Inde: les filles, la religion, la dot, la mort

Reportage de Temps Présent ce soir, sur le sort des filles en Inde. Elles sont beaucoup moins nombreuses que les garçons. Pas d’anomalie génétique pour expliquer cela, pas de main du destin qui frapperait aveuglément le genre féminin.

inde.jpgNon, c’est autre chose. Ce sont des infanticides, des avortements sélectifs, des fillettes en bas âge qu’on ne soigne pas et qu’on laisse mourir.

Comment des parents, des mères, peuvent-elles tuer leur fille à la naissance? Que se passe-t-il dans leur tête, dans leur coeur, dans leurs tripes? Il se passe qu’une fille doit apporter une dot à l’homme qu’elle épousera. Il se passe que cette dot mettra sur la paille de nombreuses familles.

Il se passe que ce sont les garçons qui héritent de la famille, et qui en échange s’occuperont de leurs parents et à leur mort feront la prière pour qu’ils rejoignent leurs ancêtres. Il se passe qu’un garçon est une bénédiction, dont la naissance est honorée d’une fête de 10 jours. Il se passe que la fille est une malédiction pour qui aucune fête n’a lieu.

Il se passe que des centaines de millions de personnes vivent sous l’emprise d’une coutume ou d’une religion qui les pousse à commettre des crimes. Il se passe que ces gens supposés représenter un peuple très spirituel, deviennent meurtriers devant la force de la coutume.
Inde3.jpg
Cela ne se passe pas qu’en Inde. En Chine aussi, au Bengladesh, au Pakistan. Le gouvernement indien a décidé de verser de l’argent aux parents pour qu’ils gardent les filles, car le manque de femmes non seulement laisse des hommes seuls – ce qui est considéré comme un déshonneur, mais fera manquer d’enfants au cours de ce siècle.

Coutumes, que de crimes commis en votre nom, que de soumission des humains, que d’aliénation des esprits, que de sadisme, de dicatures et de sang sous votre joug.

 

 

 

 

Catégories : société 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonsoir Hommelibre,
    Ce que je trouve le plus triste, c'est que "grâce" à l'échographie, ces femmes savent si cela sera un garçon (et alors elles seront choyées) ou une fille (et elles devront soit avorter, soit abandonner ce bébé qui est dans leur ventre). Mais surtout elles devront pendant des mois subir la pression, la culpabilisation, de leur famille, de leur époux, ce que je pense être encore plus douloureux que lorsqu'elles découvraient le sexe de l'enfant à la naissance et où la décision prise, était certe douloureuse et tragique, mais rapide. Les progrès ont des fois des revers pervers.

  • En effet Loredana, la pression sociale, familiale est un élément du crime contre les filles. Et les femmes, quelle image peuvent-elle avoir d'elle, car au fond celle qui enfantent sont des survivantes et des poids pour leurs parents. Et que l'échographie serve à cela, à éliminer les filles, à démolir moralement les mères, c'est profondément choquant.

  • ... dans beaucoup d'endroits, les femmes sont des sous-êtres....choquant n'est pas le mot....en fait, il n'y a pas de mots pour cette horreur.

    ...il ne fait pas bon être une femme dans beaucoup d'endroits sur terre...

  • IL FAUT NOTER QUE C EST LES FEMMES QUI DONNENT LA VIE, FILLE OU GARCON, ALORS EN ELIMINANT LES FEMMES QUE VA DEVENIR CE MONDE, UN HOMME GRAND SOIT IL VIENT DU VENTRE D'UNE FEMME.

  • Il suffit de voir le sort réservé aux veuves en INDE et quand je dis veuves , certaines sont des petites filles de 8ans ..

    J'avais vu un film sur ce sujet Water , très émouvant

  • SYNOPSIS du film, allez le voir si vous le trouvez , peu connu en France

    Synopsis :
    Inde, années 30, la montée en puissance des combats contre les règles du colonialisme britannique. Dans cette atmosphère de lutte pour l'indépendance, le film se concentre sur un groupe de veuves forcées à la pauvreté de par leur statut. La révolte se fait aussi sentir au sein de ces femmes.

  • SYNOPSIS du film, allez le voir si vous le trouvez , peu connu en France

    Synopsis :
    Inde, années 30, la montée en puissance des combats contre les règles du colonialisme britannique. Dans cette atmosphère de lutte pour l'indépendance, le film se concentre sur un groupe de veuves forcées à la pauvreté de par leur statut. La révolte se fait aussi sentir au sein de ces femmes.

  • je vous recommande le film Mathrubhoomi qui est excellent et qui parle d'un monde sans femme.

  • "Et que l'échographie serve à cela, à éliminer les filles, à démolir moralement les mères, c'est profondément choquant."

    Il y a pire, gare à la belledoche, qui souvent oublie qu'elle est femme elle même, si elle estime que la dot ou le solde de la dot ne lui a pas été réglé. La bru peut alors avoir droit soit à une giclée de kérosène sur son sari en nylon véritable et à une allumette soit à une giclée d'acide au visage.

    Remarquez, sous d'autres cieux, il existe aussi une autre pratique barbare odieusement qualifiée de crime d'honneur.

    Bref, dans les deux cas ce sont toujours des malheureuses qui trinquent et les coupables qui restent impunis

Les commentaires sont fermés.