Revue de presse Afrique: l'excision

Quelques nouvelles d’Afrique en ce dimanche. L'excision est toujours pratiquée malgré les campagnes nationales et internationales. Certains leaders s'y opposent courageusement. Mais il y a encore du chemin à faire. Voici quelques infos recueillies ce jour.

Excision : la pratique s’exporte au sein de l’Afrique de l’Ouest

Exc.jpgLa pratique de l’excision serait devenue « clandestine et transfrontalière » en Afrique de l’Ouest, rapporte Le Faso.net. C’est une étude du Centre de recherche et d’intervention en genre et développement (Criged), une ONG installée au Burkina Faso, qui le révèle. « Maintenant, ce sont les exciseuses qui se déplacent vers les familles installées dans un pays voisin ou bien ce sont les familles qui se déplacent vers les exciseuses avec leurs filles de l’autre côté des frontières », a indiqué la directrice du Criged, la sociologue Nestorine Sangaré.

Lire la suite: http://fr.news.yahoo.com/34/20081016/tfr-excision-la-pratique-s-8217-exporte-2d8b7e3.html

contre excision1Bjuin08.jpg
Les leaders religieux africains contre la pratique de l’excision

Les leaders religieux d’Afrique réunis depuis mardi à Abidjan dans le cadre du 4ème symposium sur les Mutilations génitales féminines, ont assuré de leur détermination à aller en croisade contre la pratique de l’excision. Ils se sont ainsi engagés à participer à la lutte pour l’abandon total des Mutilations génitales féminines (MGF) sur le continent et partout ailleurs.

Suite: http://www.afrik.com/article12779.html


Burkina Faso : pourquoi les exciseuses ne déposent pas les couteaux ?


Le Burkina Faso hésite de moins en moins à emprisonner les exciseuses récidivistes. Une profession qu’elles exercent par respect de la tradition, mais aussi en raison de la pression sociale et parce que les peines encourues ne sont pas assez dissuasives. Des problèmes que résolvent partiellement la sensibilisation et la reconversion des exciseuses.

Suite: http://www.afrik.com/article11148.html


59 villages sénégalais et maliens abolissent l’excision

Des femmes représentant 59 villages, 52 sénégalais et 7 maliens, ont officiellement procédé dimanche à Kidira, non loin de la frontière sénégalo-malienne, à une déclaration publique d’abandon de l’excision et des mariages forcés ou précoces.

http://www.afrik.com/article9592.html
Catégories : société 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Le plus surprenant dans cette histoire d'excision, c'est l'amalgame que font les féministes, l'ajoutant aux innombrables aspects de la nébuleuse "violence faite aux femmes". La pratique est essentiellement une affaire de femmes envers d'autres femmes, mais faut croire que le raccourci est payant.

    D'autre part, qui dénonce la pratique de mutilation sexuelle connue sous le nom ce circoncision? La mutilation serait-elle de moindre importance parce qu'elle concerne les hommes?

  • Ben, ça, j'allais le dire, et à mon avis, il sera plus facile d'abolir l'excision que la circoncision!TOUS les musulmans, les juifs et une bonne partie des américains sont circoncis et ne voudraient en aucun cas ne pas l'être...

  • J'espère et espère encore que la prise de conscience prenne effet... Les hommes doivent contribuer. L'excision n'a rien à voir avec la circoncision, si ce n'est l'acte de torture. La femme n'a plus de sexe. Ce n'est pas dificil à comprendre. Ce n'est pas un sexe masculin qu'on enlève, c'est un sens féminin, qui lui est propre et utile à sa perception. les hommes doivent participer au combat. Quelle jouissance peuvent-ils émaner d'un raport de l'entier contre le mutilé. Et pourtant, Dieu sait que le corps féminin est plus fragile que celui d'un homme. Je suis malheureuse, et apeurée. Les hommes doivent protéger les femmes, en toutes circonstances, mêmes s'ils faut qu'ils les protègent d'eux mêmes.

  • Une fois ayant visité l’Afrique on ne serait jamais indifférent à ses affaires, car c’est le continent qui enlève ton âme et cette affirmation n’a rien de commun avec les croyances locales, c’est tout simplement un fait qui s’impose...

Les commentaires sont fermés.