haute provence

  • Forcément léger

    Nous sommes épuisés. Manu, dont je connais la résistance physique, se courbe. Elsa tient encore droite, les yeux presque fermés. Gilles parle avec un pompier appuyé contre un camion. Le feu a reculé. Le jour se lève. Quelqu’un manque.
    — Elsa, sais-tu où est Romane ?
    — Dans la voiture.
    — Elle dort ?
    — Je ne sais pas.

    Lire la suite

    Catégories : Art et culture 1 commentaire Lien permanent