13 décembre 2016

Montréal : la « culpabilité blanche », étendard politique progressiste

Valérie Plante est chef du principal parti d’opposition à Montréal, le Projet Montréal, qui dispose de 17 sièges au Municipal. En face l’Équipe Denis Coderre en détient 32. Autour cinq petites listes plus quatre indépendants disposent au total de 17 sièges.

 

Lire la suite

21 février 2015

Ici c’est une clairière

Certaines choses demandent à être traitées avec délicatesse. Ce thème en est l'exemple. Il y a des années j'ai publié un billet qui vit encore. Les témoignages continuent, touchants, parfois bouleversants. Le plus récent m’a inspiré la réponse que je publie ici, légèrement retouchée, comme un billet à part entière. La question peut en effet concerner d’autres personnes et susciter différentes pistes de réflexion.

Lire la suite

21:38 Publié dans Philosophie, société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : père, fille, absence, réconciliation, culpabilité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

02 novembre 2012

Un demi-siècle d’hommes

La révolution culturelle qui a suivi mai 68 a fait prévaloir certains concepts relevant davantage des facultés que l’on nomme aujourd’hui féminines. Par exemple dans l’éducation, la prévalence était à la liberté plus qu’à la discipline et à la sanction. Dans la justice, on a mis en avant les humiliations subies dans leur enfance par des criminels parfois plus que leurs crimes et leur propre responsabilité. On est dans le soin, la thérapie, le «care», le maternant, pas dans la sanction.

Lire la suite

17 octobre 2011

DSK-Banon: la justice dénaturée

Dominique Strauss-Kahn coupable à vie sans jugement et sans moyen de se défendre? C’est ce qu’il semble ressortir de la décision de classement de la plainte de Tristane Banon contre lui. La question n’est même plus DSK. S’il est coupable et non jugé, c’est déplorable pour les victimes. S’il est innocent, c’est grave et les accusatrices sont impunies.

Lire la suite

03 juin 2011

Forcément léger

Nous sommes épuisés. Manu, dont je connais la résistance physique, se courbe. Elsa tient encore droite, les yeux presque fermés. Gilles parle avec un pompier appuyé contre un camion. Le feu a reculé. Le jour se lève. Quelqu’un manque.
— Elsa, sais-tu où est Romane ?
— Dans la voiture.
— Elle dort ?
— Je ne sais pas.

Lire la suite

09:37 Publié dans Art et culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : haute provence, feu, nuit, romane, elsa, diable en été, john goetelen, religion, juif, culpabilité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre