Coup de cœur pour Natalie Dessay et son « Nougaro »

J’ai découvert une perle. L’autre jour je tombe par hasard sur l’émission Acoustique. Sébastien Folin y présente Natalie Dessay et Yvan Cassar (ancien pianiste de Johnny). La cantatrice vient de publier un album: « Sur l’écran noir de mes nuits blanches ».

 

natalie dessay,nougaro,cassar,toulouse,Elle reprend des titres de Claude Nougaro. C’est envoûtant. C’est le fruit d’une évolution de la chanteuse et d’une collaboration originale avec le pianiste.

Yvan Cassar l’a écoutée. Il a d’abord enregistré sa voix. Puis il a construit les arrangements autour de cette voix aux langueurs discrètes, infiniment limpide, présente et réservée en même temps.

Elle a choisi une option de douceur, alors que le chanteur toulousain arrachait les textes de ses tripes dans un corps-à-corps sensuel et puissant. Nougaro dansait sur la Terre, Dessay marche sur les nuages.

Alors pas de grands éclats, ni de R rrroulant dans la rocaille. Au début c’est déroutant si l’on a Nougaro dans l’oreille.

natalie dessay,nougaro,cassar,toulouse,Mais cela s’installe et devient magique. Il n’y a plus qu’à écouter sa voix, le texte, et le quartet d’Yvan Cassar: piano, basse, batterie, trompette – du moins sur Acoustique. C’est superbe. Cela nous emporte sans qu’on le remarque, et l’on s’étonne d’être déjà au bout de la chanson.

Une partie interview figure dans les 25’ de l’émission. Natalie Dessay et Yvan Cassar exposent leur démarche. Passionnant.

Je trouve cet album unique. Une perle.

 

En voici deux titres.

D’abord Toulouse. Ça n’a l’air de rien mais sa manière de s’approprier cette chanson est époustouflante.

 

 


Ensuite À bout de souffle. Une chanson difficile, pas la plus représentative. Au début il semble manquer de l’animal, de la sueur. Et puis… mais, écoutez la suite…

 

 

 

Catégories : Art et culture 38 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • J'ai écouté "Toulouse". C'est très bien, mais cela n'arrive pas à la cheville de l'original, de loin pas. Ce n'est pas une chanson de fille...

  • Moi je trouve son interprétation bluffante de finesse et de justesse. Le texte est superbement mis en valeur. Il ne faut pas chercher Nougaro, elle a fait autre chose qui n'est pourtant pas étranger à l'esprit de l'original.

  • Je me réjouis d'entendre Vincent Delerm interpréter "'Amsterdam" de Brel...
    Bon, à la base, je suis allergique aux reprises par d'autres chanteurs des chansons appartenant au top 100 (je parle du répertoire français). Seuls deux à ma connaissance s'en tirent de façon passable. Sapho dans "l'accordéoniste" de Piaf et Maxime Leforestier interprétant du Brassens.
    Mais pourquoi écouter Sapho et Leforestier quand on peut écouter Piaf et Brassens, forcément meilleurs ? That's the question...

  • Depardieu qui chante Barbara

  • Oui, c’est vrai, pourquoi chercher d’autres interprètes que les originaux ? En même temps, cela crée quelque chose de différent et je trouve que ce que fait Dessay est une nouvelle création.

  • Mais enfin Géo, une œuvre trouve la consécration universelle lorsqu'elle reprise mainte fois. Cela permet aussi de rendre accessible des répertoires à des génération plus jeunes.

    Ce n'est pas une histoire d'original et de copie forcément moins bien. Il y a des pièces de théâtre qui sont reprises, des films. J'ai commencé à trouver la symphonie fantastique intéressante à l'écoute de la version de Carlos Païta.
    Il arrive aussi que la reprise devienne plus célèbre que l'original
    With A Little Help From My Friends de joe Cocker par exemple.
    et enfin ce n'est pas parce qu'il y a des monstres sacrés ou des génies qu'il faut s'interdire le plaisir de les réinterprêter.

  • Et enfin sur Dessay/ Nougaro, c'est très bien fait et dégage un charme particulier

  • Chacun ses goûts, non ? La version de Dessay de Toulouse me paraît très fade en comparaison du lyrisme incroyable de Nougaro. J'ai le droit ?

  • Sur ce point, j'approuve ... chacun ses goûts :-))
    Et je ne vais certainement pas démentir le lyrisme de Nougaro,

    J'avais pas condamné vos propos, vous savez ? Perso , il me plaît de varier les plaisir. Ce que je veux dire c'est que Piaf et Brassens ne sont plus là et donc leurs versions ne changeront plus jamais et que parfois c'est rafraîchissant d'entendre d'autres interprétations. C'est une manière de redécouvrir une chanson que l'on a écouté maintes fois.

    En l'occurrence la version de Dessay, hormis son interprétation vocale caressante pour les oreilles, m'a focalisé sur les paroles que je connais déjà par cœur. Étonnant non ?

  • Aoki, je partage votre remarque sur les paroles.

    Géo, je peux comprendre votre point de vue. J'ai eu à m'extraire de la comparaison et de "l'écho de la voix de Nougaro" pour entrer dans l'univers de Dessay. J'ai eu un moment une impression de quelque chose de plutôt scolaire, mais j'y ai ensuite perçu un détachement qui rend les chansons à elles-mêmes, et pas seulement à leur auteur. Il devient possible d'entrer dans Toulouse sans Nougaro.

    Natalie Dessay épure les charges et intentions. Par exemple dans À bout de souffle, il n'y a presque pas de pathos, ce bon gros pathos que CN met en avant généreusement. Elle file comme une anguille, elle est menacée comme l'était CN mais n'en fait pas un plat, elle tient le rythme, tient chaque mot, et il faut un moment avant d'entendre sa respiration qui change enfin. Je trouve ce minimalisme extraordinairement expressif et total. Les arrangements y sont aussi pour beaucoup.

    Autre exemple, dans Toulouse, je n'entends pas la nostalgie sensuelle mise par Nougaro, mais ND a une langueur et une extase pure, quand sa voix prend toute l'attention.

    Je suis aussi pris et transporté par les arrangements de Cassar, et de leur continuité avec la voix.

    Pour moi ND et YC ont créé un univers, ce n'est pas une simple reprise. J'entends vos réserves et j'aimerais vous faire partager ce que j'entends moi-même.

  • Hola Homme Libre,

    Il faut le temps de s'habituer aux réinterprétations de chansons connues, qu'on aime. La première fois on est surpris, souvent on n'y voit qu'une mauvaise version. Et puis, parfois...

    Ainsi j'ai dû réécouter plusieurs fois Toulouse avant d' y prendre grand plaisir, il y manquait en effet la Force. Qui est remplacée par tant d'autres nuances... Par contre dès la première écoute À bout de souffle m'a emportée.

    Merci et gracias pour cette très belle découverte,

  • "il y manquait en effet la Force" Problème : c'est la qualité première de la chanson de Nougaro...
    En somme, vous êtes des adeptes des ersatz. Vous avez raison, vous êtes de votre temps. Vouloir aimer l'authentique de nos jours est assez illusoire...
    La version de Dessay est gentillette. Son cartable est bourré de coups de poings ? Ici, si tu cognes tu gagnes ?
    Vous ne voyez pas le problème ? Ah oui, les filles sont des mecs comme les autres. Mort de rire, surtout de la part de HL...

  • Nathalie Dessay est un personnage, il n’est qu’à lire ou entendre ses interviews… Elle a quitté la scène lyrique il y 5-6 ans. D’aucuns, mauvaises langues vipérines, et ce n’est pas ce qui manque dans ce milieu, pensent qu’elle aurait pu anticiper sa décision, sans que cela nuise à son image…
    Si elle n’a plus certes les moyens vocaux de décrocher le contre-fa de la Reine de la Nuit ou de se colleter avec les acrobaties pyrotechniques d’Olympia, il lui reste l’expression, l’articulation, la technique, le métier en un mot incomparable avec celui d’un ou d’une interprète de variétés…Dans son cas, s’y ajoutent l’intelligence et la sensibilité qui lui font éviter les pièges classiques du chanteur lyrique dans ce répertoire, style Montserrat Caballé ou Placido, abuser de sa puissance, enfiler des habits trop étriqués et en faire péter les coutures. Vous me rétorquerez qu’elle n’en n’a jamais eu énormément, de puissance, il est vrai que ce n’était pas son emploi.
    J’aime ce qu’elle fait des chansons de Nougaro, sur le fil, le rêve, il s’en dégage beaucoup d’émotion et de poésie, c’est là l’essentiel et vous l’avez bien souligné, Senõr John

  • Géo, vous savez rehausser un débat...

    Je ne vous suis pas sur ce mode, et je ne considère pas votre grille de lecture comme pertinente.

    Les coups de poings dans le cartable vous ont aussi interpellé. On attend la force, on veut presque les sentir. Elle, elle témoigne, elle décrit. À son niveau je pense qu'il y a des jours ou des semaines de studios, peut-être d'enregistrements phrase par phrase, je veux dire que cet album est très pointu techniquement et chaque nuance est voulue. Elle laisse une large place à notre imaginaire, elle nous place dans la ville plutôt que de nous inviter à la suivre.

    Vous pouvez préférer Nougaro, mais dire que c'est un ersatz et que nous en sommes des adeptes... non, je ne commenterai pas.

  • Géo, le goût artistique et la logique se marient vraiment très mal.

    Et puis sur votre dernière remarque, il ne faut oublier "qu'ici même les mémés aiment la castagne".
    Aimer l'authentique comme des bons produits du terroir, n'empêche pas de savourer la fondue au champagne.
    Parfois, je sens la pression de l'étroitesse dans vos arguments. Je suis sûr que vous valez mieux que ce que vous laissez paraître.

  • Merci Aoki, j'ai oublié les mémés.
    Tout est dit.

    Sur votre dernière phrase, indépendamment de Géo, elle me titille. Vous prêtez quelque chose à quelqu'un qui ne vous a rien demandé. Je comprends, mais en même temps ça craint...

  • HL

    Merci de votre remarque, effectivement ce n'est de très bon aloi et j'ai hésité cette conclusion.
    Ce genre de " prêt" n'engage que celui qui le commet . Perso je ne craint rien et je me comprend ... c'est l'essentiel :-))) !

  • Moi j'aime bien les versions de Toulouse et Toulouse to win enregistrées à Paris en avril 1989 double album live Zénith made in Nougaro.

  • Aoki@ "je sens la pression de l'étroitesse dans vos arguments."
    Je ne me suis pas donné suffisamment de peine, il est vrai. Ce que je pense fondamentalement c'est que l'interprétation de cette chanson par son auteur est d'une telle force qu'aucune autre ne peut rivaliser.
    Vous parlez de fondue au champagne. Bon exemple : à trop rechercher des subtilités, ne passe-t-on pas à côté de l'essentiel ? Il y a certainement des subtilités dans l’interprétation de Dessay, mais ne passe-t-elle pas à côté de celle de Nougaro ? Est-ce que vous ressentez l'esprit gascon dans le chant de Dessay ? D'Artagnan qui dégaîne son épée au premier mot de travers ?
    J'aime beaucoup Nougaro, et surtout Toulouse. Chaque fois que je l'entends, elle me fait vibrer. L'art, cela doit faire bander, a dit Cocteau. S'il faut trois tonnes d'explications pour apprécier une oeuvre, il me semble que c'est peut-être subtil, mais que cela manque de charme...
    Transposons un peu à la peinture. La Joconde copiée par un petit peintre sans trop de talents, vous en diriez quoi ?

  • "Transposons un peu à la peinture. La Joconde copiée par un petit peintre sans trop de talents, vous en diriez quoi ?"

    Que cette une copie, pas une réinterprétation ! Donc forcément moins bien
    Rien à voir avec les géniaux délires de Dali sur l'Angélus de Millet.
    Ou quand le maître du contre point, posé avec une précision quasi mathématique, Bach pour ne point le nommer, copiait des thèmes d'un obscur compositeur vétitien, aux thèmes spontanés, bourrés de fraîcheur dynamique, Vivaldi pour ne point le nommer aussi. Cela n'effrayait que les puristes et les "adeptes".

    Cela dit vous avez bien défendu votre position et je remarque, que quand vous vous donnez "suffisamment de peine" c'est plus clair, agréable et interessant

  • Pour dire vrai, aoki, je me passe aussi bien de vos compliments que de vos critiques. Comme vous le revendiquez aussi...
    "je ne craint rien et je me comprend ... c'est l'essentiel" (sauf que je l'écrirais "crains", mais bon)
    Mais je serais curieux d'une chose, qui a aussi trait avec le rapport à la subtilité et le Grand Tout :
    Une fondue au champagne ? Est-ce que l'on sent une différence avec une fondue avec un vin blanc sec quelconque ? Réponse sincère, svp...

  • "Réponse sincère, svp..."

    La réponse est oui, il y a une différence, mais je ne vais pas en faire fromage non plus . Subtilité et goût, on a déjà tout dit

  • Nathalie Dessay, son soprano léger, Nougaro et sa voix rocailleuse, la fondue au fromage et la théorie du Grand Tout maintenant… Bigre, on a dérapé dans le caquelon du Cern et l’on pédale allegro molto dans le fromage des particules subatomiques… D’ici qu’Aoki ou Géo ne nous sortent une nouvelle théorie unificatrice pour les grumeaux de gruyère, en nous la chantant dzodzet dans le texte, je sens comme un intervalle de cor des Alpes dans la partition...
    .Décidément, John, votre blog mène à tout.

  • Vous êtes complétement à côté du sujet, Gislebert. Si vous vous donniez la peine de lire ce que Aoki et moi avons écrit, vous auriez peut-être qqch d'intelligent à écrire ? Parce que jusqu'à preuve du contraire, c'est vous qui dérapez dans le caquelon. Votre commentaire n'apporte rien et ne répond à rien.

  • Pas tellement à côté de la plaque puisque c’est vous qui avez parlé du Grand Tout. Mais peut-être ignorez-vous ce qu’est la théorie du Grand Tout en astrophysique, un modèle mathématique qui essaie de réunir les interactions nucléaire, électromagnétique et gravitationnelle en une seule entité. Raison pour laquelle je parlais du Cern… Et puis, s’il faut ratisser large, le caractère gascon à Toulouse…euh…faudra revoir votre copie de géo…

  • En digérant les différentes fondues, je me demande ce que deviendraient les chansons, si on ne les apprécierait plus, une fois leur génial créateur décédé.
    On écouterait des enregistrements de plus en plus anciens et les chanteurs vivants seraient obligés de toujours créer des nouveautés, espérant devenir, à leur tour, inoubliables grâce à leurs enregistrements.
    Le concept même de " reprise" serait aboli et les chansons seraient en quelque sorte cryogénéisées par l'enregistrement.

    Dans ce cas particulier, il serait intéressant de connaître les réactions de personnes qui ne connaissent pas Nougaro. Comment apprécie- t- on ses chansons interprétées par une femme ?
    Peut-être y a- t- il un public de jeunes ( ou non- francophones ) qui pourrait découvrir simplement cette musique d'abord hors tout.
    Imaginez ensuite faire écouter l'original à ces personnes. Ce serait une expérience intéressante à tenter.

    On peut aimer et la fondue, et la raclette.

  • Séquence typiquement suisse: engueulade à l'apéro et ça finit autour d'une raclette ou d'une fondue.

    PS: Je suis obligé de laisser quelques empoignades sans quoi Géo va dire que c'est un blog de fille..... mais faudra pas profiter, je veille.

  • Champagne ou vin blanc sec, c'est au fond du gosier à la fin. ;)
    Je salue la poésie de Nougaro, mais désolée je préfère le lire que l'écouter, j' aime pas ses roulements de rrr guttural, reuh reuh, c' est pourtant pas si difficile de rouler des r, ou alors il n'a pas de palais ! On dirait qu'il rale et agonise. Du coup, nous aussi, n' étant pas trop fan d'agoniser. Le r roulé de Catherine Ringer sur Marcia " et quand tu ris, je ris aussi" c'est plus chouette.
    A part sur Nougayork, c' est dansant et drôle en plus. Je viens d' écouter Locomotive d' or, apparemment plus il a vieilli, moins il a réussi à rouler des rrr. Il ne sait pas rouler des mécaniques ?
    La deuxième est sympa et jolie histoire.

  • Gislebert@ "le caractère gascon à Toulouse…euh…faudra revoir votre copie de géo…"
    C'est peut-être pour ça qu'on te dit Ville Rose
    Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne
    Ton trottoir éventré sur les tuyaux…

  • Géo@
    Entendu, laissons au poète-chansonnier toute latitude, même si ni la rime ni la géographie n’y trouvent leur compte. Mais ce n'était pas son but...Fin d’émission.

  • ni la rime ni la géographie ?
    "Ô qui dira les torts de la Rime ?
    Quel enfant sourd ou quel nègre fou
    Nous a forgé ce bijou d'un sou
    Qui sonne creux et faux sous la lime ?"

    Et: https://fr.wikipedia.org/wiki/Gascogne

  • Verlaine maintenant, l’était aussi Gascon ? L’Art poétique, poème fourre-tout où il se moque des effusions lyriques de Lamartine, entre autres… Pourtant la rime il en a usé et abusé, souvent avec bonheur dans ses opus antérieurs…

  • Verlaine, je ne sais pas. Mais je fais plus confiance à Nougaro qu'à vous pour savoir si Toulouse peut être qualifiée de gasconne...
    Une amie me fait remarquer que "Toulouse" est la chanson la plus personnelle de Nougaro. Qu'il a vraiment dû se battre pour la chanter, contre son imprésario et les autres...
    C'est une chanson qui décrit sa vie d'enfant pauvre qui a dû se battre dans cette ville. Et elle est bien d'accord qu'il est le seul à pouvoir la chanter...

  • Géo, si elle le dit...

    Moi j'ai croisé le chien de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours. Il était assis à une terrasse de café. Il hurlait. Une amie m'a dit qu'il n'aimait pas Mylène Farmer. Mais on n'entendait pas Mylène Farmer. Une autre amie m'a dit qu'il s'était coincé une patte dans la porte. Mais il était loin de la porte.

  • Eh oui, il y a des gens qui n'aiment pas les blogs et qui ont des raisons pour cela. La vague de stupidité qui fait dire à une certaine qu'elle n'aime pas les RRR de Nougaro erst la première chose qu'elle a cité. Un certain troll, connu de tous et que Pierre Jenni s'est ingénié à publier de manière à couvrir toute la colonne commentaires de la TdG durant de longues semaines, a fait pas mal de dégâts aussi. Dans mon cercle d'amis, je suis le seul à fréquenter les blogs et on sent que l'on ne me comprend pas du tout. Comme cette amie aime beaucoup Nougaro, je lui ai demandé de lire et de me dire ce qu'elle en pense. Sans surprise, elle est complétement d'accord avec moi. Je suis d'ailleurs assez surpris qu'aucun admirateur de Nougaro n'ait réagi, à part moi. Elle a fait la comparaison avec "The Voice" et la nouvelle façon d'appréhender l'art. Des commentaires s'apparentant au blabla. "Je n'aime pas les RRR de Nougaro..."
    J'en reviens à mon tout premier commentaire : C'est très bien, Dessay, mais cela n'arrive pas à la cheville du Maître. En fait je voulais dire que cela n'arrivait pas au 1/1000ème de la cheville, mais je me suis abstenu...
    En ce moment, on vient d'entendre une chanteuse que je n'aime pas du tout, Sandor, qui vient d'être programmée sur la 1 pour reprendre une chanson de Lhassa, Une chanson que je n'aime pas mais qui peut se pardonner si c'est Lhassa qui la chante, parce que c'est son histoire...
    https://www.youtube.com/watch?v=BLtGDFTOLCs
    PS. "Une amie m'a dit qu'il n'aimait pas Mylène Farmer. Mais on n'entendait pas Mylène Farmer. Une autre amie m'a dit qu'il s'était coincé une patte dans la porte. Mais il était loin de la porte."
    Pourquoi "il" ? Deux fois de suite, ce n'est pas un lapsus...

  • Il? C'est le chien. Genre masculin. What else?

    À propos de stupidité des gens qui n'aiment pas les RRR: l'insulte vous va si bien...

    Je m'abstiens d'en dire plus. Pas besoin. Vous êtes limpide. Pour une fois.

  • Le monde est si grand, que l’on ne peut espérer de lui qu’une réponse limitée, voire incomplète à notre appel. Un chien est tout aussi capable que nous de s’en rendre compte. Alors, croire son silence déraisonnable, comme le fait Albert Camus, est une absurdité. Et tant que le monde ne répond pas, il justifie nos cris et nos aboiements pour attirer son attention. Et s’il persiste dans son silence, nous le construirons sans lui avec l'aide des chiens.

  • Si personne d'autre ne trouve curieux qu' il allonge les r en même
    temps que les voyelles lorsque les r suivent les voyelles, c'est que ça vient sûrement de moi,

    https://m.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=jGdb9WTRzb4

    https://youtu.be/337V5SR1h8Q

    Avec Liza Minelli pour New York,, on n' entend pas du tout le r, le r sert même à allonger la voyelle. Voilà c'est irritant à la longue, l'accent sur le r.

    https://youtu.be/VZ7gFiZbTDo

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel