james ensor

  • La critique comme une tragédie

    Ensor6-Rebels89.jpgIl ne la supportait pas, la critique. Mais alors pas du tout. il en était plus que blessé: mortifié. Il lui a fallu du temps pour être reconnu, pour prendre valeur aux yeux du monde. Quand enfin c’est venu, et comme la critique de son oeuvre continuait, il a arrêté de peindre pour se consacrer à la musique pendant les dix dernières années de sa vie.

    Lire la suite

    Catégories : Art et culture 0 commentaire Lien permanent