28 novembre 2018

Ceux d’en bas

C’est ainsi que certains se désignent. Les gens d’en bas, le peuple d’en bas. C’est une image constitutive de l’Histoire humaine. Le haut, la brillance, le pouvoir, l’argent. Le passager.


giletsjaunes-01.jpgEt le bas, l’obscur, le rouage invisible. Le périphérique. Le cheval.

Parmi eux des FI, des RN, des riens, des visages vrais, pas forcément aussi beaux que ceux qu’on voit à la télévision parisienne française. La télé où tout est joli, riche et beau. Où tout va bien. Où tout est mise en scène. Le monde d’en haut.

Aujourd’hui en France certains d’en bas, nombreux, prennent un bout de pouvoir. La parole, d’abord. Une parole directe, concrète. Ils parlent d’eux, du combat quotidien pour arriver au bout du mois. Ils ne demandent pas la lune. Ils demandent à être pris en compte.

La parole ils l’ont beaucoup sur TPMP. C’est parfois brouillon, parfois précis. Certains ruissellent d’enthousiasme. D’autre parlent de colère et d’injustice. Chez eux, la Rolex de Séguéla n’est pas digérée. D’autres, même très jeunes, ont déjà le ton, la posture et les mots de l’oppression. Parmi ces derniers on repère déjà celles et ceux qui brigueront un poste dans un cabinet ministériels, ou plus pour les plus audacieux.

On y passe tous. On commence par revivre l’imprégnation humaine avant d’en prendre conscience. Je ne juge pas. Il faut aller au charbon avec ses rêves et son ambition, et avec sa faim. Avec sa faim. C’est ainsi que nous apprenons à connaître ce dont nous sommes faits. Et eux ne sont faits que d’eux-mêmes. Ils n’ont pas de formation rhétorique, pas de visages apprêtés. Leurs habits sont simples. Ils cherchent leurs mots.

Et puis, c’est important: ils se contredisent. Ici on veut la démission de Macron, là la dissolution de l’Assemblée, ailleurs seulement une meilleure répartition des richesses. À la caméra certains assurent que c’est une révolution. Je n’en suis pas sûr. Mais tant qu’ils se contredisent tout est ouvert.

Ils sont de gauche, de droite, de partout. Ils sont peu et beaucoup. Ils peuvent se casser la gueule. Le Mélenchon les dispute à la Marine. Edouard Philippe y voit la main du diable d’extrême-droite. Marrant de la part d’une tête qu’on n’a pas envie de rencontrer au coin d’un bois. D’autres réclament la 6ème République. Ils sont hétéroclites mais réalisent la convergence des luttes.

Je n’ai pas d’avis sur les gilets jaunes mais une sympathie. Peut-être à cause de la candeur qui se mêle à leur détresse (même si la détresse seule suffirait). Et pour la fraîcheur qu’ils dispensent en ce moment dans le débat français. Pas d’idéologie. Pas encore. Après on verra.  

Le haut et le bas. Il faudra y revenir, y repenser encore.

 

 

 

00:00 | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Ceux d'en bas? C'est Jésus qui a commencé, quand il a déclaré aux pharisiens: «Vous, vous êtes d'en bas; moi, je suis d'en haut»” (Jean 8:23; Vulgate: "Et dicebat eis: Vos de deorsum estis, ego de supernis sum").

Écrit par : Mario Jelmini | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Les gilets jaunes sont traités avec un mélange de condescendance et me mépris par le gouvernement. Macron fait tout pour les éviter. C'est sa tactique lors de mouvement sociaux... faire l'autruche et laisser passer la tempête. Ses ministres sont tout autant déconnectés et déconcertants.

Les partis ne savent pas trop comment se positionner face à cette jacquerie. Les extrêmes essaient de se positionner. J'ai l'impression que le droite dure y est bien représentée, mais la FI également dans les zones urbaines. Par contre les anarchistes de gauche et autres NPA ne semblent pas y adhérer. Les gauchistes préfèrent se mobiliser que pour leurs traditionnelles manifs organisées par leurs organisations, qui ne servent à rien. Ils sont tellement sectaire, qu'il leur est impossible de participer à un mouvement aussi spontané et réellement populaire que les gilets jaunes.

Quand aux syndicats, c'est le quasi silence. FO est en pleine crise interne. Ce syndicat est tellement fragilisé qu'il n'arrive pas à prendre une vraie posture. Certaines sections appuient officiellement les gilets. La CGT est à mettre dans la même catégorie que les gauchistes sectaires, donc ils ne soutiennent pas les gilets. La CFDT souhaite plutôt inciter au dialogue. Mais ils sont rejetés par les manifestants.

Toutes les observateurs ont bien vu les grossières manipulation des médias, qui tentent de faire passer ces gilets jaunes pour des chemises brunes. C'est assez navrant. Beaucoup de femmes sont présentes sur les barrages, dont beaucoup de retraitées. Des gens qui vivent avec moins de 1'000 euros par mois. On est très loin des bottes et des cranes rasés en manque de bastonnade.

Le mouvement faibli un peu. Mais le mécontentement est profond dans la population. Le prix du pétrole ne risque pas de diminuer, celui de l’électricité non plus. Donc les choses ne risquent pas de s'améliorer pour les gens d'en bas. Les politiques et autres organisations ont perdu leur crédibilité. A mon sens, on risque de voir apparaître un homme providentiel d'ici 2-3 ans, probablement issu du monde du spectacle. C'est certainement lui qui sera amené à prendre les reines du pouvoir.

Écrit par : Riro | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ Michel Sommer
Les paroles attribuées à Jésus - que celui-ci les ait réellement prononcées ou non - sont consignées dans les Évangiles. Or les Évangiles ont été rédigés en grec ancien, pas en araméen.
Pour vous faire plaisir, voici le texte authentique de Jean 8:23 :
Καὶ εἶπεν (N εἶπεν → ἔλεγεν) αὐτοῖς, Ὑμεῖς ἐκ τῶν κάτω ἐστέ, ἐγὼ ἐκ τῶν ἄνω εἰμί: ὑμεῖς ἐκ τοῦ (N τοῦ κόσμου τούτου ἐστέ → τούτου τοῦ κόσμου ἐστέ) κόσμου τούτου ἐστέ, ἐγὼ οὐκ εἰμὶ ἐκ τοῦ κόσμου τούτου.
Si j'ai cité la traduction de la Vulgate, c'est que j'avais dans l'idée que l'alphabet grec ne passerait pas sur cette plateforme. Je constate que je m'étais trompé.

Écrit par : Mario Jelmini | 28 novembre 2018

(...) "Et dicebat eis: Vos de deorsum estis, ego de supernis sum").

Je croyais que Jésus parlait araméen ?...

Écrit par : Michel Sommer | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ Michel Sommer
Qu'il les ait réellement prononcées ou pas, les paroles de Jésus sont rapportées dans les Évangiles. Or les Évangiles ont été rédigés en grec ancien, pas en araméen.
Pour vous faire plaisir, voici le texte original de Jean 8:23 :
Καὶ εἶπεν (N εἶπεν → ἔλεγεν) αὐτοῖς, Ὑμεῖς ἐκ τῶν κάτω ἐστέ, ἐγὼ ἐκ τῶν ἄνω εἰμί: ὑμεῖς ἐκ τοῦ (N τοῦ κόσμου τούτου ἐστέ → τούτου τοῦ κόσμου ἐστέ) κόσμου τούτου ἐστέ, ἐγὼ οὐκ εἰμὶ ἐκ τοῦ κόσμου τούτου.
Si j'ai cité la Vulgate c'est parce que j'avais dans l'idée que les caractères grecs ne passeraient pas sur cette plateforme. Je constate que je m'étais trompé.

Écrit par : Mario Jelmini | 28 novembre 2018

Bien dit @Riro :"(...)A mon sens, on risque de voir apparaître un homme providentiel (ndr:en France) d'ici 2-3 ans, probablement issu du monde du spectacle(...).

Il y en aurait peut être trois quatre du monde du spectacle: Hollande, Zemmour, BHL ou Dr Kouchner, spécialistes des guerres extra-territoriales car quand la guerre va tout va bien (à Genève on dit ça sur le bâtiment...comme quoi..) . Pour Mme S. Royal, ils vont lui barrer la route et en plus c est une Femme donc son affaire est floue et quand c est flou, il y a le loup, selon eux!

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Vous parlez bien M. Homme Libre de ceux d en bas. En passant, c est un terme lancé lors de la révolution mexicaine de laquelle le moteur réel venait d en bas.

Dans la même veine, il y a un proverbe libanais qui dit: Personne ne pourrait savoir mieux ce qui se passe chez ceux d en bas. Seuls leurs souliers se rendent compte les premiers que le bas est bien percé.

Sur ce, Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

"Jésus d'en haut"… par Mario Jelmini 28 novembre 2O18

Deux ou trois versets après Jean 8:23 Jésus précise que d'"en haut" signifie pas de ce monde, lui n'est pas de ce monde, les pharisiens, selon lui, Jésus, si.

Ce monde où "tout est vanité" est dénoncé dans l'ensemble des évangiles.
la "gloire" du père telle qu'enseignée par Jésus n'est certainement pas à l'image de la gloire de ce monde.

Historiquement les pharisiens "éclairés et tolérants" étaient respectés du peuple. les sadducéens, en revanche, étaient arrogants et le peuple ne les appréciaient pas.
Il est possible de ne pas quitter notre époque pour repérer qui, de l'ensemble des "premiers de cordée" méprise son peuple!

Il existe, retenu par Le Vatican mais authentifié avec complicités internes un Evangile essénien de Jésus (Bordeaux-Szekeli)

La rogne récurrente apparaissant comme celle de Jésus (tel que "rédigé par des scribes" après sa mort) à l'égard des pharisiens) pourrait s'expliquer par l'influence des esséniens qui n'appréciaient pas les pharisiens mais les évangiles font dire à Jésus que, précisément, les scribes le trahiront.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Macron et les autres bobos savent très bien que ce n'est pas un comportement environnement des Français, ni même des Européens (même pas tous) qui sauvera la planète, face aux géants mondiaux de la pollution. Il est prêt à sacrifier une partie économiquement fragile de sa population pour pouvoir se présenter comme le sauveur du monde.
La voiture étant devenu le symbole de la pollution mondiale au yeux de tout ceux qui ne l'aiment pas ou n'en ont pas besoin, il n'est même plus besoin d'évaluer la proportion de la pollution dont elle est la cause et de se tourner vers les pires responsables. Et pendant ce temps tous ceux qui ont les moyens utilisent une ou plusieurs voitures pour leurs besoins, qui seraient considérés comme non essentiels s'il s'agissait des "gens d'en bas", même Nicolas Hulot.

Écrit par : Mère-Grand | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

C'est plus que jamais une France clivée entre le business du secteur tertiaire (77% de l'économie française), grand consommateur d'énergie, gérée à la Défense et hyper mondialisée; et les alleutiers des régions, étouffés par les réglementations et les standardisations bruxelloise, délaissé par l'administration centralisée, mais parmi-eux, ceux qui font vivre l'image de la France et ses terroirs, et aussi une partie de la France astucieuse qui s'adapte et se réinvente à travers sa multitude de PME pourvoyeuses d'emplois locaux, bref, les vilains et les serfs taxables à merci !

Ceux d'en-bas, c'est le tissus, la chair du pays, qui valent curieusement bien moins que des réfugiés, nouvelle classe aimée de la mondialisation !

Il serait peut être temps de se montrer moins soumis à cette mondialisation parasites.

Écrit par : aoki | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

A recommander le Marianne présent de cette semaine abordant la fracture française tant économique que sociale (écoles, travail maternités et hôpitaux, trains supprimés, bureaux de poste... avec l'épuisement du personnel infirmier, la peur au ventre des profs des zones désertées par les forces de l'ordre etc.) l'opulence des uns aux villes "rutilantes"... l'éloignement des campagnes aux agriculteurs désespérés ainsi que les gangs de pillards et maffia minant ces campagnes… raison d'être des gilets jaunes prémisses d'une nouvelle Révolution sans aucun doute sanglante et comme passant à côté si les successeurs des "premiers de cordée" d'aujourd'hui n'ont pas changé de mentalité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

@Myriam Belakovsky,
Une remarque peu importante...bien que. Marianne (la revue pas Corto donc!) avec sa nouvelle robe de Natacha Pologny et le noeud papillon du milliardaire tchèque qui acheté en vrac ou au kilo cette revue, Marianne, ne correspondent pas à la bonne et excellente ancienne lignée de Jean François Kahn, son fondateur..

Toutefois, il y a encore, pour combien de temps avant la peau de chagrin ou celle d extrême droite sur Marianne, quelques articles de bon niveau... Je me le demande ...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28 novembre 2018

Riro@ Contre-sens dans votre analyse : les gauchistes se feraient jeter par les gilets jaunes s'ils voulaient mettre la main sur le mouvement et même s'ils sont aussi cons en France que partout ailleurs, ils s'en rendent compte. Idem pour la GGT.
"les grossières manipulation des médias, qui tentent de faire passer ces gilets jaunes pour des chemises brunes." Jean-Noël Cuénod y participe, sur cette plateforme.

Écrit par : Géo | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ Charles O5

Quand "on se le demande", Charles O5, il faut prendre le temps de s'informer.
Et de s'informer à bonne source.

Les journalistes dans leur ensemble n'ont pas quitté MARIANNE et Jean-François Kahn sur plusieurs pages s'y exprime parfois ce qu'il ne ferait pas en cas de trahison d'objectifs ou d'orientation de MARIANNE.

Il s'agit sans mentir mais avec habileté et psychologie de ne pas faire perdre droit de cité à cette excellente publication.

Il est intéressant pour vous, Charles O5, de chercher à savoir pourquoi vous avez commis un commentaire sans argumentation sérieuse.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

@Myrianm Belakovsky,

Tout d abord, je me permets de vous dire que je suis un fan du très respectueux J.F.Kahn.

Depuis belle lurette, J.F.Kahn n a plus écrit, hélas mille fois, dans Marianne 2. Si vous avez en mémoire un de ses articles récents, je suis preneur.

De surcroît que depuis 2013, quand il a passé la main à Joseph-Macé-Sacron, il n a plus trop écrit car selon lui (sa déclaration d Avril 2018) Marianne s est orientée très à gauche et que s il n était pas un des fondateurs, il n aurait pas été publié une seule fois.

En tout état de cause, depuis l achat à 90% de Marianne en 2018 par un milliardaire tchèque et la nomination de Mme Pologny comme cheffe de la rédac, je crois que cette revue est entrain de faire 180 degrés vers la droite droite, chose très "normale" me diriez-vous...

Malgré votre ton énervé et belliqueux, je vous dis que je n aime pas ni les milliardaires proprios de mé(r)dias ni Pologny non plus ( ses articles me saoulent, elle parle trop ...et elle est de droite droite). Elle a du succès, peut être quand elle est à la Téloche (son et image) mais pas assez ni à la radio ni par ses écrits, pourquoi à votre avis? Je dis cela, je ne dis rien.

In fine, je me suis désabonné depuis l arrivée de la nouvelle direction il y a qqs mois et je vois, mais peut être que je me trompe, que le niveau ne me plait plus et je ne suis pas le seul. Pas d accord de dépenser mon fric pour ni Pologny ni ce milliardaire...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

A M. Jelmini

C'et donc bien ce que je disais : Jésus parlait araméen ; que les Évangiles aient été rédigés en grec ancien n'y change rien !

Écrit par : Michel Sommer | 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Nous le savons tous, M. Sommer: Jésus s'exprimait en araméen. Mais tous les propos qu'il a prononcés ou est censé avoir prononcés ne nous sont pas parvenus en araméen mais bien en grec ancien. Voilà pourquoi, lorsque j'ai cité Jean 8:23 («Vous, vous êtes d'en bas; moi, je suis d'en haut»”), je n'ai pas utilisé l'araméen mais la traduction du grec en français, que j'ai complétée par la traduction du grec en latin, étant persuadé que vous compreniez le latin mais l'étant moins que vous compreniez le grec ancien.
Avec toute ma sympathie, M. Sommer.

Écrit par : Mario Jelmini | 29 novembre 2018

Ceux d'en bas... Voilà que ce cher Thévoz Topo nous sert un billet de son crû sur les Yéniches. J'envoie un commentaire qui dit en gros que ce que nous aimerions tous savoir, c'est la sourde de leurs revenus. Plus personne n'a besoin de rémouleur de nos jours, ou bien ? Et devinez quoi ? Surprise des surprises, il ne publie pas mon commentaire. Étonnant, non ?

Écrit par : Géo | 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

"ce que nous aimerions tous savoir, c'est la sourde de leurs revenus ..... Surprise des surprises, il ne publie pas mon commentaire."
Il a simplement fait la SOURDE oreille. Un des deux (ou les deux) a manifestement fait un lapsus, freudien ou autre.

Écrit par : Mère-Grand | 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ceux d en bas et ceux d en haut...

Ne dit-on pas qu "En bas, c est le pouvoir des ténèbres et en haut, les ténèbres du pouvoir" ?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.