16 janvier 2019

Le crime de Yann Moix

Le Tribunal de l’opinion a rendu sa sentence: Moix est crucifié. Ses déclarations sur les femmes de 50 ans et sa préférence pour les femmes jeunes et de type asiatique valaient-elles tant d’infamie? Pas sûr.


sexisme,misandrie,yann moixPat Hibulaire

L’interview de Yann Moix paru dans Marie-Claire commence par une valise de précautions:

« Ses mots, nous les trouvons choquants. Nous le lui avons dit, et nous l’avons écrit. Ces mots - qui illustrent un jeunisme pour le moins banal - n’ont pas choqué que nous, et c’est tant mieux. … Cette pensée réductrice pour les femmes existe dans l’esprit de bon nombre de nos contemporains. » 

Le crime de Moix doit être immense pour susciter une telle défiance. Je ne suis pas fan de ce personnage avec sa tête à jouer Pat Hibulaire (mais on ne choisit pas plus sa tête que ses attirances). Pourtant il y a de la franchise dans ses propos sur les femmes de plus de 50 ans. Il s’expose:

« Elles sont invisibles. Je préfère le corps des femmes jeunes, c’est tout. Point. Je ne vais pas vous mentir. Un corps de femme de 25 ans, c’est extraordinaire. Le corps d’une femme de 50 ans n’est pas extraordinaire du tout. »

Est-ce un crime? Non bien sûr. Est-ce moralement répréhensible? Pas sûr. Alors pourquoi cette levée de boucliers? Ce n’est certes pas agréable de se voir préférer une personne plus jeune. Mais accuser Moix de réduire les femmes au rang d’objet est abusif.

 

 

sexisme,misandrie,yann moixBetty Boop

Il a ses goûts. Qui n’a pas les siens? Qui n’a pas un type de femme ou d’homme dans la tête et dans les yeux? Les beaux bruns, les soldats en uniformes, n’ont-ils pas pendant longtemps été les fantasmes de bien des femmes, comme Betty Boop ou Marilyn ont été ceux de beaucoup d’hommes?

Demi Moore, Kylie Minogue, Sandra Bullock, Madonna, Brigitte Macron, pour ne citer que quelques femmes connues, montrent aussi leurs préférences pour des hommes parfois beaucoup plus jeunes. On trouve cela fun, c’est une « femme libérée ».

Alors que chez Moix ce serait du jeunisme, cela choquerait et au final lui vaudrait la haine raisonnable et le pogrom numérique des populaces twittériennes. On en fait grand cas, et bien des femmes lui répondent en se jouant concernées. Un seul exemple suffit, celle qui montre ses jolies fesses (image 3) en commentant: « 47 ans, ans so what? »

Le site Slate remarque avec pertinence:

« Fin décembre, on avait gueulé contre la pub Aubade, jugée sexiste, et elle avait été retirée de la façade des Galeries Lafayette. Début janvier, on montrait docilement son cul à Yann Moix qui ne nous jugeait pas désirables. »

Et il ajoute, non sans cruauté pour celles-là qu’on voudrait défendre et valoriser:

« S’ensuivirent des démonstrations tout aussi prévisibles, à grands renforts de quinquas célèbres. Marina Foïs compta les mois où Yann la désirerait encore. Passèrent des photos de Sophie Marceau et de Halle Berry, 52 ans aussi. Enora Malagré parla de Julia Roberts. Pour combattre le jeunisme, on montre toujours des femmes qui ne font pas leur âge. D’octogénaires, point. »

 

 

sexisme,misandrie,yann moixPavlov, sors de ce corps!

Dur dur d’être une quinqua. Remarquez, chez les hommes, pour un Clint Eastwood il y a une centaine de Patrick Timsit. Pas très « bandable » si l’on ne choisit que du corps musclé comme une bouchère choisit ses pièces de boeuf.

Sur le site féministe madmoizelle.com on crie au sexisme en ayant l’air de ne pas y toucher. Même si par effet de style l’auteur en fait une affaire personnelle. Exemples:

« Eh bien je dois vous dire que me lever un matin avec la certitude que Yann Moix n’a aucune envie de me faire un cunni, ça n’a pas vraiment gâché ma vie. Rapport que je me demande rarement si un auteur et chroniqueur de 50 piges aurait la gentillesse de vouloir me baiser. »

Et encore, pavlovienne réplique:

« Alors en 2019, je propose qu’on arrête de s’intéresser à ce que le patriarcat pense de nous, qu’on vive notre vie, qu’on baise des gens qui ont envie de nous et qu’on accepte avec joie son premier cheveu blanc. »

Laissez le méchant patriarcat tranquille, c’est juste une affaire d’homme. Ou de femme quand c’est une cougar. Je m’économiserai en délaissant délibérément toute analyse psychologique ou psychosociale de l’écrivain. Le crime de Yann Moix est de toute manière impardonnable: il est homme, mâle quoi. J’ajoute: et blanc, et il a 50 ans. Hop, au bûcher!

 

 

sexisme,misandrie,yann moixQuel sexisme?

Or à quelques jours près, sur C8, Valérie Benaim montrait une vidéo dans laquelle une femme de 56 ans, prénommée Nicole, bien faite de corps et de visage, assume de n’aimer que les jeunes hommes de 25 à 30 ans. Elle précise (replay ici jusqu’au 21 janvier, à partir de 24’45’’):

« Déjà au niveau peau, au niveau corps, je ne sais pas, moi j’aime bien les hommes qui sont musclés, qui ont une prestance… au niveau du muscle ou du maintien qui est importante pour moi. »

Les chroniqueurs et chroniqueuses ont dans l’ensemble trouvé cela sympa pour la femme. Rien à redire. Sauf un homme, qui a fait remarquer que taper sur Yann Moix et valoriser cette Nicole pour le même comportement, c’est du sexisme.

J’ai aussi vu ailleurs cette même remarque. Ce type de faux problème aux relents de police des moeurs finira-t-il par réveiller les hommes sur le sexisme misandre qui s’étale en toute insolence, de plus en plus, dans notre société « égalitaire et sans préjugés ni stéréotypes » ?

 

 

À propos de sexisme je recommande la lecture du livre de Patrick Guillot, « Misogynie, misandrie, il y a deux sexismes ». L’auteur retrace entre autres l’histoire méconnue de la misandrie. Très intéressant, j’en parlerai ultérieurement.

 

 

 

 

 

16:40 Publié dans Féminisme, Philosophie, société | Lien permanent | Commentaires (59) | Tags : sexisme, misandrie, yann moix | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Tout le monde a des goûts concernant le physique et en général s'en sert pour "trier" les partenaires recherchés. A ces idiotes qui s'offusquent de la phrase de Moix, il faudrait leur demander si elles ont des préférences physiques. On veut nous faire croire que les femmes sont plus intelligentes que ça et qu'elles aiment que la beauté intérieure, c'est bien connu.

En ce qui concerne Moix, ça ne me dérange pas qu'il s'en prenne un peu dans la tête cela dit, car c'est un très beau exemplaire de pseudo intello bobo parisien.

Écrit par : Henry | 16 janvier 2019

Ces conneries me font sourire.
Je ne comprends pas ce que les délires féministes peuvent avoir de définitif: elles n'ont jamais rien compris aux hommes (les garçons, eux, sont plus honnêtes: ils avouent franchement ne rien comprendre aux femmes :-)).

Si cela m'est permis, je vais me prendre pour une fois en exemple (ne copiez pas hein): Durant toute ma vie, j'ai eu des relations avec des très grandes différences d'age du genre entre 10 et 25-30 ans: à 18 ans, j'avais une relation torride avec une fille de 33, et à 55 avec une fille de 24. Et entre les deux, ce fut moulte fois le cas.Je connais donc un peu le problème, le seul qu'il y ait: le regard des autres: réprobateur, jaloux, haineux, compréhensif, complice, et j'en passe. Mais globalement j'étais à quelques exceptions près, pardonné d'avance "c'est un artiste, ils ne sont pas comme nous".
ouf! :-). J'aurais été comptable à la Sofico, j'étais socialement mort :-)
(Bon, je ne fréquente pas des débiles non plus, de manière générale, ça aide)

Quelle est le résultat de ces expériences, à l'analyse?
Perso je n'y vois que du positif. La jeune femme aura tendance à être un moteur (On sort? On va voir cette expo? On part en vacances? On..... Et on se dit " oui, tiens, bonne idée, bougeons un peu ce soir - cette semaine - ce mois.
Et les apports sont partagés: elles apportent de nouvelles musiques, de nouveaux livres, une nouvelle vision, et on fait pareil dans un registre qui leur est inconnu. Ce sont les relations les plus enrichissantes qui soient.

Et si un soir elles rentrent déprimées parce qu'elles ont mal vécu quelque chose dans leur travail ou dans leur vie, on les laisse vider leur sac, on leur prépare un thé et on leur pose la question fatale: "bon, tu as fait une erreur, ça s'est mal passé, et on te l'a reproché. Très bien. Mais on s'en fout un peu: tu n'es pas chirurgienne cardiaque, et personne n'est mort. Donc, relativise: tout va bien".
On est là pour ça: c'est sympa de pouvoir se reposer sur un vieux roc, quant tout vacille.

Quant à l'attirance sexuelle, ce n'est pas le plus important, mais c'est un chouette bonus: un sein arrogant et la fesse dure, c'est érotique. Et hélas, l’attraction universelle a un effet délétère au fil du temps sur les parties de tout un chacun, et personne n'y échappe. Même pas moi. Mais ça va: je ne vais pas piquer une crise si une fille me disait "je ne sors pas avec les vieux". Elle a peut-être raison, mais je sais pourquoi elle a surement tort, je viens de l'expliquer! :-)

'Tain de monde d'obtus. Ce qui est réjouissant, c'est qu'à force ils sont en train de perdre toute la sensualité et le plaisir de vivre. Bien fait pour eux (et surtout elles), ils (elles) ne méritent que ça. :-)

Moi ça va plutôt bien, merci!

PDO

Écrit par : PDO | 16 janvier 2019

"Ce qui est réjouissant, c'est qu'à force ils sont en train de perdre toute la sensualité et le plaisir de vivre. Bien fait pour eux (et surtout elles), ils (elles) ne méritent que ça. :-)"

Vous vous réjouissez trop vite, à mon avis. L'homosexualité progresse à pas de géant, surtout chez les femmes. Elles sont de plus en plus nombreuses à se réclamer au moins de la bisexualité et il me semble assez évident qu'elles ont remplacé la relation vieux - jeune du 19ème, avec les vieux beaux tournant autour des danseuses, par les relations inter-ethniques et suivre l'exemple de Heidi Klum ou Adriana Karembeu. Le point important, c'est que les femmes sont devenus des hommes comme les autres et donc indépendantes économiquement. Elles n'ont donc plus besoin d'un vieux pour les entretenir et elles ont le choix...
Bon, artiste, cela ouvre des portes intéressantes aux yeux de nombre d'entre elles, enfin, celles qui veulent devenir artiste...

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Ce buzz dit tellement de choses sur notre époque !
Et Yann Moix s'expose d'une façon tellement imprudente et provocatrice que ça en devient comique, car ça marche. Il y a l'émoi dans les chaumières, on se sent vivre !

Ce n'est pas parce que j'ai 60 ans que cette histoire me fait rire, puisque je ne cherche absolument pas à plaire physiquement à Yann Moix ou quiconque de plus jeune ou de plus vieux.
Ça me fait rire parce qu'on donne de l'importance à ces paroles.
En fait, l'opinion publique adore s'offusquer. Yann Moix est un bon client.
Il vient de sortir un livre intitulé "Rompre", où il décrit les affres par lesquelles il a passé lors de sa dernière rupture sentimentale. Cet homme n'est pas pudique et pire : il ne cultive pas le mystère qui le rendrait un chouia intéressant.

Moix énonce: Elles sont invisibles. ( elles = les femmes de plus de 50 ans)
On en a déjà discuté ici. C'est généralement reconnu, même si ce n'est pas à 100% vrai.

Alors que faire ?
Faut-il taire cette réalité ? Les femmes seraient-elles les seules en droit d'en parler publiquement ?
A-t-on besoin d'être visibles sur la place publique, et de plus : désirables ? Faut-il se lancer dans des opérations lourdes à la Arielle Dombasle ?
Et pourquoi faire ?
Je trouve qu'il est intéressant d'en parler et de découvrir nos présupposés et nos crispations.

Quand j'ai compris que j'étais devenue invisible, j'en ai ressenti une certaine libération.
A ce moment-là, j'ai mesuré combien la "visibilité" avait pu me peser, par instants.

Moix parle du désir physique. Il ne parle pas de la femme dans son entier et n'est pas en train de parler des femmes en général. Il parle de lui-même.
Il a besoin d'être en présence d'une personne avec des caractéristiques physiques bien précises, afin d'être érotiquement inspiré. Je trouve que c'est incroyablement impudique de dire cela ainsi. Il y a aussi l'idée sous-jacente qu'il aurait une pertinence à le faire savoir !
Il sait parfaitement ce qu'il fait, il n'est pas né de la première pluie.
Il veut être visible. Il espère peut-être même voir arriver de charmantes demoiselles correspondant aux critères, avides d'être vues à son bras.

Pour moi, le vrai sujet est : la visibilité est-elle vitale ? L'exposition de nos recoins les plus secrets est-elle désirable ?
Ma réponse provisoire : Pour des gens comme Yann Moix, c'est oui.

Écrit par : Calendula | 17 janvier 2019

Geo

L'homosexualité ne me dérange pas. Statistiquement 10% de la population a pour le moins des pulsions homosexuelles. Et quant à la bisexualité, au moins c'est créatif et ça permet de multiplier les plaisirs. A choisir, j'aurais bien choisi cette option (pourquoi se limiter?) mais hélas on ne choisit pas, on est ce qu'on est. Je reste tristement un hétéro (enfin, tristement, tout dépend de l'échelle des valeurs hein)

Quant à l'homosexualité féminine, elle a toujours été plus que tolérée, voire encouragée, y compris par la gent masculine: coucher avec une fille, ce n'est pas tromper, selon la morale fin 19eme. Et bien des hommes rêvent de faire le troisième (comme à la belote, même si ils doivent faire "le mort" :-)) Vieux fantasme de ce qu'on ne connait pas, un peu sulfureux. Si ils savaient que ce n'est pas vraiment l'éclate et plutôt ennuyeux, je pense que ça leur passerait très vite.

Quant aux étrangers (ou étrangères) pourquoi pas. A chacun son slip une fois encore.

Quant au fait qu'un artiste plaise aux femmes qui veulent devenir artiste, je ne comprend pas trop ce que vous voulez dire. Mais bon... la sinuosité de votre pensée est parfois pleine de mystère à mes yeux. :-)

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

Cher pdo@ Méfiez vous des statistiques en prison tous les hommes ont des relations gays! Et c'est sans doute aussi le cas des femmes! La frontière entre gays/hétéro doit être en fait très très mince!

Écrit par : Dominique Degoumois | 19 janvier 2019

A ces idiotes ...
Délires féministes ...
La jeune femme aura tendance à être un moteur ...
... un sein arrogant et la fesse dure ...

Remettez quelques couches Messieurs parce qu'à cinquante ans on ne vaut plus rien !

Je retourne le sujet : je préfère les hommes plus jeunes parce qu'ils sont créatifs, sortent volontiers - très agréable de les suivre - tandis que les plus de cinquante ans sont fatigués, leurs fesses sont ramollies, tentent en portant des jeans de nous faire croire qu'ils ont un beau corps entretenu dans un fitness - où ils se rendent en voiture et boivent une bière en sortant - ferment la ceinture de leurs pantalons/jean avec quelques difficultés, ... et en plus physiquement c'est incomparable !

Et cerise sur le gâteau : ne sont pas prétentieux avec multiples explications sur tout et rien à la fois !!!

Écrit par : Lise | 17 janvier 2019

Ah Lise, comme vous avez raison!

J'abonde dans votre sens. J'accepterais même de partager avec vous l'exergue que je compte faire graver au dessus de l'huis de ma demeure "honni soit qui mal y pense, et baisez qui vous voulez". Sus donc aux mâles jeunes pour vous: je vous contemple en souriant et vous encourage de la voix au cours de vos pérégrinations créatives:"Lise, cambrez les reins, bon sang!".

J'ignore si vous êtes Suisse, mais leur retenue proverbiale dessert votre argumentation: vous auriez pu préciser "et ils bandent moins souvent, plus mou, voire pas du tout".
Déception, vous n'avez pas soulevé (si j'ose dire) ce lièvre là.

J'en parlais avec mon médecin récemment, qui me posait la question "Et tout va bien de ce côté là"? . Oui merci, moins souvent certes, non à cause d'une capacité physique réduite - ça, pas de souci - mais par une sorte de désintérêt et d'ennui (je rejoins Calendula à ce propos) d'un process trop connu et trop répété. Son commentaire alla dans mon sens "Ben oui, à nos âges et avec la vie que nous avons menée, il en faut beaucoup pour nous impressionner". Sacré diagnostic!

Ensuite, nous échangeâmes des propos rêveurs et malheureusement encore un peu trop utopistes concernant les progrès qui restent à accomplir à la robotique et à l'intelligence artificielle quant à nous proposer des sex dolls à la hauteur de nos attentes.

Imaginez le confort: un jeune homme (pour vous) ou une jeune femme (pour moi) doté(e) d'un port sériel ou on pourrait insérer une carte programme genre "a night at the opera" (ou quoi ce soit d'autre): on disposerait du (de la) compagne parfaite, dotée de connaissances pléthoriques et adaptées, et qui ne produirait pas les insipides commentaires que l'on attend d'une humaine, genre " la violoniste est vraiment habillée n''importe comment, et puis, ses cheveux..." en plein Cosi Fan Tutte.

Isaak Asimov, faites un effort bon sang. Pour moi et pour Lise. :-)
Et vite! A nos âges, ça urge!

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

@ PDO : étant habituée à la discrétion, je n'en dirais pas plus !

Amusez-vous bien :-)

Écrit par : Lise | 17 janvier 2019

Femmes visibles, disparues des radars avec l’âge et devenues invisibles… Françoise Giroud usait d’une autre expression en parlant des « femmes qui ne sont plus sur le marché », le marché de la séduction s’entend. Elle en connaissait un rayon, la belle Françoise, féministe certes, mais sans cesser d’être féminine. Et elle mettait la barre de l’âge bien au-dessus de la cinquantaine. C’était une autre époque. Les féministes d’alors aimaient les hommes (enfin pour la plupart…) et n’avaient pas tourné enragées furibardes vengeresses, à souhaiter voir la gent masculine grossir les rangs des muets du sérail. Claudel a eu cette sortie un jour de bile noire : « Ne vous vengez pas d’une femme, le temps s’en charge pour vous. ». Le temps, il connaissait lui qui avait laissé sa sœur pourrir dans un asile pendant plus de trente ans. L’aphorisme vaut aussi pour les hommes, ils ne sont pas tous tellement fringants passés la soixantaine. L'inéluctable naufrage et la tasse finale sont universellement partagés, seuls les répits diffèrent.

Écrit par : Gislebert | 17 janvier 2019

Gislebert,

Je me sers aussi de cette expression pour les hommes: "plus sur le marché (de la séduction)".

Par ailleurs, l'aphorisme vaut pour les hommes, en effet, et Timsit n'est pas le plus "hors du marché"... :-)
Les répits diffèrent mais aussi les fonctions biologiques. Si 9 hommes sur 10 sont à la guerre et y meurent, il en reste au moins un pour la reproduction, même s'il est âgé.

Écrit par : hommelibre | 17 janvier 2019

" il en reste au moins un pour la reproduction, même s'il est âgé."

Ouais, ben je vous laisse à vos belles illusions.. Faut tomber sur le bon étalon, valide sélectionné . Encore faut-il qu'il puisse bander...Avec tous le prostateux-prostatiques qui traînent leur incontinence et leur impuissance, c'est pas gagné d'avance. Et tout le viagra du monde n'y changera rien. N'est pas Totor qui veut qui troussait ses domestiques à 80 plombes passées. Enfin, à ce qu'il paraît, aucune n'est venue s'en plaindre.

Écrit par : Gislebert | 17 janvier 2019

Calendula,

Moix parle de lui, exactement.
Puisque son livre parle de lui (Rupture) si j'ai bien compris, il me paraît approprié de se livrer dans l'interview. Je le crédite de sincérité.

Il dit les choses telles qu'elles se passent immédiatement en lui, comme nous-mêmes regardons plus certains types de personnes que d'autres.

Cette sincérité, ou cette exposition, sont mal pris dans l'opinion. Il faut sérieusement réfléchir à qui on dit quoi, et garder de la réserve.

Il se profile aussi comme un élément caractériel et névrosé, il le dit lui-même, et au fond se crée une identité sociale de de bad boy, de looser et de torturé. Lui qu'on ne pouvait clairement positionner, qu'on ne voyait pas, on le voit maintenant, on le voit parce qu'on peut le nommer: dragueur de jeunettes, caractériel officiel (il le reconnaît), etc. Il crée sa trace en même temps qu'il se circonscrit lui-même. Avec cet autoportrait peu flatteur il permet de le lire avec distance, donc d'acheter son livre, mais il se permet peut-être d'ajouter une étape dans sa construction personnelle. Je n'exclus pas qu'il puisse devenir plus sage, moins en crise.

L'aspect buzz pour son livre est-il absent? J'en doute. Est-il dominant? Je ne suis pas certain.

L'aspect drague peut aussi être sous-jacent. Auteur sombre, mal dans sa peau chronique, mais célèbre, il devrait susciter de nombreuses vocations chez les femmes qui ont un réflexe d'infirmière. Et il y en a, même des jolies...
:-D

Écrit par : hommelibre | 17 janvier 2019

Calendula@ "Il a besoin d'être en présence d'une personne avec des caractéristiques physiques bien précises, afin d'être érotiquement inspiré. Je trouve que c'est incroyablement impudique de dire cela ainsi. Il y a aussi l'idée sous-jacente qu'il aurait une pertinence à le faire savoir !
Il sait parfaitement ce qu'il fait, il n'est pas né de la première pluie.
Il veut être visible. Il espère peut-être même voir arriver de charmantes demoiselles correspondant aux critères, avides d'être vues à son bras."
Espérons que PDO lira aussi ça, cela semble écrit pour lui d'abord...
Cela dit, l'invisibilité, c'est aussi pour les hommes de 50 ans. Et si des jeunes les regardent, c'est pour leur porte-monnaie ou ce qu'ils pourraient amener dans leur carrière...Je ne vois absolument aucune différence. Sauf que les hommes de plus de 50 ans disposent de réseaux de prostitution très performants pour les satisfaire, solution bien plus rationnelle et meilleur marché que la partenaire peut-être jeune mais que l'on doit se farcir le reste du temps, et à mon avis, c'est pas de la tarte. Ou plutôt si.

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Il a révélé récemment avoir été un enfant battu ?

Écrit par : jean | 17 janvier 2019

@ Jean : dans le dernier "ELLE", YM déclare ceci : j'ai été un enfant battu, maltraité humilié, martyrisé. Je ne dis pas ça pour m'excuser mais c'est la vérité. Aussi en amour, je cherche toujours é recréer des souffrances que j'ai vécues enfant. Je provoque des ruptures qui me font atrocement souffrir et qui me renvoie à l'époque où on me frappait avec une rallonge électrique. Je cherche la rouste.

ELLE du 18 janvier 2019, page 16

Écrit par : Lise | 21 janvier 2019

Hier sur TPMP, Jean-Pierre Mocky, 85 ans, marqué, mais toujours avec sa morgue et sa provocation, et sa manière de dire aux femmes qu'il apprécie: "Elle est baisable".

Marianne James est pas mal non plis (Incroyable talent de la saison 2018), avec quelques sorties pas piquées des vers sur de jeunes et séduisants candidats.

Ça ne me pose aucun problème. J'aime les voir avec cette santé et cette manière d'alimenter le spectacle médiatique avec ce qui dérange, le sexe.

Écrit par : hommelibre | 17 janvier 2019

"J'aime les voir avec cette santé et cette manière d'alimenter le spectacle médiatique avec ce qui dérange, le sexe."
Cela a fait tilt dans ma tête ! On n'est plus en 68, on n'a pas l'impression que le sexe dérange qui que ce soit, sauf par redite et lassitude. Je n'ai vu qu'un seul film porno de ma vie, dans un motel en Italie où je devais passer la nuit, lors d'un convoyage de véhicule pour le Montenegro, du temps de la "guerre" du Kosovo. C'était mortel, et c'est tout. Le sexe, cela se pratique, et avec des partenaires dont on a envie si possible. Les sorties pas piquées des vers des harceleuses ou des harceleurs me paraissent être un signe évident de barbarie, et pas de santé...
Nous ne sommes pas tous les mêmes.

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Je pense que si, le sexe dérange. À nouveau peut-être. En tous cas il fait toujours recette et émois.

" Les sorties pas piquées des vers des harceleuses ou des harceleurs me paraissent être un signe évident de barbarie, et pas de santé...
Nous ne sommes pas tous les mêmes."

Là, c'est sûr que vous et moi ne sommes pas les mêmes. Harceleur, harceleuse, quels gros mots pour des sorties qui font partie de la gaudriole à la française (mais pas que française). Non, je ne partage pas votre jugement.

Écrit par : hommelibre | 17 janvier 2019

Cela dit, l'invisibilité, c'est aussi pour les hommes de 50 ans. Et si des jeunes les regardent, c'est pour leur porte-monnaie ou ce qu'ils pourraient amener dans leur carrière...Je ne vois absolument aucune différence.
-------------------

Mon dieu Geo, je vous ai débusqué, là. Cette critique (gratuite, elle!) concernant les jeunes femmes et hommes qui cèdent aux charmes de quelqu'un de plus âgé.... N'êtes vous pas un descendant du grand Jean de la Fontaine? Dans le registre "elles sont trop vertes et bonnes pour les goujats"???
:-)

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

@ Géo,

L'apect pécuniaire est effectivement une réalité. Rien de moins séduisant que cela. Les histoires de fric me refroidissent illico.

Le fait que certains cherchent à baiser avant tout et à être émoustillés et que d'autres cherchent davantage ( une âme soeur, quelqu'un avec de la conversation ou un/ une complice), cela peut poser des problèmes d'incompréhension.
Et des ratés.
Imaginons une jeune femme aux goûts de luxe qui est d'accord de coucher pour pouvoir obtenir des fringues et it- bags. Elle tombe sur un riche homme de 50 ans qui certes rêve d'une pin- up, mais qui voudrait refaire sa vie avec elle. Il y aura des déçus.
De même une femme de 50 ans ( riche ou pas ) qui tombe amoureuse du jeune homme volage et trop plein d'énergie ?
Même entre personnes du même âge et du même milieu social rien n'est facile.

Alors quand ça marche, il faut se dire qu'on a la chance de vivre l'exception.

Écrit par : Calendula | 17 janvier 2019

A vrai dire, les sorties pas piquées des vers me semblent le fait d'individus sachant qu'ils n'ont aucune chance de séduire et se vengent de cette manière.
Et je parie que vous ne draguez pas de cette manière, vu l'aspect contra-productif...

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Je pourrais parler ainsi entre hommes.

Écrit par : hommelibre | 17 janvier 2019

Et je parie que vous ne draguez pas de cette manière, vu l'aspect contra-productif...
---------------

Je suis dubitatif? cette remarque s'adresse t'elle à moi? Dans le doute je vous réponds, mon cher Geo:
Je ne peux pas vous aider. Je ne sais pas ce que c'est draguer, je n'ai jamais saisi le concept. Et de fait, je ne pratique pas: je serais bien ennuyé de devoir m'y résoudre.
Les choses se passent, se font d'elles-même ....ou pas. "Pas", c'est très bien aussi. Donc de fait, je n'ai jamais connu les affres d'une relation avec quelqu'un d'intéressé. Inconnu au bataillon. Circulez, y'a rien à voir, scrogneugneu!

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

Ah ben, oui, ok, mais cela n'a rien à voir. J'ai plusieurs amis qui visiblement se défoulent quand il n'y a pas de jupon (comme on disait dans les temps préhistoriques...)en vue et je crois que je fais partie du lot aussi.
C'est surtout les soi-disant "pédés"* qui morflent, d'ailleurs. On n'est pas des pédés, c'est un truc de pédé, etc...
Tout ce que l'on n'ose plus dire mais qui est tellement vrai et fait tellement de bien à être dit...
* pédé vient de pédéraste, "qui a des relations de type érotique avec des enfants", qui n'a rien à voir avec la pédophilie, qui aime les enfants comme tous les adultes primates supérieurs sont censés aimer les enfants, d'un amour de type philia, l'amitié, l'amour fraternel ou entre parent et enfant. Encore une hérésie de notre langage courant. Mais bien entendu, ce sont les homosexuels qui sont visés par certains de mes amis, qui ne sont pas homophobes pour autant. Homophobie = peur excessive de son semblable...

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Autrefois on mettait souvent les divorces ou les séparation sur le compte de grandes différences d'âge. Aujourd'hui où plus de la moitié des couples divorcent (sans parler des séparations), cette raison à perdu de sa pertinence.
Pour rester ensemble il faut beaucoup d'amour (au sens très large), du moins lorsque la religion ou les raisons économiques n'enchaînent pas le couple. Et cela peut se trouver entre gens d'âges très éloignés.

Écrit par : Mère-Grand | 17 janvier 2019

@ Mère-Grand : séparation et/ou divorce part/partent toujours du même principe : relations intimes et argent !

Il faut se rappeler qu'à une époque - pas si lointaine - le mari pouvait vider joyeusement le compte bancaire de l'épouse parce qu'il n'avait pas besoin de procuration, le mariage lui donnait ce droit, alors que l'épouse avait besoin à chaque fois d'une procuration.

A cette même époque, les contrats de mariage régissant surtout et principalement les biens de l'épouse étaient très courants, les parents de l'épousée veillaient au grain ... en prévoyant la séparation et la sauvegarde des biens familiaux en prenant contact avec un notaire pour son dit établissement, le futur marié n'avait rien à dire !

Écrit par : Lise | 18 janvier 2019

HL@ Je suis allé faire des courses et au retour, j'ai cru avoir compris : "Je pense que si, le sexe dérange. À nouveau peut-être."
Ce qu'il y a, et qui ressort très fort aujourd'hui (AU JOUR D'HUI...), c'est que la conception des relations sexuelles, du sexe, des hommes et des femmes n'est pas la même. Et les femmes s'expriment bien davantage qu'autrefois sur ce sujet. Nous savons tous que nous n'avons pas les mêmes attentes, le même rythme, etc..."Les hommes aiment pour baiser, les femmes baisent pour être aimées", vieille formule. Qui dit deux choses : un rapport différent à la sexualité, et accessoirement QUI est l'être aimé dans le couple...
PDO@ N'exagérons rien. Vous ne draguez pas mais vous savez poser vos jalons quand il faut. Ne vous fatiguez pas, j'ai toujours fait de même...
C'est pourquoi je me sens très loin de ces "sorties pas piquées des vers"...En fait, je répondais à HL.
Calendula@ "Imaginons une jeune femme aux goûts de luxe qui est d'accord de coucher pour pouvoir obtenir des fringues et it- bags. Elle tombe sur un riche homme de 50 ans qui certes rêve d'une pin- up, mais qui voudrait refaire sa vie avec elle. Il y aura des déçus."
Évidemment. Par contre, beaucoup d'escort-girl sont des étudiantes qui aiment le luxe...Si le monsieur de 50 et plus veut refaire sa vie avec une jeunette, il ira se servir dans le Tiers-Monde. Il y trouvera des millions de belles jeunes femmes qui épouseraient absolument n'importe qui juste pour pouvoir venir en Europe...

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

PDO@ N'exagérons rien. Vous ne draguez pas mais vous savez poser vos jalons quand il faut. Ne vous fatiguez pas, j'ai toujours fait de même...
---------------------
Il n'y a rien poser: il suffit d'être ce qu'on est. Et je médite depuis un bon moment quant à l'impression de cartes de visites, à l'instar de... Qui encore? Courteline? Marcel Aymé? me souviens plu, qui avait fait graver en très jolie cursive sous son nom:
MR X
"Le monsieur n'épouse pas".
J'adore!

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

Cher Homme Libre,
Vous l’avez peut-être compris, j’adore l’humour un peu noir (mais c’est un pessimisme de façade) et l’autodérision salvatrice. Principe premier : ne pas se prendre au sérieux et ne rien trop prendre au sérieux. Ayant gardé des contacts avec des collègues de mes premières amours, j’ai reçu il y a quelques années de l’un d’eux ce corrigé d’une épreuve du bac. Il court depuis sur la toile et peut-être en avez-vous eu connaissance en son temps. Il n’a guère de rapport avec votre thème du jour, encore qu’il s’agisse de l’éternelle histoire des rapports amoureux, mais cette fois d’âge égal… il pourrait amuser vos intervenants, les notions de thermodynamique élémentaire étant simplifiées pour ne pas rebuter les plus allergiques aux sciences physiques. Comme vous êtes vous-même un fin météorologue, la loi de Boyle n’a évidemment aucun secret pour vous.
Bien cordialement.

L'enfer est-il exothermique ou endothermique ?

Voici la version d'une question "bonus" de chimie posée à l'université de Nanterre. La réponse d'un étudiant a été si loufoque que le professeur l'a partagée avec ses collègues, via Internet, et c'est pourquoi vous avez le plaisir de la lire ...

Question Bonus: « l'enfer est-il exothermique ou endothermique »
(1 : évacue la chaleur, 2 : absorbe la chaleur)

La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes. Cependant, un étudiant eut la réponse suivante :

Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le temps. Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer. Je pense que nous pouvons affirmer sans risque qu'une fois entrées en enfer, les âmes n'en ressortiront plus. Du coup aucune âme ne sort.
De même pour le calcul du nombre d'entrées des âmes en enfer, nous devons regarder le fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd'hui.
La plupart de ces religions affirment que si vous n'êtes pas membre de leur religion, vous irez en enfer. Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle, et comme les gens n'appartiennent pas à plus d'une religion, nous pouvons en conclure que toutes les âmes vont en enfer...

Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la Loi de Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent identiques en enfer, le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes ». Par conséquent cela donne deux possibilités :
1) si l'enfer se dilate à une moindre vitesse que l'entrée des âmes en enfer, alors la température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer éclate.
2) si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.

Laquelle choisir ?
Si nous acceptons le postulat de ma camarade de classe Jessica m'ayant affirmé, durant ma première année d'étudiant, «Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi » et tenant compte du fait que j'ai couché avec elle la nuit dernière, alors l'hypothèse doit être vraie. Ainsi, je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé… le corollaire de cette théorie c'est que comme l'enfer a déjà gelé, il s'ensuit qu'il n'accepte plus aucune âme et du coup qu'il n'existe plus... Laissant ainsi seul le Paradis, et prouvant l'existence d'un Etre divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Jessica n'arrêtait pas de crier "Oh.... mon Dieu !...."
(Cet étudiant est le seul ayant reçu la note 20/20)

Écrit par : Gislebert | 17 janvier 2019

"Mon dieu Geo, je vous ai débusqué, là. Cette critique (gratuite, elle!) concernant les jeunes femmes et hommes qui cèdent aux charmes de quelqu'un de plus âgé...."
Je suis en ce moment C dans l'air. Existe-t-il au monde qqn d'aussi franchement laid que Carlos Ghosn ? Je ne le pense pas. Vous avez vu à quoi ressemble sa femme Carole ? Vous pensez qu'elle l'aime pour son charme ? Ou le charme de ses comptes en banque partout dans le monde ?

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Geo, c'est possible que ce soit pour l'argent, le pouvoir, ... tout est possible.

Il est aussi possible que ce soit pour d'autres raisons, complicité, affection, amour, sexe (qui sait, il est peut-être extrêmement performant, plus que ses bagnoles en tout cas...:-))...
Vous avancez des arguments invérifiables, et qui fonctionnent au cas par cas.

Il y a des hommes laids qui ont un charme fou: j'ai un excellent ami qui n'est pas, on peut le qualifier ainsi, un archétype de la beauté classique. Il est même franchement laid. Mais de cette laideur sympathique que nous connaissons tous. Une sorte de grenouille du genre biroutosaure.

Eh bien, il faudrait créer des triples pages à son Outlook vu le manque de place. Et j'ai recueilli maintes confidences de ses dulcinées, qui je consumaient d'amour pour lui.
Au point que j'envisageais de lui demander une participation à mon budget Kleenex utilisé pour consoler ses amoureuses de ruptures ou de manque d'attention et de présence de sa part.

Donc, ne projetez pas vos frustrations personnelles pour en faire une règle générale. On peut qu'en faire un exemple ponctuel, pas une loi gravée dans le marbre.

C'est vraiment un argument de jalousie exacerbée et stérile de dire "les jeunes couchent pour l'argent, les vieux pour le cul". Ca ne se vérifie pas dans la vraie vie. En tout cas pas systématiquement, loin de là.

Amen.

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

"C'est vraiment un argument de jalousie exacerbée et stérile"
Mais je serais jaloux de quoi ? Vous croyez sérieusement à ce que vous dites ? Je vous plains sincèrement de ne pas avoir réussi à échapper à votre addiction mais pour moi, tout va bien, merci.

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

Oui, je crois sincèrement à ce que je dis. Sinon, je ne le dirais pas. Mais rassurez-vous, vous êtes simplement inclus dans un ensemble de gens qui ont cette position. Une sorte de gilets jaunes du relationnel! :-)

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

Les gilets jaunes, c'est un mouvement collectif. Vous vous dites artiste. Le mot-clé d'un artiste, c'est la création. En visitant une expo de sculptures dans ma région (cherchez Bex&Arts), je suis tombé sur une sorte de capsule en bois, très bien fabriquée. Mais totalement inutile.
Les humains fonctionnent me semble-t-il sur beaucoup de schémas mentaux périmés. Par exemple, les religions. Ces représentations, explications du monde et du cosmos datent d'un temps où prêtres et savants étaient les mêmes personnes. On pouvait donc prétendre que tel dieu a crée la Terre et les Cieux et ce genre de choses, personne ne pouvait vous contredire.
Aujourd'hui encore, ces cosmogonies peuplent la tête d'une majorité d'humains alors qu'elles sont totalement irrationnelles. Si ce dieu ou ces dieux existaient, les humains en auraient trouvé une quelconque trace dans leur environnement...
De même, les artistes se fixent sur le schéma premier des créateurs, ceux qui créaient des objets liés à la réalité. Le premier qui a créé un arc, une poterie. Nous ne savons pas à quoi correspondent les dessins des grottes d'il y a 36'000 ans ou plus. L'art africain n'est qu'une vue de l'esprit européen. Pour les sculpteurs africains, il ne s'agit pas d'art. Ce n'est pas ainsi qu'ils voient les choses, en tout cas les sculpteurs macondés rencontrés au Mozambique.

Les seuls vrais artistes de nos jours sont en fait les ingénieurs, qui eux créent réellement des choses ou des concepts qui influent sur le cours de la vie de l'humanité.
Ceux qui aujourd'hui se présentent comme artistes ne sont en fait que des concepteurs d'ersatz de création. Vous avez de la chance que de nombreuses gens sont encore religieux et pensent que les artistes sont des créateurs...
Bonne soirée, PDO.

Écrit par : Géo | 17 janvier 2019

C'est une opinion.
Je ne vais pas plus loin dans le propos, mon travail d'artiste (je n'aime pas le mot il est toujours discutable, ne se vérifie qu'après la mort du héros, et là, je ne suis pas pressé :-). Disons créateur, je préfère.) ne sera jamais discuté sur un site internet, à part quelques rares forums professionnels: c'est un domaine qui appartient à la vraie vie. Pas à un blog ou un réseau plus ou moins social (en général l'appellation devrait être "asocial" plutôt.)
Donc, si on veut voir des ingénieurs comme des artistes, libre à vous.

PDO

Écrit par : PDO | 17 janvier 2019

Oui, oui, c'est ça. Parlez-en dans votre cercle d'initiés...

Écrit par : Géo | 18 janvier 2019

Qu'est ce que vous voulez que je vous dise Geo?
Le seul qui soit vraiment certain de faire de l'art ou pas, c'est le créateur lui-même ( pour autant qu'il soit honnête avec lui-même, ce qui n'est pas toujours joué. Après son oeuvre est lâchée (ou pas) sur le "marché", les gens apprécient ou pas, estiment ou pas sa validité, et toujours (ou presque) en se trompent en surestimant ou sous-estimant.
C'est vraiment un sujet sur lequel il n'y a pas moyen d'évaluer, à part basiquement en disant "j'aime ou pas, je comprends ou pas".

PDO

Écrit par : PDO | 18 janvier 2019

"C'est vraiment un sujet sur lequel il n'y a pas moyen d'évaluer, à part basiquement en disant "j'aime ou pas, je comprends ou pas"."
Cocteau disait : l'art, cela doit faire bander ! Je suis parfaitement d'accord avec ça, même si bander, à 67 ans, hein...
N'empêche : si je dois assister à de pénibles explications d'une espèce de femelle historienne de l'art qui doit m'expliquer pendant des heures que l'artiste en question était pilote de Messerschmidt Me-109, qu'il s'est fait abattre, que des paysans lui ont sauvé la mise en le roulant dans le graisse et le feutre et que depuis, il ne fait que des oeuvres en feutre et graisse, cela m'emmerde au plus haut point.
Vous auriez pu me répondre en termes d'émotions esthétiques. Pour moi, la source de l'art que vous pratiquez (probablement), c'est le fétichisme. Y a un mec qui, au lieu de dessiner des buffles, des cerfs, des chevaux, s'est mis à dessiner une belle femme...Et à partir de là, le déferlement...
Puis est arrivée la photographie. Et Marcel Duchamp et ça : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_(Duchamp)
Les artistes ne recherchent plus le Beau. Donc plus l'émotion esthétique.
Et donc, depuis, me semble-t-il, les artistes recherchent la cote et c'est tout. Tous des Avida dollars...

Écrit par : Géo | 18 janvier 2019

Mon cher Geo, il y a des tas de gens qui disent tout et son contraire. Alors, Cocteau, Duchamp ou l'historienne de l'art féminine ou pas, on s'en tape.

En tant que créateur, on suit sa route, et parfois quelques chemins de traverse. Et on n'a de compte à rendre à personne. Et l'argent n'a rien à voir la dedans: le nombre de créateurs qui sont dans des situations financières difficile mais qui continuent (et là, ouvrez vous oreilles et vos synapses): PARCE QU'ILS NE PEUVENT PAS FAIRE AUTREMENT: C'EST UN BESOIN VITAL ET PROFOND.

Çà peut être beau ou pas, difficile à appréhender ou pas. Si vous n'êtes pas client (dans l'esprit, pas en tant qu'acheteur) c'est votre problème dans le dialogue avec l'oeuvre. Quant vous aurez l'occasion de la voir ou de l'entendre, l'auteur sera passé à autre chose depuis longtemps.

PDO

Écrit par : PDO | 18 janvier 2019

Le pas suivant, mon "cher" PDO, c'est de nous donner un lien montrant vos oeuvres. Sinon, je crois qu'on a fait le tour de la question.

Écrit par : Géo | 18 janvier 2019

Le pas suivant, mon "cher" PDO, c'est de nous donner un lien montrant vos oeuvres
------------------------

Faut arrêter la fumette là! :-)
Mais je suis d'accord, on a fait le tour de la question.

PDO

Écrit par : PDO | 18 janvier 2019

Je me répète, mais pourquoi être si critique envers quelqu'un qui n'a pas pu s'empêcher d'exposer ses limites?

Écrit par : Mère-Grand | 19 janvier 2019

"Faut arrêter la fumette là! :-)"
De quoi avez-vous peur ? Je suis presque sûr que vous êtes meilleur artistiquement parlant que dans vos commentaires. D'ailleurs, ce ne serait pas difficile...et le contraire serait vraiment étonnant.
Et puis bon, un artiste, cela expose et donc s'expose.

Écrit par : Géo | 19 janvier 2019

Je suis partisan des vernissages sur invitation. Pas de chance Geo, il n'en reste plus.
:-)

PDO

Écrit par : PDO | 19 janvier 2019

Voici à tout hasard l'avis de Houellebecq, page 298 de Sérotonine :
"Elle serait libre alors, à nouveau libre et seule - mais elle aurait cinquante ans déjà, et pour elle bien évidemment il serait trop tard, quant à moi n'en parlons pas, j'étais déjà à peine vivant, je serais dans quinze ans plus que largement mort."
Cela a été écrit avant les déclarations de Moix...

Écrit par : Géo | 19 janvier 2019

Bonjour,

Je suis rarement en accord avec vos opinions sur votre blog de manière générale, mais sur ce point je vous donne raison. Chacun a ses goûts. D’ailleurs une belle citation que j’ai choisie avec soins résume parfaitement ma pensée : la beauté c’est ce qui plait sans concepts. Que les femmes d’un certain âge se rassure, il y aura toujours des hommes pour les aimer, et vice versa pour les hommes vieux, il y aura toujours des femmes pour leur trouver un charme. Tous les goûts sont dans la nature, que personne ne s’affole... nous sommes tous tellement singulier, la préférence pour des individus plus jeunes n’est pas une histoire de sexe, mais une histoire de personnalité... de singularité...
Bien à vous

Écrit par : Une jeune femme de passage | 19 janvier 2019

"Je suis partisan des vernissages sur invitation. Pas de chance Geo, il n'en reste plus."
Et vous n'avez pas un site web qui ferait office de catalogue de votre oeuvre ? Vous devriez...

Écrit par : Géo | 19 janvier 2019

Vous êtes un tant soit peu obsessif mon cher Geo.
Je vous rassure j'ai un site. Et le pouvoir de ne pas vous inviter à le visiter. Je suis sélectif à ce propos. C'est un peu pour ça que je ne fais rien pour le référencer.
De toute manière, vous n'y comprendriez rien. Et de vous à moi, le seul but que vous auriez à le visiter est de le critiquer gratuitement ou non.
Et comme votre avis m'est indifférent, mais aussi inutile, je ne vois aucune raison de transmettre le lien.
:-)

PDO

Écrit par : PDO | 19 janvier 2019

"Et de vous à moi, le seul but que vous auriez à le visiter est de le critiquer gratuitement ou non." Non, là, vous vous gourez complétement. Dans le pire des cas, si cela me déplaisait, je me serais simplement abstenu.
Et je crois que je me serais aussi abstenu dans le cas contraire.
Simplement, cela aurait été intéressant de voir les oeuvres de qqn qui s'exprime comme vous. Mais je comprends parfaitement que vous ne vouliez pas participer à l'expérience, tant pis pour nous.

Écrit par : Géo | 20 janvier 2019

Navré et mes excuses aux participants de cette discussion. Çà a franchement dévié.
Mais Géo a un petit côté addictif, c'est difficile d'y résister (Encore que je me suis vachement maîtrisé :-))

PDO

Écrit par : PDO | 20 janvier 2019

HL@ Cela ne s'améliore pas. Aujourd'hui, dans le Matin dimanche, on nous parle des nouvelles féministes qui nous préparent une grève. Parmi elles, une Genevoise, Manuela Honegger, politologue et politicienne, 37 ans, qui nous prétend que "En Suisse, le revenu annuel à disposition des femmes est de 108 milliards de francs inférieur à celui des hommes"...
La Suisse, huit millions d'habitants, deux millions qui travaillent. Donc un million de femmes et un million d'hommes, plus ou moins. Donc un différentiel de 108'000 frs par personne. On ne parle pas de salaire, mais de différence de salaire! Et cette femme est politologue. Bon, à Genève. Ils ne sont pas très exigeants, dans leurs universités chez vous...

Écrit par : Géo | 20 janvier 2019

Géo, provocateur si prévisible… J’attendais la vanne hebdomadaire contre notre Alma Mater, cela n’a pas manqué. Pour y avoir œuvré pendant plus d’une quinzaine d’années comme enseignant, si je n’ai pas la prétention d’affirmer que nous étions des aigles (comme sur les armoiries), je n’ai pas non plus gardé le souvenir que nous étions si tocards. Nous avions même de bons contacts avec les confrères du Chuv ou de Suisse alémanique. Ils ne devaient sûrement pas être très exigeants...

Écrit par : Gislebert | 20 janvier 2019

Je vois, Degoumois, que le carcéral ça vous connaît...

Écrit par : absolom | 20 janvier 2019

Vous êtes un peu chatouilleux sur l'honneur de la Faculté de médecine, Gislebert ? Ce n'est pourtant pas elle qui est en cause, que je sache. Et bon, il ne faut pas tout prendre au 1er degré...et ne me demandez pas de mettre des émoticônes, j'aurais l'impression de prendre mes interlocuteurs pour des cons.

Écrit par : Géo | 21 janvier 2019

"(...) j'aurais l'impression de prendre mes interlocuteurs pour des cons."

Ce que vous ne faites jamais, Géo, loin de moi cette idée !

Écrit par : Gislebert | 22 janvier 2019

Jamais de chez jamais, Gislebert. Comment pourriez-vous en douter ?

Écrit par : Géo | 22 janvier 2019

Bonjour Lise,

La citation de Moix est intéressante, merci de l'avoir postée.
On aime ou non l'homme d'après ce qu'on voit de lui à la télé. Je veux bien voir dans ses propos une tentative d'honnêteté et de transparence, d'explication de lui pour le public. Pourquoi pas? La littérature n'est pas avare des confidences parfois très intimes d'auteurs célèbres.

En même temps la télé est un spectacle, et j'ai le sentiment qu'il se crée un personnage médiatique de mal-aimé. C'est aussi une forme de promo commerciale.

Cet aveu est possiblement à mettre en lien avec la psychanalyse qu'il dit avoir suivie. C'est un dogme dans cette thérapie: relier les problèmes de l'adulte aux traumatismes de l'enfance. Sur cette question je ne dis pas non de manière catégorique mais j'ai des doutes. Je tend à penser que nos forces et faiblesses préexistent aux événements et que ceux-ci les révèlent et éventuellement les amplifient plus qu'ils ne les engendrent.

Écrit par : hommelibre | 21 janvier 2019

@ Hommelibre : merci pour votre réponse.

Dans cet entretien YM déclare aussi : "... je suis aussi atteint du syndrome de Peter Pan, je ne veux pas grandir ...", plus loin "... les femmes de 50 ans ne m'attirent pas car elles me trouvent souvent ado trop attardé ...".

Et encore "Beaucoup de femmes dont j'ai été amoureux ne correspondaient pas du tout au critère de beauté de notre époque. ... Ce sont en général des femmes qui me tiennent tête, me rabrouent, n'aiment pas mes livres".

Hommelibre : Votre dernière phrase sonne très juste !

Écrit par : Lise | 21 janvier 2019

Les commentaires sont fermés.