Sexism - no sexism à TF1 (1) : le foot féminin

Le sujet a déchaîné les justiciers de Twitter. Il s’agit du clip sur le mondial féminin diffusé le 17 juin dans le JT de Jean-Pierre Pernaut. On y voit des joueuses filmées au ralenti, avec gros plans sur les mains qui touchent le ballon. Le commentaire est jugé sexiste.

 

tf1,coupe du monde,foot,foot féminin,sexisme,humour,pernaut,tricot,ballon,masculin,fémininTricote

Ce sujet n’est pas de l’info mais un traitement particulier des images, une chronique, et présenté comme tel. Le journaliste Michel Izard joue d’emblée sur le second degré (vidéo en fin de billet):

« Avec des gestes si délicats au bout de doigts si fins, on comprend que certains rêveraient d’être à la place da la balle. Mais l’essentiel est ailleurs, dans ce jeu léger de jambes pour faire, comme les garçons, du tricot sur la pelouse: une maille à l’endroit, une maille à l’envers. »

Où est le sexisme? S’il y a du foot masculin et du foot féminin, c’est parce qu’il y a deux sexes-genres différents. Il n’est donc pas incongru de faire un gros plan sur des spécificités globalement plutôt féminines. Rien là de dénigrant. Au contraire c’est amusant et bienveillant – oui: bienveillant. Car cela donne envie des les voir jouer. N’est-ce pas le but?

On peut faire pareil avec les hommes, cela ne me dérange pas. Sur le net on trouve une tentative dans ce sens: le détournement d’une vidéo de Ronaldo, plutôt ratée.

Par ailleurs le terme tricoter est connu dans le foot et s’utilise également chez les hommes.

 

 

tf1,coupe du monde,foot,foot féminin,sexisme,humour,pernaut,tricot,ballon,masculin,fémininRacolage

Le dire pour les filles est marrant:

« En football, tricoter consiste à faire plein de feintes avec le ballon : je dribble, je fais une petite feinte à droite, puis à gauche, un passement de jambes. »

Doit-on exercer une censure et interdire de parler des joueuses sous l’angle de la séduction féminine? Eh bien non: l’humour du clip et l’esthétique des images ouvre la porte à l’envie d’en voir plus.

D’ailleurs, des Bleues l’ont bien compris. Elles sont allées plus loin. Elles ont fait campagne sur la séduction, tout en semblant s’en défendre. Parfait exemple d’un usage publicitaire de l’ambiguïté féminine. Quatre joueuses ont posé nues avant leur mondial. Le slogan: « Faut-il en arriver là pour que vous veniez nous voir jouer? » (images 1 et 2, clic pour agrandir). 

Miser sur le nu féminin pour parler de foot? Et personne ne s’est offusqué? Pas crise hystérique sur Twitter? Non. Rien. Silence total des Gorgones féministes. C’est pourtant une forme de racolage, du moins dans un regard moraliste et bien-pensant.

On peut en déduire que des footeuses nues, ce n’est pas sexiste. Alors pourquoi le clip de Michel Izard, plus prude mais jouant sur le même registre de la séduction, est-il taxé de sexisme?

 

 

tf1,coupe du monde,foot,foot féminin,sexisme,humour,pernaut,tricot,ballon,masculin,fémininMâle blanc

Parce que c’est à la mode victimaire/agressive, et parce que les soumis – ou les veaux – des médias et de la politique suivent les consignes des dominantes. C’est la seule explication à ce deux poids deux mesures.

Un deux poids deux mesures qui, par exemple, s’applique au footballeur Yoann Gourcuff: son « corps de rêve », selon l’image 3 de PurePeople, le présente comme objet sexuel et non comme pro du foot. Personne n’a trouvé à y redire. Pas plus qu’à la couverture du magazine gay Têtu par un Olivier Giroud plus sexe que foot (image 4).

Ce clip d’Izard est bien et il a atteint son but: faire parler encore de cette coupe féminine. Inspirer la beauté, être l’objet de quiproquos doucement coquins, n’est pas en soi sexiste. La beauté attire et suscite des pensées ou des émotions. Par exemple comment ne pas être sensible au charme renversant de l’arbitre polonaise Karolina Bojar (vidéo 2 et image 5), qui pourtant n’en joue pas sur le terrain et ne montre pas moins d’autorité qu’un arbitre homme?

À TPMP, lors d’un mini-débat sur le sujet, les chroniqueuses n’ont heureusement pas soutenu ces accusations déraisonnables de sexisme contre Michel Izard. N’empêche, le mal est faits, et le mâle aussi par la même occasion.

 

 

tf1,coupe du monde,foot,foot féminin,sexisme,humour,pernaut,tricot,ballon,masculin,fémininRegrets

Le journaliste Michel Izard, grand reporter à TF+, mâle blanc de plus de 50 ans – trois raisons d’être une cible pour les néo-cocos – se déclare dévasté. À mon avis il n’avait à présenter de regrets:

« Là, il faut le dire, c’est pas bien, c’est raté, c’est malvenu. C’est mal fait, et ça dessert… c’est l’inverse de ce que je veux faire, c’est l’inverse total, j’en suis dévasté ».

Pas bien, pas bien: c’est la cour de l’école primaire. Moi je trouve bien fait, je ne prends pas au premier degré et j’aime l’humour un peu décalé. Mais les Gorgones sont des c***** et les journalistes se couchent devant elles. Enfin, pour le moment.

Monsieur Izard a cru bon de se flageller et j’en ignore la raison. A-t-il reçu des pressions? S’est-il laissé contaminer par le regard perverti des féministes et pro-féministes? Dommage en tous cas.

À mon sens il devait assumer son travail. Ce clip a été pensé et voulu, préparé, travaillé, et le journaliste ne pouvait pas ignorer la part de provocation du commentaire, même au second degré. Il l'a voulu ainsi. Ses regrets sont donc refusés. Face à la psychose féministe les hommes ne doivent plus rien lâcher. Enfin, s’ils veulent encore sauver leurs couilles.

 

Bref, en conclusion: no sexism.

 

 

tf1,coupe du monde,foot,foot féminin,sexisme,humour,pernaut,tricot,ballon,masculin,féminin

 

Prochain billet: un cas de sexisme à mon avis plus pertinent, commis par Denis Brognard lors de la finale de Koh-Lanta la semaine dernière. Surprise...

 

 

 

 

 

Vidéo 1: clip TF1

 

Vidéo 2: Karolina Bojar

 

 

 

Catégories : Féminisme, Politique, société 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je ne dois pas être le seul à être quelque peu perplexe au vu des billets que vous publiez ces jours et qui mettent en évidence l'insondable stupidité de celles qui prennent prétexte du football féminin pour poser les femmes en victimes du sexisme.
    On aimerait en même temps pouvoir passer sous silence la bêtise et le fanatisme, car c'est cela que ces attitudes méritent, et on cède à la tentation de faire contrepoids aux inepties en publiant des critiques.
    La presse vit en grande partie de cela, mais les blogs?

  • Je pense qu'il faut déconstruire ce qui sous-tend ces cacas nerveux. Ces inepties ne sont pas sans conséquences, tel ce journaliste qui est traîné en "place publique" sous un sceau d'infamie. De mon point de vue il se renie lui-même, car je n'arrive pas à voir ce qui ne serait pas bien. Il y en a beaucoup comme lui.

    Cela se répand et est déjà fortement relayé par de nombreux médias. Je développe, pour moi et pour qui le veut, des anticorps. Je pense aussi que toute contribution peut être utile à l'émergence d'un nouveau discours. Cela passe aussi par la mise en évidence de la faiblesse du "paradis égalitariste" que d'aucunes veulent imposer à l'ensemble de la société. Pour annuler une théorie il faut parfois l'analyser dans ses aspects les plus absurdes.

    Si j'étais Molière ou Ionesco, j'écrirais du théâtre.

    Merci d'apporter vos réflexions.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel