomet, contre Dieu, contre le Coran."


Kadhafi s’en prend à la Suisse suite au vote sur l’interdiction des minarets. Pour mémoire, il ne s’agit pourtant pas d’interdire ou de détruire les maisons d’Allah (les mosquées). Kadhafi montre là sa mauvaise foi et sa manipulation de l’information. Il faut noter que jamais la presse européenne n’a autant parlé des otages suisses qu’aujourd’hui, en liant ouvertement les deux affaires! Merci Kadhafi de nous faire autant de pub.

Mais de quelle logique peut bien relever cette déclaration de guerre? J’imagine que nombre de commentateurs politiques feront une analyse pointue. Pour ma part j’y vois 3 raisons.

1. L’affaire des otages suisses a pris des proportions qui ont dépassé les responsables libyens. Le refus de visas européens à l’égard de nombre de ressortissants libyens a des effets néfastes sur les relations commerciales du pays avec l’Europe, et ces effets touchent les intérêts libyens.

2. Kadhafi n’a pas supporté que l’Europe affiche une solidarité de circonstance avec la Suisse, cette Suisse qu’il proposait il y a quelques mois de démanteler. La solidarité européenne renforce la position helvétique. L’Italie elle-même, alliée de Tripoli, a demandé il y a quelques jours que l’affaire des otages trouve une fin rapide. C’est un camouflet pour le kolonel. Je  note au sujet de la solidarité de l’Europe avec la Suisse le billet de Pascal Holenweg qui se demande à juste titre jusqu’à quand la Suisse pourra faire bande à part.
kadhafi2.jpg
3. Les proportions déraisonnables prises par cette affaire et l’image négative de la Libye à l’étranger ont plus affaibli Kadhafi qu’on ne l’imagine à l’intérieur du pays. Il est peut-être désavoué par d’autres instances de pouvoir. Cet appel au jihad serait alors une fuite en avant et une régression de l’image de la Libye au plan international. En appelant au jihad il en appelle à tous les musulmans, à la rue, et cherche ainsi leur protection au cas où une épreuve de force interne serait sur le point de se déclencher. N’oublions pas que le klan Kadhafi est minoritaire dans la société libyenne.

Tout cela n’est que spéculation, bien sûr. L'affaire se résume peut-être à la psychologie pour le moins particulière du kolonel. Car même si l’on admet que l’arrestation de son fils et la publication idiote de ses photos d’identité judiciaire l’aient humilié, on sort ici du cadre d’une vendetta. Le jihad est un appel international d’une extrême gravité. Le recours au Coran qui punit de mort les apostats également.

Comme il a peu de chance d’être suivi - les pays africains et musulmans ne cachant pas un regard assez critique à son égard - on peut penser que cet appel sert surtout en politique intérieure. Il doit occuper la scène et reprendre la main. L’hypothèse d’un Kadhafi affaibli n’est peut-être pas si déraisonnable. Et s’il s’agit bien d’une fuite en avant, sa fin n’est peut-être plus très éloignée.

885030355.jpgIl se peut aussi, à voir les photos récentes, qu’il soit atteint par la maladie et ne dispose plus de toute sa lucidité. De plus il vient d’être remplacé à la tête de l’OUA après avoir fait des pieds et des mains (et du porte-feuille) pour rester en place. Le «guide» ne fait visiblement pas l’unanimité et a reçu un camouglet supplémentaire.

Si tout cela n'était que gesticulation de façade il devra donner des gages d’apaisement vis-à-vis de ses détracteurs en Libye, et cela pourrait servir Max Göldi, en prison et otage depuis 19 mois. Max Göldi au sujet de qui Walter Schlechten se demande avec à propos s’il est prisonnier politique ou de guerre.

En attendant, comme pour tout dictateur, ses propos ne sont pas dénués de danger. Il peut susciter des vocations terroristes contre la Suisse ou contre ses intérêts à l’étranger. Car il a ouvert grande la porte au terrorisme et l’a légitimé par anticipation en précisant que "Le jihad contre la Suisse (...) n'est pas du terrorisme".

Pour qui ne s’en seraient pas douté, Kadhafi reste Kadhafi, et le recours à la haine et au terrorisme reste son fond de commerce. Si la Libye veut vraiment poursuivre sur le chemin d’une respectabilité internationale retrouvée, il est maintenant temps qu’elle se débarrasse de lui.

Catégories : Politique 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour Hommelibre! Après en avoir appelé au démantèlement de la Suisse (le 8 juillet au G 8 et le 6 septembre à l'ONU), il lance le djihad contre notre pays. Où va-t-il s'arrêter dans ses gesticulations ridicules? Il y a toutefois un élément qui a échappé à tous les commentaires de ces derniers mois: aucun des pays membres de l'ONU n'a eu le courage de lui faire barrage pour l'accès à la présidence. Cette question reste mystérieusement sans réponse ...

    La fermeté devrait être de rigueur dans toutes les tractations avec ce bonhomme malfaisant et complètement cinglé, à qui on attribue trop de pouvoir. Son côté vengeur - pour des mauvaises raisons - le discrédite une fois de plus.

  • Bonjour Homme Libre !

    Dans une dépêche qui vient d'être diffusée sur le site Romandie.com/news, le Directeur général de l'ONU à Genève, condamne cet appel au jihad du dictateur :

    GENÈVE - Les appels à la guerre sainte par un chef d'Etat sont "inadmissibles", a estimé vendredi le directeur général des Nations Unies à Genève, Serguei Ordzhonikidze, après que le numéro un libyen Mouammar Kadhafi eut déclaré le "jihad" contre la Suisse.

    (©AFP / 26 février 2010 11h04)

    Forte de cet appel à la guerre sainte et de la déclaration du Directeur général de l'ONU Genève, la Suisse devrait porter cette nouvelle dérive de Kadhafi devant l'ONU. Le fera-t-elle ? Rien n'est moins sûr, car fidèle à sa ligne de conduite, la Suisse prône l'apaisement afin de faire libérer l'otage Max Göldi dans les plus brefs délais. Est-ce la bonne tactique ?

    L'appel à la guerre sainte de Kadhafi contre la Suisse est inadmissible, mais les propos - ou plutôt les éructations - de l'autocrate de Tripoli sont à mettre en perspective avec son image internationale. Une image tellement écornée et souillée par son parcours, que l'homme devient insignifiant :

    " Tout ce qui est excessif est insignifiant " propos de Talleyrand.

    Cordialement !

  • Il en fait et dit trop ce Monsieur Kadhafi
    Qu'il s'explique avec la police de Genève, Berne leur avait dit de laisser le fils tranquille, leur excès de zèle est responsable de cette situation. Et maintenant c'est la Suisse qui trinque !.

  • Que dire du décès de Bernard Lempert et Arbre au Milieu????

  • Kadhafi dit: "tout musulman qui traite avec la Suisse est un infidèle et est contre l'islam, contre Mahomet. contre Dieu, contre le Coran".

    Est-ce aussi valable pour les musulmans qui habitent la Suisse, qui viennent en vacances en Suisse? Sont-ils des infidèles?

    Ainsi la famille Kadhafi ne descendra plus dans les hôtels suisses, ne prendra plus de vacances dans ce pays, car elle tomberait sous le coup des sanctions dites par leur chef. Intéressant.

Les commentaires sont fermés.