01 septembre 2012

Après les Pussy Riot, les Bite’ Boys et «Nophallie»

(Le clip est en fin de billet)

On a parlé abondamment de ces «chattes en insurrection» (traduction de Pussy Riots). Le quotidien Le Courrier leur a consacré deux pages dans son numéro du 25 août. Avec un titre en grand: «L’insurrection féministe». «Les mésaventures des Pussy Riot auront-elle le mérite de relancer le Girl power?» Quel est donc ce mérite du Girl power, à part de faire vendre et de casser du sucre sur les mecs?

Lire la suite