02 septembre 2018

Ariana et Billy : imagine une romance

Ariana Grande, le produit montant du showbiz américain, est un bonbon. Délicieuse, avec des bonnes manières et un sourire toujours content. Sa voix est agréable bien qu’on puisse avoir une impression massive de déjà entendu. Et dommage qu’elle use parfois méchamment du vocoder, le truc qui découpe la voix artificiellement.


ariana grande,bill clinton,hillary,aretha franklin,detroit,showbiz,sein,cigare,kill bill,madonna,lopezLe fil d’Ariane

Physiquement elle fait partie des femmes gâtées par la nature. Des très gâtées même. Dans le créneau petite elle est canon.

Le corps des femmes est devenu essentiel à leur réussite dans le divertissement. Ariana en joue. Pas encore comme Madonna ou Miley Cyrus: elle est moins dans la provocation dure. Elle doit probablement trouver sa propre voie. Après deux générations de starlettes dont la nudité et la provocation sexuelle ont été des moteurs de carrière, que fera Ariana?

Elle semble y venir aussi, à voir sa nouvelle chanson (dernière vidéo en fin de billet). Sexisme misandre de la part de la jeune chanteuse? Allez savoir. À moins que ce ne soit du deuxième degré. Je n’en suis pas certain. Le girlpower vaguement rebelle est toujours à la mode.

Peu importe ici. Elle est agréable et fait très bien le boulot, en professionnelle talentueuse et bien formée. Et puis, son hyperféminité me plaît. Elle est craquante. Difficile de passer à côté ou de faire semblant de ne pas la voir, alors même qu’elle s’expose en grand. Ses jambes, son balancement, son visage, ses gestes, merci les bonnes fées! En comparaison je trouve l’autre latina, Jennifer Lopez, beaucoup plus virile.

Dans son ascension vers le statut d’icône, Ariana Grande suit son fil, étape par étape. 

 

 

ariana grande,bill clinton,hillary,aretha franklin,detroit,showbiz,sein,cigare,kill bill,madonna,lopezBilly the Kid

Ainsi elle était l’une des trois artistes à chanter lors de la cérémonie des funérailles d’Aretha Franklin. Il y avait du beau monde pour l’écouter.

Dont un certain Bill Clinton. Il était au premier rang, derrière la chanteuse. Hillary était aussi présente au premier rang, de l’autre côté de l’allée centrale. De là elle avait une vue imprenable sur son mari. Un Bill subjugué par Ariana. Il la luque, la reluque et montre son bonheur. Ben oui, c’est un mec… Pas discret, d’accord, mais c’est Bill. Les autres hommes à ses côtés regardent plutôt ailleurs. On se demande ce qui se passe dans leur tête.

La première vidéo en dessous montre les regards de Bill vers Ariana, ses yeux comme des soucoupes, sa bouche entrouverte déjà humide. Elle montre aussi Hillary. La scène est terriblement cruelle: Bill est béat, en plein fun, et Hillary est mortifiée, comme d’habitude. On voit une femme jeune super attractive, encore peu marquée par la vie, et une autre qui a été jeune aussi et qui aujourd’hui porte les marques d’une vie, et dont l’expression du visage n’inspire pas au fun. Cruel.

Pour l’anecdote, le pasteur qui présentait le show mortuaire a félicité la chanteuse à la fin de sa prestation. Il l’a prise par la taille avant de lui donner l’accolade, comme il le fait avec tous les artistes invités. Mais la main « à la taille » n’a pas été appréciée aux États-Unis.

 

 

ariana grande,bill clinton,hillary,aretha franklin,detroit,showbiz,sein,cigare,kill bill,madonna,lopezKill Bill

Il faut dire que la taille d’Ariana semble un peu haute sous la main du monsieur, qui semble plutôt frôler un sein (image 3 et vidéo 2). Il a dû s’en justifier par la suite et présenter ses excuses. C’est l’époque.

Il n’y a pas si longtemps, sur les plateaux de télé français en particulier, on voyait des mains au panier dans des éclats de rires, des baisers spontanés applaudis par les peoples et le public de l’ombre, ou encore un Gainsbourg bourré draguant irrévérencieusement Whitney Houston. Les temps changent.

Notez que Bill s’en fiche. Il est décomplexé. On sait à quoi il rêve. Il imagine déjà une romance avec Ariana. Il la jouerait président bandant. Il lui ferait le coup du cubain, en espérant que la Grande ne lui répondrait pas: Je ne fume pas de ce cigare-là. Mais attention, Bill: une tache ferait désordre sur sa belle robe noire.

Quant au présentateur, si des excuses publiques sont le prix à payer pour pouvoir toucher impunément le joli sein d’Ariana Grande, ce n’est pas cher.

Bref, une séquence très showbiz, fraternelle et sexy. Une séquence qu’Hillary, qui n’a pas ri, a dû apprécier à sa juste mesure. Elle n’a pas eu de peine à imaginer une romance.

Si elle devait jouer dans un film, ce serait dans Kill Bill.

 

 

 

Vidéo 1: Ariana, Bill, Hillary

 

 

 

Vidéo 2: le pasteur

 

 

 

Vidéo 3: clip d’Ariana Grande, God is a woman

 

 

 

 

08:37 Publié dans Humour, société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ariana grande, bill clinton, hillary, aretha franklin, detroit, showbiz, sein, cigare, kill bill, madonna, lopez | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.