19 septembre 2018

Sur TF1, Bouleau ramasse les ouragans à la pelle

Ce n’est pas Yves Montand descendant les allées de feuilles mortes. C’est un petit détail dans l’info ouragans sur le JT de 20H de TF1, jeudi dernier. Environ au milieu du JT le présentateur Gilles Bouleau annonce que le nombre d’ouragans a doublé en cinquante ans. La séquence est en fin de billet. L’annonce du présentateur vient à 2’10’’.


ouragan,ACE,met office,gilles bouleau,dheliat,météo,tf1,Puis il passe la parole à Evelyne Dhéliat, qui commet une bourde. À 2’40’’ elle indique qu’une des conditions de formation d’un ouragan est « … une température de l’eau de 26° minimum et une (à ce moment, petite hésitation et regard qui cherche confirmation) profondeur de la mer sur 26° de 50 mètres au minimum aussi. »

Madame Dheliat manifeste un instant de trouble avec cette info, et on la comprend. Ce n’est pas très grave en soi, mais un ouragan ne se forme pas sur un plan d’eau de 50 mètres de profondeur. Il se forme sur de profonds océans. C’est seulement la température de la surface qui doit être à 26° jusqu’à 50 mètres de profond.

ouragan,ACE,met office,gilles bouleau,dheliat,météo,tf1,Plus gênante car présentée comme un vérité factuelle, l’annonce de Gille Bouleau: le nombre des ouragans a-t-il vraiment doublé en cinquante ans, soit depuis environ le début des années 1970?

 

 

Les données sur les ouragans sont collectées de manière empirique et parcellaire depuis des siècles. Dans les années 1940 une surveillance par avion a été instaurée. Puis par radar dans les années 1950, et enfin par satellites dans les années 1960.

Le nombre et la qualité des informations anciennes restent souvent valables pour ouragan,ACE,met office,gilles bouleau,dheliat,météo,tf1,certains paramètres mais aujourd’hui, avec les dernières générations de satellites météorologiques, on obtient des données beaucoup plus précises sur les cyclones depuis leur naissance, puis sur la vitesse des vents – en particulier des rafales d’altitudes – et la quantité de pluie déversée.

On comptabilise aussi les tempêtes tropicales, ce qui augmente mécaniquement le nombre de météores. Pour autant le nombre d’ouragans n’a pas doublé en 50 ans. Gilles Bouleau devrait indiquer ses sources car elles semblent erronées, du moins si l’on se réfère aux statistiques du Met Office britannique.

 

 

ouragan,ACE,met office,gilles bouleau,dheliat,météo,tf1,L’image 1 du Met Office illustre le nombre total d’ouragans par bassin sur 40 ans (clic pour agrandir): Atlantique nord, Pacifique nord-est, etc. L’image 2 montre le nombre d’événements, des dépressions tropicales jusqu’aux ouragans majeurs, pour l’hémisphère nord pendant les quarante dernières années.

Il n’y a aucun signe de doublement du nombre des ouragans.

Pas plus si l’on regarde les statistiques de l’ACE (indice de l’énergie cumulative des cyclones tropicaux), paramètre très utilisé en météorologie: on ne voit pas d’augmentation significative. L’image 3 montre l’ACE de la planète entière sur la courbe du haut, de l’hémisphère nord seulement sur la courbe du bas. Hémisphère nord également sur l’image 4. On distingue des variations cycliques mais pas de doublement de l’énergie cyclonique.

 

 

ouragan,ACE,met office,gilles bouleau,dheliat,météo,tf1,Je signale quand-même que Météo France annonce une augmentation du nombre des ouragans (image 5), en contradiction avec le Met Office. Mais pas la Belgique (image 6) à part les quelques années qui ont suivi le super El Niño de 1998-99.

Ces données différentes, dont la différence n’est pas expliquée ailleurs, ne montrent toujours pas de doublement du nombre des cyclones.

ouragan,ACE,met office,gilles bouleau,dheliat,météo,tf1,

Bref, Bouleau, c’est pas du boulot!

 

 

 

 

 

 

 

Gilles Bouleau, Evelyne Dheliat, TF1 le 13 septembre, JT 20h. Extrait ouragans. Dès 2'10'':

 

 

 

14:00 Publié dans Environnement-Climat, Météo | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ouragan, ace, met office, gilles bouleau, dheliat, météo, tf1 | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Les ouragans n'ont pas doublé, la population si...et quand je dis doublé...

Avant, on ne les voyait pas, ou peu, l'info mettait un temps fou à se transmettre, etc...C'est pour tout pareil :-)

Écrit par : absolom | 19 septembre 2018

On peut se demander quel lobby a intérêt à ce que les présentateurs TV disent n'importe quoi
De toutes manières nombre de gens sont fatigués de ce qu'il faut bien nommer du terrorisme intellectuel
Entre puritanisme et satanisme .Dieu que ce monde est de plus en plus invivable et ensuite on s'étonne du nombre d'ados qui veulent se suicider
on sait par expérience que sitôt qu'une planète transite le scorpion comme c'est le cas actuellement avec Vénus les adeptes d^Halloween sont sur le pied de guerre
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 20 septembre 2018

On doit s'interroger sur la motivation de certains gens pour prêcher l'apocalypse. Veulent-ils se peur à eux-mêmes ou veulent-ils faire peur aux autres?

Écrit par : Bernd Palmer | 20 septembre 2018

Pendant longtemps, on a cru que le WWF était une créature du lobby nucléaire et que Greenpeace avait été créé par les pétroliers pour répliquer, comme Denner pour lutter contre la Migros qui vendait de l'essence...
(longtemps, Greenpeace n'a fait que de l'anti-nucléaire...).
Que le lobby qui se cache derrière les écolos nous bourre le mou avec sa propagande hystérique sur le réchauffement, je trouve difficile de ne pas le voir. Mais après tout, s'il faut manipuler le populo pour changer d'énergie et abandonner le pétrole et l'enrichissement excessif et dangereux de certaines tribus de primitifs du Moyen-Orient, adeptes d'une "religion" néfaste, pourquoi pas ? Idem pour les autres primitifs de l'autre côté de l'Atlantique, tout aussi néfastes, d'ailleurs...
On a tous à y gagner...

Écrit par : Géo | 20 septembre 2018

Les commentaires sont fermés.