France: forte progression (+25%) du «bio»

«Alors que la production en mode biologique prône le respect de l'environnement, l'essor rapide de la consommation de ce type de produit a pour effet un recours massif aux importations, et donc au transport sur longue distance de marchandises. La preuve que la sortie de la confidentialité de ce marché de niche est difficile, voire mal maîtrisée.»

bio.jpgAujourd’hui, je cède la parole à Laetitia Clavreul, journaliste au Monde et présente le début de son article.

«En 2008, le marché a affiché une croissance de 25 %, à 2,6 milliards d'euros. Entre 2000 et 2007, la hausse était déjà de 10 % par an. Revers de la médaille, en 2008, tous produits confondus, les importations se sont élevées à 30 %, contre moins de 20 % en 2005, selon l'Agence Bio, organisme public chargé de la promotion du secteur. La France manque de lait bio, de céréales, surtout de fruits et légumes.

Le problème est simple. D'un côté, l'offre ne peut que progresser lentement car il faut deux ans pour convertir un élevage laitier au bio, trois pour une exploitation céréalière, le temps que les produits chimiques utilisés jusque-là ne laissent plus de traces dans le sol. De l'autre, la demande s'est beaucoup accrue dernièrement, dopée, selon les observateurs, par deux événements qui ont fait prendre conscience des risques d'une consommation non durable : le Pacte écologique de Nicolas Hulot, puis le Grenelle de l'environnement.

Du coup, industriels de l'agroalimentaire et marques de distributeurs, qui avaient investi plus récemment le secteur, ont augmenté leur offre. Sans pour autant trouver de matière première sur le marché français."


Lire l’article ici.

 

1ParoleLybien.jpg

Catégories : Santé 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Il est bien ecrit, que tres brievement. Je voudrais savoir plus de details.

Les commentaires sont fermés.