Drame de Porrentruy: comment un père peut-il tuer son enfant?

Bien que beaucoup plus fréquents, les infanticides maternels sont accomplis plus discrètement et ne sont en général découverts que bien après les faits, comme tous ces bébés découverts dans des congélateurs ces dernières années. Les infanticides paternels sont plus visibles car accomplis dans d’autres circonstances.

Le drame de Porrentruy est choquant et terrible. C’est un crime majeur que rien ne justifie, et qui doit être sanctionné avec toute la rigueur appropriée. Cela dit, de la même manière que l’on tente d’expliquer les infanticides maternels, on peut tenter d’analyser quelques raisons qui amènent un père à commettre un tel crime.


L’amour paternel

15.jpgUn père n’est pas un simple pourvoyeur d’argent ou de sécurité. On entend souvent dire que le père s’occupe peu de ses enfants, ne lui montre pas forcément ses sentiments. Il y a là un aspect culturel dû au fait que l’on donne depuis très longtemps la priorité à la mère en ce qui concerne l’expression de l’affection. C’est souvent elle qui réconforte, qui nourrit, qui soigne. Bien des pères acceptent cette prérogative par une forme de considération envers les valeurs maternelles. Certains aussi se sentent moins compétents dans ce domaine.

De plus, ces dernières années, nombre de pères n’osent plus avoir de relation proche avec leurs enfants, ni manifester physiquement leur tendresse. On sait que l’hystérie pédophilique est passée par là et que tout contact physique devient trop vite suspect.

L’amour paternel n’est pourtant pas absent. Il se manifeste simplement sous d’autres formes.


De l’amour au meurtre

Contrairement aux infanticides maternels qui surviennent en toutes circonstances, les infanticides paternels sont très majoritairement accomplis après une séparation ou un divorce. C’est en soi significatif.

On sait que la situation actuelle des pères séparés ou divorcés est peu enviable. Réduits à un rôle sans réelle interaction avec leurs enfants, contraints souvent à vivre dans des studios pour payer les pensions, délibérément écartés des enfants par certaines mères, subissant des décisions de justice parfois aberrantes et dignes du 19e siècle, ils se sentent si impuissants à exister en tant que pères qu’il y a là une faille dangereuse.

Certains pères se battent pour exister auprès de leurs enfants. Ils y mettent une énergie considérable, parfois au détriment de toute vie privée. D’autres abandonnent, ne voient plus leurs enfants, ne cherchent plus à recouvrer les responsabilités que la situation leur a ôtées.

D’autres se suicident, surtout s’il y a une fausse accusation - comme environ une fois sur deux dans ces cas - d’inceste et d’attouchement. Et parfois entraînent les enfants dans leur geste mortel.


Des meurtriers sans histoire

La théorie marxiste féministe prétend que les hommes veulent tout contrôler et dominer, et que le meurtre en est une manifestation. C’est un peu court, et cela devrait aussi s’appliquer aux mères infanticides, pour lesquelles on trouve si facilement des circonstances atténuantes. Si certains hommes - comme certaines femmes - sont en effets violents et dominateurs, la plupart des pères infanticides sont sans histoire. Pas de condamnation, pas de violence coutumière.

Certains parents, principalement des mères mais aussi des pères quand ce sont eux qui ont la garde, règlent leur désamour à travers les enfants. Casser la relation entre un parent et son enfant sert à casser le parent non gardien. Et tant pis pour les enfants.

Acculés au désespoir, dénigrés, humiliés parfois, salis auprès de leurs enfants, tondus, parfois accusés faussement, méprisés par les services sociaux, certains pères sombrent dans le désespoir et craquent. Ils ne voient plus d’autre solution que la mort. Et tuer leurs enfants est parfois vouloir punir l’autre parent, mais c’est aussi tenter de les soustraire au parent gardien jugé toxique.

Bien évidemment, je ne peux soutenir ni défendre de tels actes monstrueux. Quel que soit leur désespoir, ces pères sont des criminels. Au même titre que les mères infanticides. Mon propos d’aujourd’hui est de dire que, alors que l’on tente souvent d’expliquer voire d’atténuer la responsabilité psychologique et parfois pénale des mères meurtrières, il y a aussi des raisons pour que des pères commettent l’irréparable.

Dans les situations prévisibles, où des menaces et des violences ont déjà eu lieu, les services sociaux devraient être beaucoup plus vigilants. Mais le risque de ces situations est bien en amont: il est dans les décisions de justice qui généralement évacuent les pères. Il est dans l’absence de médiation en cas de séparation ou divorce, ce qui fait que les parents règlent leurs conflits par enfants interposés.

La médiation doit devenir une règle lors des séparations avec enfants, car l’expérience prouve que quand elle a lieu les conflits parentaux n’empiètent plus sur la vie des enfants et sur leurs relations avec les deux parents. Et la garde alternée devrait être instituée par défaut, sauf dans certaines circonstances à définir.
Catégories : société 10 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • je suis d acord avec vous
    persone a le droit de tue a persone
    je conais a la famille,vous deves vous arreter e penser porqoi un perre ki voulais son fis avec lui le tue
    cest ki ki faille
    je croit ki il cest devenue fou
    mais je suis avec lui
    parceke la loi protege a une mere k emprofite de avoir un fills pour l argent de sont perre cest a ki la foot
    ce ke je sents es ke je verrais jamais ni au pettit ni a lui
    nous sa famille et ses amis nous somes pas d acord avec ses actes
    mais je suis avec lui et je vais l,aider
    arretez vous et penses

  • Bonsoir, merci pour votre message.
    Je ne connais pas l'histoire à part ce que la presse en dit. J'espère que vous avez compris ce que je veux dire. Je n'accepte pas que l'on tue, ni son enfant ni personne. C'est terrible.
    Mais je veux aussi dire que les pères sont parfois poussés au désespoir, et que la justice et certaines mères les poussent à l'extrême. Pas toute les mères, loin de là. D'ailleurs certains pères aussi sont fous.
    Je comprends votre position. Il y a tant de souffrance dans un tel drame, pour tout le monde. Et je ne juge pas ce père dont j'ignore l'histoire. Mais si on peut comprendre que la folie ou le désespoir poussent à un tel acte, tuer ne peut être admis.
    En pensée avec vous et tous ceux et celles qui souffrent dans ce drame.

  • David, ,'avait pas a payer pour la vengence de son père car il n'a pas obtenu e qu'il voulait, c"est un acte sans pardon, qui mériterai ma penne de mort pour son père comme le dond en Amèrique car rien ne peut justifier cette acte sur un petit ange qui avait toute la vie devant lui.

    Que justice soit faite, je lui souhaite longue vie derrière les barreaux de suisse!!!

  • je répon un peu tard certe,
    mais imaginer un peu la souffrance d'une mère d'une famille pour un acte comme celui la.Je ne peu comprendre qu'on puisse donner la vie et la reprendre.
    Il faut avoir beaucoup de courage et réussir à vivre avec celà toute les nuits.
    Il n'y a pas de mot pour celà, j'espere que la justice suisse fera son travail et que cette personne paie pour ce qu'il à fait.
    Je pense que les personnes qui le défensent sont comme lui des personnes sans coeur.
    Ce petit être ne devait pas subir ce qu'il à subi peu importe les problèmes de ces parents.
    Imaginer un peu la vie de cette maman qui réaprend à vivre sans sa chair à qui elle à donner la vie.
    Et un conseil avant de juger qui que ce soit juger déjà le drame car ce drame et impardonnable.
    Et même si la justice fait son travail et que cette personne purge sa penne en prison et bien le petit david n'est plus là.
    ANNA

  • Anna, je suis d'accord avec vous. Le crime est terrible. Qu'un père ou qu'une mère tue son enfant est terrible. Et celui ou celle qui reste avec cette absence doit vivre un enfer, un choc pour le reste de sa vie. Sur ce point la justice doit faire son travail et montrer clairement les limites de ce qui est possible et de ce qui ne l'est pas dans une société humaine. Je pense aussi qu'il faut tenter de comprendre ce qui amène à cela, car on en tue pas par plaisir ou juste pour se satisfaire. Passer à cet acte suppose que quelque chose de terrible est vécu par celui qui le fait. Ou alors il s'agit aussi de dérangement mental. De même que l'on tente d'expliquer le geste des mères infanticide, il me paraît important de comprendre aussi celui des pères infanticides. En comprendre les causes, et non seulement sanctionner, permettra peut-être d'anticiper et d'éviter cela dans d'autres cas.

  • Il n'y a rien a pardonner mais peut etre juste a comprendre pourquoi un homme sans histoires a ete pousse a bout. Il est pere de trois autres enfants et je pense aussi a eux. La mere semble t il n avait rien fait pour faciliter les relations du pere avec David appelant meme regulierement les gendarmes.Je connais bien cet homme et je sais qu 'il n'etait pas violent alors nous sa famille on est bien obliges de le soutenir puisque l'opinion public et la justice l'ont deja juges

  • arreter de raconter des betises comme cela, vous n etes pas au courant de tous se k il faisait subire a son exe epouse les courses poursuites en voiture, les menances de mort, ce n est pas pour rien que le petit davide un jours me dit "tu sais mon papa il va me tuer, il me la dit" arreter de blablater vous me repugner de le soutenir

  • je suis la concubine du demi-frère de davide. Cet homme nous a enlevé ce que nous avions de plus cher. Imaginez ce que mon conjoint et sa maman vivent après un tel drame. J'ai vécu ces moments à leurs côtés et je continue à les vivre avec mon homme. C'est l'horreur et c'est impardonnable peu importe ce qui l'a poussé à commettre un tel acte. Il avait 5 ans et toute la vie devant lui malgré son enfance difficile. Je ne comprendrai jamais son acte et croyez-moi, cet homme est loin d'être aliéné. Il a agi avec préméditation. Un bout de chou a payé pour la bêtise des adultes. Ca ne devrait pas exister. La peine de mort serait trop belle pour lui alors je lui souhaite de moisir en prison. Nous vivons avec la haine en permanence et avons notre vie gâchée à cause de cette ordure alors qu'il aille au diable !

  • quel horreur ce drame de la séparation, un homme non violent, suite à la séparation, en plein désespoir, tue son enfant, se blesse griévement en tentant de se suicider.
    blesse griévement son ex femme, qui en réchappe en sautant par la fenestre.
    comment un homme normal devient le pire des meurtriers. il a été plus loin que d'autres qui ne se sonts que suicidés.

  • Je me pose la même question.
    Pensent-ils qu'ils partent avec eux ? Si le Paradis existe, pensent-ils qu'ils vont y aller dans ces conditions ?
    Je comprends pas !
    Ca me fout la gerbe

Les commentaires sont fermés.