24 juin 2018

Donald Trump et l’enfant-symbole : confusion à la une du Times

Le Times tombe dans le côté déplaisant du populisme: simplification manichéenne de l’analyse politique, réduction à l’émotion (souvent la colère), désignation d’un coupable unique. L’ennui est que le Times diffuse une fake news, une fausse information.


TrumpEnfant-01.jpgImmigration Act

On comprend pourtant le message premier du Times: ce qui se passe aujourd’hui à la frontière sud, ce n’est plus l’Amérique accueillante et ouverte sur le monde. L’Amérique où tout était possible. Nous ne sommes plus l’Amérique.

Le fait de séparer des enfants de leurs parents, sans trop de précautions semble-t-il, a légitimement choqué le monde. Quoi qu’on en dise dans une époque qui veut faire table rase de nos racines, la famille reste un pilier central de la société. C’est le premier lieu de protection et de transmission.

Mais une fois l’émotion passée, la raison retrouve de l’espace. L’Amérique est-elle uniquement une terre d’accueil? Elle l’a été pour se peupler. L’émigration vers le Nouveau monde était voulue et encouragée en Europe comme outre-Atlantique. La ruée vers l’or californien a par exemple transformé complètement la population de l’État en seulement quelques années.

Mais à d’autres périodes l’immigration a été freinée, sélectionnée. Par exemple par le premier Immigration Act de 1882:

« Cette loi a aussi donné le pouvoir aux autorités de refuser l'entrée aux personnes jugées indésirables comme les fous, les idiots, les criminels et les personnes susceptibles de devenir des « charges publiques ». »

D’autres lois ont depuis été ajoutées, plus restrictives (image 2, clic pour agrandir).

 

 

ImmigrationAct-01.jpgMauvaise pioche

Il faut réajuster notre regard sur l’Amérique idéalisée, mère de toutes les libertés. Ici comme ailleurs les pays qui ont accepté de grandes vagues d’immigration l’ont demandée, voulue pour satisfaire leurs propres besoins économiques ou natalistes.

Il n’y a aucun angélisme à accueillir des migrants, il y a, comme toujours, des intérêts (natalistes et économiques). Face à ce risque d’angélisme, justement, la méthode Trump est destinée à provoquer un électrochoc.

Le Donald aurait voulu envoyer un signe fort et décourageant aux pays du sud: voici l’Eldorado dont les passeurs et libéraux vous vantent les mérites. Cette explication me convainc. Il fait ce que d’autres voudraient faire mais n’osent pas, ou n’osent pas dire. Ne nous y trompons pas: le refus français d’accueillir l’Aquarius est du même ordre.

Je reviens sur cette image du Times, qui surfe sur l’effet Aylan: elle représente un très jeune enfant en pleurs « parce qu’il a été séparé de ses parents par la police », a-t-on lu partout. C’est faux, a-t-on appris par la suite.

En effet deux jours après avoir répandu mondialement cette info le Times a dû reconnaitre son erreur. La petite fille n’a pas été séparée de ses parents (lire plus loin). Mauvaise pioche. D’autres photos circulent montrant des enfants en cage, dont plusieurs ont été reconnues publiquement comme fausses, sans lien avec les enfants dont il est aujourd'hui question.

 

 

murmex02.jpegSans nouvelles

Pour en terminer avec l’article du Monde et l’enfant-symbole du Times, je mentionne cet extrait révélateur d’autre chose:

« A des milliers de kilomètres de là, au Honduras, Denis Javier Varela Hernandez a reconnu la bambine en larmes figurant sur la photo devenue virale, et assuré qu’il s’agissait de sa fille, qu’il n’avait pas vue depuis plusieurs semaines. (…) Il a répété cette affirmation au quotidien britannique Daily Mail, précisant que sa compagne ne l’avait pas mis au courant de ses projets de migration vers les Etats-Unis. Sans nouvelles d’elle depuis son départ, il a appris la semaine dernière qu’elle avait été interpellée à son arrivée au Texas, mais internée avec sa fille. »

Ses propos sont confirmés par les autorités du Honduras.

Que dit cette info? Très clairement ceci: la mère est partie avec sa fille sans prévenir le père ni le tenir informé. C’est un kidnapping d’enfant – c’est bien ce que l’on dit quand, à l’inverse, un père enlève son enfant?

Le symbole brandi par le Times occulte le crime réel subi par cet enfant: un crime familial.

Oh, ce n’est pas très important. Comme le disait un commentateur halluciné sur C dans l’air il y a quelques jours, après une logorrhée d’imprécations apocalyptiques: on n’enlève pas un enfant à sa mère.

 

 

TrumpPoing.jpgLe symptôme

Mais à son père, oui. Sexisme habituel ou normalité? L’égalité serait-elle relative selon qu’on est mère ou père?

En tous cas, face à ces enfants séparés de leurs parents, les réflexes les plus archaïque surgissent. Cela va jusqu’à des comparaisons avec l’Allemagne nazie. Cette comparaison n’est pas raisonnablement défendable.

C’est une des raisons pour quoi je me méfie des grands élans émotionnels, qui en viennent parfois à légitimer une haine de l’autre. Cela s’exprime de plus en plus ouvertement aux États-Unis. Aucun bord n’en est épargné.

Par exemple hier Sarah Sanders, porte-parole du gouvernement américain, aurait été mise à la porte d’un restaurant parce qu’elle travaille pour Trump.

« L’incident a été révélé sur Facebook par un homme affirmant être un employé de l’établissement, qui a précisé dans son message avoir servi Sarah Sanders lors d’une durée totale de deux minutes. »

On se croirait au temps de la ségrégation. En pire: ce qui se fondait à l’époque sur des considérations raciales, démontables, se fonde aujourd’hui sur des raisons morales – donc supposées irréfutables. La perversion du Bien par un clan politique est un phénomène inquiétant.

De tout cela, et de bien d’autres choses, Trump est le symptôme.

 

 

 

 

13:20 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

On ne peut parler de falsification dans le cas du Times: il s'agit d'un montage qui dit son nom: "je suis un montage". Pas d’ambiguïté à ce propos.
Certes on a présenté cette photographie (pas la page du Times, l'original) comme étant un enfant séparé de ses parents de manière - volontairement? - erronée. Le Times ne la présente pas telle quelle.
On aurait pu mettre n'importe quel enfant en larmes, le message passe aussi bien. Avec cette connotation là, c'est encore mieux.

Quant à un restaurateur (qui, imaginons le, est un créateur) on ne peut non plus lui reprocher de ne pas se mettre au service d'une personne qui représente ce qui lui répugne: l'establishment Trumpien.

Pas plus qu'on ne pourrait reprocher à un artiste ou un artisan qui refuserait de créer un portrait commandé par un Erdogan, ou le cas d'un ébéniste par exemple, qui refuserait de créer un bureau pour un quelconque Général Pinochet, sachant de plus qu'il y a de fortes chances que son oeuvre servirait à signer l'autorisation de déportation ou de mise à mort de quelques partisans.

Je comprends parfaitement qu'on refuse de nourrir la bête et ses familiers, donc. De même que j'ai refusé la vente de mes images à un parti d'extrême droite qui en faisait la demande. C'est le même principe. La liberté du créateur.

PDO

Écrit par : PDO | 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Vous savez ce que le Président Kim Jung Un a dit ce qu est Trump en 5 mots mais ceci n engage que lui: "Mégalomane, Un Vieux Malade Mental".

Bien que je déteste plus la politique des USA et nullement pas celle de la République Démocratique de la Corée, néanmoins, c est comme si Kim Jung Un n est pas ni mégalomane ni rendu un "jeune" malade mental.

KJU, s il n avait pas réussi à avoir l assurance-vie de son régime ainsi que l assurance-vie du peuple coréen du Nord, les deux auraient été rasés comme ça c est passé au Vietnam, Libye, Irak et la même tentative en cours de raser la Syrie, le Yémen c est fait, hélas...

Bien à vous H.L.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Addendum à mon texte ci-dessus:
Il semble que l entourage de Trump n a été irrité que par le terme "Vieux", comme quoi..."mégalomane et malade mental" ça ne devrait pas le déranger trop, à priori..

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

@ PDO:

Ce n’est pas le montage de l’image qui pose problème, c’est le choix et le statut annoncé de cette fillette. Le Times a posté un correctif sur son site:

« La version originale de cet article a fait une fausse affirmation quant au sort de la petite fille après la photographie. Elle n’a pas été emmenée en larmes par les patrouilles frontalières ; sa mère l’a récupérée et les deux ont été interpellées ensemble. »

Il est probable que n’importe quel enfant en larme aurait fait l’affaire, en effet. Mais pas autant qu’un « vrai ».

Il semble que le Times ait cédé à la recherche de l’émotion plus qu’à la vérification journalistique. On frôle la caricature et dans ce sens, l’image n’a pas besoin d’être justifiée. Mais cela reste très réducteur par rapport au débat mondial sur les migrations.


Sur l’épisode du restaurant, j’ai tendance à penser comme vous: chacun a le droit de choisir avec qui il veut frayer. Encore heureux! :-)

Mais il s’agit d’un lieu public (je n’ai pas lu que ce restaurant soit un club privé). Il me semble qu’il doit a priori accueillir tout le monde. Les restrictions viennent ensuite: scandale dans l’établissement, ivresse, violence sur la clientèle ou le personnel, non paiement d’une addition, tenue incorrecte selon le style de l’établissement.

Il y a donc des dérogations au devoir d’accueil, relatives au comportement du client, pas à sa religion ou à ses opinions politiques.

Si en principe je suis d’accord avec vous sur la liberté du créateur (qui s’applique plus à votre dernier paragraphe qu’à un restaurateur), le recours aux Droits de l’Homme semble s’y opposer:

« Article 2
. 
§ 1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. »

Un refus d’entrée dans un établissement public pour raisons d’appartenance politique pourrait possiblement être attaqué en justice comme discriminatoire. Cela se discute bien sûr et dépend aussi du contexte et de l’interprétation que l’on fait des choses.

Écrit par : hommelibre | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Le montage en couverture de TIME pose la question de l'image "iconique".
Ce mot pris dans son sens anglais : reconnaissable par le plus grand nombre, référence à quelque chose de connu, symbole d'excellence s'il s'agit d'une marque commerciale ou d'un créateur.

Pourquoi une photo ou une image devient-elle iconique ? Est-on bien avisé de les manipuler à chaud lorsqu'on est un magazine de référence ? Les médias peuvent-ils se permettre des bourdes ?

Dans le cas de cette petite fille, la photo est un condensé de quelque chose que nous reconnaissons facilement, pour l'avoir vu ou vécu nous-même.
Ça pourrait représenter une "crise du supermarché", mais nous savons que c'est autre chose, nous connaissons le contexte. C'est un symbole d'une détresse réelle, un condensé d'un chagrin et d'une panique.

Si le magazine avait pris la photo d'un autre enfant non-connoté, totalement anonyme, il aurait échappé à la polémique.
TIME a pêché parce qu'il n'a pas attendu d'en savoir davantage. Mais on doit reconnaître qu'il a donné le correctif assez rapidement.
Un média doit être irréprochable et fiable, malgré le fait que le président soit imprécis, polémique et en délicatesse avec les faits. Justement parce que ces médias traquent les contre-vérités, les demi-vérités et les omissions.

On comprend bien que le photo-montage avec le très grand et puissant chef d'état et le petit enfant paniqué représente l’archétype de David et Goliath. Le message passe. Dommage qu'il y ait sujet à polémique.

Écrit par : Calendula | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

@ hommelibre:

Nous avons chacun notre opinion et je respecte la vôtre (encore que le mot et la notion de "respect" me pose toujours problème, mais c'est un autre débat).
Néanmoins, juste une petite précision purement technique, et que tout le monde oublie ou méconnaît: un restaurant (comme un musée, un métro....) est un "lieu privé d'accès public", et non un lieu public. Ce qui fait que "charbonnier reste maître chez lui".

Le propriétaire est donc habilité à régenter son petit monde. Il y a pléthore de choses qu'il peut autoriser ou interdire, contrairement à la place publique. Ceci dit, la législation et le concept même peuvent donner lieu à interprétations et peuvent varier d'un pays à un autre.
La question est "vend-il de la nourriture" - auquel cas il est en contradiction avec la loi, ou "exprime t'il une créativité personnelle" dans le cadre de la sa cuisine (auquel cas il n'a rien à se reprocher).
Rien n'est simple et tout se complique.

PDO

Écrit par : PDO | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Si il n'y a pas d'ambiguïté entre un texte et des images, il n'y a pas de problème.
Si le lecteur peut être trompé, on n'est plus dans le journalisme, on est dans la propagande.
Le journalisme doit être rigoureux sinon il perd de la crédibilité.

L'erreur du Times, pour un journal de ce niveau, est impardonnable. Il a décrédibilisé son sujet qui méritait d'être mieux traité.

Écrit par : motus | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

@ PDO:

Merci pour ces précisions. Et en effet les interprétations ne manquent pas. Je trouve d'ailleurs préférable d'appliquer la loi de manière contextuelle, et non de manière rigide.

PS: je vous ai lu plusieurs fois et je pense que nous respectons mutuellement nos points de vue et nos manières de les exprimer. Pas de souci donc.

Écrit par : hommelibre | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

@ Calendula:

Intéressant d'y appliquer l'archétype de David et Goliath. C'est en effet le filigrane du montage: le petit/le grand, le pauvre/le riche.

La réaction la plus fréquente devant cet archétype est de prendre parti pour le petit. Ainsi la guerre asymétrique trouve appui sur notre propre système de valeurs. Mais il me semble que le Times a raté son but et affaibli sa thèse.

D'abord le David est ici un très jeune enfant, incapable de se battre, contrairement au David de la bible. Il ne peut survivre sans l'appui des autres, et ne saurait à mon avis représenter une image libératrice.

Le message subliminal (ou pas) serait de ramener l'Amérique vers ses "vraies" valeurs d'accueil, alors que celles-ci sont sujettes à des filtrages sévères dès que l'on passe à la phase pratique d'accueil, cela depuis longtemps et sous tous les gouvernements. Le "modèle américain" est restrictif depuis plus d'un siècle.

Ensuite il y a comme une validation de la guerre asymétrique – ou des postures asymétriques si l'on pense que le terme de guerre est excessif. Je l'utilise parce qu'il est le premier domaine où l'on parle publiquement d'asymétrie et où c'est devenu une théorie et un système.

Or valider la guerre asymétrique c'est presque automatiquement invalider notre posture en occident, par nos propres valeurs, puisque pour nous David doit gagner avec d'autant plus de légitimité qu'il est le plus faible. Insister sur cette représentation détourne des vrais débats et des solutions à court et long terme, dans la mesure où les flux migratoires massifs sont (à tort ou à raison) vécus comme une dépossession par les autochtones.

Il a affaibli sa thèse aussi, bien sûr, par cette publication. Il donne raison de manière très visible, presque éclatantes, à de nombreuses critiques sur la partialité idéologique de l'information dominante – je veux dire celle que l'on croit sans trop se méfier ou parce qu'elle nous est plus confortable. Il s'affaiblit et affaiblit sa thèse parce que l'on vient à penser qu'il faut des subterfuges pour continuer à matraquer les opinions par l'émotion, et que décidément tout n'est pas crédible dans ce que "l'establishment" délivre au monde.

En jouant sur cette corde éculée, et entachée de corruption sur la vérité de l'image, le Times ne sert pas son propos. Il montre même la faiblesse de sa posture. Par contre on peut craindre à la longue, à cause de ce genre d'erreur, et par l'épuisement de nos capacités émotionnelles à réagir au tourbillon devenu incessant de stress en tous genres, que l'on s'en désintéresse.

Écrit par : hommelibre | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

@hommelibre,

A mes yeux, on ne peut pas jeter le bébé avec l'eau du bain et penser que toute la presse et tous les médias sont décrédibilisés par des erreurs grossières d'un ou plusieurs magazines.
Erreur reconnue publiquement.
Même si c'est le job de la presse d'être précise et de ne pas tomber dans la désinformation, on ne peut pas d’exiger d'elle qu'elle soit plus infaillible que n'importe quelle autre institution ou instance de pouvoir.

Dans le cas qui nous occupe, il est évident que la photo de la couverture énonce un point de vue, une opinion sur une situation donnée.
On est d'ailleurs libre de se mettre du côté du puissant et de penser : il a raison, il ne faut pas se laisser attendrir par les pleurs d'un enfant.
Il y a de la place pour ça.
Dans un sondage vu sur CNN, le 90% des sondés se disant Républicains approuvent l'action présidentielle dans la gestion de la frontière Sud.

A la télé américaine, toutes les opinons sont exprimées. Il y a débat.
Si on ne focalise pas sur le fond, mais seulement sur la forme d'une couverture de magazine, on passe à côté du vrai débat : comment gérer cette frontière de façon efficace et sans bavures, sans se créer des problèmes supplémentaires ( = gérer des centaines d'enfants angoissés). Sans même entrer dans un débat éthique ou moral.

TIME se positionne, mais n'est pas représentatif de l'ensemble des médias.

Je ne vois pas dans cette couverture un forçage ou une manipulation, du moment que le rectificatif a été donné.
En fin de compte, le camp de "Goliath" marque un point ! C'est une sacrée leçon de journalisme pour l'ensemble des médias ;-)))

Écrit par : Calendula | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

On trouve dans d'autres blogs une allusion à Aylan, qui était aussi une supercherie de la presse mainstream. L'utilisation des enfants par cette presse est tellement courante qu'il ne vaut pas la peine de le relever : ils n'ont que l'émotion pour seul moteur, et seul ancrage. Une émotion complétement dirigée, mais ça les mainstreamers ne le disent pas.
En quatre ans au Burkina, j'ai croisé plein de gens sympathiques, ouverts et généreux, en particulier les femmes. Qui toutes, je dis bien TOUTES, ont offert leurs filles au supplice de l'excision, leur petite fille de 6 ans maintenue au sol par des matrones au physique de sumotori, à la brutalité de monstres nazis, qui leur ont découpé le clitoris au tesson de bouteille sale, sans anesthésie quelconque si ce n'est la terreur.
Ma compagne d'alors a eu l'occasion de discuter avec des intellectuels burkinabés, qui défendent bec et ongles cette pratique abominable; ce n'est donc pas qu'une affaire de grosses brutes féminines.
Voilà, ça, c'est dit.
Nulle part, en Suisse ou ailleurs en Occident, on incarcère les enfants avec leur père ou leur mère condamné pour crime ou délit. Cela aussi, c'est dit.

Cette pitoyable démonstration sur le thème "on ne sépare pas une mère de son enfant" est une pitrerie, bien digne des temps actuels. Mais cela va changer.
Viva Italia !

Écrit par : Géo | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

"Écrit par : Marie-Hélène S. | 25/06/2018" Merci pour votre excellent commentaire chez Jean-Noël Cuénod, infatigable promoteur de l'invasion de l'Europe par les nouveaux barbares...

Écrit par : Géo | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Calendula:

Le rectificatif est bienvenu, mais il semble que le mal est fait. Et oui, Goliath marque un point. Un point difficile à gagner avec ce thème.

Écrit par : hommelibre | 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

@Géo:

Merci beaucoup pour votre compliment. Je suis heureuse que vous ayez apprécié mon commentaire. J'apprécie également toujours les vôtres. Il nous faut tous nous serrer les coudes et tenir bon, car les mondialistes et leurs sbires ne vont pas nous faire de cadeaux les années à venir.

J'ai pensé que M. Cuénod méritait d'être remis à sa place de collaborateur et de désinformateur.

Je vous conseille cette vidéo. Elle est claire et précise, même si elle n'est pas parfaite. Faites-la circuler svp, car les gens ne se rendent pas compte:

https://www.youtube.com/watch?v=FyX4F7y2RFM

Merci!

Écrit par : Marie-Helene S. | 26 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Il est tentant de parler de David et de Goliath.
Mais les géants ont une maladie des os qui les rend aussi fragiles qu'impressionnants et la fronde de David, un rien, une chiquenaude, par le fait, devient capable de renverser le puissant Goliath.

Ce qui peut s'appliquer à nos propres fragilités particulièrement nos susceptibilités.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).