Lire la personnalité… dans les pieds?

Le corps humain est surprenant. Dans sa symbolique, il est une représentation des 4 éléments et de l’orientation dans l’espace. De même que la morpho-psychologie lit le visage, on peut aussi lire la personnalité dans les pieds. (Cliquer pour agrandir).

AffichePO-09.jpgLa lecture des pieds

Je précise d’emblée que tout n’est pas visible. On ne lit pas les pensées de l’autre! Mais on peut découvrir ses grandes lignes de fonctionnement, sa manière de réagir aux événements, ses points forts et ses qualités fondamentales, voire des événements de l’enfance qui ont pu marquer notre construction intérieure.

Ainsi on verra si la personne est plutôt active ou analytique, comment elle communique le plus aisément, ses réactions instinctives, sa manière d’être en relation. L’intérêt de la lecture des pieds - ou podomorphologie - est que ceux-ci expriment notre manière d’être originelle, avant les constructions sociales et les influences de l’éducation. Le visage, lui, montre plutôt la manière dont nous nous adaptons au monde, ce que nous privilégions consciemment.

Il ne s’agit pas ici d’enfermer la personne dans une définition comme dans une boîte, et il n’y a jamais de jugement de valeur: notre fonctionnement est ce qu’il est, il n’y a pas à porter une appréciation en bien ou en mal. Le praticien se garde d’ailleurs de tout langage qui pourrait induire une telle appréciation, le respect de l’autre prime sur nos croyances personnelles.

J’ai initié cette méthode il y a une vingtaine d’années en recherchant les analogies entre la forme du corps et le symbolisme de l’espace. Les formes ne sont pas dues au hasard. Par exemple, les coins de la bouches se lèvent vers le haut pour exprimer la satisfaction et le plaisir ou descendent vers le bas pour marquer la désapprobation: ce n’est pas un hasard si ces signes ont cette signification (qui est la même dans toutes les cultures). J’ai testé cette méthode et l’ai faite tester par nombres Pieds ex.1.jpgd’étudiants. Elle est largement fiable même s’il y a encore quelques imprécisions. L’influence de l’éducation ou des croyances, par exemple, peut faire construire une image de nous-même différente de notre nature profonde. Cela demande donc au praticien de vérifier et de beaucoup dialoguer.

Un petit exemple: les pieds sur cette photo parlent d’une personne solide, résistante, très sociable, imaginative mais aimant concrétiser, sachant exprimer ses besoins, et privilégiant une vision d’ensemble (aime fonctionner en groupe). On y voit aussi une tendance à fonctionner affectivement sur un mode fusionnel. Elle s’affirmera de manière plutôt arrangeante, sans chercher à imposer son point de vue à tout prix.


Nos portes ouvertes - samedi 18 avril de 10h à 18h

Une telle méthode est utile au thérapeute qui aura intérêt à connaître le mode réactionnel d’un patient, mais aussi au psychologue, au coach, et à toute personne en relation d’aide.

PiedsESN.jpgJ’en ferai une démonstration dans le cadre de nos portes ouvertes samedi après-midi.

Notre centre, Globale Santé, est partagé par plusieurs entités: formation (Ecole de Soins Naturels), cours de bien-être (Axis), soins (Centre de soins naturels). Toutes activités complémentaires. On peut y suivre des cours, pratiquer du yoga, de la danse orientale ou de la gym posturale, recevoir des séances de coaching, entre autres. Nous avons voulu en faire un lieu pluridisciplinaire à la disposition du public.

Les portes ouvertes proposent des conférences, des démonstrations, des ateliers. L’entrée est libre.

Pour nous trouver: Globale Santé, 26 rue Peillonnex, 1225 Chêne-Bourg (arcade). Tél: 022 349 05 00.

Le programme de la journée est disponible sur le site de l’Ecole de Soins Naturels.

 

PS: il y a eu des bugs sur le lien vers mon site-carte de visite et donc vers mon nouveau clip que je présentais hier. Vous pouvez le trouver ici. Le lien vers le clip viféo est en page “Créativité”.

 

7LybieTime.jpg

Catégories : Santé 12 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • :)))

    J'avais été il y a qques années chez une réfléxologue et je dois dire que j'avais été blufée par ce qu'elle avait pû déchiffrer de ma personnalité en touchant mes pieds!!

  • Oui Boo, c'est assez surprenant. Cool que vous ayez pu en faire l'expérience.

  • Moi aussi je suis aller à une époque régulièrement chez une réflexologue.Je n'est jamais cru à la lecture des pieds.Mais les massages sur des points bien précis des parties musculaires du corp,me faisait un bien fou.Et sans parler du soutient de la réflexologue à un moment un peu dur d'un passage à vide dans ma vie.

    Je reccomande cette pratique à tout le monde.Ce n'est pas grave de ne pas croire ce que disent les pieds,puisque le reste en vaut la chandelle.

    D.J

  • D.J.: Pas de souci, d'ailleurs on n'est pas obligé de croire. Cela fonctionne ou non. De plus j'ai acquis assez de savoir-faire dans ce domaine pour être prudent dans cette méthode, ou dans toute autre qui concerne l'humain. Mais comme vous dites, la réflexologie est une pratique très valable. Je pense qu'elle devrait être développée dans les familles: combien de parents apprécieraient de n'être pas démuni devant des troubles courants.

  • Je perds probablement mon temps, mais je ne peux me retenir de conseiller qu'on se renseigne sur ce que la psychologie sociale appelle l'effet Forer...

  • @ stéphane: je comprends bien la réserve que vous exprimez. J'y suis particulièrement attentif. Il est en effet facile de dire des généralités dans lesquelles chacun peut se reconnaître. Mon exigence professionnelle est d'être précis ou de me taire. L'exemple que je donne dans ce billet est très limité, c'est une esquisse. Pourtant cela serait déjà vérifiable. Par exemple, la personne dont les pieds sont sur la photo ne sera en aucun cas une solitaire introvertie, ni un caractère cassant et misanthrope. Mais je ne voulais pas donner plus d'éléments dans un tel exemple, car rien n'est vérifiable en l'absence de l'intéressé.

    Je vais plus loin que l'effet Forer: non seulement il est possible de dire des généralités où chacun se reconnaît, ou qui simplement remplissent un besoin d'attention, mais en plus la parole du praticien peut avoir un effet d'autorité à laquelle on se soumet. Il est donc nécessaire d'aller dans la précision et dans la vérification. Par exemple je demande des exemples concrets de comportement dans la vie quotidienne, et nous analysons ensemble la justesse ou non de ma lecture. Les signes doivent être validés.

    Il peut y avoir contradiction entre la personne et moi. Je laisse alors la priorité à ce que la personne me dit, sans chercher à la convaincre. Je n'explique pas toutes les contradictions.

    Cela dit, l'effet Forer peut s'appliquer également à la psychologie, voire à la psychiatrie.

    Mais je suis rigoureux dans mon travail. Je n'aime pas proposer du vent. Faites-en l'essai, je pense que je vous étonnerai.

  • C'est tentant, mais je ne suis pas sûre de vouloir vous confier mes pieds!
    Je sais qu'ils sont horriblement bavards, cela peut être gênant...
    :-)

    Plus sérieusement, mes pieds se sont rendus chez une réflexologue absolument fascinante. Je crois par son écoute de l'autre, même (ou peut-être bien surtout...) si cela passe par les pieds.

    Quand j'ai le moindre des bobos (et cela fait quelques années que je ne l'ai pas revue) du corps ou de l'âme, je pense à ces séances et mes pieds en frétillent d'impatience.

    Alors, des traits de caractère lisibles sur les pieds, je le crois volontiers.

    Même avec des choses très simples et évidentes, par exemple la façon de marcher conditionne la forme des pieds ou comment prend-on contact avec le sol.
    Et, sans doute, notre façon de nous intégrer dans l'espace révèle moult traits de caractère. Plausible.

  • Je ne viendrais pas "polluer" la conversation, étant une grande sceptique par "idéologie", mais je relèverais que certains petits tics sont lisibles sur les pieds, moins que sur les mains c'est vrai: soins apportés ou non, ongles rongés (eh oui, ça peut arriver, même sur les pieds), peaux arrachées, etc. J'imagine bien que ceci ne s'arrête pas là, mais représente à moins avis un point évalué lors de la séance. En revanche je serais plus prompte à croire à la morpho-psychologie l'âge avançant, peut-être parce que les rides, ridules qui commencent déjà à se dessiner à mon âge trahissent nos états d'âmes, nos "tics" visagiers.

    "L’intérêt de la lecture des pieds - ou podomorphologie - est que ceux-ci expriment notre manière d’être originelle, avant les constructions sociales et les influences de l’éducation."

    C'est là que je tiques et que je creuses ma ride du lion. Ne pouvant honnêtement moi-même vous dire qu'elle est mon "essence originelle", j'aurais bien du mal à dire si vous avez raison ou tort.

    Y a-t-il une "manière d'être originelle", une "essence", une "âme" ou le nom qu'on veut lui donner? Je dirais que la question est là, mais qu'elle ne risque malheureusement pas d'être résolue.

  • Audrey, il y a de l'acquis... et de l'inné. Je crois très fort en la force de l'acquis, mais l'inné existe aussi. Donc il me parait évident que oui, nous avons certains traits de caractère qui sont en nous à la naissance et que nous faisons évoluer ou pas par la suite. Après que l'on parvienne à le décrypter par les pieds, c'est autre chose. Mais pourquoi pas?

  • Audrey, il y a de l'acquis... et de l'inné. Je crois très fort en la force de l'acquis, mais l'inné existe aussi. Donc il me parait évident que oui, nous avons certains traits de caractère qui sont en nous à la naissance et que nous faisons évoluer ou pas par la suite. Après que l'on parvienne à le décrypter par les pieds, c'est autre chose. Mais pourquoi pas?

  • @ Philippe

    "oui, nous avons certains traits de caractère qui sont en nous à la naissance et que nous faisons évoluer ou pas par la suite. "

    Oui je veux bien, mais comment les reconnaître par la suite? Comment les reconnaître comme inné et pas comme acquis, ou transformé? Arriver à déterminer précisément la part des choses me semblent plus compliqué... je dis ça à vue de nez évidemment :-)

  • Bonjour Audrey,

    Le scepticisme est une attitude d'esprit utile. Il n'y a pas lieu de croire en quelque chose a priori. S'il est associé à une curiosité, il peut même être très productif. Moi qui suis mélangé de conviction et de doute, le scepticisme me convient. Surtout quand il s'agit de définir les humains. L'humain est toujours plus que ce que nous en voyons.

    Bien évidemment il m'a fallu une dose de foi pour explorer cette lecture des pieds. Mais j'ai toujours le souci de vérification, autant que faire se peut. Dans ma pratique professionnelle j'écarte la croyance, je ne la demande pas non plus aux personnes qui me consultent. Les choses marchent ou non. Si elles marchent souvent, elles deviennent une référence dans mon travail.

    Pratiquant des méthodes en partie non conventionnelles, je suis souvent confronté au scepticisme - ou à l'adhésion de principe! Je me tiens à distance des deux. Je cherche à introduire au moins une rationalité intellectuelle dans des méthodes qui ne sont pas démontrée scientifiquement. Pour autant, même sans méthodologie scientifique, l'expérience répétée vaut validation au moins partielle.

    Nous savons que nous ne sommes pas d'accord sur la question de la part de la construction sociale et de celle de l'inné. Ce n'est pas grave, c'est un bon débat. Alors, y a-t-il une essence originelle individuelle? Je veux dire quelque chose qui nous caractérise avant que la construction sociale ne continue à nous formater? Je le pense en effet. D'ailleurs l'un n'empêche pas l'autre.

    Le constat est que la forme de notre corps, globalement ou localement, exprime un mouvement en relation avec l'environnement, et induit une manière de voir le monde et d'y réagir. Je ne saurais dire comment cela se constitue mais cela se constate. De même une constitution héritée par la génétique et la corporéité familiale, induit aussi une manière d'être au monde. Pascal cite plus haut la manière d'être au sol Un corps aux pides larges, à l'ossature solide, aux jointures et articulations bien tenue, va souvent de pair avec un caractère plus affirmé, plus concret, alors que des pieds fins ayant moins d'assise au sol, aux jointures plus souples, vont avec un caractère plus sujet au doute, à la mobilité d'esprit. Ce sont de simples exemples.

    On sait aussi que la constitution influe sur la manière d'être. Une personne disposant de famille d'une meilleure réserve minérale sera plus encline à construire sur la durée, comme les murs d'une maison. Une autre plus frêle aura plus d'aise dans la décoration, qui est moins faite pour durer que pour s'adapter à l'évolution des goûts.

    Il n'y a pas d'absolu dans une telle approche, et je me garde bien d'affirmer péremptoirement des choses qui ne seraient que partielles, car compensées par d'autres aspects de la morphologie ou par la construction sociale et l'influence environnementale qui s'est greffée sur cette morphologie.

Les commentaires sont fermés.