L’origine du réchauffement climatique discutée

Le questionnement sur l’origine du réchauffement n’est pas nouveau. Il me paraît toutefois utile de continuer le débat sur cette question, d’autant plus que l’on admet de plus en plus que ce réchauffement aurait une origine essentiellement humaine.

Les rapports du GIEC, qui font actuellement référence en matière de conférences internationales et de décisions gouvernementales, affirment que l’intervention humaine est décisive dans le réchauffement.

Or divers scientifiques ont analysé ces rapports, et surtout ont analysé les données utilisées par le GIEC. Ils ont également analysé les variations de températures à l’échelle planétaire depuis 1‘000 ans et depuis plusieurs centaines de milliers d’années. Les moyens d’analyse sont détaillés dans le document vidéo ci-dessous, et des tableaux sont proposés pour bien comprendre l’exposé et les arguments.

Courtillot1.jpgPas de complot, pas d’opposition pour faire du sensationnel dans cette contestation de la thèse officielle du GIEC. Vincent Courtillot n’est pas un fantaisiste animé d’intentions obscures. Sa démonstration est au contraire claire et argumentée. A tout le moins, il fait débat.

L’image 1 (cliquer pour agrandir) montre la réalité du réchauffement. Entre 1900 et 1980 environ, les variations se succèdent, et la ligne moyenne est plate. Autour de 1987 la montée est brusque en deux ans. Une montée si brusque et non progressive (l’accumulation de C02 a été elle progressive) est difficile à expliquer par le seul C02.

D’autres tableaux montrent une moyenne des températures différente selon les régions du globe; en particulier les années 1930 ont été aux Etats-Unis les plus chaudes du siècle, et dans une mesure à peine moindre en Europe également. De plus l’optimum climatique médiéval, période chaude qui a duré deux siècles vers l’an 1‘000, semble avoir été plus chaud que l’actuel réchauffement.

L’image 2 montre les variations climatiques sur 400‘000 ans. Le rythme des Courtillot2.jpgvariations est régulier. Le Professeur Courtillot met ces variations en partie sur les variations de l’orbite terrestre, calculée, et sur les variations de l’axe de la Terre, phénomène bien connu et mesuré.

De nombreux autres points et paramètres sont analysés dans cet exposé, un peu long mais instructif.

Le GIEC est certes formé de 600 scientifiques. Mais ceux-ci n’analysent pas toutes les données, comme le montre le Prof. Courtillot. De plus on sait que certaines de leurs conclusions sont assez vagues, comme pour l’élévation possible des océans, qui varie d’un coefficient de 1 à 5 environ.

Il est également à noter qu’un des chantres du réchauffement climatique, Al Gore, auteur de la «Vérité qui dérange», a été critiqué pour son implication personnelle dans le business du C02, laissant entrevoir de possibles collusions d’intérêts.

En conclusion, les scientifiques qui mettent en cause les thèses officielles ne nient pas le réchauffement, mais estiment qu’il peut y avoir d’autres causes qu’une cause humaine prédominante. Ces scientifiques contestataires sont nombreux à travers le monde et pas des moindres. Vincent Courtillot par exemple, né en 1948, professeur de géophysique à l'université Denis-Diderot, est diplômé de l'Ecole des Mines de Paris et des universités de Stanford, Paris 6 et Paris 7. Il a enseigné à Stanford, Santa Barbara et au CalTech. Il a été directeur de la recherche et des études doctorales, président   de l’European Union of Geosciences, conseiller spécial du Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie puis directeur de la recherche du Ministère. Depuis 2002 il préside le conseil scientifique de la Ville de Paris.

Il y aussi été critiqué pour un document dont les données n’étaient pas complètes. On lui a aussi reproché de ne vouloir tenir compte que de l’activité solaire pour expliquer le réchauffement, ce qui est inexact comme le montre la vidéo. Les éléments qu’il propose à l’appui de son exposé semblent bien mériter un débat.

La vidéo ci-dessous est tirée de l’intéressant blog de Criticus - Romain Bernard.



PS: Les otages suisses en Libye, retenus contre leur gré depuis bientôt 15 mois, sont malgré eux les thermomètres de l'évolution du climat politique entre la Suisse et le pays de Kadhafi.

tripoli3.jpg

Catégories : société 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • J'ai déjà vu cette conférence il y a quelques jours. Il est vrai que je suis déjà convaincu que les données du GIEC sont assez fragiles et je suis donc bon public. Mais je trouve en tout cas que M. Courtillot est un orateur passionnant et je trouve ses démonstrations très convaincantes. Et il n'est pas non plus un opposant farouche au réchauffement. Il dit seulement que les données réelles et non manipulées ne permettent pas d'arriver à des conclusions aussi catégoriques que celles tirées par le GIEC. Et je suis à 100% d'accord avec lui.

  • J'ai pu voir cette conférence sur le site www.pensee-unique.fr.
    Je trouve que le tapage médiatique sur le rechauffement devient de plus en plus ridicule et avec un fond qui ressemble à : comment taxer le plus d'argent sans que personne ne se révolte car on le culpabilise.
    Les mesures montrent un refroidissement (arctique fond de moins en moins et antarctique viens d'établir le record de glace depuis l'existence des satellites .. mais pas un mot dans la presse ni autre média)... et plein d'autres signes (refroidissement des océans, soleil sans taches depuis 3 ans...).
    Le rechauffement n'est pas si dangereux par rapport à un refroidissement, en effet aujourd'hui il faut nourrir 8 milliards de bipèdes, ce qui était loin d'être le cas lors du dernier petit age glaciaire. Alors les politiciens ... où est le plan B qui concerne un eventuel age glaciaire ?

  • Le réchauffement due à l'homme est établi à partir de modèles informatiques.Ce n'est que de la théorie.L'histoire industriel est unique,il n'y a jamais eu de précédant pour démontrer la validité du GIEC que l'homme est responsable.

    D.J

  • La disparition de l'Atlantide est due aussi à l'homme? Les tremblements de terre? la disparition des dinosaures? Etc.. etc...

  • Je suis tout à fait d'accord avec Vincent Courtillot. Il existe une vaste supercherie avec cette histoire. En attendant on n'oublie pas de nous mettre des taxes carbone.

  • Entièrement d'accord avec les commentaires ci-dessus: depuis des annés que je suis les débats et les analyses scientifiques sur la corrélation entre réchauffement et gaz à effet de serre, je ne suis certain que d'une chose: il urge de douter, pour au moins deux raisons:

    1. Il n'existe pas d'argument scientifique convainquant sur le fait que ce réchauffement (qui d'ailleurs est "en panne" depuis plus de 10 ans) soit du, autre que marginalement (c.a.d. à hauteur de quelques %), à l'activité humaine, et

    2. Même (et je le répète, il n'y a aucune preuve convainquante à cet effet, et trop de supercheries pour que l'on ne cherche pas anguille sous roche), si c'était le cas, qu'il soit possible de l'empêcher à un coût inférieur à celui d'une relocalisation progressive des activités humaines affectées. C'est d'ailleurs ce qui s'est toujours produit au cours de l'histoire - et je vous rappelle qu'il y'a un millénaire les Danois cultivaient la terre au Groenland.

    Et lorsqu'on réfléchit bien à ces deux questions, après avoir soupesé toute la preuve disponible, on en arrive en effet à la conclusion que tout cela ressemble bel et bien à un hold-up fiscal orchestré avec la complicité d'un certain establishment scientifique - et ce ne sont pas les cris d'orfraie de plus en plus stridents des alarmistes stipendiés qui vont me faire changer d'avis sur la question, bien au contraire.

    Mais évidemment, si nous nous comportons comme des gogos prêts à avaler n'importe quelle couloeuvre, pourquoi les gouvernements se géneraient ils?

  • Bonjour

    Le réchauffement n'est malheureusement pas que terrestre . . . :

    Pages 41 et 42 de l'ouvrage : www.liberes-des-mathematiques-savoir-enfin-ce-qu-est-l-univers.net

    Consternamment Jean Vladimir Térémetz

Les commentaires sont fermés.