Réchauffement avant/après : la petite voiture dans la prairie

On ne voit que de l’eau. Est-ce une prairie inondée? Un fleuve? Le bout d’une ville? Je l’ignore. Rien n’indique où la photo a été prise. Une seule chose compte: l’eau. L’eau est partout.

 

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,Pré-historique

Seule au milieu de l’eau, une petite voiture devenue inutile. Pour un peu on verserait une larme. Sa solitude est rendue sensible, presque humaine, par le photographe.

Il y a des éléments communs avec la photo d’un enfant de migrants mort sur une plage turque. Il n’y a qu’un objet. Le décor, épuré, est en lui-même un message submergeant. Ici une automobile, symbole de mobilité et de civilisation technologique, s’est noyée presque sous nos yeux. Abandonnée sur une terre désertée devenue inhabitable. C’est le Déluge.

L’image 1  (Crédit: Reporters, clic pour agrandir) a été publiée par le quotidien La Libre. Elle illustre un article titré: « Le coût estimé des catastrophes climatiques pour 2019 ».

Elle symbolise le réchauffement et toutes les catastrophes redoutées qui lui sont attribuées. Il faut le reconnaître: c’est bien fait. L’image est propre et belle. On y croit.

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,En comparaison l’image 2 (crédit Ina) est plutôt moche. Elle ne fait pas rêver. Une vieille bagnole, du noir et blanc, pas d’esthétique particulière. Elle illustre pourtant la même chose que l’image 1: une catastrophe météorologique exceptionnelle. Mais c’est une vieillerie pré-historique d’avant le réchauffement (1980). Elle date du 4 août 1963. Le lendemain du jour où le Doux est devenu fou.

 

 

Dur dur

Le Doux est une rivière d’Ardèche (image 3, pont de Retourtour à Lamastre). Elle prend source en Haute-Loire se jette dans le Rhône à Tournon. Elle est sujette à de fortes variations dues au relief montagneux de son bassin. Son débit moyen en haute saison est d’environ 8 m3 par seconde, et environ 4-5 en été.

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,En 1963, août est particulièrement frais, 2° sous la moyenne nationale. On note même entre 10° et 15° sur la moitié nord. Un temps d’octobre. Mais le 3 août un orage colossal noie l’Ardèche et la région lyonnaise. Le Doux entre en furie. Il gonfle sous le pont de Retourtour puis le submerge (images 4 et 5). Il est mesuré à 6 mètres au-dessus de son niveau habituel, et débite plus de 1’100 m3 à la seconde. Soit près de 300 fois son flux saisonnier, et léquivalent du débit moyen du Rhône à Beaucaire!

L’événement est décrit et mis en images ici par un ancien pasteur de la région. À l’époque on en parlait comme d’un phénomène local exceptionnel. On avait raison. Aujourd’hui on dirait que c’est le réchauffement (anthropique de préférence). Or rien ne le démontre de manière indiscutable.

Notons que Wikipedia liste une crue encore plus inouïe de 10.5 mètres de hauteur pour 3’400 m3/s. C’était en 1787, période nettement plus fraîche qu’aujourd’hui. Les épisodes méditerranéens qui ont inondé le sud de la France récemment sont moins extrêmes.

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,

 

Comme chaque région le Massif Central connait des extrêmes météorologiques. Une autre rivière plus connue que le Doux doit faire partie de ce travail de mémoire météo: l’Ardèche.

 

 

Esthétique

Le 9 octobre 1827 il est tombé 792 mm (79 cm!) de pluie sur la ville de Joyeuse. C’est ce que l’on nomme un événement paroxystique. La crue a durée trois jours. Au pont suspendu de Vallon elle a atteint 16,10 m au-dessus de son étiage.

Attendez, il y a le 23 septembre 1890. Il est tombé 971 mm de pluie à Montpezat en cinq jours. Presque 1 mètre d’eau. À Vallon-Pont-d’Arc, le 20 septembre au soir, on mesurait l’Ardèche à 4,80 m au pont suspendu (image 6 et 7: en étiage normal et lors de la crue; bnf, gallica.bnf.fr). Ce n’était qu’un début.

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,« Le 22 septembre, à 6 heures du matin, l’Ardèche mesurait déjà 9,10 m ; à 8 heures, la crue atteignait 13 m, et vers midi 17,30 m. Son lit de Vallon à Salavas, avait une largeur de 800 à 900 m. Elle débitait environ 10’000 mètres cubes par seconde. Au Pont d’Arc, la crue a dû atteindre 21 m… (…) A Aubenas, toutes les récoltes sont perdues, les jardins, les prairies, les vignes sont couverts par 1,50 m à 2 m de sable ou de limon… »

Si le début du réchauffement est associé aux années 1980, les épisodes plus extrêmes antérieurs ne manquent pas. Il y a eu parfois pire avant qu’après. La médiatisation des épisodes météos paroxystiques (et rares) tient un rôle majeur dans la panique climatique où l’on plonge le monde aujourd’hui.

 

L’esthétique de l’Apocalypse, dans son concept et dans les images qui l’illustrent, est supérieure aux vieilles photos du passé. Elle est fascinante. Quoi de plus excitant: crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,penser que l’on va mourir ou sauver le monde? Quoi de plus artistique que cette petite automobile dans la prairie inondée par les larmes du ciel?

 

 

Jusqu’à plus soif

Le monde et ses nuages n’a cependant pas attendu la photo couleur et les belles prises de vue (des prix récompensent les plus belles images de catastrophes). Il bouscule nos vies et nos sociétés depuis des siècles, des millénaires, aussi brutalement qu’aujourd’hui.

 

Un détail encore. L’article de La Libre relaie le décompte d’une association qui a évalué le coût du réchauffement pour 2019. Comment? En lui imputant certains épisodes extrêmes et en les chiffrant. Cela va des inondations en Chines aux incendies en Californie, en passant par l’Inde du nord et la Chine.

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,Leurs preuves? Ce sont les mêmes affirmations non démontrées qu’on lit partout. Ça ne mange pas de pain.

 

Une petite dernière. On se souvient que la succession rapprochée de deux fortes tempêtes en Europe de l’ouest à fin 1999 était ouvertement reliée au réchauffement. Alors que dire de l’année 1925 et sa météo devenue folle:

« Fin décembre 1925 : plusieurs tempêtes importantes ont eu lieu Le 20/12/1925 une comparable à un ouragan a créé des dégâts importants, des personnes sont projetées à terre, des habitations ont été détruites) et à Paris, la pression a chuté de 20 hPa en 7 heures. 23/12/1925 : 25°C à Paris et une série de tempêtes suivit d’inondations provoquent des dégâts importants partout. 22/12/1925 : il a été relevé 26,90°C à Toulouse. 28/12/1925 : il a fait très chaud dans le Sud avec 27°C à Perpignan !!! 30/12/1925 : un maximum de 15,50°C à Paris et un minimum de 10.70°C ».

Bon, je passe sur les tempêtes en séries du 14 au 18 janvier 1739. Il y a déjà de quoi boire jusqu’à plus soif.

 

 

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,

 

crues,inondations,doux,réchauffement,tempêtes,apocalypse,

 

 

 

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.