Venise va disparaître. En cause : le réchauffement, vaguement. Le reste, surtout.

Le réchauffement n’est qu’une cause mineure de la submersion récente de Venise. Il est pourtant accusé en titre dans de nombreux médias. La dilatation et la faible élévation des océans ne peuvent concurrencer les autres raisons, bien connues.

 

venise,acua alta,inondation,adriatique,réchauffement,subsidience,Sirocco

Les grandes marées, le vent et la pleine lune sont les causes premières. Ce vent de sud-sud-est en particulier accompagne des dépressions saisonnières, qui provoquent elles-mêmes une montée des eaux supplémentaire. La barrière des Alpes favorise une sorte d’épisode méditerranéen. C’est, en moins intense, le même mécanisme que l’onde de tempête des ouragans.

Ensuite vient la topographie du lieu. La mer Adriatique est en cul-de-sac. C’est une baignoire. En automne, le vent dominant souffle du sud. Il pousse d’énormes masses d’eau vers le nord, vers Venise. Sans zone naturelle de déversement ces eaux s’accumulent et montent pour pousser vers l’intérieur du pays. Les hauts-fonds de la lagune amplifient le phénomène de soulèvement de la mer.

Selon Wiki:

« De par sa configuration géographique particulière « en cuvette » (a catino), la mer Adriatique présente des amplitudes de marée plus importantes que le reste de la Méditerranée, la raison est à rechercher dans le fait que sa seiche a une période d’oscillations maximale comparable avec celle de la marée astronomique, rendant possible, de cette manière, la superposition des deux phénomènes.

venise,acua alta,inondation,adriatique,réchauffement,subsidience,La marée astronomique résulte plus des phases lunaires et solaires, accentuées en période de nouvelle lune et pleine lune et durant les équinoxes. À celles-ci peut être ajoutée l’action locale des forts vents du sirocco, qui tirant dans l’Adriatique méridionale peut freiner le flux des eaux du bassin entier, ou de la bora, qui soufflant à travers l’embouchure du port de Venise de la lagune peut empêcher la mer d’en ressortir. »

 

Subsidience

Divers aménagements portuaires et industriels ont modifié la circulation de l’eau et comblé des zones tampons:

« La réalisation de la zone industrielle du port Marghera a aggravé le phénomène de l’acqua alta pour diverses raisons : avant tout, la majeure partie de la zone industrielle a été créée en valorisant une vaste étendue de lagune, servant précédemment de « barene » c’est-à-dire de petites îles à fleur d’eau qui servaient de « vase d’expansion » en cas de hautes marées.

En second lieu, pour permettre aux pétroliers de rejoindre les quais de déchargement, a été creusé le profond « Canal des Pétroliers » qui part de l’embouchure du port de Malamocco et rejoint la terre ferme. Cette œuvre a considérablement augmenté la section de l’embouchure du port, augmentant par conséquent la quantité d’eau entrant dans la lagune. »

venise,acua alta,inondation,adriatique,réchauffement,subsidience,Enfin, comme Jakarta, Venise s’enfonce. C’est la subsidience. Le poids des constructions et l’utilisation des eaux souterraines lui auraient fait perdre environ 20 cm au XXe siècle.

Pourtant les relevés systématiques depuis 1923 montrent une augmentation des aqua alta exceptionnelles depuis les années 2000. Est-ce le signe d’une augmentation de fréquence du phénomène, dû au petit supplément d’eau dans les océans et donc au réchauffement?

Étant donné les autres causes humaines (portuaires et industrielles), on ne peut comparer cette période à la précédente. D’ailleurs la montée minime de l’océan est variable. Elle peut être accentuée ou contrecarrée par les vents.

Il faudrait aussi comparer des choses pareilles, soit une aqua alta de 2018 avec une autre des années 1960, dans les mêmes conditions: force et direction du vent, pression barométrique, pluviométrie, coefficient de marées, températures de la mer. Toutes conditions identiques, si l’aqua alta de 2018 est plus forte que celle de 1960, le supplément pourrait être attribué au réchauffement (après ajustement du aux aménagements industriels). Pour cela il faudrait plus de recul. Comme presque toujours en matière de climat, nous manquons cruellement de recul. Dans ce cas, la plus grande fréquence depuis 20 ans n'est pas une tendance de fond.

 

Cause mineure

Cette petite part du réchauffement ne saurait déclencher de telles submersions, alors que le vent et les marées le font déjà. Le record de 1966 (1,94 m) n’est pas battu.

Cela dit, sans intervention humaine pharaonique donc démesurée, Venise disparaîtra. La vitesse de subsidience la laissera sous deux mètres d’eau avant mille venise,acua alta,inondation,adriatique,réchauffement,subsidience,ans. Les autorités comptent sur les écluses particulières du système MOSE, qui devrait entrer en fonction d’ici un ou deux ans. Elles devraient couper des montées d’eau de trois mètres.

La ville est située dans une région propice aux inondations. On croirait presque qu’elle est posée sur l’eau. En réalité elle est construite sur des îlots et un fond de vase, en partie grâce à de grands pilotis dont la coupe à anéanti de vastes forêts:

« L’église Santa Maria della Salute se trouve édifiée sur 1’156’672 pieux de chêne et de mélèze, longs de quatre mètres. Le travail de fondations dura deux ans. Le campanile de Saint-Marc nécessita cent-mille arbres. Le pont du Rialto, d’une seule arche, a deux piles reposant sur un système de pieux de 3,50 mètres en sol dur et de 2 mètres sur sol plus souple. En tout 12.000 pieux en bois d’orme. L’ensemble des bâtiments a fait disparaître des forêts entières, devenues une vaste forêt souterraine supportant une plate-forme de madriers dénommée « zatterone. »

Bref, en l’état je pense que le réchauffement actuel de la planète n’est qu’une cause mineure de la submersion de Venise, et même que son éventuelle influence est très difficile à mettre en évidence.

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Météo 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • La démonstration est scientifique et toutes les causes sont analysées. Que faut-il de plus aux pseudos-écologistes pour leur faire comprendre que, si leur cause est bonne, les moyens qu'ils emploient pour nous convaincre sont parfois dignes des plus insupportables dictatures ?

  • Merci beaucoup pour le soin et la perspicacité de vos propos.
    Merci d'avoir consacré du temps à rechercher et expliquer si consciencieusement les causes de ce drame vénitien.
    Une fois de plus, on peut souligner que les grandes réalisations techniques ne savent considérer qu'une dimension de leurs chantiers et oublient la complexité des lieux et des activités humaines.

  • ... sans compter le tourisme de masse et les grands paquebots ! Si Venise a survécu au réchauffement du Moyen Age, il doit y avoir forcément d'autres raisons et vous les expliquez très bien. Dommage qu'on entend seulement ceux qui crient plus fort !

  • "La dilatation et la faible élévation des océans "
    Quelqu'un aurait-il l'amabilité de nous indiquer quelle est l'altitude actuelle de la Pierre du Niton, puisque les océans se sont élevés ? Les cartes suisses ont-elles été modifiées ? Mais à quoi pensent nos autorités ?
    Point 2 : Comment font certains pour qualifier les experts du GIEC de "scientifiques" alors que ceux-ci reprennent sans broncher l'idée que les océans se sont élevés de plus de vingt centimètres depuis le début du 20ème siècle, alors que personne n'a la moindre idée à quoi correspondait le zéro du niveau des mers à cette époque...
    Rien qu'avec les forces de Coriolis, sachant que la Terre tourne d'Ouest en Est, quelle est la différence de niveau entre les côtes W et E du Pacifique ?
    Allez regarder sur Wikipedia : la marge d'erreur pour déterminer le niveau de la mer (70% de la surface terrestre...) est de +/- 2m...

  • Merci HL pour ce travail de recherches et précisions.
    Tant d'inondations, de coulées de boue etc...sont dues principalement à des constructions humaines qui. hélas, ne semblent pas encore aujourd'hui, tenir compte de la nature, de l'eau qui a ce besoin naturel (si j'ose dire) de pouvoir s'écouler, couler, et qui a tant de force.
    Bon dimanche.

  • Mon propos n'est pas "climatosceptique". Il est de participer à la dénonciation de ce qui est maintenant une véritable religion.
    Cela étant dit, revenons à l'élévation du niveau des mers. Par dilatation thermique...
    Jusque là, comme géologue, je croyais que c'était dû à la fonte des glaces des pôles. Or, que se passe-t-il quand vous mettez un glaçon dans votre whisky (ce qui par ailleurs est une hérésie, mais passons...) ? Il se refroidit ou se réchauffe ?
    Les sectaires GIEC n'arrêtent pas de nous dire que le Gulf Stream va cesser pour cause de fonte de la calotte arctique...
    Mais voilà qu'alors qu'on ne cesse de nous montrer des vedettes du cinéma sur fond de glaciers qui s'effondrent dans la mer, on nous parle de dilatation thermique de l'eau. Vous allez dire que je radote, mais certains ne suivent pas et il faut répéter : les océans et les mers, 70% de la surface terrestre, 5000 mètres de profondeur moyenne. Cela fait beaucoup d'eau. En admettant que la Terre s'est réchauffée de 1° (un degré), quelques mètres de la surface de ces océans se sont peut-être un peu réchauffés. Admettons. Mais en termes d'augmentation du niveau de la mer, si cela dépasse le millième de millimètre, je mange mon chapeau...
    "Scientifiques", vous avez dit "scientifiques" ?

  • Bonsoir Colette.

    En recherchant les détails locaux et régionaux on comprend mieux le phénomène. Perdre Venise serait un séisme culturel, mais c'est l'Histoire des villes et des hommes.

    Bon dimanche à vous.

  • Merci à vous Marie-France.

Les commentaires sont fermés.