La charia appliquée en Suisse?

Le Matin du jour nous apprend, sous la plume de Stéphane Berney, qu’un prof d’uni fribourgeois propose l’instauration de tribunaux islamiques appliquant la charia en Suisse.

charia2.jpgLe socio-anthropologue Christian Giordano publie un article sous le titre: «Pluralisme juridique: un instrument pour le multiculturalisme?». Il soutient que chacun devrait pouvoir faire appel à un tribunal correspondant à son origine ou à sa religion.

Une simple provocation ou une attaque en règle contre la démocratie? Car, faut-il le rappeler, la démocratie suppose l’égalité des citoyens devant la loi. Or, s’il y a des lois différentes, cette notion d’égalité est tout simplement déconstruite.

Monsieur Giordano suggère que ces tribunaux puissent régler des litiges civils et certains crimes. Mais dans le même temps il dit que les châtiments corporels ne devraient pas faire partie de l’arsenal répressif. Ouf! On éviterait les spectacles de mains coupées et autres plaisirs genre lapidation sur la place du Molard.

Le président de la Coordination des associations islamiques de Suisse soutient ce projet. On s’y serait attendu... Par contre le directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève s’y oppose, redoutant une ghettoïsation des communautés musulmanes. Il soutient que l’intégration passe par l’acceptation des lois du pays. Comme pour nous quand nous voyageons ou habitons dans d’autres pays.

En continuant sur la logique de Monsieur Giordano, on aura, en plus des tribunaux islamiques: les tribunaux sikhs, amérindiens, animistes, chamanique, etc, etc. Ben tiens, il suffira de changer de religion pour choisir la loi la plus clémente.

Imaginez que tous les pays aient plusieurs systèmes judiciaires: pourquoi pas en même temps plusieurs systèmes économiques, plusieurs monnaies. Il n’y aurait plus d’Etat, plus de balises communes pour s’entendre et poser les règles du jeu communautaire.
charia1.jpg
De plus la charia est directement inspirée de la religion. Nous aurions donc une règle laïque et une règle théocratique cohabitant ensemble? Avec un ministre de la Suisse théocratique siégeant en turban aux côtés de Madame Calmy Rey, qui pour l’occasion remettrait son voile? Les homosexuels musulmans seraient pendus en place publique pendant que les non-musulmans manifesteraient pour le respect de leur différence?

Tous les débats sont possibles dans une démocratie, y compris celui de repenser ses fondements. Mais en l’occurrence il ne s’agirait plus de démocratie, mais de foutoir. Le retour à des pratiques barbares.

La charia en Suisse pour les musulmans: une très mauvaise idée.


912TripoliCamping.jpg
Catégories : société 19 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Encore une provocation anthropologique sous la houette du multiculturalisme d'influence anglo-saxonne... Assez con et obscène, mais la Suisse n'est pas du tout prête (espérons qu'elle ne le sera jamais) à ce genre de délire fou.

    Et les femmes musulmanes n'auraient plus le choix: on leur imposerait d'office l'Imam en cas de divorce.

    Celà me rappele une loi proposée en 2004 par Erdogan en Turquie: annonçant une loi protégeant les femmes, il proposa de fait deux ans d'emprisonnement pour els femmes adultères. Qui décidera des lois appliquées par les Imams? Nos prisons regorgerons-elles d'époux adultères?

    Et enfin: A quoi sert l'anthropologie? Concrètement? A rien sinon à servir le relativisme culturel le plus abscond.

    Et effectivement, en cas de litige entre un musulman et un non-musulman: Quel tribunal tranchera?...

  • Je me demande ce qui a poussé ce prof d'uni à pondre une suggestion aussi provocatrice? A-t-il un livre à sortir, a-t-il besoin d'un coup de pub?

  • Remarquez, nous avons déjà plusieurs système judiciaire : celui pour les riches qui se paient des avocats du parti libéral, et celui pour les pauvres ...

  • Une loi d'inspiration religieuse instillée dans une société laïque et démocratique est pour moi un effrayant recul, j'observe ce genre de pression en Suisse, en France, en Belgique et au Canada (avec les fameux "accomodements raisonnables") et il faut bien reconnaître qu'il y a de quoi être inquiet.

    En Europe, il y eut l'Habeas Corpus et la mise en place de droits germano-latins et de la Common Law des anglo-saxons et aucun dieu ni Dieu, ni diable ne s'en mêle, va -t-il falloir réintégrer la Chariâ pour les uns , la Halakha pour les autres, les Lois de Manou pour d'autres et que sais-je encore etc?...qu'elle folie, il ne devrait pas y avoir le début d'ombre d'un compromis, il faut garder la Cité aussi neutre que possible, libre à tout un chacun de vivre comme il l'entend chez lui en son logis, mais de grâce n'abandonnons pas la rue aux clercs, de quelque confession qu'ils soient.
    Personnellemnt je ne suis pas incroyant, ni mécréant, ni zélote non plus, mais je n'ai ni l'intention d'imposer ma loi, ni celle de me soumettre à des lois particulières ou communautaristes, instiller la tyrannies des lois particulières c'est remettre en cause le consensus si difficilement acquis au profit de mauvais et dangereux compromis.
    En ce qui me concerne la Châria ou n'importe quel autre loi d'inspiration religieuse dans nos rues, et dans nos propres lois , c'est non (surtout d'ailleurs en ce qui concerne le droit des femmes).

  • @Carlitos de Unmauno: "Et enfin: A quoi sert l'anthropologie? Concrètement? A rien sinon à servir le relativisme culturel le plus abscond."
    Nous avons souvent exprimé des idées assez semblables sur des sujets qui nous touchent l'un et l'autre. En ce qui concerne la déclaration que je cite en exergue, je regrette que vous en soyez arrivé à cette conclusion, et j'espère que c'est principalement à cause de l'idée imbécile proposé par un anthropologue immature. Le relativisme culturel n'est ni stupide, ni inutile, ni abscond lorsqu'il montre que les sociétés humaines se sont organisées depuis les temps les plus reculés et dans le monde entier sous d'innombrables formes, propres chacune, selon sa cohérence spécifique, à assurer la survie du groupe qui est à son origine. Leurs modalités, leur cohérence, leurs valeurs peuvent paraître, en partie ou en totalité, absurdes à l'observateur extérieur, comme les nôtres peuvent l'être également; Voltaire en a fait la démonstration plaisante dans son Micromégas, pour prendre un exemple puisé dans notre tradition littéraire. Elles doivent donc tout d'abord être abordées avec curiosité et respect, avant d'être critiquées uniquement en fonction de nos propres choix. Cela ne signifie pas qu'il soit impossible de porter des jugements sur certains de leurs aspects, ni qu'elles puissent, au contraire, être adoptées comme modèles pour nous-mêmes: ces deux attitudes seraient ce que j'appelle des attitudes immatures, comme le sont toutes celles qui consistent à vouloir remplacer des valeurs, des coutumes des institutions de notre propre tradition par un mouvement de rejet non réfléchi, simplement parce qu'il nous rencontrons des difficultés à certains moments de notre vie et que nous voulons croire à un ailleurs paradisiaque. La connaissance de cette infinité de modalités sociales doit nous mettre évidemment en garde contre un dogmatisme qui prônerait l'immobilisme total dans celui que le hasard des circonstances nous a imposé, et nous mettre en garde également contre la tentation d'accorder à celui-ci une valeur supérieure à tous les autres. Voilà, exprimé de manière maladroite et incomplète, ce que me semble offrir l'anthropologie culturelle bien comprise: connaissance et compréhension de l'autre, mise en perspective de nos propres valeurs, critique rationnelle et fondée sur des faits de ce qui les hommes ont mis en place pour vivre en communauté, et prise en compte de nouvelles sources de réflexion sur nous-mêmes à un moment donné de l'histoire.

  • "et j'espère que c'est principalement à cause de l'idée imbécile proposé par un anthropologue immature"

    Bien entendu!

  • @mère

    Mais j'ajoute une chose.

    Le concept d'"etnocentricité", sa critique et la volonté de le surpasser sur le plan politique est ce qui a amené à l'élaboration du multiculturalisme anglo-saxon... Et au relativisme culturel auquel nous assistons aujourd'hui. Donc à mon sens l'Anthropologie et les Anthtropologues portent une reponsabilité dans cette affaire.

    En ce qui me concerne il me sembel clair que le citoyen moyen ne peut échapper à son ethnicité. Et ce qui est paradoxal c'est que le multiculturalisme prône la dissolution de l'identité occidentale "ethnocentrée" tout en faisant la promotion de l'ethnicité des autres, c'est là qu'on est mal.

    Mais tous les anthropolgues ne font pas partie du "complot"... D'abord j'y vois la marque de l'école anglo-saxonne, mais l'Europe est en phase de contamination...

  • Mère: j'apprécie toujours autant de vous lire!

  • la charia n'est pas inspiré de la religion de dieu ,elle inspiré des hommes ingorants et stupides,le mot charia veut dre systeme donc c'est un systeme ispiré par les hommes corrompus et ses pratiques date depuit le chrestianisme qui a durée 7 siecles qui eu aussi on coupé les doits ,lapider des femmes apres c'est les arabes et les iranniens qui ont apprit cette pratique ni la religion de dieu ni le le Saint Qu'ran qui manifesté cette attitude barbare puisque leQu'arn est une inspiration de l'encien testament et de nouveau testament ainsi que la sagesse prophetique , dieu le tout puissant ne recommende pas le mal mais une probacation internationale pour blamer la religion de Dieu et obscurcir le vrais islam et la verité revelé c'est facile pour vous de trouvé un argument comme celui là ,le plus stupide qu'il soit la charia en suisse et quoi encore,je suis musulman et je connais assez bien les ecritures de dieu ,c'est une sagesse sublime mais le monde arabe nient farrouchement le sens initiale des lettres qui se trouve dans les sainte ecritures et on suivent les pas de leurs encetres ,si je quitte mon pays pour encore tombé dans le gouffre alors ou il faut aller pour vivre en paix et sans contrainte des fausses doctrines ,nous n'avons besoin ni d'un imam qui guide notre conduite ni d'un tribunale musulman ,le vrais tribunale de dieu c'est celui qui est instauré par les conserné du pays c'est mentionné dans le qu'ran

  • @Carlitos de Unmauno: Votre expression de "complot" me paraît très exagérée. Mais il est vrai que je me réfère à la discipline de ce que l'on appelle les Sciences humaines chez nous plus qu'à sa pratique peut-être, et bien qu'ayant beaucoup lus et fréquenté des anthropologues anglo-saxons, je me suis plus intéressé aux travaux qui ont à faire avec la cognition, les classifications notamment, auquel Lévi-Strauss a consacré l'admirable Pensée sauvage, qui suscite toujours autant d'admiration chez moi que son intelligence, son style écrit et oral incomparables et la merveilleuse conclusion de L'Homme nu. Je veux aussi citer Jared Diamond, qui à partir d'une passion (que je partage avec lui et d'autres) pour les oiseaux de Nouvelle Guinée, s'est pris de tant d'admiration pour le savoir faire de ses guides qu'il en a tiré l'inspiration pour un des ouvrages les plus anti-racistes qui aient été écrits, à savoir De l'inégalité parmi les sociétés.
    La contradiction que vous mettez en lumière à propos de l'ethnicité me semble venir plus des amateurs que des professionnels, qui sont en général conscients de leurs limites dans le domaine de la politique appliquée; il en a souvent été de même pour la psychologie et encore plus pour la psychanalyse, ou les amateurs plus ou moins éclairés puisent aussi largement de quoi alimenter leurs fantasmes qui n'ont pas grand chose de scientifique quant à la méthode. Ils sont largement aidés en cela par des spécialistes dont le savoir livresque (et souvent aussi une forme de romantisme naïf) dépasse largement l'expérience et la maturité humaines nécessaires aux affaires politiques (dans l'idéal du moins). Mais il est possible que, une fois n'est pas coutume, je sois trop optimiste et que mon amour du savoir et mon affection pour les gens et les oeuvres de grande qualité que j'ai pu côtoyer m'aveuglent quelque peu. Si c'est le cas, je demande l'indulgence que l'on a parfois pour les crimes. passionnels.
    Merci de vos réponses, pacifiques et argumentées, ce qui est à relever sur le présent forum.

  • Erratum: la remarque finale de mon intervention "pacifiques et argumentées" concernent non le présent échange, mais celui qui concerne Gaza, vous l'aurez compris, je l'espère.

  • @ Mère: en effet, les commentaires sont réellement intéressants.

    Je n'ai pas vraiment de réponse à votre écrit, j'ai plutôt envie de le méditer et de compléter mes lacunes!!!...

    J'apporte toutefois quelques éléments de réflexion.

    On peut constater qu'au niveau de la planète, la multiculturalité est un fait. L'eurocentrisme que nous avons connu par exemple par rapport à la négritude n'a rien d'extraordinaire. Les amérindiens voient le monde à travers leurs seuls yeux. Les aborigènes aussi. Les chinois, toutes époques confondues, encore plus. L'Europe n'a donc pas inventé le colonialisme culturel. Tout groupe fait cela naturellement, si je puis dire. Le temps de l'acceptation de l'autre n'est pas quantifiable, au niveau des individus comme au niveau des ethnies.

    Nous faisons cette démarche, tant mieux, car elle fait partie de l'humanisme tel que je peux le concevoir. Pour autant, et j'abonde dans votre sens, il n'y a pas à dénigrer notre culture, notre évolution, ni le cheminement de notre pensée. Ailleurs n'est pas plus vert qu'ici.

    Peut-on dire que la culture tient en grande partie sur les acquis, sur la mémoire et ce que l'histoire d'une peuple - donc son passé - a forgé? Il se passe que nous sommes, en occident, en passe de construire une nouvelle culture. Cela prendra du temps, mais c'est en route. La démocratie en est un élément fort. Nous ne vivons plus vraiment sur le passé, le culte des ancêtres, l'acquis. Pas autant qu'avant tout du moins. Nous sommes en voie d'inventer au fur et à mesure une culture flexible, mobile, renouvelable. C'est à la fois périlleux et stimulant.

    Nous pouvons assimiler plus que d'autres les concepts et valeurs d'autres cultures. Nous sommes peut-être en passe de renouveler l'image que l'humain a de lui-même, et les sciences y contribuent conséquemment.

    L'apport des autres cultures, la rencontre, l'interaction, est inévitable. Même sans la voiture et l'avions, nous nous déplacerions, et nous rencontrerions l'Autre.

    Je suis très intéressé à cette évolution, tout en reconnaissant la nécessité de préserver nos territoire psychiques.

    Je pense que mélanger les types de lois et les niveaux de réalité (par exemple le religieux et le laïc) ne favorisent pas la rencontre et l'écoute. Ce sont au contraire des surdités parallèles qui risquent de se mettre en place.

    Il me semble que la question de la multiculturalité sous-tend d'autres aspects. Comme la peur de la différence, de perdre ce que nous avons acquis, la déstabilisation de nos certitudes. C'est peut-être plus dans le conflits de ces aspects que réside le problème. La charia suggère, d'après ce que nous en connaissons, une régression sur les droits humains. Elle suggère aussi le refus de notre culture par les musulmans, et là je réponds partiellement à abasse, dont j'ai apprécié le commentaire.

    L'image que nous avons de l'islam, tel qu'il se donne en spectacle, est incompatible avec nos valeurs et notre pensée. Qu'il y ait un autre islam, certainement, je connais des musulmans que j'apprécie pour leur respect et leur intelligence.

    Mais pour moi, non croyant (ou du moins je m'y essaie) il est exclu qu'une loi d'inspiration religieuse s'impose à notre culture.

  • @hommelibre: je suis d'accord avec ce que vous écrivez. Les tenants d'un multiculturalisme débridé sont pour la plupart animés de sentiments généreux, mais ils manquent du sens des réalités et se font ainsi parfois complices de ceux qui voient cette notion comme une véhicule pratique pour imposer leurs propres valeurs culturelles à autrui, tout en se posant en victimes de pratiques similaires exercées à leur encontre, dans le passé surtout. Un monde multiculturel existe déjà dans la réalité: des nations, des ethnies et des cultures de toutes sortes coexistent tant bien que mal sur notre planète, s'inspirant souvent les unes les autres, s'affrontant aussi souvent, hélas.
    Une nation ou un pays multiculturel est plus rare et nous avons la chance de vivre dans un des exemples le plus harmonieux, dont il ne faut cependant pas oublier qu'il est le fruit de longues traditions aménagées peu à peu et de quelques conflits violents, le plus violent ayant justement porté sur l'affrontement de courants religieux pourtant très proches. Cela ne s'est pas fait sans guerres et, dont la plupart des Genevois ne connaissent plus rien, même pas qu'elle leur a valu une jolie statue équestre à la Place Neuve. Introduire dans cet l'ensemble solide et fragile à la fois que constitue notre confédération non pas un fait de conscience personnelle (garantie par la Constitution de notre pays), mais un (et à terme certainement plusieurs) systèmes juridiques étrangers à nos valeurs, à nos traditions et à notre histoire juridique, me paraît, pour paraphraser Fouché plus grave qu'un crime, /c'est/ une faute", mais une faute d'une telle gravité que les conséquences peuvent en être fatales pour notre unité nationale, déjà difficile à conserver parfois. Et ce serait probablement dangereux même si le système juridique étranger n'était pas un juridico-religieux et de ce fait encore plus en contradiction avec celui qui nous régit.
    Un pan-multiculturalisme, qui toucherait donc toutes les nations, et pourquoi ne seraient-ce que la nôtre ou les nations occidentales, est une illusion totale, pour bien longtemps encore. A part l'invasion de l'usage de drogues modernes, sont certains rêveurs des années soixante voulaient trouver l'origine dans les pratiques religieuses d'ethnies amazoniennes ou autres, de manière absurde évidemment, puisqu'elles se pratiquaient (et se pratiquent encore) dans des sociétés hautement policées, dans des circonstances extrêmement bien définies, et non par des individus en quête de plaisirs personnels, et qu'elles intègrent alors au lieu d'exclure, le seul véritable pan-culturalisme que nous connaissons est celui de Coca Cola (que je prends ici pour son pouvoir symbolique et non pour exprimer un quelconque anti-américanisme de bon ou de mauvais aloi), c'est à dire celui de la commercialisation à outrance de toutes les cultures; et parmi les sociétés qui acceptent (souhaitent souvent), de gré ou de force, cette commercialisation, peu accepteraient en même temps les valeurs sociales, familiales et religieuses du pays qui l'exporte, et je songe en particulier à ceux qui font précisément usage de la charia, sujet de cette rubrique.
    Tous ceux qui ont eu la chance de voyager dans les pays qui se sont le plus targués de leur ouverture face aux cultures étrangères de leurs immigrants et se sont donc passablement gargarisés du terme apparemment si généreux de "multiculturalisme", pour moi l'Angleterre et l'Australie (hélas pas le Canada), bien peu se sont jamais intéressés à autre chose qu'aux comptoirs de nourriture exotique avec qui ils pouvaient pimenter (c'est généralement le cas) leur vie habituelle, plutôt qu'à l'histoire et aux traditions parfois difficiles à comprendre ou a accepter de leurs invités, encore bien plus souvent à la force de travail bon marché que ceux-ci leur offraient, plutôt même, dans certains cas, à leurs pratiques culinaires jugées répugnantes.
    Merci de votre patient (!) attention.

  • > Les tenants d'un multiculturalisme débridé ..[...]

    Il n'y a pas d'un côté un « bon » multiculturalisme, et de l'autre un multiculturalisme « débridé ». Le multiculturalisme, c'est un mensonge. Doublé d'un racisme gramscien. Bref, à dégager poubelle !


    > Un monde multiculturel existe déja ...[...]

    Monsieur de la Palisse aurait pu en dire autant.
    « Un » monde (le nôtre) est (forcément) multiculturel, puisqu'il contient toutes les cultures, ethnies, etc.... La belle affaire !

    > Une nation ou un pays multiculturel est plus rare et nous avons la chance de vivre dans ...[...].

    La Suisse (si c'est de cela dont vous parlez) n'est pas un pays multiculturel, mais bien un pays pluriculturel. Et là est toute la différence. Passer du fameux art du « vivre ensemble » dans un contexte de pluriculturalisme (qui ne va pas toujours de soi, alors même que le pluriculturalisme se limite à un nombre limité de cultures, partageant une histoire et une civilisation commune) à un contexte de multiculturalisme (qui postule une généralisation autrement dangereuse pour ce « vivre ensemble ») est une autre paire de manches.

    Les multiculturalistes esquivent le problème en tentant d'asséner leur dogme mensonger : « toutes les cultures et toutes les religions se valent ». Pourtant, comme l'a dit avec humour, mais non sans pertinence, Claude Levi-Strauss (je cite de mémoire) : si toutes les cultures se valent, l'anthropophagie n'est finalement, qu'une question de goût.
    ------------------------------------------------------------

    Par ailleurs, pour en revenir à Claude Lévi-Strauss, même s'il lui est arrivé de pousser à la charette du multiculturalisme et du relativisme religieux, il a par ailleurs dit des choses censées sur l'Islam

    "En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l'intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s'en rendent coupables ; car s'ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c'est plus grave) incapables de supporter l'existence d'autrui comme autrui". Cl. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, éd. 10/18, 1955, p. 364.

    "Nous sommes contaminés par l’intolérance islamique". Claude Lévi-Strauss, Le Nouvel Observateur du jeudi 10 octobre 2002.

  • @Naibed: merci de citer des extraits de Lévi-Strauss que j'ai déjà envoyé sur l'un ou l'autre de ces blogs, en particulier celui sur l'islam.
    Ne vous montez pas la tête parce que vous avez des lectures et, surtout, ne vous trompez as d'adversaire, puisque, d'après votre ton, ce sont des adversaires que vous cherchez: je n'ai jamais prôné le multiculturalisme, terme que j'utilise même à contre-coeur, et je m'en suis expliqué à plusieurs reprises.
    So vous êtes nouveau sur ce blog ou d'autres, vous devriez adopter l'attitude qui sied à tout nouvel invité: celle de l''observation respectueuse, avant de le polluer avec des expressions dignes du Dr House et de son "du balais" (pour vous éviter une attaque inutile, c'est tout ce que je sais de ce feuilleton, car cela fait partie de la publicité faite pour lui). Si vous ne l'êtes pas, faites alors semblant d'avoir du savoir vivre. Pour paraphraser deux auteurs, l'un classique et l'autre s'appelant Brassens (le premier ne s'appelle pas Monsieur de la Palisse, mais étant donné votre génie vous le savez déjà et ces références ne vous auraient évidemment pas échappées), le savoir sans savoir vivre n'est qu'une mauvaise manie.
    Bonne journée à vous.

  • Bon. Faisons un résumé :

    1. Vous êtes vexée. Dont acte.
    2. J'ai cité des extraits que vous auriez vous même déjà cité quelque part. Ah bah ! C'est possible: je ne vous « trace » pas. Je ne suis ni l'opératrice d'Echelon. Ni même pas Edwige, la belle ficheuse.
    3. Enfin, vous utilisez le mot multiculturalisme à contre-coeur. Très bien, mais alors, pourquoi l'utiliser pour ce qu'il n'est pas, alors qu'il y a d'autres termes (comme je l'ai fait avec pluriculturalisme). C'est justement la stratégie des multicuculs et des relativistes culturels, qui se font les idiots utiles ou les compagnons de route de cet obscurantisme qu'est l'islam [et dont j'ai noté que vous vous refusez à faire partie], que de jouer sur les mot-à-tiroirs pour déployer leurs écrans de fumée.
    4. Meilleurs voeux quand même ! Allez, ...on s'embrasse ? Paix aux femmes de bonne volonté, toussa...?

  • @Naibed: vous avez fait un bon résumé de ce que vous êtes: prétentieuse et imbue de vous-même. vulgaire, sans finesse et limitée, semble-t-il par votre définition franco-française de la notion de multiculturalisme, considéré nécessairement comme un premier pas vers le communautarisme, et à laquelle vous êtes tellement attachée que vous n'arrivez plus à lire le reste d'une intervention.
    Vous ne vous exprimez que par invectives et insultes et vous vous étonnez de manière fort hypocrite que l'on puisse en être vexé. Auriez-vous simplement eu l'élégance de m'interroger sur mon emploi du mot en ce qui concerne notre pays, au lieu de m'abreuver immédiatement de vos sots soupçons et de vos grossiers qualificatifs, nous n'en serions pas là. Auriez-vous lu mes autres interventions sur ce blog, ce qui vous semble au-dessous de votre dignité, vous ne l'auriez peut-être pas fait non plus.. Mais, comme chez le dénommé amine, votre besoin d'injurier est tel, que cela ne vous vient pas à l'esprit.
    Vous êtes une femme de bonne volonté? Qui l'eût cru? Quant à vos voeux, je ne reçois que ceux qui sont sincères et reposent sur un sentiment d'égalité.
    Ce sera tout, je n'ai pas la patience de l'auteur du blog.

  • et pourquoi pas imposer l'islam en Suisse !

    ce professeur est fou où dérangé

    voilà le risque qui nous guette en Europe avec l'afflue de trop d'islamiques .


    on rechauffe un serpent et vous connaissez la suite

  • LES TRIBUNAUX RELIGIEUX EN EUROPE.

    Le 1 janvier 2009

    Par Guillaume

    L’Europe bascule lentement mais sûrement dans l’obscurantisme religieux et la communautarisation à outrance, dans tous les domaines. L’union européenne elle-même est de plus en plus noyautée par les lobbys religieux. L’émission sur les religions par ARTE l’a récemment encore confirmé. Le président Sarkozy ne veut pas uniquement communautariser et théocratiser la France, mais l’Europe tout entière. C’est pourquoi il est aussi l’instigateur ou le promoteur, du colloque «Religions et puissance publique dans l’Union européenne» qui a eu lieu le 17.12.2008 à Paris, avec ses délégués des religions (prêtres, popes, pasteurs, rabbins et imams). Il a prononcé 14 fois le mot «Dieu» dans son discours, le 14.1.2008 devant le Roi Abdallah d’Arabie Saoudite, ce pays musulman où les hommes sont décapités et les femmes abattues ou lapidées au nom d’Allah, conformément à la charia saoudienne. Benoît XVI, est tellement fier du chanoine Sarkozy, qu’il ne faut pas s’étonner, qu’il en fasse le premier Français canonisé vivant.
    Les règles de la charia s’introduisent partout et dans toute l’Europe, grâce à l’appui des politiciens qui bafouent la Convention européenne des droits de l’homme et la vident de sa substance. Il est inacceptable que les femmes musulmanes n’aient pas les mêmes droits que les hommes en Europe, et qu’elles soient soumises partiellement ou entièrement à la charia, ce fatras juridico-religieux discriminatoire, injuste, arbitraire et moyenâgeux. Dire qu’elles acceptent soi-disant volontairement d’être jugées par des tribunaux islamiques est un sophisme. C’est tout aussi faux que de prétendre qu’elles portent soi-disant volontairement le voile ou la burqa, cette prison ambulante, qui les déféminise, les dépersonnalise, et les font vivre selon des règles islamiques moyenâgeuses, du 7ième siècle de notre ère.
    Dans l’Afghanistan théocratique, les talibans brûlent les écoles pour filles, tuent les instituteurs, mutilent les filles qui osent aller à l’école et les menacent de mort si elles ne se résignent pas à déserter l’école avant le 15 janvier 2009. Va-t-on ensuite prétendre que les filles ont abandonné volontairement l’école par respect pour la charia afghane
    La liberté religieuse a ses limites, et la tolérance ne permet pas de tolérer l’intolérable, par intérêt électoral, par lâcheté, par ignorance, par indifférence, ou par imbécillité.
    On se souvient que l’Archevêque de Canterbury Rowan Williams, a défrayé la chronique, en disant que «l’adoption» de certaines parties de la charia islamique au «Royaume-Uni» semble «inévitable», et que cela permettrait de maintenir la cohésion sociale. Il estime que le Royaume-Uni doit «affronter le fait que certains de ses concitoyens ne se reconnaissent pas dans le système juridique britannique».
    Cet Archevêque, à demi converti à la charia, qui trouve que la foi chrétienne en la Trinité est difficile, parfois même offensante pour les musulmans, (Voir sa lettre A Common Word for the Common Good du 15.7.2008) ignore donc que les musulmans qui ne se reconnaissent pas dans le système juridique britannique ou européen, ont la possibilité de retourner ou d’émigrer, dans les pays musulmans, où la loi coranique n’est pas appliquée partiellement, mais entièrement.
    Selon les sondages 44% des jeunes musulmans voudraient qu’on introduise la charia au Royaume-Uni. Leurs parents ont fui la Charia et émigrés en Europe, rien ne les empêche d’émigrer (ou selon le cas de retourner) vivre dans un pays où la charia fait le bonheur des musulmans, s’ils n’acceptent pas le droit européen. Ils pourront y vivre le vrai islam, celui des décapitations, amputations, lapidations, condamnations à mort pour apostasie, adultère, blasphème, homosexualité, et j’en passe. Fuir les pays musulmans où l’on applique la charia et ensuite vouloir imposer celle-ci en Europe n’est pas tolérable.
    Ceux qui veulent introduire petit à petit la charia (règles religieuses du 7ième siècle) dans tous les domaines de la vie, veulent détruire les droits de l’homme, les libertés fondamentales, la démocratie. Ils veulent diviser les citoyens en «communautés ethno-religieuses», qui pratiquent l’ostracisme les uns envers les autres. Ils veulent «anarchiser» l’Europe, créer un système de droit communautarisé et d’apartheid selon la religion pratiquée.
    Si l’on comprend bien l’Archevêque, on évitera ainsi la ségrégation des populations musulmanes. Il faut dire à sa décharge que cet humaniste chrétien a précisé que l’acceptation de la Charia n’irait pas jusqu’à l’acceptation de châtiments du genre amputation, lapidation, ou flagellation. C’est vrai que l’introduction de la charia doit se faire par étapes. Il faut que les Européens aient le temps de s’habituer aux règles barbares de l’islam. Quelle mansuétude! Nous voilà rassuré par un l’Archevêque qu’on peut qualifier de «musulman modéré».
    C’est encore trop tôt pour réinstaller les tribunaux chrétiens et musulmans de l’Inquisition, mais il y déjà une volonté commune coranique et évangélique. Le cardinal Jean-Louis Touran estime même que Dieu a fait son retour dans les sociétés européennes grâce aux musulmans. Dieu est donc si faible qu’il a fallu l’aide des imams, des Mullahs et des Ayatollahs pour y retrouver sa place.
    Il a fallu 19 siècles pour réaliser les droits de l’homme, tels qu’ils figurent dans la C.E.D.H., il faudra moins de 50 ans pour retourner au moyen-âge, grâce à la nouvelle collaboration et conspiration entre religions monothéistes.
    En juillet 2008, le lord Chief Justice Philips (président de la Haute Cour d’Angleterre) se déclarait d’accord pour que les musulmans puissent régler leurs conflits familiaux (droit familial) et financiers selon les règles de la charia. Il estime que la charia souffre d’une incompréhension généralisée (sharia suffers from “widespread misunderstanding.), tout comme Hani, Ramadan du centre islamique de Genève. Il est en faveur de l’application de la charia, mais elle ne peut s’étendre à des peines corporelles. Le lord Chief Justice et l’Archevêque, sont sur la même longueur d’onde pour communautariser le droit selon la religion, l’ethnie, ou les deux à la fois.
    Ce haut magistrat anglais et l’Archevêque se moquent donc la C.E.D.H, et sont donc d’accord que diverses communautés ethno-religieuses, appliquent des lois religieuses absurdes, iniques, discriminatoires, variable d’un tribunal ethno-religieux à un autre et d’un texte religieux à un autre.
    Mais au Royaume-Uni, il n’y a pas que les tribunaux de la charia qui s’installent. Cinq banques halals ont été autorisées et pratiquent les principes de la charia financière.
    Le virus de l’intégrisme religieux, si virulent aux Etats-Unis, se répand comme une pandémie dans la classe politique européenne et dans le monde tout entier.
    Selon le ministre chrétien néerlandais J.P.H.Donner l’instauration de la charia aux Pays-Bas doit être possible si une majorité parlementaire le vote et ce serait scandaleux, selon lui, de la refuser parce que la «majorité» c’est l’essence de la démocratie. Dès que la charia sera votée, le ministre J.P.H Donner ne devra d’ailleurs plus voter, il ne sera plus qu’un dhimmi, ou un «soumis». Le ministre néerlandais, Wouter Bos, socialiste PvdA, veut autoriser des banques halals, appliquant la charia financière, pour satisfaire les musulmans. Le refuser selon ce ministre pourrait avoir un effet contraire sur le combat antiterroriste. La ministre néerlandaise Ella Vogelaar (parti du Travail) n’est pas contre le port de la burqa, mais dit que ce n’est pas recommandable dans les cas où cela crée un obstacle professionnel, parce que le travail exigerait un contact trop important avec le public, etc. D’Afganistan à Hollandistan, on n’en est plus loin, avec des femmes-ministres qui acceptent la déshumanisation totale de la femme dans leur prison ambulante. On ne peut que dire «shame on you», Ella Vogelaar et Donner. La ministre néerlandaise, chrétienne CDA, Maria van der Hoeven a demandé dans un débat parlementaire, qu’on enseigne à l’école «l’intelligent design» autrement dit le «créationnisme».
    En Suisse, chaque personne devrait pouvoir se tourner vers un tribunal qui correspond à son origine, à son ethnie ou à sa religion estime le professeur Christian Giordano de l’Université de Fribourg. Ce professeur plaide pour l’introduction de la charia en Suisse. Ce professeur veut tuer la démocratie en Suisse et retourner à des tribunaux moyenâgeux. L’inquisition approche.
    Nous ne voulons pas d’une justice parallèle et discriminatoire. Nous voulons maintenir en Europe l’égalité entre tous les hommes et toutes les femmes, le respect de la déclaration universelle des droits de l’homme; la démocratie etc. Nous disons donc non à la charia contraire à tous les principes de justice, d’équité et d’égalité.
    Nous refusons la communautarisation de la société en groupes ethno-religieux qui vivent selon des lois différentes. Nous condamnons la haine propagée par les religions entre elles et contre les infidèles. L’infidèle n’est pas, comme le dit le Coran, un criminel, un pervers, un hypocrite, un méchant. La liberté de croire ou de ne pas croire est un droit et la discrimination ne peut être pratiquée à l’aide des livres saints.
    Les livres saints divisent le genre humain en catégories de fidèles et d’infidèles, qu’on oppose ensuite les uns aux autres. En réalité il n’existe pas de fidèles, parce que les fidèles d’une religion sont des infidèles, envers une autre religion. Le droit religieux ne peut se substituer au droit séculier. Le droit à la différence ne peut conduire à la différence des droits.
    Dans plusieurs grandes villes anglaises, telles que Londres, Birmingham, Bradford, Manchester, Nuneaton (Warwickshire) des tribunaux islamiques opèrent depuis août 2007. Ces tribunaux islamiques, prononcent des jugements religieux basés sur la charia. Deux autres tribunaux islamiques (sharia courts) s’ouvriront à Glasgow et Edinburgh. L’Eglise écossaise anglicane est également favorable à la création de tribunaux de la charia. Le Révérend Ian Galloway, a dit que les tribunaux islamiques avaient été injustement dépeints à la suite des propos de l’Archevêque de Canterbury.
    Les tribunaux religieux, prononcent des sentences conformes à la loi coranique, au nom d’Allah, qui donne son exéquatur etc., dans le domaine du droit civil familial, du mariage et du divorce, d’héritages, de nuisances entre voisins, et même pour violences domestiques.
    Les musulmans se sont inspirés des Beth Din, les tribunaux rabbiniques, qui existent depuis environ 100 ans au Royaume-Uni. Ces tribunaux rabbiniques règlent des conflits de droit civil, les disputes familiales, les mariages religieux et les divorces, les violations de contrats civils et commerciaux, etc. Selon la loi juive, les juifs orthodoxes ont interdiction de porter leurs disputes civiles devant un tribunal séculier, ils doivent faire appel au Beth Din. Les tribunaux religieux juifs (Beth din) au Royaume-Uni, fonctionnent également sur base de « l’Arbitration Act 1996 ».
    Sous l’Arbitration act on peut régler des conflits en se servant de n’importe quel droit étranger ou de n’importe quel code religieux, que ce soit la Thora, le Talmud, la Sharia, la bible, les Evangiles, le livre de Mormon, etc. Dans le la loi juive, les femmes ne peuvent divorcer religieusement, tant que le mari ne délivre pas le guet ou «lettre de répudiation». Le grand rabbin de France, Joseph Sitruk, veut créer un tribunal rabbinique national.
    Dès que des lois religieuses servent de base au règlement des conflits entre époux, on sait que la femme est toujours la victime discriminée, désavantagée, méprisée. Les pays qui autorisent l’application de ces règles religieuses moyenâgeuses, ne sont plus des démocraties.
    Les musulmans prennent comme modèle, les tribunaux judaïques, appelés généralement Beth Din. C’est pourquoi au Canada, le gouvernement de la province de l´Ontario, a décidé de refuser la création de tribunaux d´arbitrages islamiques et de remettre en cause les tribunaux existants, chrétiens et juifs. On ne peut interdire les tribunaux de la charia et autoriser les tribunaux de la Thora. Il faut stopper la folie religieuse intégriste et fondamentaliste, sans quoi l’Europe deviendra l’Europe de la discrimination, l’Europe de la ségrégation, l’Europe de l’Apartheid, qu’elle a tant condamnée en Afrique du Sud.
    Les tribunaux ethno-religieux en Europe, c’est la boîte de pandore, c’est la communautarisation du droit selon l’ethnie, la religion, la nationalité, et autres tendances diverses. Si chaque communauté religieuse érige son propre tribunal basé sur des règles religieuses et ethniques, ce sera l’anarchie et ce tribalisme religieux mettra l’Europe à feu et à sang. Pourquoi pas aussi de tribunaux d’arbitrage pour les blancs, les noirs, les jaunes, les basanés? Où est la limite?
    On aura en Europe des tribunaux musulmans, selon leur ethnie ou leur nationalité : des tribunaux de la charia marocains, algériens, tunisiens, saoudiens, libyens, iraniens, turcs, pakistanais, soudanais, nigériens, indonésiens etc. mais aussi selon les tendances dans l’islam, des tribunaux sunnites ou chiites, des tribunaux conservateurs, orthodoxes, type salafistes ou wahhabistes, etc.
    L’existence de Tribunaux de la charia ou de tribunaux de la Torah a pour conséquence que toute autre religion ou secte doit avoir les mêmes droits.
    Ce sera la prolifération de tribunaux catholiques, protestants, orthodoxes, juifs, hindous, bouddhistes, Témoins de Jéhovah, Mormons, etc. sans oublier aussi leur division selon la nationalité. Le monopole des tribunaux religieux ne peut être octroyé ni à l’islam ni au judaïsme. Il faut qu’on interdise les tribunaux religieux parce qu’ils sont irrationnels, arbitraires, et injustes. C’est inacceptable au 21ième siècle. Ce serait pire qu’au temps des Tribunaux d’Inquisition de la religion catholique, qui avait le monopole en matière de législation et de jurisprudence ecclésiastiques.
    Les tribunaux religieux portent atteinte aux droits de l’homme et à l’égalité entre les sexes. Les articles 5 et 6 et 7 du texte de la résolution 1464 adoptée le 4.10.2005 par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, ne tolèrent pas de tels tribunaux et invitent à supprimer ceux qui existent:
    «Toutes les femmes vivant dans des États membres du Conseil de l’Europe ont droit à l’égalité et à la dignité dans tous les domaines de la vie. La liberté de religion ne peut pas être acceptée comme un prétexte pour justifier les violations des droits des femmes, qu’elles soient flagrantes ou subtiles, légales ou illégales, pratiquées avec ou sans le consentement théorique des victimes -les femmes. Il incombe aux États membres du Conseil de l’Europe de protéger les femmes contre les violations de leurs droits au nom de la religion, et de promouvoir et pleinement mettre en œuvre l’égalité entre les sexes. Les États ne doivent accepter aucun relativisme culturel ou religieux en matière de droits fondamentaux des femmes. Ils ne doivent pas accepter de justifier la discrimination et l’inégalité touchant les femmes pour des raisons telles que la différentiation physique ou biologique fondée sur ou imputée à la religion. Ils se doivent de lutter contre les stéréotypes sur le rôle des femmes et des hommes motivés par des croyances religieuses, et ce depuis le plus jeune âge, y compris à l’école. »
    L’Assemblée parlementaire exhorte donc les États membres du Conseil de l’Europe en son article 7, à protéger pleinement toutes les femmes vivant sur leur territoire contre toute violation de leurs droits fondée sur ou attribuée à la religion :en mettant en place et en appliquant des politiques spécifiques visant à lutter efficacement contre toutes les violations du droit des femmes à la vie, à l’intégrité physique, à la liberté de circulation et au libre choix du partenaire, notamment les prétendus crimes d’honneur, les mariages forcés et les mutilations génitales féminines, quels que soient le lieu où ces violations sont commises et la personne qui en est l’auteur, et quelle que soit leur justification, indépendamment du consentement théorique de la victime ; ce qui signifie que la liberté de religion trouve ses limites avec les droits de la personne humaine ; en refusant de reconnaître les codes de la famille étrangers et les lois relatives au statut personnel reposant sur des principes religieux qui violent les droits des femmes, et en cessant de les appliquer sur leur propre sol, en renégociant si nécessaire des traités bilatéraux.
    Article 14 de la C.E.D.H, interdit les discriminations fondées notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions.
    Il faut aussi rappeler que par un arrêt rendu à Strasbourg le 31 juillet 2001 dans l’affaire Refah Partisi, Erbakan, Kazan et Tekdal c. Turquie (ns 41340/98 & 41342-4/98), la Cour européenne a jugé que l’intention d’établir un système multi-juridique fondé sur la discrimination selon les croyances, d’instaurer la loi islamique (la Charia) qui se démarque nettement des valeurs de la Convention européenne des droits de l’homme, est contraire à la dite Convention, et aucune disposition de la Convention ne peut en vertu de son article 17 être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés dans la présente convention ou des limitations plus amples de ces droits et libertés que celles prévue à ladite convention.
    La charia, ne peut donc servir de législation, dans des tribunaux islamiques, sur le territoire européen, même si les personnes jugées, notamment les femmes musulmanes seraient soi-disant théoriquement consentantes.
    Le Conseil européen pour la Fatwa et la recherche(1), créée en 1997 établi au Royaume-Uni (Londres) veut introduire la charia partout en Europe et les tribunaux islamiques en sont une application pratique.
    Le Conseil européen de la Fatwa et les tribunaux de la charia sont contraires à l’ordre public, à la Constitution de chaque pays européen, à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, à la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme (C.E.D.H), au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, à la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes.
    Avant de conclure il est peut-être utile de dire qu’il y a plus de 1.6OO madrasas au Royaume-Uni, ce qui est encore bien plus inquiétants que les tribunaux islamiques, parce qu’on y endoctrine dangereusement les enfants à l’aide d’un Coran qui incite à exterminer l’infidèle:
    Pour ne citer qu’un exemple de madrasas à la pakistanaise, au Royaume-Uni, un article dans « The Independent U.K» titré: Les dirigeants musulmans craignent que des milliers d’enfants soient abusés dans les madrasas au Royaume-Uni. (Traduction partielle)
    Robert, Verkaik, écrit que des milliers d’écoliers musulmans sont physiquement et sexuellement abusés par leurs enseignants religieux et les imams chaque année, d’après un rapport relatif au système d’éducation islamique. Selon le rapport du Muslim parliament of the U.K, «Les dirigeants musulmans craignent que des milliers d’enfants soient abusés dans les madrasas. Deux cents mille enfants musulmans suivent un enseignement coranique dans 1600 écoles islamiques ou madrasas opérant au Royaume-Uni selon le Times (1.1.2009) Les abus y seraient si graves que le Dr. Ghayasuddin Siddiqui, dirigeant du Muslim Parliament, dit que la solution du problème ne consiste pas à balayer le problème sous le tapis. Une douzaine d’enfants sont sexuellement abusés chaque année par les enseignants et imams, rarement un cas est rendu public. Si rien n’est fait ajoute-t-il, maintenant, il faudra faire face à une avalanche de scandales d’abus sexuels d’enfants, comme cela a été le cas dans chez les catholiques en 1990. (1) Le Parlement musulman» demande au Gouvernement un schéma d’enregistrement national des madrasas.
    Les exigences ségrégationnistes des islamistes sont telles qu’ils veulent vivre totalement en dehors des lois européennes et des traditions européennes. Sous prétexte de sauvegarder leur « propre identité religieuse et culturelle », ils veulent compromettre la nôtre, et vivre dans un isolement, un ostracisme total, avec leurs traditions et prescriptions coraniques absurdes et anachroniques de leur pays d’origine, et nous imposer de gré ou de force la charia qui règle toute la vie musulmane. La liste des principes de la charia, qui sont déjà en usage dans la société européenne s’allonge chaque jour et les revendications musulmanes s’amplifient, vu la complicité de nos politiciens.
    Les musulmans dans les grandes villes vivent complètement « repliés sur eux-mêmes », avec leurs us et coutumes musulmans, comme dans leur pays d’origine. C’est le rejet total de l’intégration, c’est de l’ostracisme à outrance. Une femme qui épouse un non-musulman risque d’être tuée, on ne se marie en principe qu’entre musulmans et quitter l’islam est interdit. Ils installent des tribunaux de la charia. Ils fréquentent uniquement le boucher halal et pratiquent l’abattage halal, l’épicier halal,, la boulangerie halal, la poissonnerie halal, la banque halal, le coiffeur musulman, le bijoutier musulman, les cafés et snacks musulmans, le médecin musulman, le pharmacien musulman, la cuisine halal séparée à l’école publique (on ne cuisine pas dans une casserole impure de l’infidèle) ils exigent la fin de la mixité dans les écoles, un programme scolaire adapté, les filles voilées doivent briser la laïcité et la mixité à l’école» publique et dans l’administration en refusant les règles de la neutralité publique, on crée de plus en plus des écoles purement musulmanes, ils exigent les règles de la charia dans les hôpitaux, ils créent des hôpitaux halals en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et bientôt aussi des maisons de repos halals aux Pays-Bas. Les fournisseurs pour tous ces commerces halals sont souvent des marchands en gros halals. C’est un circuit économique, social, politique et religieux complètement fermé dans lequel les commerçants musulmans sont approvisionnés par des fournisseurs musulmans, et dans lequel on vit dans un système qu’on peut appeler «autarcie musulmane ». On achète, on vend, on dépense et on consomme, mais uniquement entre musulmans, sauf cas de force majeure. Une telle évolution ségrégationniste et communautariste, dans la société européenne ne peut que déclencher des tensions graves entre communautés, telles que celles qu’on découvre chaque jour en Inde et ailleurs dans le monde.
    Qui va encore arrêter cette folie religieuse intégriste et fondamentaliste, aussi bien chrétienne que musulmane qui se répand comme une pandémie. Il a fallu 19 siècles de combat contre l’obscurantisme moyenâgeux, le despotisme de l’Eglise et des Rois catholiques, pour obtenir en Europe la démocratie et le respect des droits de l’homme. On a créé une civilisation avancée grâce au siècle des Lumières. Les islamistes veulent détruire, à l’aide de l’islam totalitaire et de la charia qui en est l’application, en moins de 50 ans ce que nous n’avons pu réaliser qu’en 19 siècles, c’est-à-dire, la civilisation occidentale, la démocratie, les droits de l’homme, pour nous imposer de gré ou de force l’obscurantisme religieux et moyenâgeux d’un bédouin illettré du 7ième siècle.
    Mesdames et Messieurs les politiciens à la Sarkozy, à la Donner, à la Bos, à la Vogelaar, etc., ne venez pas prétendre : Ich wusste nicht.
    Guillaume 2

    (1) http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/muslim-leaders-fear-thousands-of-children-are-abused-at-madrassas-470922.html - The Independent UK, 22.3.006, by Robert Verkaik. Up to 100,000 children are taught at 700 Islamic schools, or madrassas, of which almost a half use unlawful corporal punishment to discipline pupils, says the report into child protection published today by the Muslim Parliament of Great Britain. The authors also warn that each year at least a dozen children are sexually abused by their teachers and Imans with very few cases ever being made public voyez. aussi Times Online-1.1.2009 http://www.timesonline.co.uk/tol/comment/faith/article5315021.eceTeachers 'beat and abuse' Muslim children in British Koran classes. Almost 1,600 madrassas operate in Britain, teaching Arabic and the Koran on weekday evenings to about 200,000 children aged from four to their mid-teens.

Les commentaires sont fermés.