Darius Rochebin à Julien Perrot : « Ya pu d’saisons ? »

Dimanche soir, au TJ de la télé suisse romande, Darius Rochebin recevait l’activiste écolo Julien Perrot. Lequel a sorti une nouvelle version d’un standard passéiste en diable.

 

 

rts,climat,baghdad,rochebin,perrotL’effondrement

À chaque sursaut inhabituel ou extrême de la météo, les anciens disaient: Il n’y a plus de saison. On se moquait d’eux. Leur attitude était jugée ringarde, on les classait dans les beaufs, ceux qui disent C’était mieux avant, ou bien C’est le déclin.

Aujourd’hui ce sont les écolos progressistes qui reprennent et l’attitude, et le discours, et l’intention: freiner, reculer, au nom de la somme de toutes nos erreurs.

« Il n’y a plus de saisons? » demande Darius Rochebin à Julien Perrot?

Celui-ci a modernisé la formule sans en changer le fond. Il a trouvé un terme qui devrait faire mouche pendant deux ou trois ans: l’effondrement. Pour lui on n’est même plus dans un dérèglement climatique. On est dans l’effondrement du climat et des saisons tels qu’on les connaît.

rts,climat,baghdad,rochebin,perrotEffondrement c’est quand-même plus apocalyptique et fin du monde que Ya pu d’saison. Ça ferait presque intello et c’est dans la continuité: annoncer la fin du monde sans rire.

Dans cette courte séquence (en fin de billet) Julien Perrot affirme par exemple qu’en 2060 Marseille connaîtra le climat de Baghdad. Darius Rochebin, que j’ai déjà vu plus inspiré, n’a pas tiqué. Pourtant cela me paraît... abracadabrantesque. 

Tentons d'évaluer ce que cela représente. Selon les relevés, la température moyenne annuelle de Marseille varie ces vingt dernières années entre 14,8° et 16,8° – données de la station de Marignane. Celles de Baghdad est de 23,9, soit 8 à 9 degrés de plus.

 

rts,climat,baghdad,rochebin,perrotBouton rouge

Allons plus loin. À Baghdad il y a 5 mois caniculaires de mai à septembre, avec une moyenne générale quotidienne de plus de 35° dès le mois de mai.

À Marseille la moyenne générale de juillet est de 23,1°. Celle de Baghdad est de 34,5°.

Ce n’est pas tout. Comparons la moyenne des températures maximales. À Baghdad en juillet et août elle est autour de 45°. À Marseille la moyenne des maximales pour ces deux mois est entre 27° et 30°. Soit 15 à 20° de moins.

Marseille verrait sa moyenne monter de 15°, ou davantage, en 40 ans?

rts,climat,baghdad,rochebin,perrotRien ne permet de valider une telle annonce. Le réchauffement observé est lent et progressif, avec des fluctuations. Alors affirmer cela n’est même plus de la provocation. C’est une volonté de faire paniquer et de soumettre par la peur.

À coup de surenchères et de compétition morbide on glisse dans une forme d’aliénation collective.

 

À un moment Darius Rochebin laisse entendre que l’angoisse climatique est liée à l’âge. Les anciens sont plutôt philosophes, les jeunes paniquent.

Ce n’est sûrement pas du désintérêt pour la Terre ou pour leurs petits-enfants. Les anciens ont du recul, ils ne pressent pas le bouton rouge à chaque turbulence. Les jeunes n’ont pas ce recul. Pour eux le passé c’était il y a 2 ou 5 ans.

 

rts,climat,baghdad,rochebin,perrotPluies

La charge émotionnelle entretenue par les médias et les alarmistes neutralise toute velléité de débat. De plus les médias les ont habitués au sensationnel. Il leur est très difficile de prendre ce recul, de prendre le temps, de s’extraire de la culpabilité et de la pression sociale et de chercher par eux-mêmes.

Il n’y a pas d’effondrement des saisons ni du climat. Il y a des variations, assez faibles en comparaison avec les grandes ruptures climatiques du passé. Les saisons peuvent se raccourcir, s’allonger, se scinder, commencer plus tôt ou plus tard, cela a toujours eu lieu. C’est l’Histoire du climat. De tous temps on craignait les printemps précoces. On allait « le payer » par les gelées de mai, voire de juin.

rts,climat,baghdad,rochebin,perrotCe qui nous ramène au présent. L’hiver qui se termine est plutôt doux. Il lui a manqué de bonnes descentes d’air froid. Mais cela, on sait pourquoi: l’oscillation nord-atlantique, qui rejette les dépressions sur le nord de l’Europe et bloque les descentes d’air froid.

Un jet stream horizontal durable (ce qui ne colle pas avec les prévisions alarmistes) fait littéralement barrage depuis des mois, et apparemment cela va continuer. Pourtant il aurait suffi d’une vague de froid à -10° pendant 10 jours pour faire baisser sensiblement les moyennes.

L’avantage de cet hiver doux est qu’il a laissé passer des pluies, de bonnes pluies dont les sols avaient grand besoin. Car plus que la chaleur, le froid et la sécheresse sont à redouter.

 

 

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Une analyse qui a au moins le mérite de se référer aux statistiques qui ne font pas la confusion entre climat et météo.

    Oui, mais comment faire comprendre aux gens qu'on les manipule ? Il y a tellement de catastrophisme dans les commentaires médiatiques sur le climat qu'il devient impossible de faire entendre la voix de la raison.

Les commentaires sont fermés.