Moteur à hydrogène : la Chine met le turbo

Dites bientôt adieu à la voiture électrique. Ce n’est plus l’avenir. Ses limitations (autonomie, durée et lieux de charge, prix et composition des batteries aux terres rares non renouvelables) sont rédhibitoires. Et il y a mieux à venir.

 

pile combustible,moteur a hydrogene,chine,Elles imposent d’augmenter la production électrique par tous les moyens (renouvelables ou non), si l’on veut alimenter un jour un parc automobile mondial 100% électrique. Et de prévoir un maillage total de tous les territoires avec des bornes de recharges et les espaces qui vont avec, sortes de très grandes stations-services. Plus grandes qu’actuellement pour absorber un temps d’arrêt plus long.

Après une valse-hésitation de 30 ans, la pile à combustible – et donc le moteur à hydrogène – semblent avoir abouti. La production en masse a commencé. La Chine se place d’emblée en tête de peloton par les investissements massifs qu’elle a décidé cette année.

L’un des hauts responsables politiques chinois, Wan Gang, déclarait même au printemps dernier:

pile combustible,moteur a hydrogene,chine,« Nous devons créer une société de l’hydrogène. Cela doit devenir une priorité nationale, et pour cela nous allons surmonter tous les obstacles qui nous empêchaient jusque-là de développer la pile à combustible. »

Après avoir massivement soutenu la voiture électrique rechargeable, la Chine change donc son fusil d’épaule.

« Le Gouvernement veut passer de 2.500 véhicules à hydrogène dans le pays à 5.000 l’année prochaine, 50.000 en 2025 et 1 million à horizon 2030 ! Un basculement en matière de construction automobile, d’infrastructure de production et de distribution, pour lequel la Chine a prévu une enveloppe initiale de 10,7 milliards d’euros, et qui devrait largement augmenter ces prochaines années. »

Avec le concours des Services Industriels et d’autres entreprises, Genève s’apprête à tester in vivo un camion doré d’un moteur à hydrogène.

« Pour réussir ce pari, SIG va construire un électrolyseur, installation qui permettra de séparer les molécules en hydrogène et en oxygène. L’hydrogène sera mis en bonbonne et acheminé dans une station de distribution. A l’arrivée, on obtient un hydrogène zéro émission, de la production à l’utilisation. »

La technologie est prête. Le Grand Bond en avant peut commencer.

 

 

Image 1: Toyota Mirai

 

 

Catégories : Politique, Science 12 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Merci pour cet ajout, Michel. J'ai passé un peu rapidement mais j'ai mis un lien vers le blog de M. Bruner, qui en dit plus.

    De ce que j'en connais les SIG font un gros travail d'innovation et de pédagogie, en plus de la gestion des services. Ils méritent nos applaudissements.


    Eastwood, la voiture électrique rechargeable accaparait tous les regards. La marque n'avait peut-être pas les moyens de créer seule le marché de l'hydrogène, sans concurrence.

  • Oups, petit bug: trois commentaires n'apparaissent pas. Attendons un peu.

  • Le système tardant à mettre en ligne les trois commentaires, je les publie ici dans l'ordre où ils sont apparus et avec le pseudo de l'intervenant:

    1. De Michel:

    Il manque un mot clé dans la phrase.

    "Pour réussir ce pari, SIG va construire un électrolyseur, installation qui permettra de séparer les molécules D'EAU en hydrogène et en oxygène."

    Il n'y a pas de source d'hydrogène. Il faut donc le produire en utilisant une énergie renouvelable (comme les SIG) ou fossile (comme en Chine).


    2. De Mère-Grand:

    Schwarzenegger avait donc vu juste quand il était gouverneur de Californie.


    3. De Eastwood:

    Honda a brièvement commercialisé un modèle fuel cell/hydrogen autour de 2006, la FCX si je me trompe pas.

    Ça me semblait d'autant plus génial qu'elle était livrée avec sa propre station de génération d'hydrogène a brancher chez soi sur le réseau électrique ou mieux sur des panneaux solaire. Donc sauf en voyage, pour ses trajets quotidiens
    ça aurait été l'affranchissement complet des distributeurs d'essence, gpl ou autre !

    Bizarrement ça n'a jamais été commercialisé en Europe et après quelques modèles vendus aux US la production a été stoppée.

    De la à croire à des pressions de la toute puissante petro-industrie mondiale, il n'y a qu'un petit pas que personnellement je franchis

  • « Il n'y a pas de source d'hydrogène »

    Si, de l’hydrogène natif existe bel et bien sur notre planète. Découvert par un chercheur russe, confirmé par deux Français, on parle d’hydrogène « cratonique ». Encore faut-il pouvoir et surtout vouloir l'exploiter

    https://www.lepoint.fr/sciences-nature/hydrogene-le-savant-francais-qui-mise-sur-le-nouvel-or-blanc-06-02-2016-2015964_1924.php

    La pile à combustible, la voiture à hydrogène, nos profs de physique nous en parlaient déjà il y a plus de cinquante ans, la présentant comme la solution non polluante idéale qui permettrait de s'affranchir des pétroliers ainsi que le relève Eastwood.
    Le problème évidemment, s’il faut construire des centrales nucléaires pour alimenter les électrolyseurs, l’avantage ne saute pas aux yeux, le dihydrogène n’existant pas à l’état naturel. Du moins croyait-on…

    De plus ils mettaient en garde sur la dangerosité du gaz. La technologie du confinement et de la distribution semble maîtrisée actuellement, il n’en reste pas moins qu’il est hautement inflammable et explosif. La nature humaine étant ce qu’elle est, négligences et routines aidant risquent d’entraîner de joyeux feux d’artifices. Qu’on se souvienne du Zeppelin ou de la navette Challenger.

  • Il semble donc vraiment qu`il puisse y avoir de l`hydrogene naturel en quantité: https://www.science-climat-energie.be/2018/07/16/lhydrogene-geologique-ou-hydrogene-naturel-etat-de-la-question/

    Et les Chinois en ont peut-etre meme découvert chez eux...

    Si le rapport énergétique est bon (la quantité d`énergie a base d`hydrogene naturel pour extraire et encapsuler cet hydrogene, alors tout baigne.

  • "Qu’on se souvienne du Zeppelin ou de la navette Challenger."
    Assez difficilement comparables, me semble-t-il...

  • Si si, parfaitement comparables, question combustion... Aurais dû préciser le Zeppelin "Hindenburg" . L'hydrogène en cause dans les deux cas.

    http://www.slate.fr/lien/69017/crash-zeppelin-hindenburg

  • Zeppelin et hydrogène n'étaient pas le problème. Pour la navette, c'est plus compliqué...

  • « Zeppelin et hydrogène n'étaient pas le problème »

    Ah bon, ce n’est pas ce que mon papa m’a raconté quand j’étais môme et que j’ai relu dans la docu Wiki… Ai toujours pensé que l’hydrogène en enceinte confinée, mis en contact brutalement avec l’oxygène de l’air et titillé par une étincelle, provoquait une explosion dévastatrice. Ce que je puis être crédule…

  • Bon, je ne me suis pas fait comprendre. TOUT LE MONDE sait que les Zeppelin avaient une fâcheuse tendance à partir en flammes à cause de l'hydrogène. Le problème, c'est le rôle de l'hydrogène avec la navette. Mais bon, on va pas insister, j'espère...

  • Sans vouloir insister, l’hydrogène se révèle par contre en médecine très intéressant : l’eau hydrogénée, en adjuvant, serait efficace comme un antioxydant puissant, neutralisant les fameux radicaux libres, qui accélèrent le vieillissement et entretiennent l’inflammation de notre tissu conjonctif…
    Vous qui vous plaignez ailleurs de vos rhumatismes, idée à creuser. N’ai aucune participation ni intérêt dans les boîtes vendeuses (Idrogen & Cie), je précise.

  • Le bug n'en était pas un: le même billet a été publié 2 fois par erreur. Je les laisse pour garder les commentaires sous les deux...

Les commentaires sont fermés.