16 septembre 2018

Disparition des forêts et sécheresse en Californie : deux idées fausses

Politiciens et médias sont à l’affut de tout élément susceptible de marquer les esprits. Au point de véhiculer parfois des idées ou informations sans aucun fondement. En voici deux parmi d’autres.


climat,sécheresse,californie,foret,déforestation,macron,nasaDéforestation

Selon le parti d’Emmanuel Macron En Marche, 1 km2 de forêt disparaît à chaque seconde sur la planète.

Voyons ce qu’il en est réellement. Selon l’organisation Global Forest Watch, dépendante du World Resources Institute, les zones boisées sur Terre ont perdu en 2016 une superficie de 29,7 millions d’hectares, soit 297’000 km2 sur une année. Or 297’000 km2 en un an ne peuvent pas se transformer en 1 km2 par seconde comme l’affirme le parti En Marche.

297’000 km2 c’est moins de 1% de la surface boisée totale, qui est de 40 millions de km2 sur les 150 millions de km2 de terres émergées.

Une approche inverse invalide également cette annonce. Si les surfaces boisées disparaissent au rythme de 1 km2 par seconde,  cela fait combien par année? Il y a 31’536’000 secondes dans une année. 1 km2 perdu par seconde ferait donc 31 millions de km2 perdus par année!!! À ce rythme la Terre serait un désert en environ 16 mois.

Information inepte donc, mais qui n’avait pas empêché Nicolas Hulot de soutenir cette ligne pendant quelques mois en tant que ministre. Merci, jeune Emmanuel, Merci Nicolas, de nous rappeler de nous méfier des effets d’annonce et des chiffres spectaculaires.

 

 

climat,sécheresse,californie,foret,déforestation,macron,nasaSécheresses en Californie

Depuis 2011 et malgré quelques pauses, la sécheresse sévit en Californie. Cet État bénéficie d’un climat de type méditerranéen, donc plutôt sec. Les grandes sécheresses y sont récurrentes et les incendies géants ponctuent ces sécheresses. Pourtant incendies, sécheresses, phases d’inondations, ont été mis sur le dos du RCA (réchauffement climatique anthropique). Tant les chaînes d’info que certains scientifiques en 2015 accréditaient cette thèse et continuent à le faire.

Or selon une étude de 2014 diligentée par rien de moins que la Nasa et la Noaa, agences de l’espace et de l’environnement peu suspectes d’être climato-critiques, cela n’a en fait pas grand chose à voir avec la phase actuelle de réchauffement. Pourtant Donald Trump n’était pas encore président…

Les conditions hydrologiques de la Californie sont particulières. Elles dépendent pour une large part de l’enneigement des montagnes environnantes. Or des précipitations très irrégulières et quelques hivers plus doux, et parfois l’influence d’El Niño, mettent régulièrement la région au régime sec depuis des milliers d’années.

climat,sécheresse,californie,foret,déforestation,macron,nasaSelon une autre étude de 2007 les sécheresses en Californie ont des causes naturelles:

« Des chercheurs du Lamont-Doherty Earth Observatory, et du Département de Geosciences de l’Université d’Arkansas ont réalisé une reconstruction dendrochronologique des périodes de sécheresse en Amérique du Nord sur une période de plus 1000 années. Cette reconstruction révèle l’existence de périodes de « méga sécheresses » (notamment pendant une période de 400 ans entre 900 et 1300) excédant en intensité et en durée les sécheresses des années postérieures à 1850. Ces méga sécheresses ont dépassé en durée les sécheresses du 20ème siècle, notamment le  « Dust bowl » des années 1930, la sécheresse des grandes plaines du sud des années 1950, et la sécheresse 1998 à 2005 de l’Ouest américain. »

Les auteurs de cette recherche ajoutent:

« L’étude n’a en tout cas trouvé aucun effet du changement climatique induit par l’homme sur les sévères déficits de précipitations en Californie et attribue la récente sécheresse à la variabilité naturelle. »

Dont acte.

Les superlatifs décrivant « Une sécheresse historique » à chaque incendie, et l’incrimination systématique du réchauffement actuel de la planète, ne sont dès lors que tentatives de manipulation de l’opinion. Car en Californie, presque toutes les sécheresses sont « historiques ».

Les journalistes devraient le savoir. Mais bon... 

Dorénavant on le sait: plus l’annonce est grosse et anxiogène plus il faut s’en méfier.

 

 

 

13:39 Publié dans Environnement-Climat, Météo | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : climat, sécheresse, californie, foret, déforestation, macron, nasa | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bon, je vais essayer d'être poli. Vous faites de l'enfumage.

Avant de continuer, je vous prie de lire ces liens:

https://www.ecowatch.com/dead-trees-california-drought-2103497094.html

https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/18/dead-trees-california-drought-wildfires-forest-services

https://www.sciencedaily.com/releases/2016/11/161125083555.htm

Comment peut-on écrire qu'antérieurement les sécheresses ont été plus importantes? Si on a pu étudier les cernes des arbres, cela signifie que ces arbres ont survécu. Et donc que ces "sécheresses" étaient moins prononcées que celle qui a sévi récemment. Ne prendre en compte que les précipitations hivernales est mensonger et discrédite complètement l'étude. De plus il n'y a pas que les précipitations. Encore faut-il comprendre ce qui permet à des forêts d'éviter de sécher sur pied.

De nombreuses espèces californiennes ont développé une adaptation au feu. Les incendies ne sont un problème que s'ils sont trop rapprochés et ne permettent pas de reconstituer le stock de graines. Et généralement, c'est l'homme qui est responsable de la multiplication des incendies à de trop courts intervalles.

Lorsque que c'est la foudre qui est responsable de l'incendie, sécheresse ou pas le feu se propage d'autant plus que le vent est fort.

La nasa? Une entreprise fondée sur le mensonge qui ne connaît rien aux arbres contrairement aux gens sur le terrain.

Écrit par : Daniel | 17 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour Homme libre très bon billet prouvant que tout ceci n'est que blabla pour mieux vendre de nouvelles technologies
Maintenant à défaut de pouvoir s'en prendre au climat on s'en prend à l'alimentation et ce afin que tout un chacun puisse en étant relié à une Apply débusquer toute substance paraissant dangereuse
Ou je ris c'est en voyant l'émission sur les aliments genre Vegan dénoncés à hauts cris par des spécialistes de l'alimentaire qui sont allés dans une usine pour voir leur fabrication
Sous peu on demandera aux gens d'analyser leurs excréments si si vous verrez !!!!!!!!
Et puis quand tout le monde sera au chômage faute d'avoir dépensé tous azimuts pour tout ce fatra informatique peut-être qu'enfin les politiciens se poseront les bonnes questions
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 17 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ Daniel:

Merci pour les liens intéressants.
Ils ne démentent pas vraiment l'étude, si j'ai bien compris.

Sur l'intensité des sécheresses du passé, le fait d'avoir pu analyser des arbres de l'époque, qui ont donc survécu, signifie-t-il que les sécheresses n'étaient au fond pas si graves? Je ne pense pas que ce soit un empêchement. Dans des circonstances extrêmes certains spécimens peuvent échapper au pire. Ou ce sont des souches ou casses d'arbres morts, pour autant qu'ils soient en état d'être utilisés.

En fait les incendies dérangent parce que les humains habitent la région et la voudraient stable, mais la stabilité est une notion très relative en la matière. Avant le développement des grandes villes les incendies n'avaient pas un tel impact.

Pour la Nasa, elle n'est pas toujours fiable, mais si elle et la Noaa vont dans le même sens, qui n'est pas d'incriminer le RCA, c'est assez surprenant pour que j'y accorde quelque crédit.

Écrit par : hommelibre | 17 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

En 2002 j'ai lu qu'une éruption volcanique influencerait le climat à venir
On en a eut la preuve avec la chaleur de l'année 2003
La ceinture de feu n'a jamais été autant agitée de quoi subir nombre de désagréments climatiques
Les volcans sont les dieux de l'univers et paradoxalement ce qui me fait le plus sourire c'est de voir les nombreux illettrés que ce soit en Amazonie ou ailleurs qui se targuent des termes réchauffements climatiques pour honorer l'œil de la caméra posée sur eux
Orson Wells lui même n'en reviendrait pas!!!!!

Écrit par : lovejoiie | 21 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.