Mariage annulé: l'ex-épouse demande grâce

Cette affaire rebondit encore, cette fois par les déclarations de l'ex-épouse au Nouvel Observateur et cité par 20minutes.fr du 6 juin.

Voici quelques extraits de cette dépêche:

1896557721.jpg
L'ex-épouse du mariage annulé sort de son silence. Dans un entretien accordé au «Nouvel Observateur» paru jeudi, elle confie être révoltée par l'appel du parquet de Lille dans cette affaire. «Depuis le début, je subis tout dans cette histoire. Que l'on puisse faire appel du jugement alors que je n'ai rien demandé me révolte», affirme-t-elle.

Cette jeune infirmière de 23 ans d'origine marocaine ajoute qu'elle «ne revendique rien», «n'est pas le leader d'un mouvement» et aspire à vivre tranquillement. «Entendre parler de moi, c'est très difficile, confie-t-elle encore».

Des déclarations qui confirment celles de son avocat, Charles-Edouard Mauger. Ce dernier avait affirmé mardi que sa cliente se sentait «très, très mal» depuis qu'elle avait appris la décision d'appel, alors que l'annulation de son mariage lui avait apporté «du soulagement».


Autre dépêche AFP tombée ce jour:

LILLE (AFP) - Alors que quelques centaines de personnes ont manifesté samedi pour dénoncer l'annulation par la justice d'un mariage parce que l'épouse avait menti sur sa virginité, celle-ci apparaît dépassée par la polémique suscitée et craint les conséquences de l'appel du parquet.
(Publicité)

"Quand elle a appris (la médiatisation de l'affaire, ndlr), elle a été très traumatisée, elle était en larmes" et depuis l'appel du procureur de la République de Lille, "elle va très, très, très mal", a déclaré à l'AFP son avocat, Me Charles-Edouard Mauger.

"J'ai ma vie à reconstruire, je n'ai pas à être victime du système politique. Je ne sais pas qui a l'idée de réfléchir pour moi, je n'ai rien demandé", a-t-elle ainsi affirmé à son conseil, en soulignant son opposition à la décision d'appel.


"J'ai acquiescé (à l'annulation du mariage), ce n'est pas moi qui ai demandé à ce que ce soit médiatisé, à ce qu'on en parle et que ça dure dans le temps, ce que je veux c'est qu'on respecte ma volonté", a-t-elle ajouté selon Me Mauger.



Hommes impuissants: le droit à l'égalité

Voilà. Le moment est venu de cesser d'instrumentaliser cette affaire. Si l'on veut changer l'article 180 qui autorise les annulations, que l'on interdise aussi les annulations pour cause d'impuissance de l'homme (plusieurs par année), ce qui est non seulement humiliant mais totalement contraire au principe de l'égalité: car de même que seules les femmes ont un hymen, seuls les hommes peuvent avoir un trouble de l'érection.

Je n'ai pas entendu les féministes professionnelles sur ce sujet. Qu'attendent-elles pour descendre dans la rue pour défendre le droit à l'égalité des hommes impuissants? L'égalité est réciproque ou n'est pas. Réciproque... un mot qui n'existe pas dans leur vocabulaire.


Autre argument

Une amie juge me disait jeudi qu'elle n'aurait pas annulé le mariage. Parce que l'acte était fait, et que dans la vie nous ne naissons pas avec une gomme pour effacer au fur et à mesure ce qui nous dérange. Cela encourage à l'irresponsabilité et au déni de nos actes. Il y a des procédures rapides de divorce, au moins nous restons responsables de nous.

Cet argument m'a fait évoluer dans ma réflexion. En effet, en regard à la notion de responsabilité individuelle, l'annulation était une erreur. Et toute annulation est une erreur. Il faudrait donc purement et simplement supprimer l'article 180. La virginité peut être un choix entre deux époux, comme d'autres choix, mais la tromperie ne doit plus être un motif d'annulation. Si tromperie il y a demandons réparation, matérielle ou morale, mais cessons d'effacer le réel.

Pour le reste, espérons que chacun ait encore le droit de mener sa vie comme il l'entend, selon ses propres valeurs, de partager ces valeurs avec d'autres personnes, sans que l'on légifère sur tout.
Catégories : société 10 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Mon Dieu, débarrassez-moi de mes "amis", mes ennemis je m'en charge !"
    Je plains sincèrement cette femme, victime uniquement de la loi du "Milieu" féministe.

  • Pour ma part, j'attends de voir si la Garde des Sceaux respecteras, entendras cet appel.

  • Je suis athée, Dieu merci ! Quelle torture doit supporter cette femme! Etre pareillement instrumentalisée n'était pas sa volonté dans cette affaire privée.

    Espérons que la Ministre de la Justice, Rachida Dati, qui a connu sur le plan personnel une histoire semblable, puisse faire résonner la voix de la raison et du coeur!

  • Je ne vois pas pourquoi elle devrait être plainte et de quoi elle-même se plaint. Elle est responsable de ce qui lui arrive, qu'elle assume! Les musulmans n'ont pas à instrumentaliser la justice.

    «Entendre parler de moi, c'est très difficile, confie-t-elle encore». Ben voyons, et en donnant une interview, ce n'est pas faire parler d'elle?

    On peut concevoir l'annulation d'un mariage dans certains cas précis, comme la bigamie, la contrainte, le mariage blanc pour les papiers. Pas pour mensonge, ni pour virginité. Je demande l'annulation de mon mariage parce que mon conjoint m'avait dit qu'il était millionaire et je viens de découvrir que ce n'est pas vrai.

    Soyons sérieux.

  • @ Johann:

    Oui, en effet dans un cas aussi précis que bigamie, l'annulation est évidente. Elle devrait même être automatique. Pour le reste, je ne sais pas. à réfléchit encore: c'est parfois moins évident car moins facile à prouver. Et par exemple, dans le cas du mariage forcé, il pourrait aussi devenir une arme comme les fausses accusations. Mariage blanc ou mariage forcé, il y a des sanctions légales (économiques et pénales) qui pourraient être renforcées, pour avoir un effet plus dissuasif.

    Je dis cela car l'idée que nous ne sommes pas nés avec une gomme pour effacer me plaît bien comme fondement. Mariage blanc ou forcé, cela a eu lieu. Tandis qu'un mariage pour bigamie, il est dès le début non valable, cela tient même de l'escroquerie. Il n'avait aucun fondement juridique. Les autres formes on t une base juridique, donc divorce simplifié. A creuser.

  • Ailleurs je notais combien les pourfendeurs du jugement utilisaient, a quelques exception prés, toujours l’injure et l’amalgame.

    Je viens de lire dans Le Monde que la juge de Lille a reçu des lettres anonymes de menaces.

    L’ex fiancée de Lille implore qu’on la laisse tranquille et que l’on respecte sa volonté.

    Cette polémique tourne au lynchage.

    Je crains que derrière certains des opposants a ce jugement (pas tous!) se cache un projet athée militant et totalitaire. La volonté de faire taire toute notion d’idéal religieux ou de morale et ce au mépris du droit des individus a disposer d’eux mêmes.

  • Le Mari ne savait pas que dans la culture marocaine concernant son cas .Il y a deux solutions.

    1- le divorce (c'est son droit )

    2- le silence ( preuve d' amour )

    c'est la deuxième solution qui est la plus conseiller dans la culture marocaine.Ce n'est pas la première ou la dernière histoire sur la virginité.

    pourquoi ? pour éviter les drames et d'allumer le feu , c 'est aussi pour privilégier cet amour : je t'accepte comme tu es.

    mais en france , ce n'est pas que du feu ,c'est aussi une tempête de bavardage et de récupération politique qui souffle .

    M.LANDE , ma prof de fraçais me disait:"les fraçait sont des bavard"

    Le mari est un ignorant ,il allume le feu du bavardage .Moi pour devenir fraçais je devient bavard.

  • @ sekala:

    J'ignorais la culture marocaine sur ce point. J'aime beaucoup ce choix, surtout quand il inclut la preuve d'amour. Vu comme cela, c'est tellement plus simple que le bavardage politique, en effet.

    Merci sekala pour cette information.

  • Au Canada, le mariage est devenu au fil des ans la porte d'entrée pour des immigrants informés de l'état des lieux et de la facilité avec laquelle il est possible de contourner les balises.

    Pour illustrer mon propos, je vais vous relater l'histoire de mon ami Ghorghes, orphelin élevé sous le régime de Caucescau. À force de détermination, il a réussi à immigrer au Canada, au Québec plus précisément en raison de la langue. Après avoir obtenu sa citoyenneté et complété une formation technique lui permettant de gagner honorablement sa vie, il croise alors une charmante personne sur un forum de discussion roumain.

    La Belle œuvre dans le domaine de la santé et après de fréquents échanges courriels et de nombreux téléphones, le tout sur une période d'environ un an, Ghorghes plonge. Sans plus de retenu, il entreprend de la rencontrer dans son milieu d’origine. Il séjourne quelques semaines en Roumanie, le temps de compléter les formalités d’usage, préalables au mariage. Sitôt consommé, l’engagement est communiqué aux autorités de l’immigration afin d’enclencher le processus visant à ce que la mariée puisse venir le rejoindre à Montréal. Un an après, ces démarches aboutirent et la dulcinée peut enfin venir rejoindre l'homme de sa vie en toute légitimité.

    C'est alors que le conte de fée vire au cauchemar. La « fille de joie » n'éprouve en réalité aucun sentiment pour le petit orphelin. Son objectif consiste uniquement à venir s’installer au Canada. La vie y est généreuse comparée à la Roumanie, tout spécialement pour les dames qui peuvent compter sur un réseau social communautaire extrêmement élaboré et particulièrement efficace. De plus, le mariage avec un ressortissant local lui assure un parrainage financier durant un minimum de 3 ans, même si elle met un terme au contrat avant échéance... Ainsi va la vie au Féministan !

    À peine un mois après avoir mis le pied à Montréal et emménagé avec le conjoint, la Belle quitte précipitamment le domicile familial pour aller se réfugier dans un centre destiné aux femmes en difficulté. Ces centres, et il en existe plus d'une centaine qui coûtent une véritable fortune à l'État, ne doivent se conformer à aucun mécanisme de contrôle pour l’usage des fonds publics gracieusement mis à leur disposition. La misandrie y constitue une véritable religion. De plus, on y incite les bénéficiaires à déposer des allégations de violence envers le conjoint, ou encore d’attouchements sexuels sur les enfants. La recette est infaillible et les sanctions prévues pour contrer le détournement de justice jamais exercées.

    2 mois plus tard, les accusations se mettent à pleuvoir. Viol, voie de fait, séquestration, que sais-je encore, le tout développé dans une déclaration maintes fois remaniée et toute cousue de fils blancs. Une semaine plus tard, ce sont les procédures en divorce qui tombent du ciel. Entre temps, Gheorghes est arrêté à son domicile et sa vie bascule dans le chaos…

    Le divorce a été prononcé au terme d’une moquerie de procès qui a eu lieu avant que la cour criminelle ne se prononce au sujet des la véracités des allégations en matière criminelle.

    À ce niveau, le dossier a traîné dans les officines de la cour durant 4 longues années avant que le tribunal acquitte Gheorghes de toutes les infractions reprochées. Depuis, toutes les démarches effectuées par Gheorghes afin de faire comparaître la menteuse devant un tribunal se sont soldées par un échec. Devant le refus de la police d’enregistrer sa plainte, il s’est adressé directement au tribunal sous la forme d’une plainte privée. Le juge qui a siégé dans cette affaire a rendu sa décision sous scellé ! Ne lui reste plus que la procédure intentée en responsabilité civile contre le service de police qui n’a pas effectué le travail d’enquête avec rigueur. Les tribunaux en sont saisis et il faudra attendre encore bien d’autres années avant de recevoir quelque dédommagement de l’état pour l’ensemble des violations de ses droits réputés fondamentaux.

    Ainsi va la vie sous le joug du Féministan. Il faut être parfaitement inconscient pour y convoler en juste noce…

  • L'histoire de Gheorghe, e roumain du Québec, me rappelle cette fameuse Louise Arbour...
    http://victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/06/09/fin-du-totalitarisme-feministe-de-louise-arbour.html

    Son départ attendu pour la fin du mois, ne pourra être que bénéfique, pour le reste du monde...

Les commentaires sont fermés.