championnat du monde

  • Quatre minutes douze avant le bonheur

    A quoi pensaient-ils en s’élançant? On ne le sait pas. On ne sait même pas s’ils pensaient. Parfois il est bien de ne rien imaginer. Laisser le corps prendre son mouvement. S'envoler pendant quatre minutes et douze secondes.

    Après, c'est le bonheur.

    Lire la suite

    Catégories : Art 8 commentaires Lien permanent