La fille facile

Ayant commencé la lecture du décapant livre de la féministe hédoniste Peggy Sastre, «Ex utero - pour en finir avec le féminisme» (Ed. La Musardine), j’ai eu l’envie d’écrire ce billet qui aurait paru évident il y a 30 ans et qui pourrait peut-être sembler iconoclaste et m’attirer des foudres en cette époque de néopuritanisme décadent et judiciaire. (Décadent parce que réflexe de repli dans un monde pluriel saisi par l’ivresse de la liberté individuelle. Décadent parce qu’à la fois voyeuriste et bien-pensant, comme pour le procès de Cécile B.).

exutero1.gifCette petite histoire est destinée à faire miroir au jus sombre de nos rancoeurs, au béton gris de nos jugements, aux haleines chaudes de nos désirs, ou à la transparence de nos perplexités.


"LA FILLE FACILE

Elle avait grandi libre, entre une famille joyeuse et originale, un jardin sauvage, et une église trop éloignée pour qu’on entende autre chose que la sonnerie des cloches les soirs sans vent. Elle avait grandi libre dans les jeux de l’enfance où l’on apprend la vie autrement que par la peur et l’obéissance aveugle, autrement que par l’apprentissage d’une quelconque faute originelle que vendaient inlassablement les donneurs de leçons.
hédonisme3.jpg
Il y avait bien une grand-tante qui lui disait de ne jamais regarder en bas - elle voulait dire sous la ceinture - avec des gros yeux dont la sévérité la faisait rire: elle pensait que cette dame était myope et que le froncement des sourcils signalait l’effort réalisé pour voir autre chose que des traits flous!

Il y avait bien un homme d’église qui passait de temps en temps, désolé de ne pas voir cette famille à l’office le dimanche, et tentant sans succès mais avec persévérance de recruter de nouveaux adeptes. Il portait de grosses lunettes un peu loin sur le nez et dont la monture barrait les yeux, si bien qu’on ne savait pas, quand il parlait du péché de chair, s’il regardait au-dessus ou en-dessous de la ceinture.

Tout naturellement elle connut son premier amant, un jeune voisin, à 18 ans. Plus par curiosité qu’autre chose: elle voulait savoir ce qui se passait en bas, sous la ceinture, et qui la travaillait depuis l’adolescence.

Elle y prit goût. Pas par amour pour le voisin mais parce que c’était simple, naturel, et que cela lui faisait grand bien. Plus grand que la lecture des mortifications de Saint-Jean de la Croix qu’on lui avait hédonisme4.jpgimposé dans le collège religieux proche où ses parents l’avaient placée, en pensant qu’il était bon qu’elle reçoive des principes utiles en société.

Elle y prit si bien goût que quand le voisin n’était pas là, elle lutinait une fois avec un camarade de classe, une fois avec un cousin, ou encore un représentant en aspirateurs qui en oubliait ses tuyaux, et d’autres encore. La sexualité était un bonheur simple, comme la contemplation du soleil couchant sur les étangs ou le chant ivre d’un oiseau au réveil. Elle y goûtait sans rechigner pour peu qu’on lui en fît la proposition.

Parce qu’elle vivait cela librement avec un sourire intérieur, les autres décrétèrent qu’elle était une fille facile. Ce qui, on le sait, fait naître l’envie, la jalousie, bien cachés sous des propos goguenards et désobligeants dans son dos. Même les parents s’inquiétèrent de son influence possible sur leur progéniture (qui n’en faisait pas moins mais s’en cachait mieux, préservant les apparences).

Elle aurait bien voulu être amoureuse, elle en avait parfois eu les prémisses, mais sans cesser pour autant de connaître le plaisir avec d’autres puisque cela lui était si naturel et si dépourvu de pensées mauvaises. Mais quel garçon l’aurait accueillie durablement dans ces conditions, quel garçon aurait pu se remplir de son amour et ne pas être en même temps déchiré de la souffrance de perdre?Sang1.jpg

Elle aurait pourtant eu besoin d’un tel garçon pour la soutenir face aux autres et la raccompagner ce soir de décembre, quand les gens du village, pères et mères, se sentant menacés par sa liberté, menacés dans leur ordre du monde, l’attendirent dans un passage sombre sur la route qui allait à sa maison.

Elle aurait bien eu besoin d’un tel garçon pour la protéger, ce soir de décembre. Quand elle fut près d’eux sur la route, ils sortirent de l’ombre, la saisirent, crachant du venin par leurs mots, la bousculant, lui donnant des coups avec des bâtons, et la laissant pour morte.

Elle survécut. La famille déménagea. Au village, on n’entendit plus jamais parler d’elle."


P.S: A lire en cliquant ici, une interview de Peggy Sastre.

 

9LybieOubli.jpg

Catégories : société 112 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Pourquoi écrivez-vous une fable ?

    Oui. Pourquoi inventez-vous une
    fiction moralisante ?

    Vous combattez la morale avec la
    dialectique de la morale ?

    Et ce titre particulièrement ridicule
    La fille "facile". Pourquoi pas La fille
    tout simplement ?
    Est-ce qu'une femme c'est pas assez libre pour
    qu'on ne lui accole un qualificatif qui suit
    en plus qu'elle est "fille" un substantif
    dont l'emploi par vous est férocement ambigu !
    Les femmes seraient selon les époques et le
    contexte :

    fille des rues
    fille de joie
    fille publique
    bonne fille
    fille perdue
    fille au pair
    fille sage
    fille mère
    fille facile
    fille fleur
    fille terrible
    fille modèle
    fille sauvage
    fille formidable
    fille soumise
    fille fauve
    fille délurée
    fille de ferme
    fille vénéneuse
    fille de roi
    fille éperdue
    fille méritante
    fille animale
    fille ... femme ?

    Et puis quoi encore ?

  • @ Egide: Ma fable n'est justement pas moralisatrice. Je m'étonne que vous la compreniez ainsi. Mais chacun ses connotations. Quand au titre, il est un poncif dans notre société, un poncif dévalorisant. Je l'ai choisi expressément parce qu'il est porteur d'opprobre et que je ne suis pas d'accord avec cette opprobre. Il est le jugement des autres, pas celui de la fille de cette fable. Combien de fois cette expression est-elle utilisée avec mépris? C'est regrettable. Cette fable est un appel à ne pas juger. Pour ma part je ne mets pas de connotation péjorative sur l'expression "fille facile". Et j'aimerais que les gens réfléchissent un peu plus loin avant de porter des jugements rapides.

    Sur l'ambiguïté que vous me prêtez, elle n'est pas mienne. Je reprends simplement l'expression courante sans lui donner force, je tente même au contraire de la désamorcer.

    Pour ce qui concerne le principe même d'un qualificatif, je ne vois pas où est le problème - sauf s'il y a généralisation. Les hommes en auraient alors autant à dire. Mais pour désigner une personne particulière parmi d'autres, un qualificatif fait partie des usages

  • John ,c'est affligeant comme à chaque fois vous devez expliquer aux gens que vous n'avez pas voulu dire ce que les gens perçoivent de ce que vous écrivez...

    il ne se pourrait pas que ce soit bien ce que les gens comprennent à vos compositions et que vous arrêtiez de le nier tout de suite après l'avoir écrit ce que vous pensez , en disant que vous n'avez pas été compris ?

    bref, assumez ...

  • @luzia : +2!

  • Je disais, en voyant des vers de sa façon,
    Qu'il faut qu'un galant homme ait toujours grand empire
    Sur les démangeaisons qui nous prennent d'écrire ;
    Qu'il doit tenir la bride aux grands empressements
    Qu'on a de faire éclat de tels amusements ;
    Et que, par la chaleur de montrer ses ouvrages,
    On s'expose à jouer de mauvais personnages.

    MOLIÈRE, Le Misanthrope

  • J'allais oublier : Luiza exprime ce que beaucoup ressentent.

    Tschüüss!

  • @ Azrael

    "J'allais oublier : Luiza exprime ce que beaucoup ressentent.

    Tschüüss!" ah parce que tu t'imagine savoir ce que beaucoup ressentent Azrael

    N'importe quoi. il est pourtant facile de comprendre ce que hommelibre veut

    les phrases ci-dessous sonts pourtant très explicites !!!!


    "Combien de fois cette expression est-elle utilisée avec mépris? C'est regrettable. Cette fable est un appel à ne pas juger. Pour ma part je ne mets pas de connotation péjorative sur l'expression "fille facile". Et j'aimerais que les gens réfléchissent un peu plus loin avant de porter des jugements rapides."

  • @Leclerq

    ben disons que sur 5, nous sommes 4...et débiles, forcément débiles =:o)

  • Que de haine, les amis, pour un texte qui n'est ni moral, ni plat, ni misogyne, ni misanthrope, mais plutôt bien tourné!
    Est-ce un appel à la censure? Un retour à la police de la pensée? Hommelibre imagine une fille libre (ce qui n'étonnera personne), et une sexualité libérée de toute morale normative. C'est son droit, et son utopie. Ne peut-on pas imaginer une sexualité joyeuse, voire même heureuse?
    Le plaisir des uns et des autres est-il à ce point dangereux? Pourquoi avoir peur de jouir?

  • Personnellement je n'ai pas grand chose à en redire, sauf peut-être cela:

    "Elle aurait bien eu besoin d’un tel garçon pour la protéger, ce soir de décembre."

    ...C'est bien mignon mais le prince charmant ne doit pas pouvoir faire grand chose contre une harde armée de bâtons :-)

  • jmo a fort bien résumé la chose, et avec une plaisante touche d'humour voilé.

    Je ne croyais pas si bien faire en écrivant dans le préalable: "Cette petite histoire est destinée à faire miroir au jus sombre de nos rancoeurs, au béton gris de nos jugements, aux haleines chaudes de nos désirs, ou à la transparence de nos perplexités.".

    Et bien, une fille, une femme qui se vit librement, va encore affronter bien des préjugés dans notre société. Dans une autre partie du monde elle aurait été lapidée avec des cris de haine. Et les censeurs se seraient peut-être tus.

    L'histoire est très simple: une jeune femme se vit et jouit librement, sans conditionnement à la culpabilité. Mais la société environnante la juge, comme cela s'entend encore aujourd'hui (je n'ai pas inventé le titre), et au final elle est agressée et d'une certaine manière exclue. Difficile de faire plus simple, plus conforme aux préjugés actuels.

    Dommage que personne ne soit entré sur le fond, sur ce choix libre d'une jeune femme libre de son corps (revendication féministe, me semble-t-il), et sur les préjugés. Est-ce donc encore si politiquement incorrect? Est-ce si dérangeant que l'on n'entame pas le fond, mais que l'on attaque (lapide?) l'auteur? Pourquoi ne pas dévoiler ce qui dérange alors que l'auteur a le courage de s'exposer? Que l'on se positionne clairement sur le fond, ensuite on parlera de ma manière de le mettre en écrit.

    Les censeurs ont encore de beaux restes, mazette! C'est amusant car le livre de Peggy Sastre que je cite commence justement sur sur le mythe grec de Pasiphaé, femme du roi Thésée. Celui-ci ayant refusé de sacrifier un taureau à Zeus, sa femme fut condamnée à devenir nymphomane. Pasiphaé était insatiable. Mais, lassée d'entendre des remarques et des jugements à son encontre, elle décida de s'accoupler au taureau, déguisée en génisse. Un taureau, ça ne discute pas, ça ne juge pas ni ne commente, ça agit. Elle conçut avec lui le Minotaure.

    C'est donc sur ce thème que Peggy Sastre commence son avant-propos, et entame directement une critique de la condition féminine reliée à son utérus, soit à la reproduction et à la fonction maternelle. Elle développe l'idée que, plus loin que le féminisme moralisateur et censeur des Chiennes de gardes (par exemple, auxquelles elle adresse une critique très vive), la femme qui disjoint la fonction du plaisir de la fonction de reproduction prend enfin une nouvelle liberté.

    Thème éminemment intéressant, pas pas très politiquement correct. Le néopuritanisme est bien à l'oeuvre, et un certain féminisme en est le vecteur.

    Audrey: qui sait? Peut-être aurait-il été battu, peut-être les aurait-il raisonnés. Mais en tous les cas elle se serait sentie moins seule.

  • Je m'interroge sérieusement... Les chiennes de garde ne s'occupent en ce nom que des attaques sexistes à l'encontre de femmes publiques. Faut-il croire que le "On t’espère meilleure au lit qu’au ministère " placardé sur les pancartes de manifestants agriculteurs au sujet d'Elisabeth Guigou n'était qu'une expression de la joyeuse libération sexuelle et que la dénonciation de certaines féministes, dont Florence Montreynaud n'était qu'une réaction de néopuritaines?

    J'ignore si nous parlons du même collectif, mais il est clair qu'un rapide coup d'oeil sur le site des Chiennes de garde permet rapidement de comprendre qu'elles n'ont rien à voir avec un pseudo féminisme maternaliste, ou encore faudrait-il montrer dans lequel de leurs écrits. Lorsque Montreynaud a été manifesté contre la mise en vitrine de mannequins vivants en porte-jaretelles et le lêche-vitrine (sic) que cela n'a pas manqué de produire, elle l'a fait en son nom propre, sans y mêler les chiennes de garde. Il y a un pas entre la libération des volontés sexuelles et la marchandisation de la sexualité version "drive-in du cul" telle qu'on la retrouve à proximité du Flon à Lausanne. Et on a le droit de soulever une critique sans se faire traiter de cul-béni d'église et de néopuritaine en collet monté!

    Je suis la première à dire que les féminismes ont entre eux des divergences qui les opposent parfois profondément, tout simplement parce qu'on peut se dire "féministe" tout en revendiquant la misogynie la plus crasse, comme un hurluberlu pourrait se déclarer hoministe et vous dire qu'un homme ne sert à rien d'autre qu'à payer les chèques, pas d'AOC dans le domaine, pas de légitimité apportée par la dénomination. Il est en revanche parfaitement dommageable que certain-e-s en fassent leur fond de commerce. Certainement qu'une bonne discussion autour d'un café leur permettrait de trouver une solution beaucoup plus efficace qu'un simple monologue à charge. C'est une question due au respect du combat de l'autre, en tant que féministe il ne me viendrait jamais à l'idée de publier un livre en traitant les "pro-prostitution" et "pro-pornographie" de nouvelle mère Denis ou de viandarde, plus ou moins le corollaire de "moralisatrice" et "néopuritaine"...mais chacune sa façon de faire évidemment.

    La question est: pourquoi la protection d'un homme? Si cette fille est libérée ne pourrait-on lui imaginer la protection d'une amante chevronnée?

  • Peggy Sastre les critique à propos de la polémique sur la photo nue de dos de Simone de Beauvoir dans le Nouvel Obs il y a un an. Elle fait remarquer que les philosophes n'ont pas qu'un cerveau, ils-elles ont aussi un corps, et elle ne voit pas pourquoi un visage aurait passé mais pas les fesses. Le tract dénonce aussi le mercantilisme. Mais alors pourquoi, à titre d'exemple, on peut montrer une main de femme ornée d'un bracelet au poignet pour faire la pub d'un bijouitier, sans parler alors de mercantilisme du corps féminin? La femmes est-elle plus femme dans ses fesses que dans son visage ou ses mains?

    En gros. Et je suis assez d'accprd avec cela, c'est là où il y a un néopuritanisme et une sexuation de genre assez forte.

    Le lien pour le tract est ici:

    http://www.chiennesdegarde.com/nouvelobs/tract.html

    Pour l'amante... pourquoi pas? Comme vous le voyez, j'ai des côtés assez classiques...

    (;o)

  • 90% des hommes avouent se masturber régulièrement... 10% sont donc des menteurs.

    Et là je vais me faire assassiner :

    combien de femmes avouent-elles ? combien sont donc selon cette logique je l'admet stupide et ignoble, soit des menteuses, soit encore bloquées par l'éducation ? (Education qui soit ne leur permet pas de se découvrir, soit de ne pas l'avouer...)

    Bref, va falloir encore un bout de temps avant que les choses évoluent vraiment. Merci le judéo-christianisme, merci les tabous, merci les mauvais amants.

    Et rien ne sert de vouloir m'incendier, je ne fais que poser des questions et esquisser des réponses qui me semblent plausibles, je ne cherche à convaincre personne.

  • Je remarque surtout que les chiennes de garde ont un humour qui ne semble pas avoir parlé à Mme. Sastre qui se veut pourtant très coquine. Les fesses du rédac du Nouvel Obs en couverture, pourquoi pas? Si les philosophes ont aussi un corps il est très étonnant que le seul à s'être vu affiché en couv' soit celui d'une femme. BHL en string aurait pourtant pu avoir un effet comique... Mme Sastre oublie surtout, pourtant en bonne philosophe, que pendant tout le développement de cette matière au 18e siècle les femmes se sont vues refusées un esprit et cantonnées à leur corps, comprennez la partie qui se situe après le cou et qu'illustre encore aujourd'hui très bien le nombre de publicités à femmes sans tête.

    On peut trouver qu'il y a mieux à faire, de là à amalgamer les chiennes de garde avec des puritanistes ne sachant dissocier la sexualité de la reproduction je ne vois pas le rapport. Les membres fondatrices de ce mouvement ont aussi personnellement milité pour la contraception et l'avortement, c'est un peu facile de l'oublier.

    Le matraquage pour les anti-rides ne vaut effectivement à mon sens pas mieux que celui qui consiste à vendre de la lingerie pour hommes en présentant des femmes offertes, reste qu'à part pour les adolescents pré-pubères et les fétichistes, peu de club de streap-tease proposent l'effeuillage de la main, itou pour le pied ou le visage :-)

    Je ne vois pas ce que vous voulez dire par "sexuation de genre"... sexualisation peut-être? Sexué se rapportant à "qui a un sexe" ou "à qui l'on donne un sexe", donner un sexe au genre c'est un peu la base du dialogue normalement, soit qu'on considère que le genre découle naturellement du sexe, soit qu'on pense que le genre est un construit qui y est superposé.

    Comme quoi vous avez aussi vos petits côtés puritaine endimanchée ;-)

  • Oui, je voulais dire "sexualisation". Je trouve que la position (intellectuelle...) des Chiennes de garde prolonge la dissociation corps-esprit, que le christianisme a emprunté aux grecs avant de nous en tartiner pas mal.

    Cela dit, BHL en string, pourquoi pas?

    (o?o)

  • Ah non, pitié! Pas de photo du cul de Jean Daniel! Sa prose est déjà pleine de rides, alors le reste…
    Quant à BHL — qui forme avec Arielle Dombasle le couple cul et chemise — c'est le poitrail imberbe et bronzé qu'il exhibe dans presque tous les magazines… C'est même lui qui a commencé — et non la brave Simone…
    Sur le sujet, on connaît les photos de Roland Jaccard à la piscine, Roland Barthes sur la plage, Michel Tournier en maillot de bain, etc. Le corps des philosophes et des écrivains n'est pas toujours tabou. Alors pourquoi pas les écrivaines ? Il semblerait qu'elles aient un corps, aussi, et pas seulement une tête…

  • Moi je crois qu'il souligne surtout son existence encore bien d'actualité par chez nous. Et puis, et ça il faut le reconnaître, Florence Montreynaud a toujours été quelqu'un de profondément calme (t'être même un peu trop) qui a généralement privilégié la répartie humoristique au ton agressif, comme en témoigne aussi quelque part ce tract.

    J'aurais eu mieux: Houellebecq en boxer superman... un carton sans nul doute

  • Bonjour Greg,

    "Et là je vais me faire assassiner :"

    Vous paraît-on donc si terribles? ;-)

    Je trouve pourtant votre réflexion tout à fait sensée. Il est clair que chez les adolescentes la masturbation est beaucoup plus taboue que chez les garçons du même âge. Ca change un peu par la suite néanmoins je crois!

  • ...C'est bien mignon mais le prince charmant ne doit pas pouvoir faire grand chose contre une harde armée de bâtons :-)

    Ecrit par : Audrey | 15 juin 2009

    Vous devez confondre harde avec horde! car je vois mal un Groupe de bêtes sauvages armées tout court!

    Décidément! le Français et vous cela fait deux!

  • "La question est: pourquoi la protection d'un homme? Si cette fille est libérée ne pourrait-on lui imaginer la protection d'une amante chevronnée?"

    Gay gay amusons-nous :))))))))))

  • La métaphore vous connaissez Patoucha? Eh bien apparemment pas... Et ça vient donner des leçons de français...apparemment vous avez en tous cas dû sécher vos cours de littérature, quoiqu'il est plus probable vu votre pauvreté langagière que vous n'en ayez jamais suivi. Il n'est jamais trop tard, l'Université du 3e âge fait de très bonnes choses maintenant!

    Et surtout ne venez pas vous plaindre que le sujet est pollué. La plaie ici c'est vous, façon de parler imagée évidemment, au cas où vous auriez toujours du mal à comprendre les métaphores et que vous ne saisissiez pas la comparaison.

    Décidément foutez-nous la paix...aller déverser votre fiel apparemment inextinguible ailleurs. Vous n'êtes bonne qu'à ça.

    Ah la bave du crapaud...

  • @Egide:
    Est-ce qu'une femme c'est pas assez libre pour
    qu'on ne lui accole un qualificatif qui suit
    en plus qu'elle est "fille" un substantif
    dont l'emploi par vous est férocement ambigu !
    Les femmes seraient selon les époques et le
    contexte :

    fille des rues
    fille de joie
    fille publique
    bonne fille
    fille perdue
    fille au pair
    fille sage
    fille mère
    fille facile
    fille fleur
    fille terrible
    fille modèle
    fille sauvage
    fille formidable
    fille soumise
    fille fauve
    fille délurée
    fille de ferme
    fille vénéneuse
    fille de roi
    fille éperdue
    fille méritante
    fille animale
    fille ... femme ?

    Et puis quoi encore ?

    Ben....on attend la suite :)))))))))))

  • Oups et petite précision Patoucha: quand notre auteur parle de "cracher du venin" il ne veut évidemment pas dire que ce village est en fait composé de serpents armés de bâtons. Vu votre lecture très premier degré ça ne devait pas être très clair dans votre esprit ;-)

  • "Décidément foutez-nous la paix...aller déverser votre fiel apparemment inextinguible ailleurs. Vous n'êtes bonne qu'à ça."

    Voeu très pieu et qui n'a absolument aucune chance de se réaliser. C'est même tout le contraire, vous l'excitez.

    Ce n'est pas pour rien que je l'appelle la teigne.
    Mais je me demande si les teignes vont apprécier la comparaison...


    "Ah la bave du crapaud..."

    Ne dites pas de mal des crapauds, ce sont des animaux très utile, contrairement à certaines personnes!

    Et après tout mieux vaut en rire que de s'en offusquer.
    C'était notre rubrique: comique de répétition, tellement elle hoquète ses insultes très premier degré.

  • C'est connu, les "filles faciles" sont des putes, tandis que les "hommes faciles" sont des mecs virils.

    "Pour ma part je ne mets pas de connotation péjorative sur l'expression "fille facile"."

    Sauf que la connotation péjorative existe indépendamment de vous. Et vous n'en avez pas tenu compte. C'est bizarre, j'aurais attendu comme titre : la femme libre...

    Mais peut-être ne peut-il y avoir qu'un "homme libre", la femme étant une perpétuelle enchaînée...

    Pour le reste, bof, le thème est éculé. Cf. La fiancée du pirate. Au moins là, c'est drôle et très moral. Dans le brin d'histoire conté ici on se croirait 50 ans en arrière ou dans un pays musulman. Et d'une tristesse!

  • Pfiou réaction ou pas, à force j'ai compris que celle-ci savait très bien s'exciter toute seule. Alors comme vous le dites, je prends le parti d'en rire et de renvoyer la balle. L'avantage c'est qu'elle devrait repartir dans son antre pour quelques jours.

    Et puis une perche si aimablement tendue ne se laisse pas dédaigner comme cela. Un peu de charité ne fait de mal à personne, si je peux servir à lui procurer une excitation après tout...

    Et toutes mes excuses aux crapauds surtout ;-)

  • Johann: je sais bien que cette connotation existe indépendamment de moi. Je l'ai choisie volontairement. J'en ai parfaitement tenu compte, je voulais montrer que 50, 100 ans après ou plus, le préjugé est toujours là. Et à voir les réactions je ne me suis pas trompé... Vous m'auriez demandé si je l'avais fait exprès, cela vous aurait évité d'enfoncer des portes ouvertes. mais poser des questions, vous... faut pas rêver...

  • "Pfiou réaction ou pas, à force j'ai compris que celle-ci savait très bien s'exciter toute seule. Alors comme vous le dites, je prends le parti d'en rire et de renvoyer la balle. L'avantage c'est qu'elle devrait repartir dans son antre pour quelques jours."

    Là, faudrait pas trop y compter!


    "Et puis une perche si aimablement tendue ne se laisse pas dédaigner comme cela. Un peu de charité ne fait de mal à personne, si je peux servir à lui procurer une excitation après tout..."

    J'avoue honteusement: j'ai le même défaut que vous!


    "Et toutes mes excuses aux crapauds surtout ;-)"

    Acceptées!

  • "Johann: je sais bien que cette connotation existe indépendamment de moi. Je l'ai choisie volontairement. J'en ai parfaitement tenu compte, je voulais montrer que 50, 100 ans après ou plus, le préjugé est toujours là. Et à voir les réactions je ne me suis pas trompé... Vous m'auriez demandé si je l'avais fait exprès, cela vous aurait évité d'enfoncer des portes ouvertes."

    Oh, mais j'ai bien compris que vous l'aviez fait exprès! Mais voyez-vous ce qui me gêne c'est que cette histoire aurait parfaitement pu être écrite par un tenant d'un ordre moral pur et dur ou par un islamiste (sauf que dans ce cas la "fille" aurait été lapidée). La morale de votre histoire est noire, négative. Alors bien évidemment on vous connaît et nous savons que vous réprouvez le comportement de "ces gens-là" et la violence, mais cela ne se déduit pas de l'histoire en elle-même. Visionnez-vous donc La fiancée du pirate.

    Ce que dit Luzia est donc pertinent. Et j'ajouterai:

    "ben disons que sur 6, nous sommes 5..."


    "mais poser des questions, vous... faut pas rêver..."

    Et bien, rêvez maintenant:
    Qui peut se dire "libre et responsable"? Cf. les experts.

    Et essayons cette question:
    Accepteriez-vous de faire votre vie avec une "fille facile", par exemple une ex-prostituée?

    Bonne nuit!

  • Vous me donnez là une merveilleuse occasion pour mettre votre analphabétisme en exergue! Métaphore? Lolllllll

    "Au train où certaines revendications "anti-misandrie" semblent être portées au Québec, je crains qu'on arrive un jour à une situation où la présentation par sexe des morts de la violence conjugale sera interdite pour incitation - à la haine "misandre". -Je suis désolée pour la comparaison," (...)

    "Hourdisseuse" , "ensemenceur de ventre" c'est bien vous qui avez " déviez." - DEVIé - "Ou est-il la pointe présentable" d'un mouvement qui ne l'est que très peu? " Partireriez" -vous aussi....
    "misandre qui s'ignore," mais mon empathie a des limites, (?) lolll des "vaginocrate" (S) , de cet accabit. l'égalité entre homme et femme et mettent en exergue des articles de cet accabit déjà qu'ils m'ont gavés de la 9e du cycle d'orientation jusqu'à ma 2e du collège:-) ,que les pères sont justes des porte-monnaies " ambullants."

    "Quand" à monsieur clpvd, qui ne sait pas "tapper" un mot sur un ordinateur sans aboyer de "tous" temps des collectifs prétendument "social" aux phoques et la violence " faites" aux hommes voir un parent " tapper " (bis) sur l'autre des gens un peu "critique", dont vous prenez "paroles" pour leur ensemble. (?????)

    Il reste malheureusement " courrant" qu'on accuse les victimes de viol de n'avoir pas crié assez fort , "tappé " (Ter) assez leurs agresseurs, et "pleurer" assez pour que ceux d'en face " comprenne " lolllll que non quoique ça " m'inquiètes " un peu de savoir que l'on n'a pas encore assisté au pire... à moins que " j'ait " un "blackout " des gens que vous n'avez jamais "rencontré," Lolllll

    Là! c'est indéniable cela n'est pas du copier/coller! :)))))))))))))))))

    Je comprends bien que les propos orduriers de certains vous aient "poussés" à la surenchère hystérique, c'est ce qu'on appelle l'effet de "meute", mais vous drapper dans votre dignité ne ""dois2 pas vous empêcher de répondre.

    espèce de chou-fleurocrate," broccolicide!" Lolllllllllllllll

    leur "petite jouissance " de la journée "en pissant un coup " sur les autres... rien à dire qui sorte du niveau pipi-caca-boudin-mdr-mdrrrr."
    La classe!!!!!!!


    Ce serait trop laborieux de citer toutes vos "métaphores" et vos fautes! Mdr mdrrrrrrr :)))))))

    Mdrrr vous me procurez un rire inextinguible! :)))))))))))))

  • Une jouissance que vous ne devez assurément pas connaître tous les jours ;-)

    Profitez-en, avec moi c'est gra-tuit!

  • einstein doit être tellement un homme facile , enfin ...bref, simple..

  • j'aimerai bien savoir combien de ces monsieur aimeraient avoir ou voir leur propre fille tachée de "facile" et heureuse de l'être prete à se donner avec joie avec des hommes les désirant...

    et entendre l'avis de leurs mères ..sur eux et leurs théories si originales...si innovatrices sur la liberté ...

  • @ Johann: Et bien, pour un si court texte, et l'air de ne pas y toucher, j'ai fait passer pas mal de choses! Mais je reprends votre analyse:

    1. "cela ne se déduit pas de l'histoire en elle-même": si, cela se déduit.

    - Par le volume de place accordé au personnage central;

    - par sa description qui, en quelques touches, la présente sous un jour favorable et pas du tout jugeant; en peu de temps on s'habitue à elle, on entre dans son mouvement, on accepte son choix - que l'on soit d'accord ou non avec - car rien ne vient mettre une alerte morale; on comprends dès la grand-tante qu'elle ne voit pas le mal;

    - par l'attitude des deux personnages extérieurs dont on se demande quelle est leur raison d'éviter "ce qui est en dessous de la ceinture"; on suppose que l'homme d'église, dont on ne sait pas où va le regard, est ambigu entre ce qu'il est supposé prêcher de par la religion (et nous savons tous que les religions ont une vision très réductrice de la sexualité) et ses désirs éventuels; cela n'est pas écrit, mais une seule phrase dans un texte elliptique et impressionniste suffit à faire venir l'idée au lecteur;

    - par la différence entre elle qui est naturelle, et la progéniture des autres parents qui font la même chose mais plus discrètement (l'authenticité de la fille la valorise, l'hypocrisie que suggère la discrétion de la progéniture les rends moins aimables);

    - par sa gentillesse face à la haine des autres, la gentillesse étant une valeur préférée à la haine. Le contraste est marqué. Je suis flatté que vous y perceviez autant le côté noir et triste: je l'ai donc bien rendu en si peu de lignes. Lumière de la jeune femme, obscurité des autres: cela indique une certaine préférence de ma part.

    Elle est donc mise en valeur positivement, pas les autres. Cela tombe sous le sens.

    2. En effet le texte suggère plus qu'il ne dit: je laisse le lecteur se déterminer, je ne lui impose pas ma morale. A chacun de se positionner. A titre de comparaison, et dans un autre registre, je pense à "L'étranger" d'Albert Camus. A aucun moment l'écrivain ne prend parti pour ou contre le héros, qui a pourtant tué un homme sans raison apparente: c'est un criminel. Camus laisse le lecteur faire son propre choix et cheminement. En littérature, c'est une manière de rendre le lecteur co-actif ou co-auteur du livre qu'il lit.

    3. Je vois les choses ainsi: dans l'écriture de fiction, l'auteur n'affirme pas explicitement. Ses choix apparaissent dans la manière de traiter les personnages, l'organisation de son écrit, les contrastes de rythme ou de tonalité qu'il y met. Il explore des pistes, creuse, ouvre des porte, laisse venir des questions, sans trop leur donner de réponse. Pour les réponses, il y a l'essai, le livre de morale ou d'éthique, le manifeste, bref c'est une autre forme de littérature.

    4. Vous me connaissez un peu et donc vous savez ce que je veux dire. Pourquoi alors tant de critique? Bien sûr, ce texte n'en est qu'un parmi d'autres, et donc la tonalité implicite découle aussi de mes autres textes ou positionnements. Et je préfère que cela vienne de soi-même dans l'esprit du lecteur plutôt que de lui imposer mon explication dans le texte-même. Cela peut générer des malentendus. C'est aussi pour cela qu'un auteur s'explique en public, complète son propos. Au-delà de cela, on ne peut pas plaire à tout le monde, ni être compris de tout le monde. Je suis personnellement en accord avec ce texte.

    4. Texte-miroir, disais-je en préalable. Je suis étonné de certaines réactions, dans lesquelles je vois une volonté de me faire taire, ou de me faire dire les choses autrement. Volonté de domination à mon encontre. Azrael cite Molière en préconisant que je me taise - ce qui est amusant quand on sait comment Molière n'avait pas sa langue dans sa poche, et que ce passage ne concerne qu'un des personnage de sa pièce. Vous-même: je devrais m'inspirer de La fiancée du Pirate. Luzia, qui veut que j'écrive autre chose, autrement. C'est assez amusant et surprenant ces volonté de me faire autre que ce que je suis et écris. C'est une des face des systèmes de domination. Moi qui les dénonce dans mon texte en montrant que les jugements de valeurs ont parfois des effets graves, ces jugements reviennent par la bande! Le cas de luzia est particulier: pour moi c'est une femme violente. Depuis des mois elle ne fait que tordre ce que j'écris, me critique très négativement, m'insulte, me rabaisse, me dénie, et veut à tout prix m'imposer que je pense et écrive autrement, que j'écrive et pense comme elle le veut. C'est pourquoi les commentaires de luzia sont insignifiants pour moi. C'est une femme violente, c'est tout, elle choisit sa vie et son comportement. Mais ce qu'elle écrit ne me concerne pas. La police de la pensée, comme dit jmo, n'est pas ma tasse de thé. Je la laisse à celles et ceux qui ont besoin de dominer les autres, de leur imposer d'être autrement.

  • @ luzia:

    "et entendre l'avis de leurs mères ..sur eux et leurs théories si originales...si innovatrices sur la liberté"

    Il s'agit ici d'une fiction, non d'une théorie. Une fiction où la femme est à égalité avec l'homme dans ses orientations sexuelles. Mais cela réveille les préjugés, justement parce que c'est une femme. Et parce qu'il s'agit de sexualité.

    Les mêmes questions peuvent se poser aux parents pour un jeune homme qui choisirait cette orientation, ou pour un enfant qui devient homo alors que les parents envisageaient un grand mariage hétéro, ou pour un enfant qui s'engage dans la Légion étrangère ou milite dans un groupe néonazi.

    De plus, certaines femmes collectionnent les amant comme certains hommes collectionnent les maîtresse. Cela se passe déjà. C'est leur choix. Ce n'est pas parce que ce sont des femmes qu'elles auraient moins de droits que des hommes.

    Ce texte révèle finalement bien les préjugés qu'il dénonce.

  • moi je pense que ce texte à vous révèle seulement vos fantasmes machistes John

    et ceci n'est pas une fiction...

  • luzia: quand je disais que vous avez besoin de me dominer en me déniant, en me faisant autre, en tentant de me psychanalyser à distance sans me connaître... non seulement violente, mais abusive.

    Mais apparemment, cela a l'air de vous exciter de me rabaisser. Chacun ses fantasmes...

  • avoir de droits ne veut pas dire avoir les mêmes droits que les hommes ,

    avoir des droits veut dire participer pour une vie meilleure,

    alors que ce que vous mettez en face toujours c'est le paramètre, vu que les hommes sont des porcs que les femme soient des cochonnes aussi, comme si l'égalité devait se égaliser au niveau de décadence et injustice dans le quel notre société a établie des règles même sexuelles qui sont aberrantes même pour les hommes.

    pourquoi les femmes devraient vouloir être au même niveau voir "égales " que les hommes vu que les hommes ne sont pas un exemple à suivre du tout ?

    la réponse est évidente, moi femme je ne veut pas être l'égal de qui n'est pas un exemple pour moi civiquement et socialement parlant..et là je parle en termes générales, hein...

    car vous vois venir pour vous justifier , avec une de vos conneries sur ma soi-disant vie privée malheureuse...

  • J'ai eu un élan de sympathie pour vous, je me suis posé une question, mais si vous nommez cela "connerie", n'ayez crainte: je n'aurai plus aucun élan de sympathie pour vous.

    Quand à ajouter une connerie de plus, je m'abstiens: vous en dites tellement vous-même, et avec un tel talent décomplexé, que je ne saurai rivaliser avec la vraie pro en connerie que vous êtes.

    Tiens, celle-ci de connerie devrait entrer dans le top 3, tant elle montre chez vous de mépris et de haine pour les hommes: "vu que les hommes sont des porcs".

    Vivent les préjugés!

  • Bizarre les définitions :
    Homme facile c'est un homme facile à vivre
    Femme facile, c'est une p.. !
    La suite chez Blondesen !

  • Et le MASSACRE du Français à la Tronçonneuse/Audrey continue!

    " Histoire de nous éclairer dans les profondeurs "de notre antre," qui nous donne apparemment des poussées obscurantistes - "

    Dans l'antre de votre obscurantisme serait plus juste! :)))))))))

    "L'avantage c'est qu'elle devrait repartir dans - " son antre " - Bis pour quelques jours."

    Dans l'antre de votre analphabétisme serait plus approprié pour son usage!

    "Oups et petite précision Patoucha: quand notre auteur parle de "cracher du venin" il ne veut évidemment pas dire que ce village est en fait composé de serpents armés de bâtons. Vu votre lecture très premier degré ça ne devait pas être très clair dans votre esprit ;-)

    Ben..... cela se dit des vieilles harpies comme vous! Le reste relève de votre esprit alambiqué! :))))))))

    "Une jouissance que vous ne devez assurément pas connaître tous les jours ;-)

    Profitez-en, avec moi c'est gra-tuit! "

    Ecrit par : Audrey | 16 juin 2009

    Assurément... lolllll vous retirez la vôtre des blogs avec vos élucubrations quand c'est vous qui écrivez, et les pavés copiés sur le net que vous balancez sans aucune gêne en vous les appropriant. :))))))))))

    Une citation de Montaigne pour vous faire descendre du piédestal sur lequel vous vous êtes mise:

    Si haut que l'on soit placé, on est jamais assis que sur son cul. ...

    C'est tout pour aujourd'hui! :)))))))))

  • Octave, je vous adore! :)))))))))))))))))))))))))

    Bonne journée!

  • Mercvi Patoucha "Fans le même exercice, que dire d'un maître-chien (celui qui éduque un chien) et une maîtresse-chienne (qui nous fait penser à un procès actuel) !

  • "pavés copiés sur le net que vous balancez sans aucune gêne en vous les appropriant."

    Ah bon? Ou ça très chère? Vous n'en trouverez pas un...dommage. Parce que vous savez "marchandisation du corps de la femme" est un concept, c'est ainsi que l'on appelle l'exploitation économique du corps, ou de l'image du corps, d'une personne de sexe féminin, et comme tout concept il s'utilise évidemment beaucoup (9900 résultats sur google rien que pour marchandisation du corps humain)...Pour les gens qui ont trois sous de réflexions, il est plus rapide d'écrire par soi-même que d'aller chercher où pomper. Mais on sait que développer une réflexion qui aille au-delà du "mdrrrrrrr" ce n'est pas votre fort effectivement.

    Et puis si mes élucubrations ne vous plaisent pas, aller regarder ailleurs, je m'en voudrais de vous priver du beau soleil. Mais c'est vrai, j'oubliais, vous n'êtes qu'une teigne (copyright Johann évidemment), au-delà de parasiter vous ne pouvez pas faire grand chose.

    "vieilles harpies", celle-là elle est bonne. Qui agresse tout le monde ici à coup de propos puritains et réac'? Et puis pour être plus juste ce serait plutôt "jeune conne". A vingt-deux ans je préfère, merci.

  • Pour Johann:

    "La teigne n'est pas grave mais elle est irritante et disgracieuse." (http://www.lasante.be/maladies/fromanimal/teigne.htm).

    Ca résume assez bien je crois :-)

  • Ce qui est fascinant, ici, c'est qu'à partir d'un texte qui est une fable bien tournée (mais que personne, ou presque n'a lu!), on en revient toujours aux mêmes rengaines rabâchées, les hommes, les femmes, l'égalité, le puritanisme, etc. On se croirait au 20è siècle! Les chiennes de garde, comme leur nom l'indique, mènent un combat d'arrière-garde, mâtiné d'esprit sectaire et de puritanisme. Il faut vraiment dépasser ce blocage. On croirait parfois entendre Sandrine Salerno, c'est dire!

  • @ jmo: toutes proportions gardée, car ici c'est en mini-mini, cela fait penser aux emballements du passé quand un auteur contrariait la pensée dominante et le politiquement correct... Je pense que je dois le prendre plutôt comme un honneur!

  • Et puis pour être plus juste ce serait plutôt "jeune conne". A vingt-deux ans je préfère, merci. Lollllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

    Ecrit par : Audrey | 16 juin 2009

    Audrey: 17.04.2009: Autant la connaissance de l'histoire est utile (étant née 30ans après l'invasion de la Hongrie mon âme encore engluée dans les brouillards du Rhône n'a pu manifester)"

    Heu...Voyons un peu un tout tit calcul: 2009-1944-30 = 35 ANS MDR MDRRRRRRRRRR

    La suite plus tard parce que là ce sera encore plus drôle! :)))))))))

  • le Lolllllllllllllllllllllll est de moi :d C'est trop, je suis trop MDR!

  • Marrez vous Patoucha; Audrey a l'âge qu'elle a...

    Dites, ça vous prend un temps fou de faire ce style de recherches sur les blogs tdg...qui de plus sont THS, vous savez? Totalement Hors Sujet... Moi ça me fait franchement froid dans le dos de vous voir vous balader sur les blogs en recherchant des infos sur les gens pour les harceler...

    Dites, vous voyez quoi depuis votre chambre? Un grand parc avec de hauts murs? Z'avez bien pris le Temesta aujourd'hui?

    "La suite plus tard parce que là ce sera encore plus drôle! :)))))))))"
    Mais personne ne vous souhaite cela, Patoucha...

  • Zêtes chiante Patoucha avec vos reprises incessantes, on n'y comprend rien et on s'en fout.

    Usez de vos lolllllllllllllll et MDRRRRRRRRRRRRRRR en silence, ça nous changera!

    @hommelibre
    Ce qui n'a pas changé, pour ma génération en tout cas, c'est que les femmes qui vivent leur sexualité librement sont traitées avec mépris souvent par les mêmes qui profitent de leur sexualité libérée.
    Et c'est là que le bât blesse. En étant un peu plus crue, j'ai été sidérée d'entendre d'un partenaire d'une amie quelque peu libertine, dire qu'il ne coucherait jamais avec elle mais par contre pour une pipe de temps à autre, volontiers. Comme si elle était salie mais que cela ne l'empêche pas, lui, de se soulager.
    Les autres se contentant de ricaner des stupidités du genre, il n'y a que le train qui...
    Je n'ai jamais entendu de commentaire si méprisant de la part de femmes sur un homme libertin. Au pire, le fantasme de le séduire et de devenir la seule et l'unique à ses yeux.

    J'espère bien que sur ce point, certaines femmes ne seront jamais les égales de ce type d'homme. J'ai bien précisé "ce type d'homme".

    Si tous les hommes ne sont pas des porcs (fort heureusement sinon nous serions bien malheureuses), certains le sont sans aucun doute.

  • "Et puis pour être plus juste ce serait plutôt "jeune conne". A vingt-deux ans je préfère, merci. Lollllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

    Ecrit par : Audrey | 16 juin 2009

    Audrey: 17.04.2009: Autant la connaissance de l'histoire est utile (étant née 30ans après l'invasion de la Hongrie mon âme encore engluée dans les brouillards du Rhône n'a pu manifester)"

    Heu...Voyons un peu un tout tit calcul: 2009-1944-30 = 35 ANS MDR MDRRRRRRRRRR

    La suite plus tard parce que là ce sera encore plus drôle! :)))))))))"


    Là je commence sérieusement à me faire du souci pour la teigne sioniste et antisémite (à ne pas confondre avec antimite). Visiblement elle a un QI même inférieure à Cécile B. un QI qui n'est déjà pas brillant brillant.

    Voyons voir: 1956 + 30 = 1986. Donc Audrey a 23 ans cette année et encore 22 si elle est par exemple sagittaire. Le calcul de la teigne était donc vraiment tout tout tit.

    Je ne sais pas si la teigne est irritante (bon la stupidité ça fait rire un moment... mais après ça fatigue) et disgracieuse (heureusement je ne l'ai jamais rencontrée!), mais c'est sûr qu'il y un grain quelque part. Elle devrait aller se faire troncher plus souvent, c'est bon contre les frustrations.

  • @ Pascale: je vous rejoins entièrement. Ce préjugé existe encore, et c'est franchement lamentable. Et le mec qui a dit cette connerie est à jeter sans scrupule. Non seulement il est incohérent, mais ce mépris pour elle dont il sait utiliser les faveurs parfois, moche de chez moche. Quel que soit le choix de vie, je demande un minimum d'honnêteté et de cohérence.

    PS: pour la fin, j'ai fait un essai avec votre idée, en récupérant deux paragraphes utiles: ça marche....

    (:¿:)

  • @ Patoucha: vous sortez un peu beaucoup du sujet. Moi j'aime débattre avec Audrey, même et avec nos différences de point de vue. Mais je vous trouve parfois piquante et j'aime bien aussi. Drapeau blanc. svp!

    (=¥≈)

  • "Drapeau blanc. svp!"

    Impossible! Quelle illusion!

  • "Et le mec qui a dit cette connerie est à jeter sans scrupule. Non seulement il est incohérent, mais ce mépris pour elle dont il sait utiliser les faveurs parfois, moche de chez moche."

    Tiens ça me rappelle une histoire toute récente...


    "Quel que soit le choix de vie, je demande un minimum d'honnêteté et de cohérence."

    Comme de reprocher de ne pas poser de questions et puis de ne pas y répondre quand les questions sont posées. Effectivement faut pas rêver... d'obtenir des réponses. Mais bon je comprends.

  • @ Johann: je parlais de questions concernant le texte ou l'idée en général. Votre question touche à mon jardin personnel et je n'y répondrai pas. Je choisis les questions auxquelles je réponds. Comme je me souviens de votre refus de répondre à des questions personnelles il y a des mois de cela, je ne me sens pas du tout dans l'obligation de vous répondre.

  • "@ Johann: Et bien, pour un si court texte, et l'air de ne pas y toucher, j'ai fait passer pas mal de choses!"

    Attention à la grosse tête!


    "Mais je reprends votre analyse:

    1. "cela ne se déduit pas de l'histoire en elle-même": si, cela se déduit.
    - Par le volume de place accordé au personnage central;"

    Irrecevable, cela peut être interpréter dans les deux sens.


    "- par sa description qui, en quelques touches, la présente sous un jour favorable et pas du tout jugeant; en peu de temps on s'habitue à elle, on entre dans son mouvement, on accepte son choix - que l'on soit d'accord ou non avec - car rien ne vient mettre une alerte morale; on comprends dès la grand-tante qu'elle ne voit pas le mal;"

    Encore une fois vous voyez dans le texte ce qui n'y est pas.


    "- par l'attitude des deux personnages extérieurs dont on se demande quelle est leur raison d'éviter "ce qui est en dessous de la ceinture"; on suppose que l'homme d'église, dont on ne sait pas où va le regard, est ambigu entre ce qu'il est supposé prêcher de par la religion (et nous savons tous que les religions ont une vision très réductrice de la sexualité) et ses désirs éventuels; cela n'est pas écrit, mais une seule phrase dans un texte elliptique et impressionniste suffit à faire venir l'idée au lecteur;"

    Et alors? Non pertinent pour mon propos.


    "- par la différence entre elle qui est naturelle, et la progéniture des autres parents qui font la même chose mais plus discrètement (l'authenticité de la fille la valorise, l'hypocrisie que suggère la discrétion de la progéniture les rends moins aimables);
    - par sa gentillesse face à la haine des autres, la gentillesse étant une valeur préférée à la haine. Le contraste est marqué. Je suis flatté que vous y perceviez autant le côté noir et triste: je l'ai donc bien rendu en si peu de lignes. Lumière de la jeune femme, obscurité des autres: cela indique une certaine préférence de ma part."

    Purement subjectif. Une fille gentille est aussi connoté. Et pas positivement. Oui elle est gentille, c'est-à-dire un peu demeurée... elle ne casse rien. Même chose pour un homme, quand une femme dit à un homme qu'il est gentil... ça n'ira pas plus loin. Du moins sous nos latitudes.

    "Elle est donc mise en valeur positivement, pas les autres. Cela tombe sous le sens."

    Absolument pas. Pour les raisons énoncées ci-dessus. Et son incapacité à tomber amoureuse? Et son incapacité à s'attacher, à avoir des sentiments? C'est positif à vos yeux? Alors nous n'avons pas les mêmes valeurs. Mais je peux comprendre que chat échaudé craint l'eau froide. Allez je vide mon sac. Ce que je trouve déplorable chez vous (mais ça vous regarde, comme ça vous regarde d'avoir exposé votre cas aux yeux de tous), c'est que sous prétexte d'avoir été profondément blessé par une femme, vous partez en croisade contre les femmes. Et ça se voit de loin. Chaque femme est différente, il n'y a aucune raison d'en vouloir à tout un sexe pour les manigances de l'une de ses membres.


    "2. En effet le texte suggère plus qu'il ne dit: je laisse le lecteur se déterminer, je ne lui impose pas ma morale. A chacun de se positionner. A titre de comparaison, et dans un autre registre, je pense à "L'étranger" d'Albert Camus. A aucun moment l'écrivain ne prend parti pour ou contre le héros, qui a pourtant tué un homme sans raison apparente: c'est un criminel. Camus laisse le lecteur faire son propre choix et cheminement. En littérature, c'est une manière de rendre le lecteur co-actif ou co-auteur du livre qu'il lit."

    Le texte ne suggère rien du tout, mais le dit très clairement: cette conne n'a pas été capable de s'attacher un (tel) garçon (bis), car n'est-ce pas toute "fille" a besoin de protection. Vision machiste comme l'a dit une de vos contradictrice.

    Et la fin dit aussi très clairement que la "fille" a eu tort sur toute la ligne, puisqu'elle doit partie. C'est elle qui est punie, pas les agresseurs.
    Fin donc totalement négative si l'on se place du côté de sa liberté qui a été bafouée sans recours.


    "4. Vous me connaissez un peu et donc vous savez ce que je veux dire."

    Non, les lecteurs ne sont pas supposés connaître l'écrivain. C'est même un peu prétentieux.


    "Pourquoi alors tant de critique?"

    Mais pour que vous puissiez vous améliorez vu que vous en êtes capable. Quoiqu'en ce moment, ça patine un peu vu que vous êtes sur la défensive.
    Mais bon ça vous appartient et vous en faites ce que vous voulez. Je réponds juste à vos questions. Pas comme certain...


    "Je suis personnellement en accord avec ce texte."

    On l'avait compris et c'est bien ce qui inquiète...


    "4. Texte-miroir, disais-je en préalable. Je suis étonné de certaines réactions, dans lesquelles je vois une volonté de me faire taire, ou de me faire dire les choses autrement. Volonté de domination à mon encontre."

    Intéressant après ce qui vous est arrivé.


    "Vous-même: je devrais m'inspirer de La fiancée du Pirate."

    En aucun cas! Et de toute façon il est trop tard. Je vous ai fait cette suggestion non pas pour vous "inspirer", mais pour que vous enrichissiez votre culture en comparant avec une oeuvre qui traite du même thème. Et de manière positive par rapport à mes valeurs. Point barre.

    Vos relations avec les autres commentateurs ne sont pas mon problème.
    Sauf que je vous trouve très gentil (!) avec la fille de service. Volonté de plaire à tout le monde? Pas non plus mes valeurs.

  • "@ Johann: je parlais de questions concernant le texte ou l'idée en général. Votre question touche à mon jardin personnel et je n'y répondrai pas. Je choisis les questions auxquelles je réponds. Comme je me souviens de votre refus de répondre à des questions personnelles il y a des mois de cela, je ne me sens pas du tout dans l'obligation de vous répondre."

    Reçu 5/5. No problem. C'est une réponse et elle est tout à fait valable.

    Juste une dernière remarque toutefois: vos textes sont plein de votre jardin personnel. Mais bien sûr je ne conteste en rien vos choix qui n'appartiennent qu'à vous et qui sont tout à fait respectables.


    "Comme je me souviens de votre refus de répondre à des questions personnelles"

    Pour vivre heureux, vivons cachés...
    Mais ceci dit pourriez-vous rafraîchir ma mémoire? Quelles questions? Le rien que pour moi?

  • @ Johann: ... et de plus loin même, mais je n'ai pas le temps de chercher maintenant.

    Sur vos réponses à mes 5 points:

    1 en global (car c'est l'accumulation des items qui est relevante):je ne comprends pas votre lecture de texte. Mais ça me semble difficile d'aller plus loin dans un dialogue de blog. Je maintiens intégralement ce que j'ai écrit. Quand à la gentillesse, je vois que vous en avez une connotation très négative. Pas moi. Gentillesse n'est pas nunuche. Nunuche c'est nunuche, pas gentil. Gentil c'est dynamique, bienveillant, facilitant, entre autres. Très, très positif. Nous ne sommes pas de la même planète et vos connotations vous appartiennent. Rien dans le texte ne la fait passer pour nunuche, absolument rien.

    Son incapacité à tomber amoureuse et à s'attacher? Ce n'est marqué nulle part. Ce sont les garçons qui se sentent menacés par elle. De plus la fable est courte. L'ellipse et le ton de la fable permet beaucoup plus de projections et de versions, et chacun y voit ce qu'il y met. Si j'en avais fait une nouvelle ou un roman, elle serait tombé amoureuse.

    2. J'imagine - c'est ma version - un garçon qui soit courageux et qui l'aime, et qui sera galvanisé par le soucis de protéger celle qu'il aime. Pas de machisme là-dedans, seulement un amoureux qui la défend. A deux ils auraient eu plus de chance.

    4. Elle part: ma version est que, comme elle ne connaît pas le mal, elle doit apprendre à le digérer. Ce n'est pas une guerrière, elle va là où elle a une place. Chacun sa nature. Eux restent avec le mal qu'ils ont faits, ils s'écrouleront peu à peu dans le silence, leur progéniture vivra dans la violence, sans paix. Qui a gagné?

    ... Mon affaire personnelle n'a rien à voir. J'aurais pu écrire cela bien avant. Je n'ai pas de croisade contre les femmes, mais contre un certain féminisme et contre les biais contre les hommes, c'est très différent. Mon désir est la paix des couples et le partage des être.

    J'ai vu la fiancée du pirate, cela fait déjà partie de la richesse de ma culture (tiens, vous ne m'avez pas demandé si je l'ai vu avant de déduire que je ne l'ai pas vu). Mais cela ne m'a pas inspiré.

    Je pense au final que j'ai un esprit positif et que je ne vois pas les choses comme vous. Pas une question de valeurs, mais d'état d'esprit.

    Pour la grosse tête, ne vous inquiétez pas pour moi. Je vais très bien.

    Et ne me dites pas à tout bout de champs ce que je devrais faire, ce que je devrais voir, je ne vous ai pas demandé de diriger ma vie. C'est très gentil de vous inquiéter parce que je suis en accord avec mon texte tel qu'il est. Mais je ne vous ai rien demandé, et surtout pas de vous inquiéter pour moi.

    Dernière chose: je ne suis pas certain d'avoir compris: "Sauf que je vous trouve très gentil (!) avec la fille de service". Voulez-vous parler de Patoucha? Si c'est le cas, je dis ce que je pense. Je n'ai pas l'habitude de choisir les personnes que j'aime bien seulement si elles s'entendent avec d'autres personnes que j'aime bien. Je suis indépendant de pensée. Je peux être ami avec deux personnes qui se détestent. No problemo. J'apprécie Audrey, et je n'ai pas envie d'exclure Patoucha. Je vous ai lu, je sais que vous aimez vanner, voire agresser verbalement et souvent juger négativement. Votre discours, je le perçois comme généralement très négatif, sauf à de très rares occasions. je n'ai pas votre violence. J'ai parfois eu des mots forts, mais je travaille dessus, ce n'est pas ma tasse de thé première, alors qu'il me semble que chez vous c'est votre système d'exploitation, en langage informatique. Chez moi ce n'est qu'une application parmi d'autres, dont j'use de moins en moins.

    Bien à vous.

  • "
    Voyons voir: 1956 + 30 = 1986. Donc Audrey a 23 ans cette année et encore 22 si elle est par exemple sagittaire. Le calcul de la teigne était donc vraiment tout tout tit."

    Exact, encore un signe de son inculture, à force de remuer la merde faut croire qu'on finit par tomber dedans... lionne pour être plus précise!

    "Mais je vous trouve parfois piquante et j'aime bien aussi.":

    Ceci m'inspire une pensée pour une chanson qui n'égale évidemment pas les vôtres, mais peut-être une idée pour une prochaine qui sait;-)

    "Oh que c'est joli....
    je me suis trop penchée au-dessus des vides ordures
    Et je suis tombée dans un étrange pays
    C'est le pays, de la poubelle magique!
    J'ai rencontré des êtres fantastiques
    Et voilà c'que j'ai appris :

    [refrain]
    Les insectes sont nos amis
    Il faut les aimer aussi
    Mais connaisez-vous les noms
    De mes nouveaux compagnons
    Laissez-moi vous présenter
    Mes bébêtes préférées...

    Moi je m'appelle Mouchame
    Je suis une mouche verte
    Mes menus gastronomiques
    Sont sur papier hygiénique(bis)

    Et toi quel est ton nom?
    Je suis Morbak le morpion
    Regardez comme j'suis mignon_
    Je suis frileux et j'm'installe
    Toujours à côté du poil __/(bis)"

    http://www.youtube.com/watch?v=sLCQTmUZYH4

    Un peu d'humour dans ce monde de brutes ;-)

  • "Drapeau blanc."

    Ah non hein, juste quand ça devenait tordant!

    Quoiqu'on pourrait créer pour l'occasion un lieu d'aisance comme un autre à son enclos à foin sur le blog de blondesen :-)

  • Voyons voir: 1956 + 30 = 1986. Donc Audrey a 23 ans cette année et encore 22 si elle est par exemple sagittaire. Le calcul de la teigne était donc vraiment tout tout tit."

    Exact, encore un signe de son inculture, à force de remuer la merde faut croire qu'on finit par tomber dedans... lionne pour être plus précise!

    Ou quand les MINUS HABENS se rencontrent!

    :))))))))))))))))))))))))))

  • Rhooooooooo Hitler aurait ressuscité en 1956 pour envahir la Hongrie ? Quel scoop! Lolllllllllllll Décidément le MINUS HABEN a encore perdu l'occasion de se taire ! Mais il est vrai que vous n'êtes plus à une bullshit près!

    La nullité, inutile de faire du copiage de mes commentaires:

    Toujours aussi MINUS HABENS le raciste antisioniste doublé d'un antisémite. JOHANN votre réputation vous précède. Vous être connu comme un loup blanc!

    :)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

    Ecrit par : Patoucha | 12.06.2009

    "Voeu très - " pieu " -et qui n'a absolument aucune chance de se réaliser.

    Lolllllll Vous vous plantez un pieu dans le pied là!!!!!!!!!!!

    Vous aimeriez bien vous débarrasser de l'ombre que je vous fais! :))))))))))))

    C'est même tout le contraire, vous l'excitez."

    Lol ce n'est pas à vous Johann l'eunuque de service que cela arriverait! A prendre au premier degré parce qu'au deuxième je vous fais confiance à tous deux car vous n'avez rien à m'envier! :)))))))))))))

    "Ce n'est pas pour rien que je l'appelle la teigne."

    Id° pour moi le MINUS HABENS et à rajouter à partir d'aujourd'hui l'EUNUQUE DE SERVICE ! :))))))))

    En revanche, on n'est sali que par la boue! Et pour Audrey, une mare c'est de l'eau stagnante qui ne gicle pas mais devient très agitée et boueuse . :)))))))))))))))))))))

    "Audrey 04 2009: ou l'art de lancer un pavé dans la mare, et de s'étonner que l'eau gicle." Lolllllllllllllll

    "Mais je me demande si les teignes vont apprécier la comparaison..."

    et l'insecte nuisible tel le cafard que vous êtes JOHANN, le MINUS HABENS EUNUQUE DE SERVICE! croyez-vous qu'il apprécierait la comparaison?

    "Ah la bave du crapaud..."

    Mdrrrrrrr un se prend pour un aigle noir et l'autre pour une blanche colombe!!!!!! On aura tout lu sur ce blog!

    "Ne dites pas de mal des crapauds,"

    C'est vrai ça lollllll! tant vous bavez dans chacune de vos interventions! :))))))

    "Et après tout mieux vaut en rire que de s'en offusquer."

    Effectivement! je suis MDR sachant qu'en vous taxant d'eunuque ne vous offusquera pas! :))))))))))))))))))))))))

    "C'était notre rubrique: comique de répétition, tellement elle - "hoquète" DEUX TT l'ignare - ses insultes très premier degré."
    "ce sont des animaux très utile, contrairement à certaines personnes!"

    Incontestablement, il est plus élégant "d'hoqueter" que de vomir ses insultes à tous les degrés!

    "J'avoue honteusement: j'ai le même défaut que vous!"

    Mdr mdrr vous avez en commun non seulement votre mauvaise foi crasse mais aussi "Les trente-six raisons d'Arlequin" ! :)))))))))))))

  • Non Patoucha, l'expression exacte est en réalité: "quand les grands esprits se rencontrent", mais on ne vous tiendra pas rigueur de cette preuve d'originalité, difficile de sortir la tête haute d'une pareille bourde évidemment:-)

    Surtout qu'il ne faudrait pas nous priver de l'illustration de vos accusations contre mes prétendus "pompages". Si la suite est encore plus drôle que de vous voir vous enfoncer toute seule, je m'en voudrais atrocement de priver les autres de ceci!

    On veut la suite! On veut la suite!

  • Moi je m'appelle Mouchame
    Je suis une mouche verte
    Mes menus gastronomiques
    Sont sur papier hygiénique(bis)

    Et toi quel est ton nom?
    Je suis Morbak le morpion
    Regardez comme j'suis mignon_
    Je suis frileux et j'm'installe
    Toujours à côté du poil __/(bis)"


    MOUCHAME et MORBAK/
    AUDREY et JOHANN

    vraiment dans votre élément les poubelles ! :))))))))))

  • Patoucha, 1956= invasion de la hongrie par les chars soviétiques après le soulèvement de la population, invasion qui a déclenché d'importantes manifestations dans le monde dit libre, d'où la discussion avec Octave que vous avez si aimablement reprise, malheureusement en n'y comprenant pas un seul mot.

    On ne vous en veut pas de ne pas savoir lire. Mais votre persistance dans le ridicule est très très pathétique.

  • Audrey, pourquoi dites-vous "Le monde dit libre" ? Si à l'ouest le monde n'est pas libre, cela veut-il dire que, à l'est, le monde est libre ? Ceux qui ont subit les invasions des socialos-communistes russes seront très heureux de l'apprendre ! Où étiez-vous lors des manifs anti-russes à Genève ? Encore dans les c.....les de votre père !

  • Drôle avec vous Octave, il faut absolument que tout soit tout noir ou tout blanc en permanence... "Monde libre" est une expression qui ne s'utilise que par opposition au "monde soviétique", d'où le "dit" libre. Dans la réalité, avec le contrôle de la télévision dans les 60's en France et l'interdiction du droit de vote des femmes encore en Suisse, sans parler de la contraception bien entendu, j'aurais du mal à montrer cette période comme un véritable exemple de liberté, et ce même à l'ouest. Mais chacun se satisfait de ce qu'il veut évidemment.

    Et dans les ovaires de ma mère bien entendu. On n'a jamais vu un spermatozoïde créer un bébé à lui tout seul :-)

  • @Patoucha
    http://www.lettres.org/troll.htm

    :-))))

  • ..........heu......Patoucha: POELE, pas poil........Toute la finesse du jeu de mot est dans ce POELE..........sans ce POELE, ce n'est plus drôle, juste niveau "pipi-caca"
    POELE, ma chère....

  • Bonjour Octave, voulez-vous expliquer à cette analphabète d'harpie la différence entre insurrection et invasion. Et qu'on dit des LIEUX d'aisance! Merci! :)))))))))))


    Bonne journée et à ce soir!

  • Je suis certaine que celui-ci peut le faire, mais je ne saurais m'empêcher de le devancer: l'insurrection de Budapest en 56 est le soulèvement de la population hongroise contre l'armée soviétique. L'invasion par les chars soviétiques est l'épisode qui le suit directement et qui a déclenché les manifestations. Evidemment qu'il n'y a pas eu d'insurrection des troupes soviétiques, ma pauvre Patoucha...

    Vous en êtes déjà au Trollomètre + 200:

    "Avec moi un débat n'est jamais fini, un incident n'est jamais clos. Par exemple, si j'ai lancé une affirmation mensongère, peu importe qu'on m'ait démontré que mon affirmation était fausse, je peux réutiliser la même affirmation quelques temps plus tard."

    Génial votre lien Pascale ;-)

  • Ho là là ! La Hongrie a voulu être indépendente en 1956. Les troupes soviétiques l'on envahie pour "rétablir" l'ordre. Le même scénario s'est retrouvé à Prague quelques années plus tard. L'ordre socialo-communiste ne voulant pas de révolte de libertés! Les citoyens se sont révoltés contre les russes et ces derniers ont envahis ces pays pour imposer leur politique et leurs agressions. Cela a plu aux socialistes et autres gauchistes suisses. Aucun gauchiste a participé aux manifestations anti-socialistes à Genève. La plus grande manif a eu lieu à la Place Neuve et les flics avaient beaucoup de peine à retenir les manifestants. Ce soir-là, il n'y avait pas de représentant de la gauche genevoise pour défendre les droits légitimes des hongrois et, plus tard, des tchèques. Le mot d'ordre était, pour nos gauchos de service, de la boucler et de glorifier la Russie ! Pour résumer, la gauche suisse et genevoise a condamné l'insurection Hongroise et Tchèque et a toujours soutenu les interventions armées russes dans ces pays. C'est normal car chacun sait que le mur de Berlin a été construit afin que les occidentaux ne puissent pas pénétrer dans les paradis socialistes.

  • Pascale, excellent le Trollmètre!

  • légensontétranges/Audrey ma pauvre vous! vous avez trop tendance à vous surestimer et à sous-estimer les gens à qui vous vous mesurez. N'est-ce pas le morpion!

    MOUCHAME et MORBAK/
    AUDREY et JOHANN

    Ou "quand les "grands esprits" de morpions se rencontrent",:))))))))))) Et n'oubliez pas de dire au MORBAK que "des..très "utile" prend un S

    Mdrrrrrr je vous situe bien plus après l'invasion de la Hongrie en 1944, car il semble que vos journées soient tellement longues que vous en oubliez de compter les nuits! :))))))))))








    Et dans les ovaires de ma mère bien entendu. On n'a jamais vu un spermatozoïde créer un bébé à lui tout seul :-)

  • "Et dans les ovaires de ma mère bien entendu. On n'a jamais vu un spermatozoïde créer un bébé à lui tout seul :-) "

    J'oubliais que je suis MDRRRRRR MDRRRRRRRRR à lire de telles inepties comme toujours!!!!!

    @Octave, elle était "en reproduction" mdr mdrrrrrrr

    Bonne nuit

  • "vu votre pauvreté langagière"

    Et vous, votre richesse du langage!

    "Pauvre mec, si tu piges quedalle c'est juste pas de ma faute. Mets tes
    binocles et retourne voir sur le poste "féminisme". T'avais dis que les gars avaient besoin de pisser debout pour pisser dans la rue, je t'avais répondu que ceux qui pissent à chaque coin de rue ne "vallaient" pourquoi pas trois lll ? :)))) pas mieux que des chiens,"

    "Eh bien apparemment pas... Et ça vient donner des leçons de français...apparemment vous avez en tous cas dû sécher vos cours de littérature,"

    Pas la même littérature "neteuse" cela est certain! :))
    Apparemment, apparemment, evidemment, evidemment! quoique, que et j'en passe.....

    quoiqu'il est plus probable vu votre pauvreté langagière que vous n'en ayez jamais - "suivi". - Encore une faute!!!!!


    "l'expression exacte est en réalité:" Vous avez dit une littéraire?

    Je ne vous en veux pas non plus de ne pas comprendre ce qu'on écrit, de me bassiner avec vos phrases alambiquées, de vos copiages, ni de faire des fautes grammaticales, mais je vous en veux de ne pas assumer vos provocations.

    ABE

  • "et à sous-estimer les gens à qui vous vous mesurez"

    Ah bon?? Parce que là on "se mesure"?

    J'avoue pour ma part avoir pris ça pour le petit moment abrutissant de rigolade de la journée, comme d'autres se mettent devant la télévision, mais il semble que pour vous c'était du sérieux...

    Du coup je crois que je vais vous laisser dorénavant vous mesurer toute seule, le trollomètre (copyright Pascale), c'est par ici-->http://www.lettres.org/troll.htm, comptez les points, ça devrait vous occuper pour la fin du week-end!

  • eisntein,

    tu mets des espaces entre tes paragraphes ,

    pour combler ton manque de contenu ?

  • einstein = patouche

  • Cette pauvre conne de patoucha doit bien s'ennuyer durant les heures où ses enfants sont à l'école... N'aurais-tu pas des toilettes à récurer ma chère au lieu de barber tout le monde??

  • @ Patoucha

    "Je ne vous en veux pas non plus de ne pas comprendre ce qu'on écrit, de me bassiner avec vos phrases alambiquées, de vos copiages, ni de faire des fautes grammaticales, mais je vous en veux de ne pas assumer vos provocations."

    analyse très fine Patoucha de notre chère Audrey félicitations

  • Bravo Leclercq pour votre "analyse très fine Patoucha..."

    Si vous aviez lu et suivi les commentaires de ce billet, vous auriez pu constater que Patoucha a débarqué dans la "conversation" avec deux interventions agressives à l'encontre d'Audrey, n'appelle-t-on pas ceci la provocation?

  • @ Pascale

    et alors, je ne m'intéresse pas à la provocation de Patoucha envers audrey

    mais l'analyse très fine de Patoucha envers audrey me plait beaucoup

    peut-être parce que c'était moi qui était vilipendé par audrey à propos des
    hommes qui pissent comme des chiens au coin des rues.

  • Bah oui Leclercq, quand on n'arrive pas à sauver la face avec des arguments, on vient ricaner en coeur avec la hyène de service...ça semble être un classique chez certains "hoministes" dirait-on.

    Pas de quoi en faire une généralité évidemment, c'est un classique certainement depuis les débuts de l'humanité, un mode d'exister et de se sentir "être" particulièrement exacerbé de 1 à 14 ans, mais qui peut s'étaler sur toute une vie chez de nombreuses personnes.

    Chacun son niveau naturellement:-)

  • @ Audrey

    "Bah oui Leclercq, quand on n'arrive pas à sauver la face avec des arguments"

    Ah parce que tu en a amené des arguments toi par rapport aux hommes qui doivent pisser assis !!!! les arguments hommelibre les à amené et je n'avais rien à ajouter à son propos , toi non plus il me semble. qu'est que tu veux de plus.
    l'argument est très simple, un homme n'a pas à se faire dicter se qu'il doit faire par une femme. si elle ne comprends pas, il reste la fermeté, si elle ne comprends toujours pas c'est une bourrique, dans ce cas elle dégage, suis-je bien clair, pas de discussion inutiles quand il n'y a pas lieu.

    Les attentes légitimes de l'homme face à sa partenaire
    Comme tous les hommes, vous êtes prêts à faire beaucoup pour la femme que vous aimez, lui décrocher la lune s'il le faut (même si elle ne le vous demande pas). Si vous voulez vivre heureux avec
    une femme, vous avez des stratégies efficaces à développer, un mode d'emploi à apprendre, être à son écoute... Mais vous avez aussi des droits, des privilèges, des limites à faire respecter. Vous devez apprendre à vous tenir debout lorsque son comportement est inacceptable, qu'elle vous critique sans cesse et cherche à vous con¬trôler en vous imposant sa façon d'éduquer les enfants, de gérer l'argent, la sexualité, les activités sociales, ou veut aussi vous dire comment conduire votre carrière ou votre auto. Vous ne devez jamais user de violence, car vous perdriez votre fierté personnelle et votre estime, mais vous devez utiliser la fermeté, faire preuve d'assertion, vous diront les psychologues, lorsque nécessaire.

    http://www.affabulatio.com/archive/2006/02/18/ou-est-le-pouvoir-de-domination-dans-le-couple.html

  • @Leclercq
    J'ai trouvé l'article dans votre lien très niaiseux. Que de généralités et simplifications.
    Nous ne vivons certainement pas dans le même monde.
    "les jeunes hommes éduqués et sensibles d'aujourd'hui": il y a en toujours eu et il y en aura toujours, ce n'est pas une particularité d'aujourd'hui. J'en ai connu (peu) en étant jeune) et j'en connais (toujours peu) aujourd'hui.
    Dans votre monde, il y a de jeunes hommes sensibles et prêts à tout pour l'harmonie du couple d'un côté et les harpies obsessionnelles de l'autre. C'est un peu simplificateur.
    Les harpies ont également toujours existé. Des femmes qui d'un regard ou d'une remarque acerbe à leur mari les cantonnaient à une marionette sans saveur.

    Personnellement ce que je constate, c'est que nous vivons une période de grand panachage. Il y a des couples qui vivent une relation harmonieuse, des gros lourds qui n'ont rien d'éduqué et de sensible avec des pouffes qui n'ont d'autre souci que celui de séduire, des pauvres gars avec des mégères castratrices. C'est très cliché j'en conviens, mais j'omet les nuances, sinon il y autant d'accouplement possible que d'individus, donc j'en aurais pour 1000 pages...

    D'autre part, il me semble illusoire de viser à l'éradiction d'un rapport dominant-dominé, je crois que cela fait partie de la nature humaine, mettez deux enfants, deux adultes du même sexe ou non, vous aurez immédiatement une sorte de hiérarchie qui s'installe. Le mieux que l'on puisse viser, à mon humble avis, est un rapport dominé-dominant non constant et non tyrannique. Par ceci je veux dire que le rapport peut changer selon les situations, le dominé devient dominant et vice versa. Chacun peut avoir ses domaines où il ou elle fait autorité de façon naturelle.

  • On peut remarquer surtout, en suivant tous les ouvrages cités, ainsi que l'ancien post sur la presse féminine et masculine, que les messages a destination des femmes décrivent ce qu'elles devraient faire plus comme ceci, plus comme cela, pour mener une vie harmonieuse avec leur conjoint, pour qu'ils les aiment (cf. jeune et jolie: "donne-lui envie de toi"), en somme pour plaire à l'autre. Les messages à l'attention des hommes semblent plutôt leur dire comme protéger leur sphère et leur intégrité.

    Je rejoins Pascale, ces pseudos manuels du "vivre ensemble", forcément généralistes donc forcément réducteurs, commencent à devenir de nouvelles plaies sociales. A croire que l'on ne peut plus rien faire/dire/penser sans se le faire expliquer par avance par un guide...

  • Je profite d'une petite pause et d'un brin de wifi pour dire quje je suis d'accord avec vous Audrey. Ces pseudo-manuel sont des entreprise de bêtification et de volonté d'empêcher les gens - femmes et hommes - de se déterminer par soi-même, selon ses choix et ressentis.

  • @ Pascale: votre conclusion définit un bon objectif, raisonnable et déjà libérateur. Mais j'espère que l'on puisse aller plus loin. Par exemple en parlant chacun de soi, pas de l'autre; en s'ajustant; en étant partenaires dans une démarche de libération des tyrannies et des schémas préfabriqués.

  • @ Audrey

    on est dans une société maternante qui dénit le paternel.
    j'apprécie assez certains manuel, qui servent de pistes de réflexion.

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article12

    http://www.passereve.com/journal/PDF/machos.pdf

    http://www.psycho-ressources.com/bibli/homme-fier.html

    http://www.lien-social.com/spip.php?article2048&id_groupe=12

  • @Leclercq
    J'insiste mais nous ne vivons pas dans le même monde. Je ne vois et ne ressens aucunement une envie de similitude de la part des femmes que je côtoie, de même que cette demande de féminisation des hommes.
    A moins que vous considériez comme "féminisant" un meilleur partage des tâches dites ménagères.

    J'ai beaucoup d'incompréhension face à votre combat hoministe car cela ne correspond pas à mon environnement.

    Je râle encore devant les devoirs de ma fille lorsqu'il y a ce genre de phrases: "Les filles sont plus peureuses que les garçons".
    Je râle quand je me présente à un poste de travail et qu'on devient soupçonneux parce que j'ai un enfant et que je suis divorcée.
    Bref, il y a pour moi encore plein de choses injustes., par contre je ne revendique pas la féminisation de mon homme (ou des autres).
    S'il y a des choses injustes à l'encontre des hommes, (et je reconnais qu'il y en a, notamment autour de la séparation et de la paternité) pour lesquelles il faut se battre, mais je ne suis pas d'accord avec cette société "maternante" que vous nous décrivez.

    Les choses de l'éducation sont en train de changer me semble-t-il, et de revenir à des bases plus solides et raisonnables que celles adoptées au début des années 70 où il ne fallait surtout pas contrarier un enfant sous prétexte que l'on allait nuire à son épanouissement.
    Et ceci me semble complètement indépendant du mouvement féministe.

  • "Ah bon?? Parce que là on "se mesure"?

    Lol vous vous mesurez à tout le monde!

    "J'avoue pour ma part avoir pris ça pour le petit moment abrutissant de rigolade de la journée, comme d'autres se mettent devant la télévision, mais il semble que pour vous c'était du sérieux..."

    Ce bla bla bla vous le servez à d'autres!

    "Du coup je crois que je vais vous laisser dorénavant vous mesurer toute seule, le trollomètre (copyright Pascale), c'est par ici-->http://www.lettres.org/troll.htm, comptez les points,
    ça devrait vous occuper pour la fin du week-end!

    Je n'ai pas les mêmes amusements que vous ni de temps à perdre sur les sites que vous fréquentez le morpion de service MOUCHAME! :))))))))))

    Bah oui Leclercq, quand on n'arrive pas à sauver la face avec des arguments, on vient ricaner en coeur avec la hyène de service...ça semble être un classique chez certains "hoministes" dirait-on.

    Dont John?

    Pas de quoi en faire une généralité évidemment, c'est un classique certainement depuis les débuts de l'humanité, un mode d'exister et de se sentir "être" particulièrement exacerbé de 1 à 14 ans, mais qui peut s'étaler sur toute une vie chez de nombreuses personnes.

    Mais quel charabia!!!!!!!!!

    Chacun son niveau naturellement:-)

    Evidemment, certainement, naturellement! : Niveau d'une snobe qui se perd dans les adverbes ! :)))))))

    Assumez vos provocations/Bis!

    C'est tout pour le moment!

  • PASCALE, la partiale qui s'insurge contre l'injustice alors qu'elle la pratique?

    Riez donc Pascale, cela vous changera de venir nous pleurer votre vie! Chacun a ses enquiquinements mais,force est de constater, pas la même pudeur!

  • @Patoucha
    Sur la pudeur et mes "pleurs", l'attaque est bien basse.

    Je n'userai pas des mêmes mots que Boo, mais je n'en pense pas moins.

    Sur le reste, et l'injustice que je pratique, je suis tout de même curieuse???

  • C'est pour vous faire parler LUZIA!

    C'est la deuxième fois que vous usez et abusez du nom d'Einstein! Si la première personne ne l'a pas relevé, je le fais pour sa lourdeur!

    Dommage Luzia de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas d'autant que vous n'étiez pas concernée!

    :))))

  • PASCALE, je vais satisfaire à votre curiosité car vous semblez tomber des nues, pourtant votre intervention tant à mon encontre qu'à celle de Leclercq me concernant relève d'un parti-pris!

    Je ne me suis jamais immiscée dans vos discussions ni relevé vos messages contrairement à vous. Pour votre gouverne, je réponds aux provocations, je n'en suis pas l'instigatrice loin s'en faut. Si vous aviez suivi les commentaires sur les autres topics vous vous seriez abstenue d'en faire comme vous auriez dû éviter le "je n'en pense pas moins" s'agissant du commentaire poubelle de Boo!.

    Désolée de vous avoir blessée mais, vous en conviendrez, j'ai là aussi répondu à une attaque.

    Bonne soirée

  • "je réponds aux provocations, je n'en suis pas l'instigatrice loin s'en faut"

    Une question, est-ce que le fait de poster quelque chose, bien que ne vous concernant absolument pas, comme c'est le cas ici, relève d'une "provocation" à votre encontre? Ma parole vous êtes vraiment très égocentrique!

    Je crois qu'il faudrait que quelqu'un vous explique sérieusement ce que veut dire ce mot: provocation...

    La vérité Patoucha, c'est que même lorsque vos messages ne concernent pas tout le monde, ils en em....ent un grand nombre, parce qu'ils polluent tout débat avec des reprises totalement hors sujet, et même pas drôles si ce n'est le côté pathétique de votre personnage qu'ils révèlent. D'où les réactions, pour l'injustice vous repasserez. Vous êtes vraiment comme ces bambins semeurs de zizanie qui s'étonnent au final de s'en faire coller une et vont pleurer à l'injustice (c'est le cas de le dire) dans les jupes de leur mère.

    Vous devriez vraiment aller consulter le site du troll, on croirait qu'ils vous ont pris comme modèle:-) Et puis pas le temps, à d'autres hein...

  • Eh bien Patoucha, vous aurez eu le mérite de nous mettre "sur le cul", comme on dit;-) Ce revirement est tout à votre honneur!

    Bonne soirée

  • @HOMMELIBRE

    @ Audrey, Pascale, Einstein, et les autres,
    En me relisant, je m'aperçois qu'effectivement je ne suis pas au niveau des conversations. Je me retire donc des débats avant de paraître encore plus minable.Désolée pour les injures et les propos dégradants.
    Bonne soirée

    Ecrit par : Patoucha | 19 juin 2009

    CECI DEMANDE UNE EXPLICATION! J'ESPERE QUE LA VOUS ALLEZ DENONCER L'AUTEUR DE CETTE USURPATION! MERCI

  • @AUDREY : Ce revirement vient soit de vous soit de Johann! Mais cela ne restera pas lettre morte!

  • Ah ben ça m'étonnait aussi...

    :-)

  • Hé oui! Pascale, cela vous démontre à quel point je suis dans le vrai car je sais à quel genre d'énergumènes j'ai affaire! Mais cette fois ils ont été trop loin et ils vont apprendre qu'on ne peut dire et faire n'importe quoi sous couvert de "l'anonymat"!

  • Ca m'étonnait aussi, quoique pour les gens de bien l'espoir fait vivre;-)

    Si vous aviez un peu de jugeotte patoucha vous sauriez que pour finir rien ne nous "sert" plus que votre comportement antipathique constant qui fait que peu à peu tout le monde finit par vous détester. Qu'aurions-nous eu à gagner à vous montrer fair-play, modeste et avec une capacité à reconnaître ses torts que les gens éclairés reconnaissent généralement comme une grande qualité.?

    M'étonnerait même pas que ce revirement soit de vous, pour mieux hurler à l'usurpation et nous l'attribuer. Ca vous ressemblerait finalement assez. Allez y homme libre, balancez l'ip qu'on se marre un coup!

    "Mais cette fois ils ont été trop loin et ils vont apprendre qu'on ne peut dire et faire n'importe quoi sous couvert de "l'anonymat"!"

    C'est une menace de quoi? D'un harcèlement encore plus constant que celui que l'on voit déjà? Ou comptez-vous aller déposer plainte à la police contre usurpation de pseudo vous montrant avec trop de qualités?

  • C'est pour vous couvrir ce message?

    Il faudrait compter parmi les signataires laquelle de nous deux est la plus détestée! N'oubliez pas de rajouter à la liste votre deuxième pseudo "lesgensontétranges" et combien d'autres encore?

    De plus, nommer Einstein, dénote d'une personne qui ne comprend toujours rien à ce qui est écrit et cela ne peut être que vous ou Johann! Mais ce message en dit long.....

    ABE

  • Parmi les habitués ça risque de ne pas être très long. Disons qu'il y en a qui se font détester pour leurs idées par ceux qui ne supportent pas que l'on puisse penser autrement, d'autres pour leur sempiternel comportement agressif doublé d'une vacuité argumentative profonde, digne d'un pure harcèlement bas de gamme. Les premiers sont des gens avec qui l'on peut discuter même lorsqu'on n'est pas d'accord avec eux, les seconds sont au mieux encombrants pour ceux qui pensent la même chose.

    Au risque de vous décevoir ce ""lesgensontétranges" n'est pas moi. Je signe toujours de mon prénom et de la même adresse e-mail partout sur ces blogs, pour le meilleur comme pour le pire (clin d'oeil à Boo)! J'assume entièrement mes écrits, à quoi bon me cacher? Et puis, comme vous le savez apparemment mieux que moi, j'aime tellement me lire qu'écrire sous un pseudonyme gâcherait littéralement mon plaisir;-)

    Mais votre persécution devient inquiétante (menaces "voilées", tentatives de diffamation) et en ce sens j'aimerais effectivement que notre hôte fasse la lumière sur cette "affaire" (qu'est-ce qu'il ne faut pas s'entendre dire...) avant que l'on ne s'enfonce dans l'absurde.

    Oui votre message en dit long d'une personne qui, n'ayant semble-t-il rien d'autre à faire à 2h du matin un vendredi soir, s'invente une vie virtuelle trépidante, avec des "duels" et des ennemis cachés...

  • @ Pascale: je ne suis pas d'accord avec vous en ce qui concerne le lien mis par Leclercq. Je trouve dans cet article beaucoup de points intéressants, et ressentis par beaucoup d'hommes. Bien sûr on ne peut généraliser et parler au nom de toutes les femmes, mais il y a une tendance décelable: la contradiction pour certaines femmes de vouloir intellectuellement le partage, et de faire encore des hommes des gladiateurs plus ou moins espérés et en même temps redoutés. Schémas inconscients, qu'il convient de mettre à jour. Il y a aussi certainement des schémas dans l'esprit d'hommes, même chez ceux qui aiment partager: les atavismes peuvent être analysés par la tête, mais leur désamorçage intérieur et profond prend du temps.

  • @ Pascale.

    "cette demande de féminisation des hommes. "
    cette demande est tellement dans l'air du temps que tu ne te rends même plus compte quelle existe !!!
    actuellement la mode est a l'indifférenciation, au féminiment correct, Audry le revendique bien assez.

    "A moins que vous considériez comme "féminisant" un meilleur partage des tâches dites ménagères."

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article226

    Ah toi aussi tu vois des beauf partout, une biére à la main regardant un match de foot, les féministes fonts un tapage, en considérant qu'il n'y a que les taches ménagéres dans un couple. c'est bien réducteur tout ça. j'ai déjà débattu largement du sujet dans un forum précédent.
    Toi aussi tu semble oublier que des hommes ne savent pas faire grand chose dans une maison, et que de plus en plus fonts des maisons entiéres !!!! alors tu vois pour ceux là ton meilleur partage tu pourra repasser !!!
    "j'ai même vu un post réçent où sur un ton ironique il était écrit Leclercq ah celui qui fait des maisons, encore une du style Audrey que le respect n'étouffe pas sûre de sa jactance, c'est tellement bien les belles phrases souvent vide de sens !!!

    "Plus précisément, faire du partage des tâches ménagères un principe obligé sans quoi c'est la guerre dans le couple, cela me heurte profondément dans la notion que j'ai de la liberté. Les compagnes que j'ai connues, élevées par des mères à la maison, ne savaient souvent pas cuisiner ni passer l'aspirateur. Moi-même je cuisine peu mais je passe l'aspirateur sans problème. Et n'y voyez pas de ma part une quelconque allégeance au féminisme, c'est simplement naturel pour moi, cela ne me pose aucune question philosophique. J'ai l'impression que là le féminisme fait dans l'intendance faute d'une pensée fondamentale susceptible de dépasser les genres." hommelibre

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/03/10/feminisme-et-feminismes.html#comments

    "Les choses de l'éducation sont en train de changer me semble-t-il, et de revenir à des bases plus solides et raisonnables que celles adoptées au début des années 70 où il ne fallait surtout pas contrarier un enfant sous prétexte que l'on allait nuire à son épanouissement.

    c'est pas trop tôt !!!!

    http://www.e-litterature.net/publier2/spip/spip.php?article600

    Et ceci me semble complètement indépendant du mouvement féministe."
    oui ça vient du mouvement soixante huitard dixit Tony Anatrella "la différence interdite"

    "S'il y a des choses injustes à l'encontre des hommes, (et je reconnais qu'il y en a, notamment autour de la séparation et de la paternité) pour lesquelles il faut se battre"

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article92

  • Oui votre message en dit long d'une personne qui, n'ayant semble-t-il rien d'autre à faire à 2h du matin un vendredi soir, s'invente une vie virtuelle trépidante, avec des "duels" et des ennemis cachés...

    Ecrit par : Audrey | 20 juin 2009

    N'est-ce pas du HS Hommelibre et une ingérence dans la vie privée d'autrui?

    Ce que je fais de mes heures ne vous regarde pas! MA VIE NE VOUS REGARDE PAS! j'espère ne plus avoir à vous le redire! Et si la votre de vie est à l'image de celle que vous donnez ici elle est bien plus préoccupante que la mienne! De plus, comment avez-vous su qu'il était 2h du matin?

    Et comme à l'habitude il faut toujours expliquer ce qu'on écrit: C'est votre message qui en dit long!

    Et si vous vous arrêtiez à la vacuité de vos propos!

    ABE

  • Erratum: la vôtre.....

Les commentaires sont fermés.