La télé romande et le record fantôme : mieux vaut être un salopard

La RTS (Révise Ta Science!) a bien publié un correctif: « Le record de température mesuré en Antarctique ne serait pas homologable. » On remarque l’usage du conditionnel. Mais en chapeau sous la photo, c’est l’indicatif: « La mesure n’est cependant pas homologable car pas conforme aux standards en la matière, estiment des spécialistes. »

 

Marambio-greta.jpgAnormale

Alors il n’est pas ou il ne serait pas? Ce n’est pas pareil.

On apprend donc que la RTS s’est fourvoyée en courant derrière le scoop. À sa décharge la plupart des médias que j’ai consultés sont tombés dans le même trou.

C’est l’effet abêtissant de l’hystérie climatique. Même Greta la justicière a relayé l’info depuis son iPhone, sans la vérifier bien sûr:

« 20,7°C on Seymour Island of Antarctica… Antarctic temperature rises above 20C for first time on record. Scientists describe 20.75C logged at Seymour Island as incredible and abnormal. »

Anormal? C’est l’hôpital qui se moque de la charité, Greta… Elle n’a pas inventé la poudre. Bon, il ne faut pas demander la lune à un esprit clivé, obtus et haineux.

Alors, anormal? Rare, plutôt. Exceptionnel, peut-être. Anormal, non. Le scientifique à l’origine de cette nouvelle alarmiste et fausse, Carlos Schaefer, dit d’ailleurs: « … que cette donnée, prise isolément, n’est pas valable en tant que tendance d’un changement climatique. "C’est juste un signe que quelque chose de différent se passe dans cette région", a-t-il précisé. » Greta devrait lire plus que les gros titres...

 

 

brame-02.jpgNon-homologable

Vincent Cherpillod, auteur du nouvel article de la RTS, précise encore:

« Selon les informations de la page Facebook de geoclimat.org et du site lameteo.org, toutefois, la mesure aurait été effectuée par une sonde-thermomètre située à l’air libre et à un mètre du sol (soit trop peu), et non par une station de mesure en bonne et due forme, une nouvelle qui n'a pas encore été confirmée par l’OMM. »

On ne sait pas plus de quel type de station il s’agit, si elle entre dans une série longue de relevés dans les mêmes conditions, si les instruments ont été étalonnés.

Le site lameteo.org, mentionné par la RTS, donne quelques précisions:

« Mais alors d’où vient cette valeur de 20,75°C ? D’un groupe de scientifiques Brésiliens effectivement, se situant près de la station de Marambio. Ces scientifiques, des géologues et non des météorologues ou climatologues, ont alors mesuré la température de 20,75°C à l’aide d’une sonde-thermomètre située à l’air libre, et non sous-abri, sonde donc exposée au rayonnement solaire. Une valeur non-homologable et erronée de ce fait. Pour qu’une température soit homologuée, il faut qu’elle soit prise sous-abri, c’est-à-dire dans un abri blanc ventilé, non-exposé au soleil et ni au vent, situé à hauteur de tête d’homme, environ 1m50 à 1m80. »

 

 

brame-04.jpgEffet de foehn

Toutefois la RTS reste dans une communication troublante et tronquée. Elle omet (délibérément?) une donnée essentielle: les effets de foehn, bien connus dans cette région de l’Antarctique.

On connaît cet effet de foehn en Suisse. Il n’est pas rare et défraie la chronique depuis des décennies. En décembre 2019 par exemple, ce vent a soufflé le chaud en tempête:

« Le mercure a pris l’ascenseur sous l’effet de ce vent chaud. Les thermomètres ont affiché entre 17 et 19 dans plusieurs localités des vallées à foehn comme Frutigen, Altdorf, Lucerne ou Bad Ragaz. A Bischofszell (TG), il faisait -1 degré vendredi à l’aube, 14 à midi à l’arrivée du vent et 19 en début d’après-midi. »

Plus 20 degrés entre 07h et 14h, le 20 décembre. De quoi faire fondre toute neige en quelque heures. C’est exactement ce qui se passe dans ce coin de la péninsule antarctique:

« L’effet de foehn peut faire grimper les températures de près de 14°C et c’est ce qui, selon certains experts, contribuerait à la fonte des glaciers et des calottes polaires en Antarctique. »

 

 

brame-01.jpgBrame de conclusion

1. Il y a de fortes présomptions pour que l’OMM invalide ce record fantôme.

2. Par contre la probabilité de validation celui du 6 février sur la Base Esperanza est élevée.

3. Le record de la région reste à 1982 sur l’île Signy.

4. De tels records sont locaux et ponctuels, et peuvent avoir lieu à toute période historique. Ils sont dûs essentiellement à un apport d’air chaud du nord-ouest (Pacifique et Amérique du sud) combiné à un effet local de foehn.

5. La RTS a tourné son article en évitant de se mettre en question et de faire son mea culpa. Elle aurait pourtant remonté son crédit en le faisant. Elle se défausse même en accusant les « climatosceptiques » de s’emparer de l’affaire et de taxer cette mesure de fake news. Quand on sait que ceux qui doutent de l’idéologie apocalyptique (pas du réchauffement lui-même) sont considérés comme des égoïstes, des complotistes, des révisionnistes, des négationnistes, en bref des salopards dignes de l’époque nazie, la RTS enfile ses gros sabots pour sauver son image.

 

Il y a quelque chose de soviétique et d’étouffant au royaume de la RTS. Mais la loyauté du ventre et l’illusion d’un pouvoir sur le monde seront plus forts: rien ne changera.

Tant pis. Mieux vaut être un salopard de climatosceptique ou climatoréaliste, plutôt qu’un journaliste devenu mouton bêlant incapable d’aucun débat contradictoire et de pensée libre, ou que de suivre une gosse de riches, givrée (c-à-dire sidérée intellectuellement) et d’ultra-gauche, qui professe la haine et l’exclusion du différent.

L’ahurissante soumission collective au brame morbide et apocalyptique est, avec le victimisme féministe, une inquiétante régression intellectuelle de l’occident. Il ne faut plus croire aveuglément. La confiance est rompue, et c’est douloureux de l’écrire. Il faut douter, douter encore, vérifier, revérifier.

D’ailleurs le doute est un fondement de la science. Quand des scientifiques ou des politiques évacuent le doute, on entre dans quelque chose de nouveau: une religion. C’est ce qui est advenu avec la climatologie et sa politisation à outrance.

 

 

 

brame-03.jpg

 

 

Précédents billets sur ce sujet:

1. http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2020/02/16/rechauffement-5-en-antarctique-le-recent-record-de-21-n-exis-304489.html

2. http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2020/02/20/record-de-chaleur-fantome-en-antarctique-la-reponse-de-la-rt-304569.html

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat, société 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bien parlé, bien joué hommelibre...

    Sur ce coup, et peut-être pour la première fois, vous avez touché.

    Bravo !

  • Dire que le record ne serait pas homologable est encore/déjà un abus de langage. Il n'y a pas de record du tout, puisque la mesure n'a pas été faite dans les conditions habituelles, et que la température mesurée ne nous dit rien qui puisse être comparé à d'autres températures. Ce n'est pas un record non homologable. C'est une mesure inutilisable en météorologie/climatologie car réalisée sans respecter des principes de base comme: protection contre les effets du vent, protection contre les effets du rayonnement du soleil. "Sensation. John Goetelen aurait battu le record du monde du marathon en 1h40. Mais le record ne serait pas homologable car il aurait parcouru la distance à vélo." On est à ce niveau-là.

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27aime_(Facebook)#/media/Fichier:Facebook_like_thumb.png

  • Et pendant ce temps, le matraquage continue, nous en sommes déjà à un nouvel article d’un biologiste climatologue amateur selon lequel nous sommes en train de détruire le climat. La RTS ouvre encore ses colonne avec complaisance...

  • Peut-être Pfister...

    Mais maintenant que nous savons que la RTS est composée d'amateurs, destinée à un public amateur avec des invités amateurs, ce n'est plus très important, l'essentiel étant qu'ils s'amusent bien entre eux, un peu comme dans une crèche...

    A l'avenir, il faudra les regarder avec un oeil attendrissant voir compatissant, et les excuser.

    Les petits, ça raconte toujours un peu n'importe quoi :-)

  • Pour être sûr que vos lecteurs le voient je me permets de reposter ici cet autre exemple de fake news sur le réchauffement dénoncé dans le dernier Imédia à la minute 11:25:

    https://www.youtube.com/watch?v=gCU9NWMWE9w

  • Il ne faut pas se leurrer, la RTS n'a pas pour mission d'informer, mais de faire de la propagande. On le voit en ce qui concerne le climat, on le voit dans ses traitements biaisés de la politique tant au plan national qu'au plan international.
    C'est peut-être pas cher 1.-CHF par jour, mais un vol reste un vol fût-il légalisé!

  • Sont mouchés magistralement là.

  • « Et pendant ce temps, le matraquage continue »

    ... et si c'est pas avec le climat, c'est avec le "connardoro" de virus... hallucinante, la "mise en cauchemar" proposée au JT de A2, sur le retour des pseudo-contaminés Français et leur placement en quarantaine dans un camp de vacances derrière des grillages... ... tout juste si le journaliste face à cette dramaturgie n'éjacule pas dans son froc...

Les commentaires sont fermés.