26 octobre 2018

WalkAway : les démocrates US contestés à la hache (tag)

Une nouvelle campagne virale se développe aux États-Unis sous le hashtag #WalkAway. En français: s’en aller, partir. C’est une critique et un désaveu du parti démocrate. Elle a été lancée par un coiffeur styliste gay de New York, Brandon Straka.


walkaway,straka,democrats,usa,racisme,exclusion,haine sociale,trump,obama,hillary clinton,gauche,incivilités2016: Bonjour tristesse

En mai dernier l’homme mettait en ligne une vidéo, vue  plus d’un million de fois, dans laquelle il annonce vouloir quitter les libéraux (aux USA: les Democrats, soit la gauche américaine). Les valeurs du parti l’avaient séduit. Aujourd’hui les valeurs réelles, pas celles annoncées mais celles pratiquées, l’en font partir.

Cette campagne peut-elle influencer les élection de mi-mandat dans quelques jours? Difficile à dire, difficile d’en évaluer l’ampleur. Après six mois la page Facebook a reçus près de 100’000 like et abonnements. Un site dédié existe également, et une marche à travers Washington aura lieu demain.

Le Washington Post  relativise l’impact de la campagne. Selon ce média rien ne permet de dire si des milliers ou des millions d’américains vont quitter ou non le parti de l’âne.

Cependant une étude récente montre que le soutien à Trump par les afro-américains a doublé en un an. La campagne WalkAway aurait-elle eu une influence sur les minorités?

Brandon Straka critique vertement les Dems sur ce point, qu’il estime être un objet électoraliste plus qu’un véritable intérêt pour les personnes issues de ces minorités.

Il pleuré de tristesse lors de l’élection du président Trump. Pourtant aujourd’hui, Brandon Straka est choqué par l’attitude et les méthodes de son parti depuis l’élection. Il prend une distance d’avec son ancien parti et s’en explique.

 

 

walkaway,straka,democrats,usa,racisme,exclusion,haine sociale,trump,obama,hillary clinton,gauche,incivilitésDiabolisation

« Je pense que beaucoup de groupes minoritaires s’attendent à ce que nous soyons censés voter démocrate et à ce que nous soyons des libéraux. Je me suis donc senti comme appartenant à cette tribu de gauche la plus grande partie de ma vie. »

Son texte (ici en anglais) formule ses principales critiques adressées au Democrats.

Extraits:

« Pendant des années, j’ai vu la gauche évoluer vers un comportement intolérant, inflexible, illogique, haineux, égarée, mal informé, non américain, hypocrite, menaçant, insensible, ignorant, borné et parfois fascisant et purement rhétorique.

Cela fait des années que je vois les gens de gauche anesthésiés à leurs propres préjugés, à la bigoterie, et aux préjugés et à la bigoterie de ceux qui, autour d’eux, font écho à leurs valeurs. J’ai vu ces personnes autrefois sensibles, qui prétendant rejeter le racisme, en sont venues à adopter les principes de la haine universelle et à mettre la responsabilité de tous les problèmes de la société envers toutes les personnes à la peau blanche. 

J’ai été témoin de l’ironie du plaidoyer en faveur de l’égalité des sexes, qui s’est transformé en haine flagrante et en intolérance contre les hommes et la masculinité. J’ai vu le combat autrefois acharné pour l'égalité de la communauté LGBT se transformer en une diabolisation illogique de l’hétéronormativité et en une tentative de dénigrement et d'attaque de nos concepts conventionnels de genre.

 

 

walkaway,straka,democrats,usa,racisme,exclusion,haine sociale,trump,obama,hillary clinton,gauche,incivilitésRacialisation

J’ai observé que la gauche s’était laissée hypnotiser par des récits et des conclusions erronés, perpétués par des guerriers de la justice sociale qui déforment et interprètent mal les faits, les preuves et les événements afin de confirmer leurs propres préjugés, voulant que toute personne qui ne se plie pas à leurs conclusions et ordres est un raciste, un bigot, un nazi, un suprémaciste blanc, homophobe, islamophobe, xénophobe, misogyne et extrémiste de droite. Et j’ai vu qu’ils utilisaient ces étiquettes sans cœur et sans soin pour intimider, menacer, intimider, faire taire, attaquer, désengager. 

Dans le but de gagner des électeurs et de conserver le pouvoir, le parti démocrate que j’ai aimé jadis s’est associé à la gauche extrémiste. Le parti démocrate et les médias libéraux croient maintenant à leurs propres conclusions mal acquises et ont décidé de façon inquiétante qu’ils - et seulement eux - connaissent le remède contre les maux de la société.

La gauche a décidé que la solution aux problèmes de relations raciales en Amérique est davantage de racisme (ndla: voir le développement de la racialisation utilisée par les « humanistes »). La gauche estime qu’attaquer, insulter et déshumaniser un groupe de personnes en élève un autre. La gauche estime à présent qu'il n’y a pas de frontières pour dire des mensonges, omettre la vérité ou déformer les faits en racontant des nouvelles parce que leur fin justifie leurs moyens. 

 

 

walkaway,straka,democrats,usa,racisme,exclusion,haine sociale,trump,obama,hillary clinton,gauche,incivilitésIncivilités

La gauche a maintenant décidé que son point de vue était le seul acceptable et que la suppression, la censure et l’interdiction du débat ouvert étaient vertueuses et progressives. Le parti démocrate a adopté un système de croyance délétère, joyeusement et sans douter, séparant les personnes en groupes basés sur l’identité, puis en les organisant dans des camps de «victimes» et d’«oppresseurs».

Si vous êtes une personne de couleur, une personne LGBT, une femme ou un immigrant américain, le Parti démocrate veut que vous sachiez que vous êtes une victime et que vous êtes destiné à le rester. »

Brandon Straka pointe avec lucidité les errances de prétendus progressistes. Le climat de violence et de haine qu’ils entretiennent ne dérange pas Hillary Clinton qui a déclaré que les incivilités cesseraient quand les Démocrates auront repris le pouvoir. Elle soutient donc implicitement les violences habituelles des supporters de l’âne. D’ailleurs, de 1968 à 2018, ce sont majoritairement les partisans des Dems qui recourent à la violence civile quand ils n’ont pas ce qu'ils veulent.

Ce n’est au fond pas si étonnant quand on sait que les Democrats, qui jouent aujourd’hui l’angélisme, ont été allaités au racisme et à la Sécession et étaient partisans de l’esclavage et de l’apartheid. Bien qu’Obama ait été élu, on constate que sous ses mandats le racisme a augmenté aux États-Unis. Cherchez l’erreur.

Ceux qui votent Dems à cause du supposé racisme de Donald Trump, votent donc pour pire que leur pire ennemi. Car historiquement ce sont eux les suprémacistes blancs.

On se demande pourquoi aujourd’hui ils s’agenouillent devant les blacks et LGBT-etc en parlant d’inclusivité, alors qu’ils étaient pro-esclavage, ségrégationnistes et racistes à l’origine, et qu’ils n’ont pas changé quand ils traitent les petits blancs comme des chiens galeux. Leur tour de magie oratoire est de se faire passer pour des forces de progrès et de faire croire que Trump est raciste – ce qui n’a pas encore été démontré. 

 

 

 

 

 

 

14:32 Publié dans Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : walkaway, straka, democrats, usa, racisme, exclusion, haine sociale, trump, obama, hillary clinton, gauche, incivilités | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Ce type est un petit génie, il a parfaitement formulé le sentiment diffus que j'ai depuis des années: Chaque fois que la gauche perd une votation ou une élection, ils n’hésitent pas a attiser les haines et le clivage de la société en criant au racisme, au nazisme, a la xxxphobie et en prenant les minorités concernées en otage.

A croire que leur pire cauchemar serait que toutes ces communautés se portent bien et ne soient pas discriminées, du coup ils n'auraient plus rien pour justifier leur militantisme égocentrique.

Écrit par : Eastwood | 26 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Eastwood,

En effet il résume clairement la critique que l'on peut faire du "populisme progressiste", dont les invectives moralisatrices ont remplacé la pensée libre, et même la pensée tout court.

Écrit par : hommelibre | 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Excellent article M. Hommelibre!

Le problème des Etats Unis est à résumer simplement par ces deux points(je suis à 100% un anti-politique-américaine secondaire et non pas primaire!) :

--Oscar Wilde a dit:" L Amérique est passée de la barbarie(ndr:massacre des peaux rouges, époque des esclaves..) à la déchéance sans passer par la case de la civilisation."

--Oui, les EUA sont arrivés au SOMMET. Mais, au sommet de la montagne on ne peut plus grimper encore et si on fonce trop, ce qu ils sont entrain de faire, la chute et la descente sont tellement rapides que nous n aurons pas le temps ni de pleurer ni de contempler leurs chutes. Il fallait qu ils le fassent avant d arriver au sommet ou que leurs Think Tanks se sont gourés d autoroute...Regardez aujourd hui qui sont leurs alliés? Pardon, je voulais dire Complices ...(Saoudie, par exemple?) et leurs protégés?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Voici quelques très courtes mais incontournables vidéos sur le même sujet:

https://www.prageru.com/playlists/most-popular#4

et

https://www.prageru.com/videos/dangerous-people-are-teaching-your-kids

et

https://www.prageru.com/playlists/most-popular#5

et encore:

https://www.prageru.com/videos/fascism-right-or-left

Vous en trouverez beaucoup d'autres ici et vous pouvez chercher le sujet que vous voulez sous "keyword"

https://www.prageru.com/5-minute-videos

Certaines sont "restricted" par youtube comme celle-ci qui devrait plaire à homme libre:

https://www.prageru.com/playlists/restricted-youtube#17

Faites connaître ce site à tous vos amis et/ou écrivez un billet à son sujet pour le faire découvrir à vos lecteurs.

Écrit par : Armando M. | 29 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Jai essayé de poster ce message sur le blog du "plouc chez les bobos" mais en vain. Il semble le refuser systématiquemant, car son post s'écroulerait comme un château de cartes, mais comme il aussi rapport avec votre sujet, je le poste ici:

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la vraie origine du fascisme, je recommande la courte vidéo de 5 minutes ci-dessous (en anglais facile à comprendre). Vous y apprendrez que le fascisme a été créé par un homme de gauche: Giovanni Gentile «le philosophe du fascisme» qui admirait tant Karl Marx qu'il lui a d'ailleurs consacré son premier livre intitulé "La filosofia di Marx, studi critici".

https://www.prageru.com/videos/fascism-right-or-left

Les antifas me font donc bien rire!

Écrit par : Marie B. | 29 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Ce type a raison, les Démocrates ont cherché l'appui de la gauche radicale pour dynamiser le parti, ce qui leur a été bénéfique à court terme mais désastreux à plus long terme. En revanche, on constate la même dérive chez les Républicains, lourdement influencés par le TeaParty et dont le programme consiste essentiellement à faire de la politique partisane anti-démocrate à longueur d'année. On a le choix entre la peste et le choléra...

Écrit par : Marcel | 31 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.