05 août 2018

Ours mourant de faim : l’aveu (tardif) d’une journaliste

Il y a juste un an, l’image d’un ours décharné et titubant avait fait le tour du monde. Elle était supposée représenter la réalité du réchauffement de l’atmosphère. Pourtant cette hypothèse n’était pas plus probable qu’une autre, par exemple: ours vieux, malade, mourant de mort naturelle.


climat,réchauffement,ours,banquise,jouzel,L’erreur

D’ailleurs dans l’ensemble les ours polaires se portent bien. Ils ne meurent pas de faim. Il sont passés de 7’000 dans les années 1950 à plus de 25’000 actuellement. Le « moribond » est en forme.

Mais voici du nouveau. Cristina Mittermeier, la journaliste qui enquêtait avec le photographe Paul Nicklen sur les effets du réchauffement du climat, vient de prendre la parole sur Fox News. Elle reconnaît qu’elle a perdu le contrôle du récit.

« Avec cette image, nous pensions avoir trouvé un moyen d’aider les gens à imaginer à quoi pourrait ressembler l’avenir du changement climatique. »

Elle met en cause le magazine National Geographic, qui a publié l’image avec cette légende: « Voici à quoi ressemble le changement climatique. » Selon elle le magazine est allé trop loin. Elle-même reconnaît qu’elle ne peut pas affirmer que l’ours était affamé à cause du climat.

climat,réchauffement,ours,banquise,jouzel,« Peut-être avons-nous commis une erreur en ne racontant pas toute l’histoire - que nous cherchions une image qui prédisait l’avenir et que nous ne savions pas ce qui était arrivé à cet ours polaire particulier. »

 

 

On s’en fout

L’affaire est entendue. On peut cependant regretter que cet aveu soit si tardif. On aimerait savoir pourquoi elle ne l’a pas dit il y a un an en pleine polémique. Il faut dire que les médias se sont à peu près tous rangés dans le camp alarmiste. Elle avait probablement peur d’être flinguée. Un an après, le buzz a passé, on s’en fout, à preuve le peu d’écho de cette info.

Ainsi l’ex-éditeur du Guardian, Alan Rusbridger, déclare que la presse a un devoir de partialité en faveur des thèses du Giec. Le débat est clos. On ne doit pas donner de place aux sceptiques ou aux critiques sur la thèse officielle. La presse est donc aux ordres.

climat,réchauffement,ours,banquise,jouzel,La stratégie actuelle est définie ici: il s’agit de maximiser tous les événements météorologiques pour entretenir la grande peur du réchauffement. La canicule de cet été, de belle ampleur, s’y prête bien. Jean Jouzel, vice-président du Giec, en profite pour annoncer des températures de 55° dans l’est de la France d’ici à 2050. Soit de 15 à 20 degrés de plus qu’aujourd’hui. Cet homme n’est pas sérieux. Parce que cette région, humide et bien végétalisée, ne pourra pas se réchauffer autant que la désertique Espagne – ou l’Algérie. Non, l’Alsace ne devient pas aussi chaude que l’Arabie Saoudite.

 

 

Urban vs rural

Par contre on ne mentionne pas que l’Atlantique nord est d’environ 2° plus froid que la moyenne (image 2) et donc qu’il y aura moins d’ouragans et moins forts; on ne dit pas que l’Antarctique continue à accumuler de nouvelles masses de glace, qui compensent les pertes des glaciers de l’ouest (qui sont au-dessus d’un volcan sous-marin).

climat,réchauffement,ours,banquise,jouzel,On ne dit pas que ce même Antarctique vient de battre son propre record de froid selon la Nasa, à près de -100°; ni qu’au nord la banquise arctique (qui selon Al Gore devait être fondue à l’été 2013) connaît une assez forte expansion actuellement selon un institut danois dédié  (image 3, ajouter les mois à la verticale; le dernier chiffre est juillet 2018; et image 5) – même si la moyenne a baissé depuis trente ans, elle est relativement stable dans ses nouveaux chiffres.

L’image 4 rend compte du découplage entre les projections du Giec et la réalité observée.

 

L’atmosphère se réchauffe, mais pas partout de la même manière. Les relevés de températures au sol devraient être établis de manière à montrer la différence entre températures urbaines ou climat,réchauffement,ours,banquise,jouzel,ilots de chaleur urbaine, dont les relevés viennent de stations parfois intégrées en pleine ville (image 6), et les relevés ruraux.

Mais bon, il paraît que les 75% de l'humanité pourrait mourir de chaud d'ici à 2100. No comment...

 

 

 

 

 

climat,réchauffement,ours,banquise,jouzel,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:05 Publié dans Environnement-Climat | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : climat, réchauffement, ours, banquise, jouzel | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Excellent et la rétrogradation de Uranus associée à celle de son indéfectible compagnon Mercure va permettre enfin d'éclairer certaine vérités qui n'étaient autres que des arnaques
Bon dimanche

Écrit par : lovejoie | 05 août 2018

Bonjour,
A défaut d'être intéressant, votre point de vue reste cependant populaire au sein du parti républicain trumpiste (qui affirme entre autres que le réchauffement climatique est provoqué sciemment par "l'ennemi" chinois ...).
Aussi, vous citez les propos d'UN ex-éditeur du Guardian (pourquoi un ex d'abord ?) pour accréditer la thèse que la presse, sous-entendu dans son ensemble, est "aux ordres". Le vocable de presse ne doit donc pas s'appliquer à la TDG, qui vous offre ici pour l'occasion une belle vitrine en faisant la promotion de votre blog. Et je ne vois pas qui vous cherchez à convaincre sérieusement en faisant d'un cas une généralité. Tout du moins cherchez-vous ici à conforter dans leur aveuglement l'ensemble des climatosepctiques. Et si l'exagération est de mise chez certains défenseurs du climat, c'est bien parce qu'il y a encore trop de personnes dans votre genre à vouloir continuer égoïstement à se voiler la face.
Peut-être comprendrez-vous un jour qu'il y a deux vérités en rapport avec ce que relate les médias : la leur et celle plus nuancée, étudiée et scientifique des milieux qui la propagent. Aussi, de même qu'il ne faut pas confondre l'instruction d'un procès de ce qu'en rapporte les médias (pensez-vous vraiment que les médias ont accès à tous les dossiers d'une instruction en cours ? Ceci invaliderait la procédure ...), il ne faut pas également confondre des recherches scientifiques sérieuses, étayées par des données objectives récoltées sur plusieurs années, de ce que peuvent en rapporter les médias, et encore moins des effets d'annonce destinés à capter l'attention du public dans un but de sensibilisation à une cause.
Quant à votre "démonstration" tendant à récolter ça et là quelques pièces éparses d'un large puzzle, puis à les aligner dans le désordre afin de conforter votre opinion, elle ne me rappelle que trop les méthodes du populisme.
Didier Bastet

Écrit par : Didier Bastet | 07 août 2018

Comme c'est drôle...

Pour moi, le populisme c'est lorsque les médias bassinent à longueur de temps sur le changement climatique par exemple...Ou la canicule, qui pour moi n'est qu'un bel été parmi d'autres...

Écrit par : absolom | 07 août 2018

Il n'en demeure pas moins que dans nos communes vaudoises le plan canicule est déclenché dès la fin du printemps et imposé aux seniors avec une contrainte: donner avis de réception du courrier sans quoi les responsables se présenteront chez les personnes concernées de manière intrusive que cela leur plaise ou non.

Abus, certes... mais que les communes s'abstiennent et que la chaleur de l'été cause quelques malaises ou plus grave que ne reprochera-t-on pas aux communes.

Pas d'autre contrainte.
Les personnes concernées indiquent si elles souhaitent en cas de canicule être suivies ou non.

Écrit par : linotte mélodieuse | 07 août 2018

@ linotte mélodieuse:

Je trouve très bien les différents plans anti-canicule et les spots à la télé.
Bien sûr que cela doit être fait.

Écrit par : hommelibre | 07 août 2018

Didier Bastet@ Il y a une part du problème dont vous ne parlez pas. Cela fait maintenant longtemps que dans les universités de la planète, ceux qui ont des doutes sur la doxa du GIEC n'ont plus voix au chapitre et surtout plus de crédits de recherche...
Il est donc intéressant de lire et d'entendre l'autre son de cloche. J'ai maintes fois souligné l'imprécision des dires des gens de la tendance GIEC sur le niveau des mers. Eux parlent en mm, mais la précision de ce niveau ne peut se calculer qu'avec une marge d'erreur de +/-2m. Et ils mettent systématiquement l'érosion côtière sur le dos de cette élévation, ce qui me paraît largement faux. Toutes les côtes sont attaquées par l'érosion, y compris celles du Léman aux Grangettes. C'est la faute des courants et des vents, réchauffement ou non. Les îles volcaniques, comme leur nom l'indique, ont été créées par des volcans.
Si le volcan disparaît (cas des îles sur les hot spot), l'île va petit à petit disparaître. Je crois que c'est dans ce domaine que l'exagération journalistique est à son comble...

Écrit par : Géo | 07 août 2018

@Geo Vous avez raison sur ce point. Je conçois tout-à-fait que des chercheurs soient ostracisés, car ne se conformant pas à une forme de pensée dominante. Ceci existe dans de nombreux domaines comme celui de la médecine. Aussi, j’ai déjà entendu directement des témoignages de médecins que l’on voulait faire taire à jamais, puisque leur recherche mettait par exemple en évidence l’efficacité de bêta bloquants dans la lutte contre le cancer. Pas assez rentable pour l’industrie, puisque la protection moyenne de 20 ans accordée au brevet en question ne pouvait plus rien rapporter … Ainsi fonctionne l’industrie, et à l’image des politiques publiques, majoritairement toutes conditionnées par la hausse d’un indicateur, largement publicisé par les journalistes, censé mesurer le bien-être et le degré d’évolution de nos sociétés … le fameux PIB, dénoncé entre autres en 1968 par Bob Kennedy. Indicateur archaïque de référence pour la majorité des politiciens gouvernants, et qui prend en compte autant les prestations positives que négatives. Ayez un accident (je ne vous le souhaite pas personnellement !), appelez votre assureur, faites-vous admettre aux urgences pour un contrôle de routine, amenez votre voiture chez votre carrossier, engagez un avocat pour vous défendre sur la partie civile … bravo, vous aurez contribué à la hausse du PIB. Ainsi, va le monde et je suis de ceux qui pensent que l’homme unidimensionnel d’Herbert Marcuse n’a jamais été autant d’actualité. Traitez-moi de néo marxiste ou de ce que vous voudrez encore (l’homme adore apposer des étiquettes, c’est tellement rassurant…), il n’en demeure pas moins que je fais aussi parti de ceux qui conçoivent mal le fait qu’une telle surconsommation associée à une explosion démographique planétaire ne peut qu’avoir des effets négatifs sur le climat et notre planète à long terme. Le questionner sur des détails, question de mm ou de m, en omettant l’essentiel, à savoir ce qui est en route réellement, est un aveuglement qui ne conduira qu’à notre perte à terme.
Didier Bastet

Écrit par : Didier Bastet | 07 août 2018

Erratum ... "je fais aussi parti de ceux qui conçoivent mal le fait qu’une telle surconsommation associée à une explosion démographique planétaire ne peut pas avoir des effets négatifs sur le climat et notre planète à long terme".

Écrit par : Didier Bastet | 07 août 2018

Didier Bastet@ Vous évoquez le PIB, et pour ma part je pense surtout à la "mort des forêts", qui auraient dû complétement disparaître en Europe avnt 2000 selon les prédécesseurs des tenants du réchauffement climatique...
Résultat : dix, vingt ans après, les écolos organisent des camps pour lutter contre l'invasion des pâturages alpins par les forêts...
Regardez de vieilles photos de la plaine du Rhône et regardez l'état actuel. Cela coûte trop cher de faire pâturer des vaches en montagne, le lait n'est pas payé à son juste prix : la forêt progresse à toute vitesse...

Vous connaissez sans doute l'aphorisme : "Quand on lui montre la lune, l'imbécile regarde le doigt". A mon avis, quand on lui montre la surpopulation mondiale, l'imbécile regarde le réchauffement climatique...

Écrit par : Géo | 08 août 2018

Geo,

La mort des forêts découlait de l'utilisation massive de diesel et mazout avec une forte contenance en souffre. Ce souffre se transformait dans l'atmosphère et retombait sous forme d'acide sulfurique dilué dansla pluie. Sur le long terme, certaines essences d'arbres en mourraient.

Il a suffit de prendre la décision d'imposer un taux maximum de souffre dans le mazout et dans le diesel (dans ce dernier cas aussi pour pouvoir introduire le catalyseur) et les retombées acides ont diminué. La forêt a ainsi retrouvé sa majesté.

C'était un problème réel qui a été résolu.

Écrit par : Archi-bald | 08 août 2018

Archi-bald@ Avez-vous remarqué que Géo s'écrit Géo et non Geo ? Non ? Comme c'est dommage. Cela vous aurait évité de passer immédiatement pour un barbare.
Et que croyez-vous nous apprendre avec votre commentaire que nous ne sachions tous déjà depuis longtemps ?
Ah, encore un détail : on dit : Il a suffi et non il a suffit. Et soufre au lieu de souffre.
En plus, votre commentaire est non seulement celui d'un fat, mais celui d'un ignare. Le problème était bien davantage dans la teneur en soufre du charbon que dans celui du pétrole. Les forêts de Silésie souffraient de la production d'acier des hauts-fourneaux polonais.

Écrit par : Géo | 08 août 2018

"A mon avis, quand on lui montre la surpopulation mondiale, l'imbécile regarde le réchauffement climatique..."

Comme c'est bien dit Géo :-)

Écrit par : absolom | 08 août 2018

@ Didier:

Je laisse de côté ce qui n’a rien à voir avec mon billet, soit le populisme et l’égoïsme. Vous catégorisez et étiquetez à souhait, et cela manque de rationalité pour moi. Mais que vient faire l’égoïsme là-dedans? À utiliser de tels contre-arguments, à introduire la morale, dans des catégorisations des plus réductrices, c’est vous le populiste. Rien que cela mérite de cultiver le doute sur les pro-Giec.

Les propos de l’ex du Guardian que je cite ne sont pas uniques. Et les consignes que je mentionne ne tombent pas du ciel.

Je suis simple blogueur sur le portail de la TdG, pas de quoi pavoiser. J’y reviendrai dans un prochain billet car aujourd’hui la TdG a fait preuve d’objectivité sur le thème climatique.

Les climato-sceptiques, ou climato-réalistes, ou climato-critiques, ne s’aveuglent pas. Ils cherchent, ils creusent, ils contestent, ils documentent, ils suggèrent. Ils font ce que tout scientifique devrait faire: douter, revisiter les données et leur interprétation, pointer les excès de la presse et des fonctionnaires du Giec.

La comparaison avec un procès ne me paraît pas pertinente. Ou pas comme vous l’entendez: le procès des pro-Giecs est celui de l’humanité. Non merci.

Les données climatiques, récoltées sur plusieurs années? Après 20 ans de refroidissement (1950-1975 environ), où la panique était sur le retour de l’âge glaciaire, on a sauté en 15 ans au réchauffements avec de supposées preuves à l’appui. 15 ans de recul pour fixer une tendance climatique? Ce n’est pas sérieux. Le climat tempéré se réchauffe depuis environ trois siècles, et heureusement.

Sur les pièces éparses d’un puzzle, je ne fais rien d’autre que les alarmistes, qui nous donnent tous les jours de quoi avoir peur sur n’importe quel sujet plus ou moins lié au climat. Peu importe, les éléments que je montre aujourd’hui complètent d’autres déjà montrés et forment un corpus de réflexion étayé.

Si vous amenez plus d’arguments et moins de morale, j’aurai plaisir à partager plus avant avec vous.

Écrit par : hommelibre | 08 août 2018

hommelibre,

Les contrariétés que nous souhaitons du passé concernant une ou deux tenues de blogs ont sans nul doute permis d'attirer l'attention des teneurs de blogs sur l'attention qu'il leur faut porter aux commentaires et, s'il le fallait, "serrer la vis"!

Souhaitons bon redépart à notre cher quoiqu'imprévisible Mario Jelmini.

Parvenir à utiliser son blog comme un char d'assaut contre quelqu'un au point de faire de la personne qui pourrait être la plus remontée contre ce quelqu'un sa solidaire quasi avocate, et, modestement, comme toujours... de talent! est un exploit rare…/rires

par ce superbe mois d'août

Voici la mi été… bergers

Écrit par : linotte mélodieuse | 08 août 2018

"Parvenir à utiliser son blog comme un char d'assaut contre quelqu'un"
Ce commentaire n'a pas sa place ici.
Surtout de la part d'une personne qui compare Corto avec Jésus-Christ*.
Ras-le-bol des cinglés qui hantent cette plateforme.
* Blog de Strohbach : « Corto, quant à lui, est Corto mais on pourrait établir un rapprochement entre lui et Jésus par les psys annoncé déprimé et qui ne cesse d'accuser et de dénoncer les gens par lui ciblés... avec un Judas le dénonçant comme on dénonce les têtes mises à prix en donnant toutes les indications sur lui requises à qui souhaite l'"arrêter"! »

Écrit par : Géo | 08 août 2018

Géo, n'en rajoutez pas.

Écrit par : hommelibre | 08 août 2018

Les commentaires sont fermés.