18 juillet 2018

Les tendres aventures de Koko la Croate et Manu le Gaulois

Que s’est-il passé dimanche à Moscou? On a vu en direct des gestes tendres imposés, non explicitement désirés, commis sans demande ni consentement manifesté. Est-ce un cas d’agression sexuelle? Ou de harcèlement, puisque que les gestes se répètent?


mondial,moscou,craote,présidente,macron,agression sexuelle,journalistesAbusive?

Presque tout le monde a assisté à cette séquence – un peu surréaliste parce que tendre. Les acteurs de la scène sont Kolinda Grabar-Kitarovic, présidente de Croatie et Emmanuel, de France.

Pour info, Kolinda, fan de foot, femme belle et glamour, a assisté au Mondial en prenant un congé sans solde et en payant elle-même son billet d’avion. Chapeau, Madame.

Lors de la remise des trophées après la victoire française, un orage a répandu ses grandes eaux sur la petite scène posée au milieu du grand stade Loujniki de Moscou. Au début il n’y avait qu’un seul parapluie pour les officiels. Quelles images! Poutine et le président de la Fifa protégés, Macron et Grabar-Kitarovic en pleine averse, trempés en quelques minutes.

Et là, plusieurs fois, la tactile Kolinda s’est penchée vers le jeune Emmanuel. Plusieurs fois elle a posé son bras sur les épaules et la tête du séduisant président. Elle a même appuyé son noble front chaud sur l’auguste visage de Jupiter, et pris sa main comme dans une chanson. L’Emmanuel y a répondu avec un plaisir évident.

Jolies images, bien que peu présidentielles par leur nature, leur durée, leur répétition et leur intensité. Mais surtout des images qui banalisent des gestes plutôt intimes accomplis entre des personnes et à des moments pas prévus pour. Si la présidente Croate le fait, et si personne ne trouve à y redire, cela signifie que c’est admis. Le fait qu’ils se connaissent un peu par leurs fonctions et par cette manifestation sportive n’y change rien. En d’autres lieux et avec d’autres personnes ces gestes seraient dénoncés comme – à choix – indélicats, déplacés ou abusifs.

Et si un homme avait commis ces gestes envers une femme, quel scandale planétaire on aurait eu!

 

 

mondial,moscou,craote,présidente,macron,agression sexuelle,journalistesGueules

Moi je m’en fiche. Je la trouve plutôt sympa et nature, Kolinda. Et je constate que, contrairement au roman féministe des femmes, celles des Balkans, supposément écrasées par un méchant patriarcat antédiluvien, sont visiblement libres dans leur comportement. Difficile de voir le poids d’une quelconque oppression dans le visage détendu, souriant et bienveillant de Kolinda.

Cela dit, des agressions « sexuelles » (par ex. un bisou sur la joue) ont été dénoncées pendant ce Mondial. En particulier sur des femmes journalistes. L’une d’elles a bien réagi, en envoyant promener son prétendant non sollicité (2e vidéo ci-dessous, troisième partie dès 0’42’’). Une autre vidéo non retrouvée de la même scène en donne un peu plus puisqu’elle traite l’homme de connard. À sa place j’aurais probablement réagit de la même manière.

Mais peut-on parler d’agression sexuelle? Il ne faut pas exagérer. Lever le petit doigt en buvant le thé n’est pas une pénétration criminelle. Que cela soit stupide, déplaisant et détestable, j’en conviens. Du coup on voudrait rééduquer ces mecs pour qu’ils ne sollicitent plus indûment des femmes en direct. Il faudrait changer les hommes.

Sauf que…

Sauf que cette pratique est devenue courante lors des commentaires de journalistes filmés en public. Le plus souvent ce sont des sourires niais et des mains qui disent bonjour, comme si on ne se foutait pas éperdument de voir des gueules béates sur le petit écran.

Le but semble de déstabiliser le ou la journaliste et démolir l’interview. On s’offre une petite rébellion sociale à peu de frais et l’effet est garanti. Le bisou sur la joue d’une journalistes femme est de cet ordre d’idée.

 

 

mondial,moscou,craote,présidente,macron,agression sexuelle,journalistesBuzz

C’est probablement un sport pour certains, ou un pari pour d’autres, grâce à quoi ils gagnent quelques secondes de notoriété.

Ce genre de pratique est devenu viral et courant. La mode d’embrasser en direct une personne invitée (femme ou homme) sur les plateaux télé ou sur les scènes de variété, en est en partie responsable. Après tout, si les kadors peuvent le faire et en donnent l’exemple, pourquoi pas les anonymes lambda?

En attendant, qualifier ce genre de comportement d’agression sexuelle tourne à l’obsession. Si l’on veut les éviter, il faut mettre tous les hommes présent sous séquestre. Ou plus efficace: ne plus réaliser ce genre de séquence en pleine rue. Ou alors de plus loin.

Dans ces situations il faut s’adapter au réel plutôt que de vouloir le contrôler.

À moins que cela ne soit fait exprès et que certaines femmes journalistes, ou leur chaîne, n’aient au fond un avantage à ces manifestations intempestives. Elles font le buzz. Sinon je ne vois pas pourquoi elles continuent alors que l’on sait qu’un tel incident a toutes les chances de se reproduire partout dans le monde.

Je remarque que les journalistes hommes sont aussi parfois dérangés, voire agressés, sans que cela ne fasse la une. Ce n’est peut-être pas assez sexuel pour en faire état. N’empêche. Dimanche soir sur TF1 une courte séquence en direct était édifiante.

On est environ entre 21h55 et 22h00. Un reporter arrive sur un scooter. Il parle en direct à la caméra.

 

 

mondial,moscou,craote,présidente,macron,agression sexuelle,journalistesRéserve

Très vite plusieurs jeunes gens l’entourent, le touchent, le renversent presque ainsi que son scooter, serrent son cou avec les bras. À côté de ça, le bisou sur la joue c’est du marshmallow. Denis Brognard a fait rapidement couper ces images. On n’a pas vu la suite mais cela semblait mal parti.

Images trop peu en phase avec le « message d’amour envoyé par la France au reste du monde », selon Jean-Luc Reichmann, un grand philosophe de TF1? Je n’ai pas trouvé la séquence sur le net et je n’ai pas le replay de l’émission, mais certains et certaines l’ont peut-être vue comme moi.

Pour exemple, une autre vidéo montre un autre reporter pris d’assaut par des jeunes gens.

Tant que l’on filmera en direct dans ces conditions, il y aura des incidents. Si l’on va dans la fosse aux lions pour faire ambiance, on risque de prendre des coups de patte. C’est donc le choix des chaînes.

Je ne trouve pas cela drôle, c’est très énervant quand on écoute un commentaire, il faut essayer de gommer les têtes qui s’imposent devant la caméra. Et pour la personne à l’écran c’est évidemment désagréable et désobligeant. Mais c’est fait pour déranger, foutre la merde, se faire remarquer, passer à la télé. Dans ce contexte il n’y a pas d’agression sexuelle, pas plus que dans l’attitude étonnement complice de la présidente Croate.

On peut rêver d’êtres humains plus réservés les uns envers les autres. C’est un boulot à long terme. En attendant on peut tenir compte de la réalité. J’aimerais que les chaînes et les journalistes abandonnent ces séquences en direct, ou protègent mieux leurs reporters. Ou alors que tout le monde en assume les conséquences sans se plaindre.

 

 

 

 

  

 

 

mondial,moscou,craote,présidente,macron,agression sexuelle,journalistes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mondial,moscou,craote,présidente,macron,agression sexuelle,journalistes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:46 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bravo ! Vous dénoncez parfaitement, avec intelligence et vérité, toute l'hypocrisie du système politico-féministico-journalistique actuel. Merci pour cet tâche de résistance nécessaire !

Écrit par : garrido Manuel | 18 juillet 2018

Merci à vous.

Écrit par : hommelibre | 18 juillet 2018

Les commentaires sont fermés.