Celui qui sait ne parle pas...

J'ai décidé de mettre en pratique ce proverbe d'origine probablement taoiste, en clin d'oeil humoristique à Azrael. Donc, dans ce billet je ne parle pas et laisse un cadre vide de mots.

Silence.jpg

9LybieOubli.jpg

 

Catégories : Philosophie 16 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Il semble pourtant que vous parliez encore pour ne rien dire...

    (J'amplifie pour rendre plus explicite (gestalt) je fais ça pour votre bien):-)

  • Taotroll, je vous ai ouvert un boulevard avec mon carré-miroir...

  • Silence complet sur le blog d'Ada Marra: "Un Etat ne paye jamais de rançon", réponse de Calmy-Rey pour la libération des otages du Mali, c'est la note censurée que j'ai écrite à la conseillère socialiste à sa question: MERZ, combien pour les otages de Tripoli!

    Encore une qui ne parle pas!

  • Bonjour oceane,

    Si elle ne parle pas, c'est peut-être qu'elle sait... hé hé...

    Heureusement que dans ces silences assourdissants, il y a une belle journée qui vient, un ciel clair, des oiseaux qui ne savent rien car ils parlent autant qu'ils le peuvent.

    Pas mal finalement ce proverbe à usages multiples...

    Bonne journée.

  • Vous avez déjà vu une page blanche qui passe? Oui? Alors c'est un fantôme, une dame blanche décédée il y a très longtemps et qui porte sur elle toutes les souffrances du monde. La Voie Lactée et Andromède se rencontreront dans quelques 5 milliards d'années pour ne former qu'une seule gigantesque galaxie et créer de nouvelles étoiles. Ce sont deux fantômes dans le ciel qui ont décidé d'avancer à pas lents l'une vers l'autre, à deux millimètres de Dieu. C'était dans Impascience, hier, l'émission scientifique et poétique de TSR1

  • Cher "hommelibre",comme mon prof de latin (et d'autres) me le notait en marge de mes versions: Faux sens!

    Le dicton ne dit pas: "celui qui se tait, sait"!

    Mais pour continuer ce petit jeu: "Ce n'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'on doit fermer sa gueule!" Coluche, il me semble.

  • @ Azrael:

    Je me demandais si quelqu'un allait relever cet abus de sens que j'ai fait (en toute conscience et sourire en coin)...

    (ø_ø)

  • @ pachakmac:

    Zut, raté l'émission. Ouaip, Andromède fonce droit vers nous. Mais figurez-vous que dans les collisions de galaxies, les collisions d'étoiles sont rares.

    Quand à être à 2 mm de Dieu... sans refaire de polémique, j'en connais deux autres qui sont/étaient à 2 mm de quelque chose...

  • A propos de mm, allez faire un petit tour sur le site de M. Bimpage... On a parfois la mémoire courte, ou sélective! (o!~)

  • @ Azrael:

    Je viens d'y aller. En effet...

  • Et pendant que vous y serez, sur le site du Temps, un article d' Angélique Mounier-Kuhn: "Kadhafi, maître en manipulation", qui nous change (un peu) des âneries habituelles.

  • @Azrael:
    Ce rappel (blog de S. Bimpage) de l'épisode de la libération des otages du CICR, de l'attribution de Gatoil aux Libyens, et plus généralement (article du Temps) du parcours de Kadhafi me fait penser, ou plutôt me confirme, que nos diplomates ont complètement sous-estimé leur interlocuteur. Ils ont sous-estimé sa mégalomanie, mais surtout son intelligence des situations. Dans tous les domaines, il y a des gens qui sont bons et des gens qui sont nuls. Il ne faut pas avoir peur de dire (au risque évidemment de passer pour quelqu'un qui ne sait pas...) que nos diplomates sont nuls. A voir la râclée qu'ils se prennent de Kadhafi sur un petit dossier facile, je n'ose pas imaginer les débâcles qui vont suivre les négociations avec les Etats-Unis ou l'Union Européenne sur des questions comme l'évasion fiscale...

  • @Lord Acton

    J'ignore si "nos" diplomates ont sous-estimé M. Kadhafi;je pense même que EUX au moins, savent à qui ils ont affaire.
    Je pencherais plutôt pour ceux qui se prennent pour de grands politologues et qui ont la prétention assez risible de nous instruire des secrets du monde mais dont la fonction principale semble être de rameuter le troupeau pour les "deux minutes de haine" quotidiennes: j'ai nommé la quasi totalité de la gent journalistique.

    Ceci étant dit, serait-il déplacé de rappeler que le bon Ronald Reagan, grand chef de l'Empire du Bien, fit bombarder la résidence de Kadhafi à Tripoli en 1986; bombardement au cours duquel je crois me souvenir qu'une de ses filles fut tuée et lui-même blessé. Une bagatelle, bien sûr! Et qui s'oublie vite chez "ces gens"...

    Pour ce qui concerne les attentats de Lockerbie et de l'avion d'UTA on peut noter , sans que ce soit aucunement une excuse, qu'ils sont postérieurs à ce haut fait d'armes américain et que paralèllement, l'auteur de l'attentat contre un avion cubain qui fit 73 morts en 1976, Luis Posada Carriles qui en revendique la paternité, vit actuellement aux USA qui refusent de l'extrader.

    En tout état de cause, et quel que soit le confli, prendre son adversaire pour un imbécile forme les prémisses d'un échec.

  • .."conflit", bien sûr.

  • @Azrael:
    Je pense que vous êtes optimiste sur les qualités de nos diplomates. En tout cas je m'explique mal qu'un problème aussi petit ait pu conduire à ce que deux otages soient retenus pendant plus d'une année en Libye. Quels sont les intérêts suisses qui justifiaient que l'on poireaute si longtemps (notamment en refusant un arbitrage)? A part protéger certains éléments de l'intouchable justice genevoise, je ne vois pas. J'ai l'impression que pour le DFAE (dirigé par une socialiste genevoise), la carrière de certains jeunes magistrats socialistes genevois a compté davantage que le sort des otages. En tout, de fortes interférences liées à la politique locale genevoise ont compliqué le processus.

  • @Lord Acton

    Ah, oui! les socialistes, bien sûr! Vous me semblez un tantinet prejudiced my Lord.

    Si je vous entends bien, vous attendiez que Mme Calmy-Rey présentât des excuses officielles et le reste!

    Cette dame qui fut abreuvée d'insultes parce qu'elle était allée
    rencontrer M. Ahmadinedjad la tête couverte d'une écharpe blanche, se pliant ainsi aux coutumes locales du moment. La moindre des politesses quand on accepte une invitation (ou qu'on la sollicite).

    Il eût donc fallu qu'elle se présentât de même devant le Grand Dictateur des Syrtes et qu'elle y présentât les excuses libératrices. Rien qu'à cette seule évocation les oreilles me chauffent des commentaires des scribouillards de service...

    C'est donc Mr H.R. Merz,Président de la Confédération Helvétique, véritable gentleman et bouddhiste sans le savoir qui entreprit de franchir les derniers millimètres car comme comme le stipule le précepte : Ne passe pas le fardeau du boeuf à la vache!

    Serviteur!

Les commentaires sont fermés.