15 murs en place dans le monde, 4 en préparation


La chute du mur de Berlin est un symbole, il a été une sorte de catharsis mondiale. Les enjeux planétaires ont donné cette force à ce symbole. Mais le travail est loin d’être fini. Il y a d’autres murs un peu partout.

Le quotidien Libération d'hier fait le tour - si j’ose dire - des murs en place ou prévus sur diverses frontières. En voici la liste:

- Afrique du Sud - Zimbabwe: barrière électrifiée

- Arabie Saoudite - Yémen: béton (bientôt une suite à la frontière avec l’Irak)

- Inde - Pakistan, Inde - Inde - Birmanie, Inde - Bangladesh: barrières

Turkménistan.jpg- Ouzbékistan - Kirghizistan, Ouzbékistan - Afghanistan: clôture

- Turkménistan - Ouzbékistan: clôture (image Sylvie Lasserre)

- Botswana - Zimbabwe: clôture électrifiée

- Thaïlande - Malaisie: mur de béton-acier

- Israel - Palestine: mur de béton

- Iran - Pakistan: béton

- Bruneï - Limbang: idem

- Chine - Corée du Nord: en construction

mexique2.jpg- Etats-Unis - Mexique: mur

- Enclave espagnole - Maroc: triple enceinte

- Maroc - Sahara occidental: tranchée

- Brésil - Paraguay: en projet

- Israël - Egypte: en projet

- Emirats Arabes Unis - Oman: prévu

- Koweit - Irak: clôture, mur prévue

- En Irlande, à Belfast, le mur de démarcation entre les communautés est toujours en place

Ces murs ont différentes fonctions: protection contre les attentats; contre l’immigration illégale; contre les pauvres en recherche de travail; contre des modèles politiques différents; contre les mélanges ethniques; contre le trafic d’arme et de drogue; contre les importations illégales.

Les murs ont toujours existé. Les villes fortifiées, la muraille de Chine, jusqu’aux murs séparant les parcelles agricoles: les murs séparent, définissent des territoires et les protègent.

Selon Élisabeth Vallet, journaliste au Devoir:

«Tandis que l'enthousiasme apparue à la fin des années 1980 s'érode au fil de la décennie qui suit, les événements de 2001 marquent une césure. Le virage sécuritaire qui en découle entraîne dans son sillage la construction (ou la relance) de 24 murs en Asie centrale, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne.

Ainsi, si tous les projets en cours devaient aboutir, ce sont près de 26 000 kilomètres de barrières qui définiraient désormais des limites entre États, soit l'équivalent d'un aller-retour entre Montréal et l'Australie.

La mondialisation a donc atteint ses limites, le discours d'un monde sans frontière demeurant limité à quelques ensembles économiques comme l'Union européenne et, dans une moindre mesure, l'ALENA (qui n'a pas l'équivalent d'un espace Schengen).»


Lire aussi: «Nouveaux murs dans un monde sans frontières ?», du journaliste Michel Agier.


murdesJtaim_w.jpgIl existe aussi, à Paris, sur la butte Montmartre, un mur des «je t’aime».

«Frédéric Baron a recueilli les écritures du mot "Je t'aime" dans 311 langues et dialectes du monde entier. Il a demandé à la calligraphe Claire Kito de rassembler toutes ces écritures sur un seul mur.»

 

 

 

PS: Quand aux otages suisses en Libye, ils ont retrouvé les murs de l'ambassade. Mais ils sont toujours en Libye.

desert-mur-atlas-tineghir-.jpg

Catégories : Politique 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • de quoi devenir murs...

  • Bonjour Aline,

    En effet. Votre visite matinale m'a rebranché sur votre blog, que je n'avais pas visité depuis un moment. Toujours autant de plaisir à regarder vos toiles, et à en recevoir une belle bouffée d'énergie. La toile en page d'accueil, étonnant mélange d'expression débordante et de structure stricte. Enfin, c'est comme cela que je le vois, mais je ne suis pas spécialiste.

    Pour ceux qui n'ont pas encore visité la "galerie" internet d'Aline Rohrbach, cliquer sur son pseudo ou ici:

    http://www.aline-rohrbach.com/

    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.