On a toutes-tes+s quelque chose de Tennessee

J’ai trouvé cet amusant message sur le net à propos de la place du féminin dans l’écriture dite inclusive. L’autrice fait une proposition délicieusement absurde, histoire d’expliquer l’inclusivité pour les nul(le)s. C’est rafraîchissant.

 

écriture inclusive,féminisation,Notez son pseudo: Fiona Seclit. Du fion et du clito. De quoi mettre en appétit.

Et que dit Fiona (image 1, clic pour agrandir)?

« Quand on écrit « parisien-ne-s » on met parisien avant parisienne. »

Ce n’est pas le kamasutra, c’est la position habituelle. Celle qui rend le féminin visible en même temps que le masculin. Mais tout en le mettant derrière et à part. Le féminin vient après, comme un appendice encagé entre deux signes (des points, des points médians, des tirets, etc). Ce qui n’est pas très inclusif.

 

Fiona Seclit propose de mettre le féminin en premier. Ça complique un peu mais avec les signes + et - on y arrive.

Exemple: parisiennes-nes+s. Ce sont de simples opérations mathématiques:

 

parisiennes moins nes fait: parisien;

parisien plus s fait: parisiens.

 

On peut ainsi écrire Parisiennes, parisiens en un seul mot commençant par le féminin: parisiennes-nes+s.

Pour celles-lles+eux qui peinent à comprendre, Fiona Seclit ajoute cette phrase limpide:

« On serait ainsi toutes-tes+s égales-les+ux les unes-es+s les autres-s+s et plus heureuses-ses-x. »

 

J’imagine Johnny adaptant les paroles de ses chansons à la mode inklu: « On a toutes-tes+s quelque chose de Tennessee. »

Ce qui donne, chanté: « On a toutes, moins tes plus s, quelque chose de Tennessee. » Ah que, la chanson française est tout de suite plus inclusive.

– Et la poésie, bordel?

– Quoi la poésie? Vous voulez le beurre et l’argent du beurre?

 

 

Catégories : Humour 10 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • On nage en plein absurde, en attendant Godot, ce n'est même plus fictif.

  • J'ai fait un petit test, c'est concluant:

    (...) sont toutes-tes+s de vieilles-illes+ux connes-nes+s

    Adopté!

  • Ah l'algèbre...

    Pas donné à tout le monde

  • Le subtil plaisir de l'attrape-gogos n'a pas de prix, comme la beauté. Fiona Seclit s'éclate en déployant au-delà du probable les mille dérives d'une société en plein désarroi. Nous vivons de tels dérapages que seuls le rire et le retrait studieux ou créatif, parfois même les trois, nous sauvent de la tambouille médiatique. D'Alphonse Allais au Gorafi, les créatures humaines ont trouvé des chemins de traverse afin de garder un peu de confiance en l'Humanité. Fiona nous amuse en se titillant les neurones que bien de ses contemporains n'employent plus qu'avec parcimonie.

  • Du même tonneau, offrez-vous trois minutes de gymnastique pour les zygomatiques :

    https://pourlaphoto.fr/
    https://pourlaphoto.fr/services/
    https://pourlaphoto.fr/portfolio/

  • « https://pourlaphoto.fr/ »

    Super site ! Magnifique le gag !

    «Avant, nos photos d’équipe ressemblaient à l’équipe de foot de Pologne. Maintenant, nous ressemblons beaucoup plus à l’équipe de France.»

    «Nous avions commandé des handicapés pour diversifier nos équipes de couvreurs. Lorsque l’un d’eux est tombé d’un toit pendant le shooting, son remplaçant est arrivé dans l’heure. Merci à Pour La Photo pour son efficacité.»

    «C’était important pour nous de montrer que les femmes sont les bienvenues dans le bûcheronnage même si en pratique, il n’y en a absolument aucune. Les dames sont arrivées en temps et en heure et leurs tronçonneuses gonflables étaient plus vraies que nature. Nous recommandons Pour La Photo pour son professionnalisme.»

    On en redemande !!!!

  • Pouce levé (smiley)

  • Le nec plus ultra de l'absurdité !

  • Parisien-nes+s têtes de chien-nes+s
    Parigot-es+s têtes de veaux+génisses-génisses

  • Vous êtes brouillé avec les additions et les soustractions, rabbit?
    Voilà du bon français (ça vient de sortir):
    Parisiennes-nes+s têtes de chiennes-nes+s.

    Et comment faites-vous pour enlever “es” à “Parigots” ? Peut-être que ça joue en chinois mais pas en français moderne (ni en math moderne, d'ailleurs).
    Par contre, “+génisses-génisses” est d'une logique implacable (ça donne zéro). Mais est-ce bien utile? Cela ne vous paraît-il pas superfétatoire, pour ne pas dire redondant? De mon point de vue, non seulement le texte s'en trouve alourdi mais cela nous détourne de l'essentiel.

    Que je ne vous y reprenne pas à essayer d'embrouiller les lecteurs des blogs francophones avec vos chinoiseries rabbitiques.

Les commentaires sont fermés.