Lapidation: autocritique

Il faut savoir faire son autocritique. Mon billet d’hier, intitulé “Nous sommes tous des femmes musulmanes”, montrait les images d’une lapidation filmée jusqu’à la mort. L’info, venue d’un autre blog, avait lié lapidation et Hani Ramadan. Je dois dire que le film montré sur ce blog (Le mouton est dans le pré) n’a pas explicitement dit que la femme assassinée était musulmane. C’est donc moi qui l’ai extrapolé. D’où mon billet d’hier.

Or dans les commentaires de mon billet, Yasmina a écrit:

L'image horrible est celle de Doa Khalil, jeune femme kurde lapidée par sa famille dans le nord de l'Irak parce qu'elle aimait un garçon arabe musulman.

La famille de Doa n'était pas musulmane mais yézidie, et de tels meurtres "d'honneur" touchent malheureusement aussi des familles chrétiennes (en Palestine par exemple), druzes, hindoues, etc...”


Je me suis donc planté en réagissant très rapidement aux images insupportables de la lapidation. Je remets ici une partie de la réponse que j’ai faite à Yasmina:


Je vous remercie pour votre info. J'ai vérifié, en effet. Je réalise que j'ai réagi dans l'émotion, sans vérifier initialement l'info. La première lecture que j'ai fait de cette info reliait ce crime aux propos de Hani Ramadan, qui a en son temps justifié la lapidation.

Remise en question: il ne s'agit pas d'une femme musulmane.

Donc:

1. La réaction trop rapide et émotionnelle est décidément toujours casse-gueule. J'assume avoir réagi trop vite. Moi qui essaie d'être réfléchi même quand je suis polémiste, je prends mon emballement comme une erreur.

2. Le lien avec l'islam est rapide chez nous, car justement H.R. affirmait que cette pratique barbare avait du sens dans cette religion. De là à voir toute lapidation comme faite dans le contexte de l'islam, il n'y avait qu'un pas que j'ai trop rapidement franchi.

3. Pour moi qui insiste toujours pour vérifier les choses, je me suis planté. L'émotion de ces images que je découvrais a été si forte que je n'ai pas pris mes garde-fous habituels.


Je présente mes excuses à ceux et celles qui se seraient senti-e-s blessé-e-s par l'amalgame avec l'islam. Il n'en reste pas moins que la pratique criminelle de la lapidation est connue comme étant en relation avec la charia ou avec l'application de préceptes musulmans. C'est dans ce cadre qu'en occident nous en avons le plus connaissance.

Pour rendre la complexité des choses il faut toutefois préciser que d'autres cultures que l'islam pratiquent la lapidation. Cette pratique vient déjà de la Bible. La loi juive l'avait instituée, mais il y a longtemps que cela ne se pratique plus.

Le christianisme l'a d'emblée proscrite, religion où dès le départ la femme est considérée comme partenaire de l'homme.

Partant du constat que la lapidation n'est pas le fait uniquement de l'islam, dois-je corriger le titre de mon billet d’hier? Dois-je aussi considérer que ce n'est pas seulement la lapidation qui est en cause mais les crimes d'honneur dans leur ensemble (ce qui met certaines régions d'Europe en cause)?

Non, je laisse ce titre car j'ai en général une solidarité avec les femmes opprimées, et que la pratique de l'islam dans certains pays ou par certains représentants de cette religion est clairement discriminatoire. Mais pas partout ni par tous pour autant. J'ai des amis musulmans parfaitement égalitaires et d'une grandeur d'âme que nous pourrions parfois imiter.


Au vu de la précision que vous apportez, Yasmina, je pourrais aussi écrire: Nous sommes tous des femmes lapidées. Et le combat contre les crimes d’honneurs est aussi un combat contre la barbarie.

Merci d’être intervenue, Yasmina.
Catégories : société 19 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "... Hani Ramadan, qui a en son temps justifié la lapidation."

    Autocritique ou autoflagellation ?

    Quelles que soient les personnes et quelles que soient les religions ou les coutumes qui prônent la lapidation, elles sont à dénoncer et à condamner sans appel.
    Point.

  • Oui Blondesen. A condamner comme un crime, et un crime particulièrement sordide. Aucune culture ne devrait justifier un tel acte.

    L'homme et la femme sont les deux jambes d'un même corps, donc ils sont fondamentalement partenaires dans la même espèce. Cela est pour moi le fondement de l'égalité, loin de toute revendication féministe ou analyse à la Bourdieu.

    La miséricorde qu'hommes et femmes devraient se témoigner mutuellement pour leurs erreurs fait trop souvent défaut, et est bien sûr totalement absente dans ce crime sordide de la lapidation.

    Donc aucune culture ne justifiera jamais cette pratique barbare.

    Autocritique car j'ai assimilé les images à l'islam sans vérification préalable. Donc pas d'auto-flagellation car je maintiens ma position, mais autocritique normale, réajustement.

  • Blondesen, ce n'est pas QUE la lapidation qu'il faut condamner mais TOUTES les religions qui ne font rien d'autres que du bourrage de crâne !

  • La lapidation est toujours une horreur, mais dans l'Islam, c'est une horreur légale, car prônée par le prophète, de sorte qu'elle est pratiquée, le cas échéant, par les éléments les plus puissants de la société musulmane et que personne ne peut s'en plaindre au nom de l'Islam. En effet, condamner la lapidation, c'est s'opposer à la volonté du prophète, ce qui équivaut à la forme d'apostasie la plus fermement et rapidement condamnée (de mort).

    On trouve une bonne quinzaine de traditions musulmanes parmi les mieux établies (sahih) fondant la légalité de la lapidation:
    http://www.ajm.ch/wordpress/?p=968

  • Cher Octave,
    Mon opinion (non-autorisée et politiquement incorrecte) sur Dieu, les églises et les religions, vous les trouverez sur mon billet "Rien que pour ce mécréant de Victor".

    ;o)

  • Merci d'avoir rectifié.

    Qu'ils s'agissent de meurtres "d'honneur" comme dans le cas de Doa ou de lapidations organisées par l'Etat comme en Iran, il s'agit bien sûr de deux barbaries qu'il faut combattre.

    Pour info, ICAHK tente d'organiser une campagne pour pousser les autorités du Gouvernement Régional Kurde à prendre des mesures face aux crimes "d'honneur" :
    http://www.stophonourkillings.com/?name=News&file=article&sid=2764

    Et ceci, surtout suite à l'assassinat, par lapidation encore, de la jeune Kurdistan Aziz, meurtre qui a été commis avec la complicité des autorités kurdes :
    http://www.stophonourkillings.com/?name=News&file=article&sid=2693

  • Merci Yasmina pour ces infos, et celles que vous avez ajoutées aussi sur mon billet d'hier.

    Mon blog dénonce souvent les injustices commises contre les hommes (j'en ai fait l'expérience si vous avez vu mon site www.hommecible.com), mais bien évidemment je dénonce aussi les injustices contre les femmes, car la justice est Une.

    Je relaierai donc volontiers vos infos ici, si cela vous est utile, comme je l'ai déjà fait par exemple pour les pères, et je me permettrai dans le courant du mois de faire un billet sur les crimes d'honneurs en mentionnant votre combat, si vous m'y autorisez.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour Homme libre,

    si l'on traite la lapidation de manière différente si elle est le fruit d'un crime d'honneur, ou d'une infidélité... on se trompe de débat.

    La lapidation est une horreur quelle qu'en soit la raison.

    La lapidation n'est pas un mot vide de sens et vous aviez bien raison de réagir violemment sur votre blog d'hier.

    Dommage que votre indignation n'ait duré qu'une journée et que vous fassiez la différence selon par qui elle est pratiquée.

    La lapidation n'est pas un mot vide de sens.

    Mon billet mettait en exergue cette pratique sauvage et ceux qui osent la défendre publiquement.

    Bien à vous Hommelibre,

    Stéphane

  • Bonjour Stéphane,

    Non détrompez-vous, je ne fais pas de différence: pour moi la lapidation est insupportable quelle qu'en soit la raison. Les images vues hier m'ont profondément choqué.

    J'ai par contre précisé, pour l'exactitude de l'info, qu'en réagissant très dans l'émotion j'ai associé des images - celles de Doa Kahlil, ce que j'ignorais - avec un contexte musulman - ce qui dans ces images n'était pas le cas.

    Je veux simplement rétablir l'info, mais aussi m'analyser pour mettre en évidence le risque qu'il y a à s'emballer vite sans vérifier. D'où mon autocritique, et peut-être un double niveau de message dans mon billet d'aujourd'hui.

    Mais mon indignation ne change pas et il n'y a pas d'erreur: la lapidation est une monstruosité, quel que soit le contexte qui la provoque, c'est un crime sans excuse en regard de l'humain. Qu'elle soit pratiquée pour des crimes d'honneur hors du contexte de l'islam, ou qu'elle le soit dans le cadre de l'islam.

    Et on attend toujours la réaction de Hani Ramadan s'il a vu ces images: qu'il vienne dire comment il justifie cela. Je vous rejoins donc tout-à-fait et ne vous mets pas en cause: c'est moi qui ai fait un amalgame rapide entre ces images et une femme musulmane, pas vous. Pour être précis: j'ai associé ces images-là à l'islam, alors que vous aviez associé la lapidation à H.R. Et vous avez bien fait de donner accès à ces images terribles.

    J'estimais simplement avoir été trop rapide, je crois qu'il faut savoir le reconnaître.

    Mais j'affirme toujours que la souffrance n'a ni sexe ni religion ni culture ni nationalité. Que crime commis au nom de l'islam ou de l'honneur reste un crime odieux. Que j'ai été mal toute la journée après ces images insoutenables. Que j'ai envie de soutenir aussi bien Yasmina qui dénonce les crimes d'honneur que toutes les femmes musulmanes oppressées et sacrifiées au nom d'une monstruosité qui se justifie d'un Dieu supposé être "miséricordieux".

    J'espère que je suis clair et qu'il n'y a aucune équivoque.

    Nous sommes bien tous des femmes musulmanes, nous sommes tous des femmes lapidées.

  • J'ajoute encore que ces images d'hommes acharnés m'ont fait penser non à des humains, mais à une meute enragée, à des non-humains, car que faut-il avoir dans sa tête et dans son coeur pour agir ainsi, sinon la plus monstrueuse bassesse?

  • @ Stéphane:

    ... j'y reviens encore... pfff... Je me suis encore relu pour bien comprendre ce qui a pu vous faire penser que mon indignation n'avait duré qu'un jour.

    Ce sont peut-être les quelques mots d'excuse que j'ai mis. Je m'en explique, car je réalise que dans mon soucis de transparence, je ne le suis plus... transparent. J'essaie d'être attentif à la communication. J'essaie aussi de pratiquer sur moi-même les idées que je défends, et d'analyser ma manière de penser et de réagir, car aucune idée aussi bonne soit-elle ne vaut si elle n'est pas incarnée en soi.

    Voilà pour ce qui est de l'auto-analyse et de l'autocritique, donc pas d'auto-flagellation.

    J'ai observé que pour moi, lapidation = islam, comme un automatisme. Un peu comme les français pour qui Suisse = banque. C'est cela que je mets en question dans mon fonctionnement. Et Yasmina m'a montré que cet automatisme est incorrect, que lapidation = islam + autres cultures. J'ai dit que j'ai des amis musulmans qui partagent les valeurs de respect et qui sont de grande qualité d'âme, car je veux aussi éviter la généralisation. Les musulmans que je connais n'ont rien à voir avec la lapidation, ni avec Hani Ramadan, et généraliser aurait été en blesser injustement plus d'un.

    Maintenant, je ne partage plus aucune religion depuis longtemps, et je pense que les religions devraient disparaître pour aller vers un nouvel humanisme éclairé, dont la science serait une des sources au même titre que la philo et la psycho. Donc je ne soutiens aucune religion, et surtout pas dans ce qu'elles ont de barbare ou d'oppression - et Dieu sait bien, s'il existe, qu'en son nom nous sommes capables de commettre les pires crimes.

    Je pense que se soumettre à un prêtre, un mollah, etc, est une aliénation. Cette soumission nous fait perdre toute responsabilité individuelle, et certains en arrivent à écraser la tête de leur fille ou de leur soeur avec le sentiment d'avoir bien fait!

    Quelle folie. Que ce soit l'autorité de la religion pour l'islam, ou la pression sociale avec en toile de fond une connerie d'honneur familial, nous sommes dans la folie sociale habituelle qu'il faut dénoncer sans relâche.

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour Homme libre,

    l'essentiel, aujourd'hui, réside dans le fait que cette femme est libre.

    Il est vrai qu'une lapidation dans le cadre de la loi islamique se déroule un peu différemment :

    à savoir, la victime, la criminelle pardon, est enterrée jusqu'au cou et ensuite les lapidaires lancent leurs pierres jusqu'à ce que mort s'en suive.

    Cela peut durer des heures.

    Vous aviez raison de vous indigner... vous aviez raison de raison de dire "nous sommes tous des femmes musulmanes" car elles sont les premières victimes de cet acte inhumain.

    Merci d'avoir relayé cette info...

    Et s'il vous plait continuez à rester humain et vous indigner lorsqu'il le faut, c'est ainsi que l'ont fait évoluer les Hommes.

    Cette capacité d'indignation est le reflet de votre conscience et notre conscience est cette petite part de Dieu que chacun de nous portons en notre sein.

    Bien à vous,

    Stéphane

  • je suis d'accord avec tous ceux qui condamne la lapidation. Vous avez entièrement raison même si dans ce cas-là vous avez fait une "petite" erreur que tout le monde peut comprendre. Le principe n'a en effet rien à voir avec la religion, quoique.... par manque d'éducation scolaire laïque, par ignorance et manque d'intérêt personnel, etc... il est très facile de faire croire qu'un enseignement datant de l'antiquité ou d'un quelqcomque prophète, Moïse, Jésus, Mahomet (béni soit sonm nom) est la vérité pure est qu'on ne peut la discuter.

  • Cher homme libre:
    "Nous sommes bien tous des femmes musulmanes, nous sommes tous des femmes lapidées."

    Et quand donc serons-nous des femmes et des hommes debout et heureux de vivre ?
    Quand donc allons-nous relever la tête?
    Moi je veux être une femme debout, libre et heureuse de vivre, et je me battrai pour cela s'il le faut. Je refuserai toujours de me laisser écraser par qui que ce soit, quel que soit le masque porté. Je refuse d'écraser autrui, mais je ne refuserai pas de me défendre.
    Mais peut-être n'aimez-vous que les victimes ? Ces filles voulaient simplement vivre.

  • Cats, je pense comme vous sur ce point: libres et debouts. Bon plan. C'est aussi ma démarche, ma quête. Homme, je peux dire la même chose: "Je refuserai toujours de me laisser écraser par qui que ce soit, quel que soit le masque porté. Je refuse d'écraser autrui, mais je ne refuserai pas de me défendre." Mais m'avez-vous bien compris? Je bannis la lapidation. Je ne veux pas voir tant de victimes, femmes ou hommes, de quelque forme de violence et de sexisme - misandrie ou misogynie. Et vous savez, je pense que les religions monothéistes n'ont pas servie les hommes mieux que les femmes, elles n'ont servi que la poignée de dirigeants. Les hommes vivaient aussi dans la peur, la culpabilité, la punition. Bref vivons libres! Et si homme je défends les hommes qui en ont aussi besoin - quoi que le discours dominant féministe en dise, je défends pareil les femmes, et je n'écris pas de prière pour nous libérer des femelles... mais c'était de l'humour, is'nt'it?

  • C'était effectivement de l'humour... sombre et pas forcément de très bon goût, j'en conviens, comme peuvent l'être parfois mes pensées lorsque je me connecte au monde.
    Je pense comme vous que les religions monothéistes n'ont servi qu'à opprimer l'être humain, homme ou femme, au profit d'un petit nombre, et j'ai parfois du mal à comprendre pourquoi l'espèce humaine se nuit autant à elle-même.

  • Vous me rassurez Cats. Ok pour l'humour. On dit que les religions ont eu leur rôle dans la construction sociale et éthique des humains. Peut-être à une époque, mais pourquoi y avoir mis tant d'éléments d'aliénation, de souffrance, de domination et de peur? Ca ne se justifie pas. Et il faut à mon avis un grand coup de balai, reposer les choses en toute liberté et conscience.

  • il faut absolument condamnner la lapidation comme un acte barbare et rétrograde. pour la femme.

  • @ yasmina: voir mon billet d'hier:

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/07/26/lapidation-doa-mon-nouveau-clip.html

Les commentaires sont fermés.