Plus on vole bas, moins on tombe de haut

La foi dans l’humain est-elle une vertu ou un aveuglement? Cette espèce si géniale, capable aussi du pire, mérite-t-elle excès d’honneur ou indignité?

Crash4.jpgCela s’apparente un peu au débat sur le verre à moitié plein ou à moitié vide.

D’un côté, il y a l’extraordinaire capacité d’adaptation de l’espèce humaine, qui lui a permis de se répandre partout sur Terre et de proliférer. Il y a l’intelligence de fabriquer des outils pour faire progresser son développement, et une morphologie l’autorisant à créer selon son besoin, grâce en particulier à ses doigts.

Le développement du langage, de l’intelligence, la phénoménale capacité d’abstraction, la rigueur scientifique, l’organisation des sociétés, la généralisation d’un droit fondamental des individus, et tant d’autres facteurs, laissent frissonnant d’admiration.

D’un autre côté, la progression de l’horreur dans les guerres, le sadisme des régimes militaires, la capacité d’auto-destruction, la lâcheté et le moutonnage, la violence tournée contre lui-même hors de toute raison, laissent sidéré.

Avoir foi dans l’humain c’est considérer sa part de lumière et placer la barre très haut. Au risque de la chute, de la déception presque inévitable à cause de la part d’idéalisation que la foi produit. Car l'humain est lumière et ombre.
crash3.jpg
Considérer au contraire que l’humain est une espèce indigne de foi, un avatar malheureux de la nature, s’attendre au pire, c’est à coup sûr ne pas risquer d’être déçu. Soit les faits nous donnent raison, l’humain démontre qu’il est une espèce indigne, et l’on s’y attendait. Soit il y a des humains emplis d’intelligence de coeur et d’esprit, et l’on sera agréablement surpris que certains valent un peu plus ce que le cynisme ou la défiance habituels nous inspirent. On ne tombe pas de haut si l’on se trompe.

Chacun choisit sa manière de voir, laquelle est largement conditionnée par nos expériences personnelles dès l’enfance, et peut-être par des prédispositions neuro-biologiques au bonheur ou au malheur.

La foi a ceci de bien est qu’elle produit des être “déliés”, déliés dans leur esprit et leur coeur, ouverts, disponibles, créatifs, capables de changer - au moins partiellement - leurs modes de fonctionnement et leur implication dans le monde.

Le cynisme lui fixe, ancre dans la certitude que rien ne changera. On y fait le lit de son désinvestissement de soi et du monde. On est “lié” au sort et à cette vision passive de l’humain.

Au final, la foi dans l'humain est peut-être plus capable de rendre heureux que la défiance. Alors, à chacun de définir son objectif.

 

7-1LybieJoke.jpg

Catégories : société 20 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour homme libre,

    Ce billet tombe à pic et me fait penser à certaines de nos discussions "philosophiques" sur la déception :-)

    Bien qu'apparaissant ici très défiante, je partage assez votre point de vue, mais il s'avère effectivement que lorsqu'on place la barre haut, que l'on est peut-être un peu trop candide, la chute s'avère généralement dure. La foi en l'espèce humaine est peut-être à ce prix. J'ai pour habitude de dire que les plus cyniques étaient sûrement autrefois les plus candides, donc ceux qui ont été le plus touché et blessé par ce que l'espèce humaine peut aussi produire de plus bas.

    Le mieux est encore de savoir s'équiper d'un parachute;-)

  • Audrey, oui... Avec ce que j'ai traversé, j'ai parfois senti le cynisme et le rejet de l'humain me gagner. Mais je peux difficilement trouver un sens à ma vie sans cette foi, alors je travaille à ne pas me laisser emprisonner là-dedans. Ce qui revient à un thème qui m'est cher: nous décidons de notre mode de réaction au monde. Quoique nous fassent les autres, nous sommes responsables de notre réaction et notre positionnement, c'est la part qui nous revient. Sinon nous ne somme que des billes dans un jeu, ou des bouchons sur la mer.

    Cela dit, être moins candide n'est pas un mal. La lucidité n'est pas automatiquement du cynisme, pas besoin de prendre Céline pour modèle. Ah, la lucidité joyeuse! C'est un bon challenge!

    J'apprends aussi à faire confiance avec plus de lucidité. Pour parachute, j'apprends surtout à tomber!... (:o)... Faire confiance en sachant que nous pouvons nous tromper, mais qu'au fond cela ne doit pas entamer la confiance. Un vaste programme! C'est entre autres pour ce genre de réflexion que j'accorde une part prépondérante à l'individu sur le collectif. (Raaaahhh... je vais provoquer un autre débat... ) (:o))

  • J'ajoute: c'est un travail sur l'indépendance intellectuelle et émotionnelle. Non pas devenir indifférent, mais ne pas être modelé par les autres et le monde; rester centré sur sa voie et ses propres valeurs, échanger sans se soumettre ni imposer, reprendre son chemin après les tempêtes.

  • hum...je ne sais pas si j'ai très bien compris ce que vous vouliez dire par privilégier l'individu sur le collectif!

    C'est vrai aussi qu'il y a un pas de la candeur au cynisme, mais je reconnais avoir sur ce point de la peine à ne pas me situer aux extrêmes...difficile d'accepter devant certains faits la haine et la méchanceté que peut porter un coeur humain, votre expérience a du vous confronter totalement à ce genre de questions, d'autant plus que là c'est aussi le collectif qui vous a cloué au pilori.

    Bien sûr que nos réactions nous appartiennent, et que c'est finalement la dernière chose qu'on ne puisse vous enlever. Mais je crois qu'il faut tout de même tenir compte des poids qui nous pèsent pour juger de ces réactions. C'est toute la question de la tension entre individuel et collectif :-) Nous ne sommes pas tous des Jésus, et dans une situation qui a été la vôtre, je crois que chacun aurait pu se montrer compréhensif au sujet de réactions un peu trop vives. Il faut quand même tenir compte du contexte.

  • Hoooome-Liiiibreuuu(reconstitué)! Je débarque comme un cheveu sur la suppe, vous êtes en plein débat (ja, ch'ai mis un d,teufel). Je m'en voooosudrais de vous interrompre, surtout qu'entre dés-espoir, dé-prendre, dé-construire, dédé et compagnie, j'ai cessé les dés (craps ou 121, à coudre), et donc, même s'il sont d'un niveau élevé, j'ai décidé aussi de cesser de dé-battre, et donc de me battre, non pas moii, les autres, enfin me battre avec les autres, non! pardon, ça va venir... ne dé-battant plus, je devient battant! C'est paas ça non plus! Je veus dire, enfin écrire, ne débattant plus virguleu, je décideu deux points: De me battre CONTRE les autres virguleu, ouverture de parenthèse (ce qui est très à la mode, très darwinien social) fermeture de parenthèse virguleu, enfin j'entends par la heu virgule, tous les ceusses qui ne pensent, non virguleu, justement qui ne pense pas comme moua et contre moua point d'exclamation! Et j'affirme que qui ne pense pas comme moi ne pense pas commme moi, et que dès lors il peut préparer les pansements! Bref qui ne pense pas comme moi ne pense pas! et subséquemment je tiens à ce que l'on pense comme moi en TOUT! Et donc mon individu ne débattra pas avec une quelconque collectivité! A partir de maintenant tout de suite je ne débattrais plus, je me battrais, surtout avec les plus petits et les plus faibles que moua! Et je vais de ce pas éffacer des dictionnaires tout les mots en dé, et je ne parle même pas de Des-cartes...
    Bon HL, je vous laisse, je vais allez de ce pas écouter "Enola", byy-yye!
    (le redbaron masqué sort en ricanant)
    "-Hin, hin, je l'ai eu, perfekto! Il ne s'est pas rendu compte que son complot gegen mich était découvert... Mettre des flugbussen kaputen en imâches unten der titeln wieso, ER GIBT MICH FUR EIN DÜMM? kalmen redbaron, kalmen, par Klaus Witz, stratéhgie..."
    Alors HL reconstitué, juste avant encore un petit commentaire, mais tout seul, hors de la masse
    (le redbaron sous cape)
    "-Et après je pose le marmitenbombfedj.fejd... à renversement sous le blog de HL,hinhinhinhin!"
    Donc HLà tout de suite...

  • Ja HL,"le verre à moitié plein ou à moitié vide", nous somme sur le Titanic:"le bateau qui coule dans l'eau, ou l'eau qui coule dans le bateau"???...
    (le redbaron en lui même épris de soi)
    "-Teufel c'est le momenten, ils se grattent tous la tête... laaaaaargué maaaaaarmmmmitttten de fedj.fej.merte!"
    DR1, viiiite demi-touren, le souffle... ça va secouer un maaaaaaximoumen

  • Wiki, quoi qu'on en pense ìle est insu-portable-u ce redbaron!blub!>>:((((

  • HL DONNE DES L...

    Je vois que vous zètes encore une fois trè Knock-turne (pas knock-knock-le-circus ou la porte du pas radis). Moi ossi cette nuits, dogelis ab oyez-oyez...

    (hum... Ca fait pas sérieux en plein dé-haut et débat avec une dame).

    Mais où donc avez-vous parlé du Tit-a-nique?

  • Remarquez quand-même, redbar, que pour illustrer ce billet sur voler bas et tomber de haut, les avions c'est plutôt bien vu...

    Mais zenfin (accent Marie-Chantal) ne le prenez pas personnellement....

    (:o)))

  • Che ne pas prendre zenfin personellement (c'est qui au fait?), ni Marie-Chantal, je laisse pour les autres... simplement je lâché le marmiten de fedj.fed, truc, à renversement, du haut vers le bas, sooo... hanches, hauts, bas, bas résilles unt morceaux de tapis volanten je bientôt sehen! Ja kapturen das webcam!
    Nachste, si défaut de konstruktionnen, ou de fedj.fed... Zuten!

  • Wiki, 1'0000'00000'00000'000000'00000 de £/$/fr/eur à celui qui cochera les 6 bons numéros de l'adresse IP du redbaron!Note-le sur ton koikonendise blog!Lol!tayo!halali!Curés!MTC!AM!FDR!

  • Et c'est là qu'en sa qualité de jesaitoulogue autodiplômé, Blondesen ramène sa science phonétique et calme le jeu:
    "Débats, oui débats oui, mais débats prolongés de talons-aiguilles et surmontés d'un pétard d'enfer !"
    (lire à voix haute et avec une émotion non contenue dans la voix)

    :o)

  • Notez bien, Blondesen et redbar, que je n'ai pas intitulé mon billet: "Léo et l'ébat d'une hot S. de l'air"...

  • @ Dermaplast_Babyspam

    :-) et plutôt deux fois qu'une. Pendant 30 secondes j'ai été quelque peu sur mon arrière train à me dire que ces sympathiques spams commençaient même à avoir de l'humour.. quand on me dit qu'il faut arrêter d'être candide...

  • Oui Audrey, je les ai pastichés!!! Ca m'a bien amusé...

    (:o)))

  • Teufel! Marmitten de l'enfer mit fedj.fe, machin nicht gut rezept! Prochaine marmiten der teufel, Waterzooï! nicht fragen Wiki, ça être pot-au-feu, potée wieso, mit choux... ça belgienkuche! Aber kein choux de Bruxelles! Unt ja, ça che foir une fois chez kopine, explosieren gut! sooo, HL, achtung mit titeln oder imâchen, trouver ein L de plus... ;.) Homme Libre Libre, oder Homme Libre Live, sooo... Sparadrap de lit, Bonsoir, tiens Homme libre (de) lit ça chouerais aussi... Enfin, marmitentefeul waterzooï, che suis las pour lancer,nicht fur trouver neue pseudo :-)
    Nachste

  • Je suis nouveau ici mais j'ai eu le temps de lire certains commentaires qui m'ont particulièrement touchés, notamment sur la violence conjugale et l'injustice faite aux hommes par rapport aux femmes, parfois par les hommes eux-même, ce qui est difficile à avaler. Ce, d'autant plus que je vis la chose au moment où j'écris ces lignes. Je voudrais savoir s'il existe en Suisse une seule association digne du nom qui lutte pour la cause des hommes-pères face à la justice. Car, j'ai quelques témoignages me concernant à rendre public dans le but de sensibiliser l'opinion et d'exiger un changement dans la façon d'instruire les dossiers litigieux des autorités judiciaires.

    Hommelibre et Johann, j'apprécie beaucoup vos commentaires et aimerais vous contacter directement pour discuter sur ce problématique au niveau de la Suisse. Merci d'avance

  • Pfouuuu redbar, je devrais peut-être proposer des imâches (disait ma mère pendant les repas) de mongols fiers... Enfin les mongols n'étaient pas loin d'Hiro shima... Ceci explique peut-être cela... Cela quoi? Coa coa font les Pierres (Corneilles) sur la pleine?

  • @ Justice; j'y reviens dans la semaine.

  • Ja, aber imâche, même bien, nicht avalieren! Plus que dose preskrite! Unt même si che habituer boire cigüe in uberdosen, ja, das kuppe ist ganz pleine que la gutte fais débordieren le lit, neiiin, la vase! Unt mit ein titel mit soviel "sous-entendu" in franzosischemancheurkrenouillchipsuntescarregott, ja unterhören, mériten marmiten infernalen, so ist es in de Bulgrozstürm! Aber chance das première marmiten ravacholobrésiloportugaise... ja! Unt soo, vous en plus traité moi de trisomik fier! Tss! Unt corbocrapo? Teufel!...

Les commentaires sont fermés.