11 septembre 2018

Richard Ferrand : « Vous me pardonnerez de ne pas être une dame »

Ce n’est pas une affaire de genre aléatoire. Richard Ferrand est un homme. Il pourrait cependant affirmer: Je suis gender fluide, je balance entre testicules et ovaires, et je me sens femme pour ce poste. Ainsi une femme serait élue à la présidence de l’Assemblée nationale française.


richard ferrand,barbara pompili,assemblée nationaleBêtise infatuée?

C’est la relativité moderne des statuts sociaux. Tout est si simple: on est ce que l’on déclare être au moment où on le déclare, et tant pis pour la cohérence et le fil conducteur d’une vie.

Mais Ferrand n’est pas homme à être une femme. C’est en tant qu’homme sexué et couillu, avec des poils (en principe, j’avoue ne pas avoir vérifié), qu’il se présente au perchoir de l’Assemblée nationale.

Il y avait quatre candidats et candidates chez LREM, deux femmes et deux hommes. Un homme a été désigné par les siens et les siennes pour briguer le poste. Après cette désignation des journalistes ont demandé au candidat ce qu’il pensait du fait que les candidates femmes n’avaient pas réussi à convaincre. Question pertinente si elle avait été posée aux personnes qui ont voté pour Ferrand, mais bon. Il a laissé tomber cette réplique pleine de bon sens:

« Il y avait un choix entre quatre personnalités, deux femmes, deux hommes. Le choix s’est porté sur moi. Vous me pardonnerez de ne pas être une dame. »

Que n’avait-il pas dit là! Aussitôt l’ancienne ministre du Droit des femmes (qui ne sont que les Droits de l’Homme, rien de plus), Laurence Rossignol, a agressé le candidat par des propos peu respectueux et pas vraiment justifiés:

« Il va falloir faire un effort pour pardonner au monsieur la bêtise infatuée de ses propos. »

 

 

richard ferrand,barbara pompili,assemblée nationaleGargarisme de mots

Madame Rossignol n’est certes pas une référence d’intelligence et de hauteur de vue. En bref c’est une gardienne de la police de la pensée.  

Mais quand-même, pourquoi cette polémique sur la réplique de Richard Ferrand? Il dit encore ce qu’il veut et il n’y a rien de répréhensible dans ses propos, ni moralement, ni pénalement.

Tout au plus peut-on y voir un léger agacement du fait qu’un homme ne serait plus légitime à un poste si une femme entre en compétition avec lui. Pourquoi tenir des élections si des féministes estiment que le poste leur revient de droit divin?

Et surtout quand on disposait d’une candidate si merveilleuse, extraordinaire, si inspirée. Pensez donc, Barbara Pompili (image 2) entendait encore ce lundi délivrer « un message d’audace, de renversement des codes, un message appelant à casser le plafond de verre pour les femmes ».

Bla bla. Le changement comme objectif politique, c’est maigre. On a vu avec Hollande. Se gargariser de mots ne suffit pas à être choisie.

Ah, l’arrogance victimaire des féministes!

Cette polémique montre un peu plus qu’elle n’a aucune limite. Va falloir bientôt envoyer les mygales. La très blonde Barbara Pompili pourrait alors se retrouver perchée... sur une chaise.

 

 richard ferrand,barbara pompili,assemblée nationale

 

 

 

11:22 Publié dans Féminisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : richard ferrand, barbara pompili, assemblée nationale | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Gare au backslash. Les femmes deviennent chaque jour plus haïssables. Après la grosse débile Serena Williams, la liste s'allonge de plus en plus. Elles ne cherchent plus seulement la guerre, elles cherchent la haine pure et dure. Dans quelques temps, nous serons tous un peu contents de voir que cinq d'entre elles se sont fait péter la gueule à la sortie d'une discothèque au petit matin. Ne me dites pas qu'elles ne le cherchent pas...

Écrit par : Géo | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je ne partage pas votre conclusion Géo. Même si certains comportements sont critiquables. Puisqu'il y a bataille, ou du moins rapport de force, il faut la mener à bon escient et avec de la pensée, de l'analyse, du ressenti, mais pas de ces violences. La réaction de Ferrand est excellente, cruelle et fine, elle résume beaucoup de choses. D'où la polémique: il a touché juste, et venant de lui c'est répercuté dans tous les médias.

Écrit par : hommelibre | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

HL - Votre mygale ressemble à un appareil génital féminin, mdr.

Écrit par : logo | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

:-)))

Pas fait exprès, mais après tout!

Écrit par : hommelibre | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Nous sommes sur le terrain des conjectures, qu'a-t-il voulu dire exactement?

Et si nous supposions qu'il répondait ainsi à une demande (qu'il connaissait comme tout le monde) d'une partie de la société qu'il y ait une femme au perchoir? Je ne parle pas de Mme Rossignol que je ne connais pas, mais en général. Peut-être lui-même pense-t-il aussi que dans l'absolu ce serait équitable...

Écrit par : Colette | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Schéma approximatif, manquent les poils... aux pattes de la mygale, qu'alliez-vous penser ?

Écrit par : Gislebert | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Bah, c'était un petit coup de griffe à propos d'une polémique dont la stupidité échappe à certaines. Avec humour.

PDO

Écrit par : PDO | 11 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Le "vous me pardonnerez de ne pas être une femme" est bien envoyé. Après tout, c'est bien ce qu'on lui reproche, non ? On veut partout des quota, notamment en France macronienne, et donc les hommes sélectionnés aux détriments d'une femme se sentent obliger de s'excuser. Et même si ici c'est évidemment ironique, cela permet aux inclusifs en tous genres de comprendre le sexisme systémique dont peuvent être victimes les hommes...

Écrit par : DeNice | 12 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ Colette:

Je vois votre idée, mais je n'arrive pas à y adhérer. Tout semble concourir à l'interprétation de l'ironie, du coup de griffe, de l'agacement de R. Ferrand. Sinon je ne vois pas ce qui motiverait cette phrase. Mais je peux me tromper.

C'est aussi à mon avis un message plus général, du genre "ras le bol" même si c'est très poliment dit. Vous avez raison, il y a une demande, mais je ne vois pas pourquoi il aurait répondu cela. Si vraiment il était désolé, il pouvait se désister, ou ne pas se présenter.

Le mieux serait évidemment de lui demander de préciser...

Écrit par : hommelibre | 12 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

@ DeNice:

"cela permet aux inclusifs en tous genres de comprendre le sexisme systémique dont peuvent être victimes les hommes", oui – enfin espérons-le.
À tout le moins il me semble qu'il envoie un message plus général que sur ce seul point de l'élection au perchoir.

Écrit par : hommelibre | 12 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

La bêtise infatuée des propos non pas de l'un Richard Ferrand mais de l'autre, une femme, Madame Rossignol.

Ironique était la déclaration de Monsieur Ferrand.

Réaction "cruelle"?

L'ironie est, dit-on, la méchanceté des gens intelligents.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Il est amusant de constater que Richard Ferrand, qui pourtant traine des casseroles est considéré comme parfaitement apte à succéder à F. de Rugy.
On pourrait donc penser qu'il n'est pas catastrophique d'être sous enquête, du moment qu'on est bien placé dans la hiérarchie d'un parti politique.

Juste après l'élection de E. Macron, il a été épinglé pour des histoires de conflits d'intérêt et ça avait été un des premiers couacs de la présidence, puisque Macron avait pressenti Ferrand pour de hautes fonctions.
A présent, Ferrand est considéré comme le candidat idéal pour la fonction de président de l'Assemblée nationale.


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/05/30/01016-20170530ARTFIG00230-la-pression-s-accentue-sur-richard-ferrand.php

https://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/25/comprendre-les-accusations-contre-le-ministre-richard-ferrand_5133865_823448.html

A-t-il été définitivement blanchi ?
Je crois comprendre que non.

"Dernier rebondissement en date, Richard Ferrand a obtenu en juillet 2018 que le pôle financier du tribunal de Paris soit dessaisi du dossier. Un dépaysement obtenu en raison de la présence dans le dossier d'Eric Alt, vice-président d'Anticor et magistrat au tribunal de grande instance de Paris. C'est désormais un juge de Lille qui se penche sur l'avenir judiciaire du ministre. Il risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 200 000 euros"

https://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/affaire-richard-ferrand/ou-en-est-l-affaire-qui-vise-richard-ferrand-candidat-de-la-majorite-a-la-presidence-de-l-assemblee_2933579.html

Ferrand doit avoir une bonne repartie en toute circonstance ! Il arrive à se débrouiller pour que son affaire soit renvoyée à plus loin et à plus tard.
Super ! Voilà un candidat de qualité ! ;-)))

Écrit par : Calendula | 12 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.