Trump, la grosse bête qui (re)monte

Contre toute attente l’Amérique se porte bien et le Donald regagne en popularité. Deux ans du canard orange n’ont pas fait s’écrouler le pays, il n’a pas déclenché de guerre mondiale, et ses adversaires se radicalisent eux-mêmes en tentant de le diaboliser.

 

trump,sondage,économie,gauche,républicains,démocratesLes 32’000

Plusieurs index suivent son degré de popularité dans l’opinion. Selon Rassmunsen 52 % des américains soutiennent sa politique. Selon Gallup le chiffre est plus bas: 46 %. Ce qui reste une remontada étonnante. Ils sont loin les 35 % de janvier 2018.

Il semble que le président le plus détesté, du moins chez les people, dans la gauche radicale américaine et à l’étranger, soit de plus en plus apprécié. Certains médias ont changé de ton à son égard. J’entends moins de petites remarques désobligeantes, faites pour dire: je suis dans le bon camp, pas du côté de ce supposé malade.

Le risque d’une procédure de destitution s’éloigne. L’économie est florissante. Il a dénoncé les échanges commerciaux avec la Chine et provoqué leur rééquilibrage. Il tente de sortir les États-Unis du désordre moyen-oriental.

Sa position sur le climat est défendable. En se retirant de l’accord de Paris il laisse aux villes et aux États l’organisation et le financement d’un changement qualitatif de l’environnement. C’est logique, chaque région fait face à des situations particulières et prend ses propres responsabilités.

De plus elle rappelle que la controverse n’est pas éteinte. La pétition de 32’000 scientifiques américains contre les accords climatiques le montre.

 

 

trump,sondage,économie,gauche,républicains,démocratesLe mur

De même que la liste de plus de 1’500 chercheurs qui, en résumé, mettent en doute trois points: le fait que le réchauffement actuel soit exceptionnel, qu’il soit forcément négatif, et qu’il soit la conséquence d’une cause anthropique unique.

Le discours quasi raciste contre les petits blancs semble avoir baissé de volume, même s’il continue dans les milieux universitaires, des minorités et féministes. Les petits noirs favorables à Donald Trump sont passés de 15 % à 29 %. Les attaques féministes sont sans effets sur lui. Au contraire, il s’en amuse.

De plus les accusations de racisme et de misogynie ont été battues en brèches dès avant son élection. Avoir confié le chantier de sa Trump tower à une femme d’origine hispanique laissait peu de place à ce genre de critique.

Ah oui, il y a le mur, symbole de l’exclusion et de la haine. Bah, de quoi se plaignent les Démocrates? Il l’ont voulu autant que les Républicains. Obama y a mis la main. Cela ne faisait pas de lui un raciste ni un fasciste. L’Amérique de Trump n’est pas repliée sur elle-même, elle redéfinit les règles dans les échanges. 

 

 

trump,sondage,économie,gauche,républicains,démocratesCoin-coin

Les instantanés de l’opinion sont fragiles. Rien ne dit que cette montée d’avis favorables dure et que le gros canard surfe sur cette vague jusqu’à sa réélection. Mais il y a quelque chose qui prend forme. Les torsions de la communication, voulues par Trump autant que par ses adversaires, laissent peu à peu place à une re-formation de son image en plus positif. Ou en moins hystérique.

Il est probable que le parti de l’éléphant le soutiendra pour sa réélection. Il n’est pas le cavalier de l’Apocalypse redouté. Le troupeau suivra son canard, dont les coin-coin commencent à porter leurs fruits. De plus un autre sondage (image 3) montre que les américains voient les Républicains mieux à même de gouverner en matière économique et en politique étrangère, et d’assurer la sécurité intérieure. Les Démocrates ont des raisons d’être mal.

Bien que largement, viscéralement détesté par beaucoup, il incarne paradoxalement mieux qu’Obama l’identité, l’archétype du président des États-Unis d’Amérique. Les Démocrates sont divisés et aspirés vers une gauche peu compatible avec l’ADN américain.

La détestation de l’adversaire ne suffira pas. Il ne fait plus assez peur et la haine des petits blancs par les kadors hollywoodiens est suicidaire pour des milieux dits progressistes qui misent électoralement sur la bienveillante inclusivité comme dogme unique.

Trump semble donc rentrer dans le moule, mais il reste un personnage hors-norme. Je ne vois ni l’intérêt ni la pertinence de le diaboliser. Je suis au contraire intéressé par ce que sa présidence fera émerger dans la société américaine.

 

 

Catégories : Politique 24 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Trump est né puissant et il l'assume. Il veut redonner à l'Amérique sa puissance. Il n'est pas habité comme son prédécesseur du complexe de mondialisme qui veut qu'on fasse plaisir à l'establishment mondial. Lui il aime les américains et devrait être un exemple pour tous les présidents. Macron pensent plus à son image qu'au bonheur de son peuple. Junker a été le plus grand détourneur du fisc de l'histoire de l'Europe. Tusc rêve de diriger le continent faute de n'avoir pu diriger la Pologne. Merkel a développé un complexe de culpabilité qui lui a fait obliger les allemands a accueillir um millions de migrants au péril de leur sécurité quand ce n'est celui de leur vie. Erdogan veille, outre le fait qu'il exerce un chantage avec les migrants sur ces dirigeants sans courage, il islamise nos sociétés en louzdé par le communautarismes pendant que les golfeurs le font avec leurs pétrodollards. Les présidents des grandes nations européennes ne représentent plus leur peuple ou pire tous à la foi. En Suisse le seul comparable à Trump c'est Blocher mais chez nous on aime pas les leaders on préfère ceux qui travaillent dans les couloirs.

    Comme on dit chez nous chacun chez soi et les vaches seront bien gardées. Cette Europe melting pot ne fait que brasser du pognon pour soi disant améliorer la vie de ces citoyens, alors qu'elle les obligent à se soumettre à une invasion sans sans précédent qui va finir par leur faire perdre tous leurs repaires et le reste.

  • "ce que sa présidence fera émerger dans la société américaine."? La fin de la political correctness ou en tout cas, de sa domination ? Ce serait trop beau...

  • Certainement que Trump fait des tweets débiles et plein de mensonges chaque jour. Mais méfions nous car tout d abord le Système là bas le laisse faire car il fait des tweets DELIBEREMENT chaotiques!

    En plus, il dit:Je confirme ce que j ai écrit hier dans mon tweet machin bidule mais je n ai pas encore encore si je le ferais ou si je ne le ferais pas . Ceci est valable pour un négociateur commercial un peu tordu mais pour un Chef d Etat, cela veut dire qu il tourne en fonction du vent et que la chute du tigre ne st pas lointain. Au contraire, Poutine réfléchit et dit ce qu il va faire et fait ce qu il a dit? Lequel des deux preferrez-vous, moi c est vite fait....

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • On est pas obligé d'opposer Poutine à Trump, leurs politiques ne sont d'ailleurs pas si éloignées. Ils ont en tout cas en commun la défense de leurs peuples pas comme cette Europe qui broie ceux qui la composent pour en faire des soumis à son dicta et à l'idéologie montante qui n'a rien d'européen.

  • " il n’a pas déclenché de guerre mondiale,"
    Pas encore...

    Autrement il se comporte à l'égard des autres pays comme un gangster qui menace, pille et rackette, L'onu? L'omc? La cour internationale? Les traités? La parole yankee? Que de la merde.

  • Je suis parfois assez stupéfait par les arguments des pro-Trump. C'est un poison lent, qui va creuser les inégalités déjà inédites aux USA. Quand à sa politique extérieur, cela retombera certainement sur les USA à terme. Quand à la prochaine crise économique, imminente, je prends le pari qu'elle viendra des Etats-Unis.

  • Bla bla bla.
    Il a des résultats, lui ; contrairement à vos Obama et Manu préférés.
    Et çà, çà embête drôlement la gauche qui après avoir cru à sa destitution prophétise sa chute. Bon attendons on verra où sont les aveuglés par la Presse.

  • Il y a ci-dessus un commentaire signé "jld",sans autre précision, ce qui est fâcheux car on pourrait croire que c'est moi. Or, il n'en est rien, je n'ai pas écrit ce commentaire. Ce serait sympa que l'imposteur, si c'en est un, se dévoile. Sinon, s'il est de bonne foi, qu'il donne néanmoins son nom, cela ôtera tout doute! Les signatures avec initiales qui peuvent prêter à confusion devraient être interdites sur cette blogosphère!
    Cordialement, Jacques Louis Davier

  • "Il tente de sortir les États-Unis du désordre moyen-oriental."
    ah bon?? En êtes-vous sûr? Le transfert de l'ambassade US à Jérusalem, la reconnaissance du Golan occupé par Israël depuis 1967, les menaces et les intimidations contre l'Iran, la poursuite du soutien US à la guerre menée par l'AS et les EAU au Yémen, etc....
    ne sont pas vraiment des signes d'un désengagement américain au MO. C'est plutôt le contraire. Trump souffle sur les braises des incendies allumés par ses prédécesseurs. Vous devriez y regarder à 2 fois avant d'avancer une telle énormité. .

  • Trump tente de sortir du conflit moyen oriental, oui et non! Oui car il va remplacer la présence américaine là bas par l Otan Arabe. Et savez vous qui va présider cet Otan arabe, asseyez vous si vous êtes debout! Il le confie à des pays amis, Tout d abord c est la "noblissime" Saoudie Salafiste des coupeurs de mains et têtes comme celles de la fabrication américaine autant d Al Qayda que de Daech/ISIS . Comme ces deux derniers, la Saoudie serait le dindon de la farce (idiot utile) . Et qui est le 2 ème co-président de cet otan arabe et qui est cul et chemise avec les USA et avec la Saoudie? C est le régime sioniste en Israel, pays d apartheide, hélas....

    Alors Otan Arabe?! Ne dit on pas que la guerre est une affaire tellement sérieuse qu il ne faudrait surtout pas la confier à des barbus-terroristes de toutes couleurs!

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • @Jacques Luc DAVIER.
    Je choisis le pseudo que je veux ; il es bien différent du vôtre où vous mettez votre nom complet, ce qui vous regarde et donc, sauf si vous ne comprenez pas grand chose, personne n'imaginera qu'un commentaire signé jld est ID° la signature Jacques Luc DAVIER.
    Croyez vous que nous soyons les seuls à avoir comme initiales jld ??
    Par ailleurs, la "réputation numérique" est un sujet important et vous semblez la traiter un peu légèrement comme quelqu'un qui ignore totalement les utilisations diverses et gênantes qui peuvent être faites des informations dont vous faites cadeau à la Toile. Libre à vous d'être inconscient. Pour ma part, alors que je suis sur beaucoup de réseaux sociaux, vous ne trouverez jamais d'informations me concernant, ni photo, ni adresse ni nom ni rien qui puisse me nuire un jour. En revanche cet anonymat m'oblige à une conduite ordinaire, pas d'excès dans mes commentaires ou mes opinions, pas d'insulte.
    Mais libre à vous de traiter ce sujet si légèrement.
    Signé = l'imposteur involontaire.

  • Bel enfumage quand on regarde les différents sondages. Pourquoi avoir choisi Rasmussen, sinon par parti pris?
    https://projects.fivethirtyeight.com/trump-approval-ratings/

    https://www.realclearpolitics.com/epolls/other/president_trump_job_approval-6179.html

    Et il est distancé par Biden:
    https://morningconsult.com/2019/04/24/joe-biden-is-the-front-runner-over-democrats-and-donald-trump/
    bien
    Remontée? Quelle remontée? Uniquement en sélectionnant le bon sondage. Belle manipulation. Bien essayé, mais c'est raté.

  • Trump (comme les autres) tente de tirer son épingle du jeu...
    Qu’est-ce que la politique ? C’est un rapport de force dans lequel chaque groupe a pour objectif de défendre des intérêts personnels, les intérêts de son clan.

    M16 ou AK47 ? Non merci juste un expresso svp

  • @ Luc:

    Je pense qu’il y a une tendance dans ce sens, oui. Par exemple le sort de la Syrie d’après la guerre est laissé à d’autres.

    Le transfert de l’ambassade me semble signifier ceci: Trump a renoncé aux discussions passées, il tourne une page et adresse le même message aux Palestiniens: tournez la page.

    On peut discuter de l’opportunité de cette décision, de même que de l’ensemble des problèmes de la région, ainsi que des événements militaires depuis 1948 qui ont conduit à la situation d’aujourd’hui. Trump a pour sa part tranché.


    @ Daniel:

    « Pas encore »… L’optimisme ne vous submerge pas.
    Cela n’arrivera probablement pas. Il n’est pas seul à décider. Si son style peu diplomatique choque, je pense que c’est une stratégie, depuis le début de sa campagne, rien d’autre.

    Pour le reste: mais non, pas de manipulation, qu’allez-vous chercher? Je lis les tendances données par des instituts. À noter que j’ai choisi Rasmussen ET Gallup, avec les deux liens. Gallup est moins optimiste. Chacun peut donc se faire son idée librement. Votre lien y contribue, tant mieux, c’est aussi à cela que servent les blogs.

    De nombreux médias, mainstream ou non, ont également commenté ces chiffres et tentent d’y donner leur explication.

  • Donner un blanc-seing au gouvernement de Netanyahu pour annexer le Golan et probablement une partie de la cisjordanie signifie peut-être pour vous "tourner la page" mais certainement pas apaiser la situation ni arriver à une solution négociée et durable. Quant à son attitude belliqueuse face à l'Iran, Trump pourrait déclencher un autre conflit (un de plus) qui ravagerait toute la région. Ce n'est pas ce que j'appellerai se sortir du "désordre" mais plutôt semer le chaos.

  • @ Charles 05:

    Comme Trumputine, je ne les oppose pas. Je pense que Trump n'est pas du tout un stupide, il vaut mieux que le dédain habituel, affiché peut-être pour se démarquer et montrer qu'on n'est pas passé du côté du diable...

    Je regrette également les positions des européens à l'égard de Poutine, qui mérite aussi plus d'intérêt et d'égards.

    Pour autant je ne suis pas inconditionnel, de personne d'ailleurs.

  • Je vous remercie M. Homme Libre pour votre réplique.
    C est à votre honneur de ne pas être l inconditionnel ni de l un ni de l autre...
    Mais comme vous l évoquez aussi , soyons intelligents, honnêtes et raisonnables. Poutine est critiqué à 100% et même la grosse bise à Genève ces jours-ci pourrait être à cause de lui! Mais ne pourrait-on pas et/ou ne devrions-nous pas le critiquer à 51 % et le remercier à 49%, fifty fifty au pif par exemple....

    Bien à Vous!
    Charles 05

  • Tant mieux si la bonne situation économique a des répercussions sur la cote de popularité du président.
    C'est totalement logique et il serait "normal" dans de telles circonstances que sa cote soit autour de 60-70 %. Ça va peut-être encore venir.
    P.ex. si D. Trump sort gagnant du bras de fer commercial avec la Chine. Depuis quelques jours, des taxes de 25% s’appliquent sur beaucoup de produits et ce sont les consommateurs américains qui paient. A long terme, cela peut s'avérer une bonne stratégie, mais à court terme, c'est rude.
    D'autant plus que les exportateurs américains de produits agricoles sont les otages de cette guerre commerciale, puisque la Chine est un gros débouché pour eux.

    Quant à la mort du politiquement correct ? Devrons-nous nous préparer à avoir des dirigeants imprévisibles, faisant de la politique par l'intermédiaire de Twitter, exprimant des demi-vérités, mensonges, exagérations et insultes par écrit et oral ?
    Est-ce qu'en Europe, ça passerait et si oui, dans combien de temps ?
    En se disant que c'est le résultat qui compte, on peut y arriver assez vite. Enfin surtout si on est déjà très puissant et qu'on peut donc tout se permettre !

  • @ Luc:

    Trump a un style qui choque. Il provoque et attise en paroles. Attaquer l'Iran serait la dernière chose à faire et je le pense assez intelligent pour savoir jusqu'où aller. Il use d'un langage guerrier, je n'apprécie pas spécialement, mais il assume que l'Histoire n'est pas finie et qu'il y as toujours des luttes d'influence et de potentielles confrontations. Il prend les choses comme elles sont et ne se pare pas de l'aura du sauveur. Chacun sa responsabilité.

    J'ai beaucoup cru en Obama au début. Grâce à lui peut-être, je ne "crois" plus aux hommes politiques et j'ai recadré mon attente à leur égard. Je deviens plus réaliste. Alors Trump est pour moi le représentant d'un ensemble d'options politiques dont certaines m'intéressent ou méritent discussion, et d'autres pas.

    Pour le Golan, j'ai pris conscience il y a quelques années qu'Israël ne tergiversera jamais sur sa sécurité. L'instinct de vie et le droit international sont ici en conflit. Mais vu l'histoire des guerres arabo-israéliennes, le droit ne prime plus. La situation sera-t-elle apaisée un jour dans cette région? Est-ce que Trump fait avancer la question ou l'aggrave? Je pense qu'il dit: voici le nouveau point de départ des discussions, Le transfert de l'ambassade scelle pour les Etats.Unis la ligne de référence de toute discussion future.

  • Entièrement d'accord avec vous.
    Signé = Je ne suis pas Jacques Louis DAVIER

  • @jld
    Je ne vous accuse pas d'imposture, je n'ai fait qu'évoquer une hypothèse. Je comprends tout à fait que la similitude des initiales soit involontaire, comme vous le précisez. En fait, je souhaitais seulement que vous disiez que vous n'étiez pas moi, ce que vous avez fait et ce dont je vous remercie. Cela clarifie les choses.
    Bien cordialement, Jacques Louis Davier

  • "« Pas encore »… L’optimisme ne vous submerge pas.
    Cela n’arrivera probablement pas. Il n’est pas seul à décider. Si son style peu diplomatique choque, je pense que c’est une stratégie, depuis le début de sa campagne, rien d’autre."
    En fait j'aimerais bien avoir votre optimisme. Mais quand je lis ceci:
    https://fr.sputniknews.com/international/201905141041109369-le-plan-militaire-us-contre-liran-est-revise-ses-120000-soldats-feraient-echo-a-lintervention-en/
    Je me dis que maintenant il faut compter sur la Russie et la Chine pour enrayer la mécanique. Ce n'est pas la Turquie qui a besoin des S400, mais l'Iran et vite.

    "Pour le reste: mais non, pas de manipulation, qu’allez-vous chercher?"
    Ben je suis allé chercher tous les sondages et pas seulement 2 d'entre eux. Qui montrent que les courbes varient constamment et que seul Rasmussen porte trump au pinacle.
    Et il me semble que les sondages sur Biden sont autrement plus intéressant sur la... descente de trump. Encore une fois ce dernier n'a été élu que grâce à un coup d'Etat avec la manipulation des votes dans 4 Etats clés.

    Quant à croire aux sondages prééectoraux...

    "De nombreux médias, mainstream ou non, ont également commenté ces chiffres et tentent d’y donner leur explication."
    La seule chose que cela montre indubitablement est que le pays est coupé en deux et qu'il est minoritaire. Ceux qui ont soutenu trump voulaient assécher le marais. Or il se trouve qu'il a nommé deux des pires représentants du marais à ses côtés et qu'il poursuit la politique hégémonique de ses prédécesseurs contrairement à son discours d'investiture. Sans doute pour ne pas subir le sort de JFK et de RFK. Le pays est de plus en plus endetté et certains pays apprennent à se passer du dollar qui est l'un des principaux instruments de domination et de chantage.

  • Et ça si ce ne sont pas des préparatifs d'agression contre l'Iran, je ne sais pas ce que c'est:
    https://www.veteranstoday.com/2019/05/15/germany-netherlands-halt-iraqi-military-training-as-us-puts-coalition-forces-on-high-alert/

    La seule bonne nouvelle - si elle se confirme! - serait le limogeage de Bolton.

  • Une autre raison de ne pas être optimiste:
    http://www.unz.com/proberts/trump-is-being-set-up-for-war-with-iran/

Les commentaires sont fermés.