La polémique bidon autour d’Orelsan-Orelpue

Ben voilà, il a fait son buzz. Comment lancer une carrière par la provoc gratuite. Ca me fait penser à Gainsbourg brûlant un billet de 500 FF à la télé: pas vraiment une provoc, il en avait assez des billets de 500, un de plus ou un de moins! Facile de cracher sur l’argent quand on sait plus quoi en faire, mais je me demande comment ont réagi ceux qui mettaient une semaine pour les gagner...

orelsan1.jpgBon, Orelsan. Rappeur quelconque d’une quelconque scène prétentieuse. Déprogrammé des Francofolies à cause de sa chanson «Sale pute». Grand débat bidon en France, cette France qui s’ennuie tellement d’un Tour de France mou qu’elle se crée, comme d’hab, un petit psychodrame estival.

Même Cali fait sa bringue et refuse de chanter, parce que la liberté d’expression serait atteinte en plein coeur. Et l’on tape sur Ségolène Royal qui aurait tout fait pour interdire Orelsan. Bah, elle tient son rôle de mère fouettarde illuminée, rien de plus.

Des féministes se sont offusquées des appels à la violence de cette éructation du rappeur. Sur ce coup-là je suis assez d’accord. On peut prétendre que c’est du 2e degré, que c’est le cri d’un gars trompé et blessé. Mouais, mouais... Voire. Les femmes tabassées par un mec en cas de rupture doivent apprécier. Quelques extraits parlent d’eux-mêmes, entre vulgarité et troisième sous-sol de la littérature:

«On verra comment tu suces quand j te boiterais la mâchoire
Tes juste une truie tu mérite ta place a l abattoir

J vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t avorter a l opinel

J rêve de la pénétrer pour lui déchire l abdomen

Tes juste bonne a te faire Peter le rectum»


Etc...cali chut.jpg

Bref, un débat inintéressant sur la liberté d’expression. Orelsan mauvais, Orelpue.

Cali et Cie étaient bien silencieux sur ce crime d’honneur en Belgique où la liberté d’une jeune femme a été payée de sa mort parce que son mari disait:

«La femme pakistanaise ne divorce pas. Elle ne voit que les gens que lui autorise son mari».

Elle a été retrouvée morte noyée dans une valise, dans l’Escaut. Pour elle, la question de la liberté d’expression ne se pose plus...

 

 

1440007608.jpg

Catégories : société 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bravo pour ce billet. Je ne connaissais pas ce rappeur (et tant mieux d'ailleurs!). A lire ces paroles je suis bien content qu'il soit privé de scène!
    De toute facon les chanteurs rap sont très largement matchistes, mais lui, Orelpue (!!) atteint le summuum! Un coup pied au cul, et hop dehors!

  • bon effectivement le moins que l'on puisse dire c'est que les paroles de cette chansonnette ne sont pas d'une élégance folle!
    La question est de savoir si ce genre de chanson a un public et si oui, en tant que parent se remettre sérieusement en question au niveau des valeurs inculquées à nos chères têtes blondes....
    Pour ma part, le contenu me choque bien entendu et autant certains messages dans le rap m'interpellent vraiment qu'ici j'aurais bien envie d'expliquer deux ou trois choses à ce petit!! mais bon la polémique enfle et l'interdiction tombe....il y aurait tant à censurer et interdire ici bas finalement que pourquoi lui plus qu'un autre. En plus cela lui fait une publicité!

  • Dans un certain siècle, l'autorité censurait Baudelaire le Sublime. Cela ne lui pas fait de de pub grand public. Il resta pauvre, méprisé, vivant sur les rentes de sa maman. Aujourd'hui, des petits mecs mal éduqués font la une de l'actualité, s'arrogent le droit d'être des poètes. Laissez-moi pleurer tout seul dans mon coin. Ce monde est tordu de chez tordu, Dieudonné remporte la palme du racisme et jouit à fond de son succès, et après ça on aimerait que l'humanité tourne le dos à la haine. Et quand par hasard un mec parle un peu en bien des putes, on le considère comme pédé, pas normal, déviant. On ne le censure pas. On l'ignore et on en parle tout simplement pas dans les médias. Triste monde. Que les larmes de Michael tombent sur la planète. Les rivières du monde ont besoin d'eau pure pour quitter les eaux boueuses du business à n'importe quel prix et pour n'importe quelle bassesse de l'esprit.

  • Orelsan est grossier comme un porc, ou comme un rappeur, effectivement Aucune raison de vouloir se battre pour lui, je suis d'accord. Ceci dit :

    - même les porcs ont le droit de chanter, et ce d'autant plus quand ils ont un public;
    - sa chanson est clairement une oeuvre de fiction, et non un appel à la violence;
    - elle n'est pas condamnée par la Justice, ni même poursuivie;
    - en plus, il ne la chante plus !
    - ceux qui n'apprécient pas peuvent toujours le manifester, et d'ailleurs ils ne s'en sont pas privés.

    En l'occurence, on est passé un autre niveau, celui de la censure :
    - plusieurs spectacles déprogrammés sur pressions politiques;
    - ses CD enlevés des bacs des médiathèques de Paris sur ordre de la mairie.

    Tout cela est organisé par des groupes ou personnalités idéologiques (S.Royal) qui prétendent décider de qui, en France, a le droit ou non de parler "des" femmes (et des hommes), et de quelle façon. On est bien confronté à une tentative de mainmise totalitaire sur toute expression concernant un sujet donné. Aujourd'hui ces gens-là réussissent à interdire Orelsan, demain ce sera Cali en tant que défenseurs des pères, après-demain... Goetelen, etc.

    Non, merci, je préfère dénoncer ça avant que ça n'arrive.

  • @ Antisthéne.

    "On est bien confronté à une tentative de mainmise totalitaire sur toute expression concernant un sujet donné"

    tout à fait vrai on est actuellement dans le totalitarisme, d'une certaine pensée unique féministe victimaire. l'enquête bidon de l'ENFEFF est encore citée partout irrévérencieusement, c'est qu'en même une honte, en se basant sur cette enquête doctissimo titre entre autre 2 millions de femmes victimes de violences conjugales. quand on connait ce rapport c'est vraiment du n'importe quoi, et personne ne dit rien pourquoi !!!!
    sur doctissimo on est déjà dans le totalitarisme, tout écrit en dehors de la pensée du féminisme victimaire est interdite.
    leur credo est quel que soit l'attitude de la femme si l'homme n'arrive pas à se controler c'est le seul est unique coupable.
    la réalité de la schimogénése complémentaire leur donne des boutons..
    il y a même des hommes en repentance et faisant des cauchemars, parce leur femme les ayant pousser à bout, ils onts eu la pensée de lever la main sur elle.
    ils auraient eu la fermeté nécessaire au moment voulu ils n'en seraient pas arrivés là !!!!

    "L’autre monde féministe est un ensemble de nébuleuses constitué de centaines d’associations, voire de milliers sur toute l’Europe. Sa vocation est de secourir des femmes, de venir en aide. Ses militantes, extrêmement engagées, ont une fonction unique: une fonction sociale de réparation. Ainsi, lorsqu’il s’agit, par exemple, d’associations de défense contre les violences faites aux femmes, on observe la plupart du temps une «réaction de militantes» à propos du sujet qui les préoccupe.

    Ces associations-là, de terrain, ne se réclament de personne, faute de grande figure du féminisme comme Simone de Beauvoir, mais ne sont pas sans influence. Elles sont proches des médias de gauche et arrivent très bien à se faire entendre. Ce qui me paraît inquiétant, c’est qu’à partir de leur combat quotidien, ces associations dégagent une image de la femme – leur image propre de la femme, c’est-à-dire celle qui constitue leur «ordinaire» et dont elles font une «généralité». Ces féministes, qui s’occupent de femmes violées ou de femmes agressées, induisent de leur constat une condition des femmes qui remonte à la presse par le biais de leurs amies journalistes. J’ai été très frappée de voir – que ce soit pour la prostitution, pour la pornographie, ou encore pour le harcèlement – qu’aussitôt que ces associations s’intéressent de près à ces sujets, ils se répercutent immédiatement de façon négative dans les médias, télévision y compris.

    À quoi cela tient-il?
    Tous les secteurs «société» des grands médias sont confiés à des femmes socialement, idéologiquement et politiquement très proches de ces associations féministes. Ces journalistes s’alimentent de ce que leur apportent les associations, et ces informations sont transmises quasiment sans nuance. Elles participent donc à cette «chape de plomb» que j’évoquais précédemment. L’année dernière, au moment du débat sur la prostitution, j’ai vu à quel point il était difficile de faire entendre une parole différente.

    Autre exemple marquant: au moment du débat sur la parité femme/homme dans le monde politique, l’ensemble des journalistes des secteurs«société» des médias étaient pour la parité. Or je condamne totalement cette espèce de connivence objective de génération, de milieu culturel et politique. Tout cela me semble très grave, parce que cette nébuleuse composée des différentes associations constitue, par son lien avec la presse, une sorte d’idéologie dominante. Par ailleurs, pendant les cinq ans du gouvernement socialiste de Lionel Jospin, un certain nombre de femmes ministres s’étaient entourées, dans leur cabinet, de représentants de ces associations. Il s’opérait ainsi une sorte de lobbying immédiat."

    "- Pourquoi les hommes, premiers ciblés par cette idéologie séparatiste et cette vision grimaçante de la masculinité, ne protestent-ils pas ?

    Ils sont tétanisés par la bien-pensance féministe et crèvent de trouille à l’idée de passer pour des machos, donc des salauds et des réactionnaires. "

    dixit élisabeth badinter.

  • @ Leclercq

    Tu dessers ta cause (la nôtre) en voulant traiter tous les sujets à la fois, en faisant des contributions et des citations interminables. Je suppose que tu écris pour convaincre : donc, facilite la tâche à tes lecteurs, reste dans le sujet traité par le blog, va à l'essentiel et sois succint. Nous sommes en position difficile, nous devons donc améliorer tous les jours notre expression et notre argumentation. Merci.

  • @ Antisthéne

    " On est bien confronté à une tentative de mainmise totalitaire sur toute expression concernant un sujet donné"

    ce que j'ai écrit et cité et qui n'est pas interminable, est en rapport direct avec ta phrase ci-dessus. élisabeth badinter explique le fontionnement de ce totalitarisme, et le fonctionnement de doctissimo est un exemple de ce totalitarisme.

    "Nous sommes en position difficile, nous devons donc améliorer tous les jours notre expression et notre argumentation"

    ah bon et ça change quoi, un lecteur récement a écrit que les hoministes étaient misogynes !!! , du momment qu'il estimait que les féministes étaient misandres , les hoministes ne pouvaient qu'être misogynes ben voyons.
    il n'a pas du beaucoup lire la cause des hommes celui là.
    de soigner notre argumentation et expression ne sert pas a grand chose, tant que les mensonges et exagérations ne seronts pas interdits en face.
    l'ENVEFF devrait être interdite de référence.
    des féministes, journalistes trainées en justice pour propos mensongers et calommieux, pour diffamation, notre position doit au contraire se durcir.
    les lecteurs sonts assez grands pour faire le tri. mon but n'est nullement de convaincre des personnes comme audrey adepte des queer théories

  • Bravo à CALI qui se déprogramme pour dénoncer la censure. ORELSAN est devenu célèbre grace à cette tentative boycott. Faut-il arrêter d'exprimer nos sentiments? Pourquoi ne pas comprendre l'expression d'un homme qui exprime un amour par un mot de mépris, comme d'autres exrpîment CHOUX ou pti loup pour désigner une expression d'amour. Pourquoi ne pas comprendre cet homme qui aurait voulu tout donner, avec lequel on aurait joué avec ses émotions, ses pulsions, ses sentiment... et voici qu'on vient lui reprocher de traiter cette femme de "sale pute" alors que la vulgarité est devenu un moyen de communication, surtout en France et à la tv.

    D'autres auteurs célèbres ont désigné de "putes toutes les femmes, sauf leur mère par respect"; tandis que PIAF faisait l'apologie de la violence lorsqu'elle chantait, "il m'donne des coups mais je l'aime"... Nos poètes ne changent moins l'amour que l'amour déçu. Dois-je leur en vouloir?

    Au nom de la tolérance, le billet de John est intolérant. C'est une morale bon marché, d'un homme qui se plait à faire des amalgames, montant au créneau de la femme opprimée, prenant sa défence alors qu'elles n'ont pas besoin des violons de JOHN. Il faudrait qu'elles soient petites pour ce sentir concerné par les frustrations d'un homme.
    K.

  • Je suis d'accord avec Laurent et Vali... Et sois dit en passant... à propos des féministes / féminisme... prudence!!!... Quid féministes-vaginocrates? Je vous suggère de lire: http://www.philo5.com/Feminisme-Masculisme/050504DistinguonsMasculismeEtMasculiNIsme.htm

    Féminisme ou bien fémininisme ? par François Brooks (La philosophie, c'est pour tout le monde!)- Cordialement

Les commentaires sont fermés.