Niiu: un quotidien à la carte livré à domicile

Berlin innove. Deux jeunes allemands, Wanja Oberhof, 23 ans, et Hendrik Tiedemann, 27 ans, lancent un nouveau concept de quotidien, du nom de Niiu - ce qui ne signifie rien de particulier, comme Google.

presse.jpgLes abonnés peuvent créer leur propre quotidien personnalisé en choisissant parmi de nombreux autres journaux les articles qui les intéressent. Chacun décide du contenu de ses 24 pages: économie, sport, faits divers, culture, jeux, etc. Il suffit de mentionner la référence de l’article et du journal choisi, l’éditeur fait le reste.

«Sur le site internet niiu.de, l’abonné sélectionne des rubriques ou pages issues de quelques 500 partenaires, dont les New York Times, Herald Tribune, Handelsblatt, Tagesspiegel, Frankfurter Rundschau, Bild... ou d'information spécialisée comme Kicker.de (football).

Les annonceurs y trouveront leur compte "parce qu'ils pourront faire de la publicité extrêmement ciblée et toucher des clients précis".»

Créant son journal avant 14h, l’abonné reçoit cet exemplaire unique destiné à lui seul le lendemain à domicile. Il y aura autant de versions que d’abonnés! Les possibilités étant quasi llimitées, il n'y aura pas deux numéros semblables.

Mais pourquoi créer un journal papier alors que l’internaute peut visualiser les pages choisies sur son ordinateur?

«Selon les créateurs, nombre de jeunes sont fatigués de s'informer via des ordinateurs et sont prêts à payer pour le journal de leur goût: "le feedback, c'est que le papier reste ce qu'il y a de plus agréable à lire".»

Une idée d’avenir pour la presse? Possible mais probablement marginale. Car les articles étant repris d’autres médias papiers, ceux-ci doivent exister, payer des journalistes, et donc avoir des ressources qui leur soient propres: vente au numéro, abonnement, publicité. La publicité, en particulier, serait perdue pour chaque média spécifique et n’irait que vers le Niiu si justement les médias spécifiques n’avaient plus de lectorat propre. De plus il serait aléatoire de payer l’auteur d’un article sans savoir si cet article sera ensuite sélectionné par les internautes.

Le challenge tiendra-t-il et ce quotidien à la carte se développera-t-il?

A suivre.


PS: Les otages en Libye créent aussi chaque jour leur propre vie au quotidien, et lisent les nouvelles dans les grains de sable. 15 mois de rétention pour une question de visa...

désert-sable1.jpg

Catégories : société 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.