mer du nord

  • Parla Montcuq en vélo

    humour,loeb,parla,montcuq,vélo,gland,nino ferrer,gland,madrid,belgique,mer du nord,Il est beau le tram vert de Parla. Il fait le tour de cette petite ville située dans la banlieue sud de Madrid. Roulant par-ci, par-là, entre des immeubles que l’on dirait peints par Magritte. Les habitants de Parla n’en sont pas peu fiers.

    Lire la suite

    Catégories : Humour 2 commentaires Lien permanent
  • Des belges très déprimés

    La mayonnaise dégoulinant des frites, les belges regardent dans les vitrines des images anciennes montrant la Mer du nord. Sur certaines il y a même du soleil! Aujourd’hui elle est noyée - c’est le cas de le dire - sous de grosses pluies. Les chaises longues des stations balnéaires ressemblent à des flaques et les rues sont luisantes.

    Lire la suite

    Catégories : Météo 7 commentaires Lien permanent
  • Le monde comme il est

    Des fois le monde est beau. Beau pour les yeux et beau pour l’âme. Il suffit de regarder. Il y a tant de belles choses. Cela peut être un coucher de soleil sur la Mer du nord. La longue plage, un début de dunes, le sable entre bleu et rose même s’il est gris. La mer étale soulignée de quelques traits d’écume.

    Lire la suite

    Catégories : société 1 commentaire Lien permanent
  • Laisse-moi pleurer, bord de mer

    Reçu un courriel de Belgique ce matin. Du bord de la Mer du nord. Un courriel dans lequel est cité ce bout d’article de la Tribune:

    «Quand Juan Luis de Góngora, poète espagnol du XVIIe, dit: «Laisse-moi pleurer, bord de la mer», le fait de ne pas se situer géographiquement et de demander à la mer de le laisser pleurer, ça donne une dimension incommensurable. C’est un grand voyage dans l’infini. C’est ça, la poésie. Des mots les uns à côté des autres qui partent pour le tour du monde.»

    L’article du 2 septembre dernier est une interview de Paco Ibanez réalisée par Fabrice Gottraux.

    Lire la suite

    Catégories : Poésie 3 commentaires Lien permanent
  • Mamina rêvait

    Elle est morte samedi matin. C’était attendu. Elle était au bout de son corps.

    Martha m’a téléphoné à midi moins le quart. Je suis allé à l’appartement. Mamina reposait dans son fauteuil, le visage calme. Je l’ai prise dans mes bras. Elle était légère Mamina. Légère comme un enfant. Je l’ai allongée sur son lit, qui devenait une une barque. Elle partait en voyage.

    Lire la suite

    Catégories : Mamina 9 commentaires Lien permanent
  • Ce n’est pourtant pas la période du brame

    D’ailleurs il n’y a pas de forêt là-bas. Pas un arbre. Du vent, oui, mais pas de feuilles pour en montrer la direction ou pour cacher des cerfs. D’ailleurs il n’y a pas de terre pour les arbres. Juste de quoi laisser pousser quelques touffes d’herbes sauvages sur les dunes.

    Lire la suite

    Catégories : Liberté 3 commentaires Lien permanent
  • La mer du Nord

    Imaginez… une plage à perte de vue. A gauche la plage. A droite  la plage. Et si vous venez à marée basse, devant vous: des centaines de mètres de plage, parsemée de creux doux où les enfants pêchent les crevettes dans 15 centimètres d’eau tiédie par le soleil.

    Lire la suite

    Catégories : Poésie 11 commentaires Lien permanent