07 novembre 2018

Géraldine Savary : la chute d’une étoile

Sous le feu des critiques depuis des mois la socialiste met fin à sa carrière politique. Le Temps  résume aujourd’hui l’affaire qui a fragilisé l’élue. Et pointe une erreur ou omission dans le fait de ne pas avoir déclaré tous les montants reçus du milliardaire Paulsen.


géraldine savary,socialiste,paulsen,étoileLa loi suffit

« Contrairement à ce qui avait été prétendu officiellement, la totalité des dons versés par Frederik Paulsen dépassait la limite autorisée par le règlement interne du parti. Un «oubli» qui a dû peser lourd. »

Le dépassement ne serait de quelques milliers de francs. Certes, la loi est la loi, mais il n’y a pas de montants astronomiques. Il n’y aurait probablement même pas de quoi payer une pleine page de pub dans Le Matin.

Cependant et depuis des mois, madame Savary subissait les critiques de son parti autant que de ses adversaires. Sa proximité avec un milliardaire était forcément suspecte pour un parti qui, sans avoir fait voeu de pauvreté, garde sous la main ses épouvantails de classe.

Un milliardaire ne peut pas être honnête, respectable et fréquentable. L’amour du prochain a ses limites. Difficile d’aimer tout le monde et d’être inclusif avec ces gens-là. Il est contraire à l’ADN socialiste de frayer avec lui, et plus encore d’accepter son argent.

Bien sûr, bien sûr. Mais comment faire la part des choses entre suspicion légitime et procès d’intention? Je me méfie des gens trop parfaits et exemplaires, et heureusement Géraldine Savary ne l’est pas – ce qui n’ôte rien à ses compétences et qualités. La loi suffit, pas besoin d’ajouter des couches moralisatrices.

On peut aussi craindre que la richesse de l’un ne trouble l’autre et lui donne des envies de luxe et, partant, ne l’inspire à commettre des irrégularités.

 

 

géraldine savary,socialiste,paulsen,étoileCoupe-coupe

Car nous sommes potentiellement tous pareils. La soumission à la puissance de l’argent guette. Pourtant, à ma connaissance, la politicienne n’est pas habituellement cible de ce genre d’attaques.

On lui reproche aussi le fait que le milliardaire est un pro-Poutine, un proche du diable, quoi, dans la mythologie urbaine moderne. Et pire que tout: Paulsen a bénéficié d’un forfait fiscal, délit (presque) ultime pour la gauche qui en combat le principe.

D’ailleurs Géraldine Savary elle-même qualifiait le forfait fiscal d’impôt suranné et d’inégalité de traitement. Elle disait elle-même que son engagement contre ces forfaits était important. C’était en 2014. Chacun ses contradictions...

Je ne sais rien de plus que ce que rapporte la presse. Mais je me demande: le seul point litigieux, soit le dépassement du montant autorisé pour des dons de campagne, devait-il être réglé plus rapidement? Et dans ce cas, la charismatique étoile socialiste aurait-elle quand-même renoncé? Je n’en sais rien. Une élue qui reçoit de l’argent de campagne et se fait payer des voyages par un administré qu’elle combat par ailleurs, c’est forcément troublant. Même si la justice n’a rien trouvé d’illégal dans le financement de ces voyages.

Dans l’ambiance actuelle où tant de coupeurs de têtes et de coupeuses de couilles tiennent le haut du pavé, elle a préféré tirer sa révérence. 

Je ne me prononce pas sur ses amitiés. Cependant je me demande si l’affaire valait le retrait de cette femme de caractère. Sauf pour en tirer une leçon: un élu ou une élue ne devrait plus jamais accepter qu’un administré prenne en charge des frais d’ordre privé. Même pas une tisane.

 

 

 

09:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : géraldine savary, socialiste, paulsen, étoile | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

C'est étrange, les socialos sont scandalisés par les versements anonymes aux autres partis mais, eux, ils ne se gênent pas. La battage fait par ces élus gauchos concernant le voyage de Maudet devient ridicule quand on découvre qu'ils mettent non pas la doigt mais toute la main dans la confiture ! Pour ce qui est de Mme. Savary, ce n'est qu'une socialo de moins, alors tant mieux !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ Yvan Descloux-Rouiller : votre dernière phrase est totalement déplacée à l'égard de Mme Savary !

Hommelibre pose la question dans son dernier paragraphe et je pense que, du point de vue éthique, Mme Savary a pris la bonne décision. En revanche, je la regrette car c'est une femme qui a discours clair et précis, travaille beaucoup et défend les principes de son parti.

Écrit par : Lise | 07 novembre 2018

C'est fou ça, les socialos adorent les milliardaires tant à Genève qu'à Lausanne! Guitry fait dire à Talleyrand dans "Le diable boiteux" -L'argent apaise les consciences!!!! C'est assez vrai!

Écrit par : Dominique Degoumois | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'arrivé au pouvoir, chacun est confronté à ses petits privilèges, qui au fond semblent naturels – ou que l'on veut voir comme naturels. Ce ne sont pas des pots de vin, ce sont des petites soumissions à l'autorité pour lui plaire et attirer sa bienveillance. C'est normal dans toutes les négociations et l'on doit prêter à l'élu ou l'élue la capacité à préserver son indépendance tant que la justice n'a pas démontré de gains personnels illégitimes.

Le pouvoir touche en nous les mêmes sentiments de puissance et de droits divers. L'entourage, qui dépend directement du pouvoir, y encourage. Le privilège est d'ailleurs une des marques du pouvoir absolu.

Quand ils n'auront plus de mandat plus personne ne les invitera en Andalousie ou dans l'Orient de rêve.

Écrit par : hommelibre | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Lise, je ne vois pas ce qui est déplacé dans ma phrase. Je confirme que moins il y aura de socialos élus mieux la démocratie sera respectée. Pour votre info je vous rappelle que le PS combat la démocratie et soutient uniquement le totalitarisme ! Le jour où les camarades socialos entonneront l'Hymne National Suisse plutôt que l'Internationale il y aura un tsunami dans la rade de Genève !!!

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Etonnant les explications de Savary qui prétend avoir oublier d'informer son parti du pognon que lui a refilé le milliardaire russe ! Est-elle atteinte d'Alzheimer précoce ? Ou bien, comme d'autres, elle n'est pas honnête ! Je penche pour cette idée typiquement gauchiste

Écrit par : Sheila Lutfinal | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Le pire, c'est qu'elle sera remplacée par pire qu'elle. C'est ça la mauvaise nouvelle.

Écrit par : petard | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Au moins, avec ses doigts englués dans le pot de confiture, son pouvoir de nuisance était amoindri.
Faut reconnaître que dans ce sens, la petite corruption a du bon.

Écrit par : petard | 07 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Comment ces gens avec des salaires aussi importants, ne sont pas capables de sortir quelques milliers de francs pour une campagne électorale. Recordon avocat et elle en ménage avec un homme qui est aussi payer grassement par les deniers publiques.
C'est effarant et il faut que la purge se fasse jusqu'au bout. Quand on pense que ces gens-là, dans le même temps, demandaient la transparence des comptes de campagne.....pour les autres bien sûr, mais pas pour soi!
A mourir de rire! Pas capable de payer soi-même 500.-- pour un voyage à Grenade, bien que je doute sérieusement du faible montant!

Écrit par : Corélande | 08 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Les problèmes des élus-es vaudois, genevois devraient permettre de remettre en cause la totalité des élus-es de toutes les communes, cantons et confédération concernant leurs dépenses personnelles et tout doit être examiné par la justice. Il est grand temps de nettoyer les écuries d'Augias !

Écrit par : Adhemar Aukardetour | 08 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Les problèmes des élus-es vaudois, genevois devraient permettre de remettre en cause la totalité des élus-es de toutes les communes, cantons et confédération concernant leurs dépenses personnelles et tout doit être examiné par la justice. Il est grand temps de nettoyer les écuries d'Augias ! Les citoyens ne doivent plus êtres les victimes des "erreurs" des responsables politiques. Un grand coup de balai est nécessaire dans tous les partis afin que la crédibilité revienne. Sinon la démocratie sera bafouée.

Écrit par : Adhemar Aukardetour | 08 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Une étoile filante qui ne perd pas en intensité. Elle a bien fait.

Écrit par : norbert maendly | 08 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Gouverner c'est prévoir, dit-on. Pourquoi n'a-elle pas prévu et choisi une sortie festive au bon moment? Est-ce "L'amour rend aveugle" ou "Le pouvoir corrompt?"

Écrit par : Mère-Grand | 08 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Mes pauvres amis, heureusement que ces chers journalistes, ces pingouins au service du gouvernement, ne vous parlent jamais de la DDC. Si Barazzone est un ripou, ce que personne ne contestera, que dire des pratiques de la DDC dont ne vous parleront jamais les caniches journalistes ? La DDC a accueilli tout ce que mai 68 a produit de pire. Et ces gens n'ont pas fait la mise à jour de leur logiciel...
Par exemple, le Mozambique à l'époque du FRELIMO, plus communiste tu meurs, a été aidé par les camarades suisses de la DDC d'une manière simple et efficace : en ne demandant pas d'accord de Siège, la Suisse payait dans les 300% de frais de douane sur tout bien importé. Et pour se déplacer, même les gauchistes ont besoin de voiture... Tout cela pendant plus de vingt ans. Même les pompes manuelles pour l'eau des villages reculés ont subi ce sort fiscal, même celles payées par les idiots qui donnent de l'argent à Helvetas. Sans aucun contrôle possible par les parlementaires...

Mais il y a pire dans le genre gaspillage à la DDC. Connaissez-vous les "bombas de Mecate" ? C'était très à la mode chez les "experts" de la DDC...
Il s'agit d'un truc très simple autrefois utilisé en Europe (j'en ai vu une en Auvergne) : on descend une corde à noeuds au fond du puits, elle remonte par un tube dont les noeuds et une pièce annexe assurent la fermeture, permettant à l'eau de remonter. Plus simple, tu meurs.

Sauf que pour le responsable de la DDC à la capitale (Maputo) (un Anglais...), il fallait aller montrer ça sur place au Nicaragua aux autorités mozambicaines de la province du nord où je travaillais.
La délégation devait donc prévoir des provinciaux, des experts nationaux (évidemment, hein ?), des experts supplémentaires de la DDC : une bonne douzaine de personnes, voyage payé par vous, braves crétins de concitoyens.
Alors imaginez : Pemba - Maputo, 2500 km, en avion.
Maputo - Lisbonne.
Lisbonne - New York
Visite de NY pour tout le monde
NY- Caracas (à l'époque, le Vénézuela était un pays civilisé et Caracas servait de hub pour l'Amérique du sud).
Caracas - Managua. Et retour...
Tout ça pour voir un système à la con constitué d'un bout de ficelle avec des noeuds et des bouts de pneu découpés à la taille du tuyau de remontée, une roue de vélo avec manivelle en dessus, une poulie en dessous.
http://www.fundesyram.info/biblioteca.php?id=960
Combien a coûté ce voyage ? 200'000 francs ? Plus ?
Alors la mère Savary avec ses clopinettes, elle peut se rhabiller. Quand on lui montre la Lune, l'imbécile regarde les clopinettes...

Écrit par : Géo | 08 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.