23 juillet 2018

France : la loi Veil sur l’IVG est en réalité due à un libéral

Des affiches « Merci Simone » sont visibles actuellement à Paris. On rappelle régulièrement que la loi légalisant l’avortement a été portée au Parlement par Simone Veil en 1974.


simone veil,giscard d'estaing,avortement,libéralisme,de gaulle,Elle ne l’a cependant pas inspirée. Avant elle deux hommes ont été au pouvoir et l’ont rendue possible. D’une part Jean Lecanuet, premier ministre de l’époque, qui était pressenti pour la présenter aux députés.

 

Lecanuet avait déjà soutenu la loi sur le divorce par consentement mutuel. Mais s’il a accepté que la légalisation de l’IVG soit débattue au Parlement, il s’est récusé et ne l’a pas défendue lui-même pour des raisons éthiques (il était catholique pratiquant).

 

En deuxième choix, l’avortement a été alors confié à une femme: Simone Veil.

 

Mais qui est l’autre homme ayant permis à cette loi d’exister et d’être votée? Valéry Giscard d’Estaing. Le candidat avait fait cette promesse électorale, le Président l’a tenue.

 

simone veil,giscard d'estaing,avortement,libéralisme,de gaulle,Ainsi après De Gaulle, qui avait voté l’ordonnance sur le droit de vote et d’éligibilité des femmes, ce sont encore des hommes – de droite – qui ont été à l’avant-garde du progrès et de l’égalité des droits entre femmes et hommes.

 

Il manque donc une affiche à Paris: « Merci Valéry ». Ou une variante: « Merci les hommes ».

 

Valéry le libéral, défenseur des libertés individuelles, a initié politiquement cette évolution considérable des moeurs. Simone n’aurait rien fait sans lui.

 

Avortement, divorce par consentement, doit de vote et d’éligibilité: qu’est-ce qu’on dit? Merci les hommes, et merci le libéralisme!

 

 

 

10:44 Publié dans Féminisme, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : simone veil, giscard d'estaing, avortement, libéralisme, de gaulle | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

De même que les femmes qui crachent sur la Suisse parce que le droit de vote pour elles n'a été accordé qu'en 1971 oublient TOUTES que cette décision a été prise en votation populaire, donc par le corps électoral MASCULIN...
Ce qui n'est le cas d'AUCUN autre pays au monde...

Écrit par : Géo | 23 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Simone Veil a malgré tout dû encaisser toutes les attaques personnelles.
Supporter de passer pour celle qui légalisait la suppresion de la vie en devenir.
Si monsieur Lecanuet avait des principes catholiques, que disait- on donc de madame Veil ?
Et que dire aujourd'hui de ces hommes qui ont envoyé la femme au " combat " ? S'ils y tenaient, ils auraient pu porter le dossier.
Elle, elle l'a fait et s'en est sortie.

Écrit par : Calendula | 23 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

M. Homme Libre,
Vous dites:"(...)Des affiches « Merci Simone » sont visibles actuellement à Paris. On rappelle régulièrement que la loi légalisant l’avortement a été portée au Parlement par Simone Veil en 1974(...)"

Au fait, Mme Simone Veil, RIP, n a jamais fait légaliser l avortement.

Elle l a rendu non pénalisable par la loi. Par ailleurs, elle n a jamais prêché afin d encourager l avortement. Nuance, SVP et Merci...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 23 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

En effet, on en fait peut-être un peu trop pour Simone Veil. Elle a bien défendu sa loi mais elle n'était pas seule. De nombreux hommes soutenaient le projet, sinon elle n'aurait pas été votée. Par la suite, Mme Veil a parfois eu un discours ambigu sur l'opposition à l'IVG, ainsi que beaucoup de féministes. On écrivait par exemple que la ministre avait dû se battre contre une assemblée d'hommes hostiles à cette loi. C'était certes un hémicycle essentiellement masculin mais il y avait d'un côté ceux qui étaient encore influencés par leurs convictions religieuses et de l'autre ceux qui étaient favorables à l'avortement. Ce n'était donc pas une opposition homme-femme, ni même une opposition droite-gauche. D'ailleurs, dans la population, on trouvait autant de femmes que d'hommes contre ce projet. Et puis, les hommes aussi avaient intérêt à l'IVG, comme amant sans capote ou comme mari avec suffisamment de gosses. Malheureusement, ce mauvais procès contre les hommes a bien existé et existe encore dans certains discours féministes.

Écrit par : Henri | 24 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.