08 août 2018

Nouvelle étude : le réchauffement est-il LA solution pour sauver la planète ?

Avant d’aborder ce paradoxe, je signale que la Tribune de Genève a fait un effort d’objectivité à propos des inondations spectaculaires de lundi soir à Sion. En page 11, sous la plume de Julien Wicky, des experts répondent à la question: « Est-ce la conséquence du réchauffement ? »


climat,réchauffement,terre étuve,giec,tdg,ruptureExtraits

« Les experts ne sont pas affirmatifs. … Les scénarios évoquent des étés plus chauds mais aussi plus secs. … Les derniers événements extrêmes ont été générés par des situations météorologiques particulières et très localisées. … Aucun pronostic n’a pu être fait jusqu’ici sur les tempêtes d’été et il n’est pas possible d’estimer si ce risque se modifiera. »

Merci la TdG. J’en viens au sujet. Plus un jour ne passe sans que l’on nous assène que l’Apocalypse est pour demain, voire pour cet après-midi. La dernière étude en date prévoit le passage à une Terre-étuve qui pourrait ne plus nourrir qu’un milliard d’êtres humains.

Cette étude est une compilation d’autres, comme la plupart, à quoi s’ajoutent l’interprétation des auteurs. Elle n’est fondée sur rien de sûr. Rien que des éléments aléatoires, incertains dans leur tenue et leur éventuelle intensité, leur durée.

Les auteurs ont additionné des mécanismes pour en arriver à prédire un « point de rupture » où le climat serait totalement hors de contrôle.

 

 

climat,réchauffement,terre étuve,giec,tdg,rupturePreuves?

« Ces événements en cascade pourraient pousser le système Terre dans son ensemble dans un nouveau mode de fonctionnement », note Hans Joachim Schellnhuber, coauteur et directeur du Potsdam Institute for Climate Impact Research, qui avait précédemment estimé qu'une Terre à +4 ou +5°C ne pourrait pas abriter plus d’un milliard de personnes. » Bah, au XIXe siècle on disait aussi que prendre le train était dangereux à cause de la vitesse…

Toute estimation du nombre d’habitants possible n’est qu’une projection, pas une réalité, ni même une probabilité. En 1950 on disait que la Terre ne pourrait pas nourrir les milliards d’habitants d’aujourd’hui. Or, pour la plupart ils sont nourris. D’ailleurs, et c’est une rétroaction négative, grâce au CO2 la Terre a verdi en trente ans: une bonne nouvelle pour les puits de CO2 et les récoltes.

Le climat n’est pas une simple addition de facteurs. C’est un ensemble très riche et ultra-complexe de mécanismes interconnectés, multidirectionnels, avec des amplificateurs et des rétroactions négatives. Je le rappelais ici à propos des les ouragans, qui sont des sortes de climatiseurs géants et qui contribuent à rééquilibrer le climat.

Un milliard d’habitants seulement? Hum hum… Des preuves anticipatoires? Aucune.

 

 

climat,réchauffement,terre étuve,giec,tdg,ruptureStratégie

L’adaptation de l’espèce humaine sous tous les climats est exceptionnelle. Il n’y a pas de raison que cela change. La Terre ne vit pas à crédit, comme on l’a dit encore récemment. À qui emprunterait-elle ses ressources? À personne. Elle continue à produire, il n’y a pas de crédit dépassé. Le Jour du dépassement est une connerie.

Mais, mais… si c’était vrai? Si vraiment la Terre ne pouvait plus nourrir qu’environ 20% de ses habitants actuels? À l’envers des conclusions, on peut suggérer que ce serait peut-être LA solution. Puisqu’on attribue aux hommes tout le mal fait à la Terre, diminuons drastiquement le nombre d’hommes pour diminuer la pollution, l’exploitation intensive des ressources, et la pauvreté au passage.

« Sauver la planète »? Je n’aime pas cette expression, je ne crois pas aux sauveurs et je pense que la planète est plus forte que nous. Mais dans la logique de cette étude, Sauver la planète serait alors ne rien faire. Le Point de rupture climatique ferait le travail. Je note quand-même que ce point de rupture n’a existé dans le passé que lors catastrophes majeures comme les trapps du Deccan ou l’astéroïde qui a contribué à l’extinction des dinosaures. Nous n’en sommes pas là.

Donc pour sauver la Terre de nous-mêmes, réduisons notre nombre. Et pour cela, laissons faire le réchauffement. C’est peut-être la meilleure des stratégies.

Second degré? Humour noir? Nécessaire cynisme? Peut-être. Peut-être pas.

 

 

 

14:00 Publié dans Environnement-Climat | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : climat, réchauffement, terre étuve, giec, tdg, rupture | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Une espèce qui ne s'autorégule pas est une espèce qui s'autodétruit par l'impact qu'elle produit sur son environnement et ses ressources.

Donc d'une manière ou d'une autre il y aura régulation. Il n'y a pas de second degré ou de cynisme là-dedans

Par rapport à la "planète à sauver" c'est l'angoisse du scénario vénusien

https://www.youtube.com/watch?v=GNP3I4KOttA

Écrit par : aoki | 08 août 2018

Lien intéressant Aoki.

Mais la fin fait un rapprochement et une comparaison qui mériteraient plus de raison. On plonge d'un coup dans la peur, l'émotion, alors que les conditions sont tellement différentes que la "Vénusification" de la Terre attendra la fin du soleil, quand il va grossir avant de se dégonfler.

Pour Vénus la proximité du soleil et sa croissance sont la cause. C'est le moteur de l'emballement vénusien.

Écrit par : hommelibre | 08 août 2018

Chaque génération arrivée à maturité aimerait que subsiste dans l'avenir quelque chose de la richesse naturelle qu'elle a connue dans son enfance ou de celle de ses ancêtres proches. Hélas, il n'en est rien et seul la mort le sauve du constat que tout ce qu'elle aimait de la nature est voué à disparaître et disparaît sous ses yeux.
Et la chaque nouvelle génération refait ce chemin en partant du point de départ suivant.

Écrit par : Mère-Grand | 08 août 2018

@ HL

Je trouve aussi que le commentaire de la fin arrive comme une brique dans la soupe ... plutôt gênant après une bonne vidéo pas longue de surcroît.

ça fait presque penser, à ces prêches évangélistes ou assimilés qui utilisent ce genre de techniques

@ Mère Grand
Que voilà des propos lucides et sans affects

Écrit par : aoki | 08 août 2018

Je ne comprends pas que vous entriez en matière sur la notion de "sauver la planète", HL. Utiliser cette expression est un signe d'imbécillité et de dégénérescence mentale avancée. La planète n'a rien à fiche de l'humanité et se portera toujours très bien, avec ou sans elle. La planète disparaîtra avec le soleil, dans cinq milliards d'années. Les hommes auront disparu depuis...environ cinq milliards d'années.
Et ils ne disparaîtront pas que pour une seule raison, mais par enchaînement d'événements négatifs. Comme dans les accidents d'avion, en pire...
Surpopulation + famines + guerres + épidémies...
Allez un peu soigner les victimes d'Ebola aujourd'hui dans le nord Kivu, vous comprendrez tout de suite ce que je veux dire...

Écrit par : Géo | 08 août 2018

"Je note quand-même que ce point de rupture n’a existé dans le passé que lors catastrophes majeures comme les trapps du Deccan ou l’astéroïde qui a contribué à l’extinction des dinosaures."
- Les dinosaures ne sont pas éteints, ils volent au-dessus de nos têtes.
- L'astéroïde n'y est (vraisemblablement) pour rien. Les LIP ont été fréquentes dans l'histoire du phanérozoïque. Les plus importantes d'ente elles signent les quatres des cinq épisodes majeurs d'extinction. Dévonien-Carbonifère, Permien-Trias, Trias-Jurassique et K-T. La végétation a rapidement colonisé le cratère de Chixculub, ce qui n'implique pas une catastrophe aussi importante que prétendu. Pour la première extinction de masse à la fin du Dévonien, il peut être envisagé que le remodelage de la Terre a effacé la trace d'une LIP.
https://en.wikipedia.org/wiki/Large_igneous_province#/media/File:Flood_Basalt_Map.jpg

Nous n’en sommes pas là.

Écrit par : Daniel | 08 août 2018

@aoki
J'interprète votre compliment comme un commentaire ironique sur mon intervention dans "Dans la tête d'un garçon".
Si ce n'est pas le cas, merci. Inutile alors de lire la suite.
Si c'est le cas, voici ma réponse. Le commentaire ci-dessus procède fort évidement d'un sentiment (ou affect) un mélange de regret, de mélancolie et de frayeur.
En ce qui concerne certains jugements portés sur le couples, notamment leur différences ethniques (généralement accompagnées de différences de cultures et de couleurs), les sentiments, essentiellement des préjugés, ne devraient pas intervenir, à moins qu'au lieu de préjugés, ils expriment la compréhension et la générosité.
La vie des couples est tellement courte de nos jours, que quelques années d'une relation fondée sur l'amour et l'amitié comptent plus que des différences qui choquaient autrefois et choquent encore parfois nos habitudes.

Écrit par : Mère-Grand | 08 août 2018

Rassurez-vous Mère Grand

je n'ai pas suivi les conversations "dans la tête d'un garçon" et puis je ne suis pas enclin à manier l'ironie gratuitement sauf si un interlocuteur m'a franchement irrité. Il m'arrive parfois aussi d'être gentiment ironique sous couvert d'humour.
Non je pensais réellement ce que j'ai écrit, la mention sans affects faisait plus allusion à ce billet qui finissait en jouant l’ambiguïté sur les vérités qui se disent ou non.

Écrit par : aoki | 09 août 2018

@ Géo:

"Je ne comprends pas que vous entriez en matière sur la notion de "sauver la planète", HL."

si vous lisez bien mon billet vous verrez que je ne soutiens pas ce concept. Mais cela n'empêche pas de le nommer comme les gens le font. Je ne vois pas où est le problème.

Écrit par : hommelibre | 09 août 2018

La planète va bien et ira fort bien quoi qu'on fasse. C'est la vie à sa surface qui risque de devoir trouver de nouveaux équilibres.

Oui, les flux d'échanges infrarouges entre la terre et l'univers se modifient. Ils se modifient vite par rapport aux constantes de temps du système planétaire.

Cela signifie probablement qu'au lieu d'un glissement doux vers les nouveaux équilibres, il peut y avoir des bascules plus brutales et l'équilibre que nous connaissons risque d'être bouleversé au point de modifier la vie en surface, notamment celle de l'homme avant qu'il ne puisse réellement s'adapter, dois-je préciser, vu qu'il s'intéresse surtout à lui-même.

Quant à prédire ce qui se passera demain, je pense au gynécologue qui dit "ce sera une fille" et note dans son carnet "probablement un garçon". Il aura de toutes façons raison après la naissance !

Écrit par : archi-bald | 09 août 2018

@aoki
Je vous remercie.

Écrit par : Mère-Grand | 09 août 2018

Le terre a existé bien avant (donc sans) l'homme et le fera bien après lui ! Sauver la planète ne veut rien dire si ce n'est ce rattacher à la planète que l'on a connu il y a quelques années. Or la planète obéit à des temps dits géologiques qui n'ont rien à voir avec le temps à l'échelle de l'homme pour qui très long signifie un siècle, puis éventuellement un peu plus court serait une génération sans parler des politciens pour qui le temps qui compte c'est celui les séparant de la prochaine élection.
Il y a dans l'ambition de régulation beaucoup de prétention, de fausses analyses et surtout de fausses promesses. La terre a vécu plus longtemps sans glace aux deux pôles (eh oui !) qu'avec. Quant à savoir si c'est l'homme ou la nature qui triomphera, c'est vite vu. Apprenons l'histoire géologique, apprenons à gérer les changements. Tout peut si vit changer, une deux éruptions massives, quelques nourritures qui manquent.... et puis imagine-t-on un seul instant ce qui arriverait si une glaciation revenait ? Certes, changement signifie des modifications pour bien des habitants... préparons-nous à les aider, à gérer ces défis plutôt que de prétendre les contrôler. Comme si l'homme avait su une seule fois gérer !
p.s. a propose d'événements récents, la commune de Chamoson doit la richesse de son sous-sol, riche pour la culture de la vigne, à des coulées de même type, répétées et nombreuses il y a bien longtemps (le mieux ne serait-il pas de prévoir de la place pour les futures coulées ?)

Écrit par : uranus2011 | 09 août 2018

Bonsoir :-)

Maintenant qu'il fait frais, plus personne pour parler de réchauffement climatique ?

Alors que la rts a réussi une enfilade de quasi 10x des mots "réchauffement climatique" en seul téléjournal, sur pratiquement n'importe quel sujet, plus rien. Le néant....la solitude, l'ennui...

C'est vrai, Canicula était là...

Écrit par : absolom | 13 août 2018

Commentaire:

"Je suis celui qui a tué Jimmy Cobb!"
Un braquage dans une ville de la beauce tourne au fiasco. Le caid, Jimmy Cobb, s'échappe avec le magot et se réfugie dans la dépendance d'une ferme. Il n'a aucune idée de ce que les autochtones lui réservent. Il fut un temps où le terme canicule n'évoquait pas la mort de 15 000 personnes en France en 2003 et l'occasion pour le chafoin Raffarin alors Premier Ministre...
Lire l'avis à propos de Canicule
10 3 Avatar dagrey 6 dagrey · 29 mai 2018

https://www.senscritique.com/film/Canicule/378191

Écrit par : absolom | 13 août 2018

Les commentaires sont fermés.