L’insurrection de Varsovie

C’était il y a 65 ans, en août et septembre 1944. L’Allemagne nazie était prise entre deux feux: la coalition menée par les américains à l’ouest, et l’armée russe à l’est. Celle-ci avait franchi les frontières polonaises et avançait dans le pays.

varsovie1944.gifAu fur et à mesure de leur avancée les russes désarmaient les résistants et installaient, avec l’aide du petit parti communiste, de nouvelles administrations qu’elles supervisaient. Libérer la Pologne du joug nazi se payait par l’installation du joug stalinien.

A Varsovie, les résistants comprirent vite que s’ils ne faisaient rien, leur pays serait annexé, digéré par Moscou. Avec l’accord du gouvernement polonais en exil à Londres, ils décidèrent de reprendre la ville de Varsovie aux allemands afin d’être en position de force face aux russes à la fin de la guerre. Il voulaient préserver leur souveraineté.

A quelques dizaines de milliers de combattants ils ont attaqué dès le 1er août les forces allemandes, avec des résultats mitigés au début. Ils ont ensuite pu tenir une partie de la ville et comptaient sur l’avancée de l’armée rouge pour les aider. Mais Staline ordonna à son armée de rester aux portes de la ville en attendant que les insurgés soient écrasés par les allemands.

Ce qui advint le 2 octobre 44. Après 63 jours de lutte, les résistants avaient eu près de 20‘000 tués et plus encore de blessés. Pendant cette insurrections, près de 180‘000 civils furent tués, soit exécutés, soit par les bombes de l’aviation allemande. 25% de la ville a été détruite pendant ces deux mois, et 35% de plus après par représailles des allemands. Sur l’ensemble de la guerre Varsovie a été rasée à 85%.
varsovie.png
Ailleurs en Pologne, les russes alliés au parti communiste emprisonnèrent les résistants et les tuèrent ou les envoyèrent au goulag.

La Pologne avait été sacrifiée, éventrée, saccagée, par les nazis d’abords, puis par Staline et son armée ensuite qui dès 1940 avait fait exécuter des milliers d’officiers, étudiants et personnalités polonaises à Katyń.

Que de souffrances. Rappelons-nous ces heures terribles que l’Europe a vécues, à cause de quoi l’idée de l’Union Européenne a été lancée. Pour que cela ne se reproduise plus jamais.


Un peu de Chopin, par Martha Argerich:

Catégories : Politique 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Si de tels massacres ne se reproduiront probablement plus en Europe*, les barbares vainqueurs des nazis ont continué leurs méfaits à travers le monde : les Russes en Afghanistan, les Américains en Corée, au Vietnam, en Irak , et maintenant également en Afghanistan. Tous ces crimes sont commis au nom de la démocratie et de la liberté alors qu’en fait il s’agit de s’approprier des ressources économiques des pays colonisés.

    * La Serbie jusqu'à nouvel avis c’est toujours en Europe que je sache !

  • Merci pour ce rappel historique. La Pologne a sans doute été la principale victime de la guerre. D'abord l'objet d'un traité entre l'Allemagne et l'URSS qui se sont partagé le pays, les juifs y ont subi plus que n'importe où ailleurs la Shoah, et le pays a fini la guerre en cendres et pratiquement annexé par les communistes pour les quarante années suivantes.

  • Bonjour Monsieur,
    Merci de tout coeur de nous parler de ce pays qui est la Pologne, dont presque personne ne se soucie en "Occident". C'est la première fois qu'on en parle de cette période si sombre pour tous les polonais. Vous avez tellement raison de souligner le tragique destin de la Pologne après la II-ème guerre mondiale.
    Merci encore de tout coeur,
    une polonaise en Suisse

Les commentaires sont fermés.