09 juin 2018

Prochaine épidémie : la grippe du chien ?

Les grandes peurs collectives sont nourries par certains comptes-rendus d’études scientifiques. Par exemple celle-ci: à cause des chiens, des centaines de millions d’êtres humains pourraient périr. Les chercheurs nous régalent.


grippe,h1n1,grippe porcine,grippe canine,grippe du chien,Menace

Bien sûr il est utile et intelligent d’anticiper plutôt que de subir le moment venu une épidémie sans y être préparé. Dans ce sens la recherche médicale, et scientifique plus largement, tient une place privilégiée.

Toutefois certaines publications laissent songeur. On annonce par exemple que les chiens sont de vraies cocottes-minute à virus. Ils pourraient être porteurs de mutations du virus grippal potentiellement dévastatrices pour l’Homme.

Autrement dit, après la grippe porcine, la grippe canine. Cela nous pendrait au nez comme l’annonce 20minutes:

« Après l’épidémie mondiale de grippe déclenchée par la transmission d’un virus à l’homme par les porcs en 2009, des scientifiques estiment qu’un phénomène similaire pourrait se produire avec les chiens. »

Tout est toujours possible. Mais certains médias jouent sur le fil de la peur. Par exemple dans la manière d’organiser leur article. Celui du 20minutes nous ballade selon ce que l’agence de presse a décidé de mettre en avant: la peur. Le titre contient bien un conditionnel qui incite à la prudence; néanmoins il contient aussi une lourde menace et un premier agent stressant: Epidémie: Les chiens pourraient transmettre une virus de grippe hautement pathogène à l’homme.

 

 

grippe,h1n1,grippe porcine,grippe canine,grippe du chien,Fiction

L’article débute par un rappel de la grippe porcine, qui est un facteur de stress majeur dans le public. Puis il est question de mutation du AH1N1 à cause des chiens. La menace se rapproche, surtout avec le nombre de chiens domestiques.

Puis la phrase qui tue: « En cas de mutation vers un type de grippe hautement pathogène, des centaines de millions de personnes pourraient trouver la mort. »

Rendus là, on se demande quand cela nous tombera sur la tête!

Eh bien pas si rapidement, semble-t-il. En effet l’article se termine ainsi:

« Mais les combinaisons potentielles dans l’organisme canin entre une souche dangereuse et une forme de la maladie transmissible à l’homme ne sont pour l’instant qu’un scénario catastrophe qui n’a rien de réel. »

Donc ce n’est pas une alerte, c’est un scénario catastrophe. Une fiction. Donc même les centaines de millions de morts ne peuvent pas être estimés, puisqu’il n’y a rien de réel. Alors anticiper, d’accord. Mais pourquoi jouer avec la peur?

 

 

 

 

15:22 Publié dans Divers, Santé, Science | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : grippe, h1n1, grippe porcine, grippe canine, grippe du chien | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"Mais pourquoi jouer avec la peur?" Pour vendre leur torchon. Mais cela n'empêchera pas "Le matin" de clamcer et on ne va pas le pleurer, ce canard pourri.

Écrit par : Géo | 09 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Un grand merci, Hommelibre d'amener ce sujet qui m'effare sur bien des points.
- On focalise sur le chien. Ainsi, tout le monde peut se sentir peu ou prou concernés, ce qui augmente la bulle créée par cet article, De plus une telle évocation diminue encore la confiance de certains lecteurs envers les animaux.
- On ne donne aucun signal qui indiquerait qu'une épidémie pourrait se déclencher à partir de cet animal.
- On utilise beaucoup le conditionnel pour permettre aux esprits d'imaginer le pire.
- Idem avec le nombre énorme qui "pourraient trouver la mort".

En fait : tout être vivant peut être porteur de virus et bactéries. En réalité, on sait qu'il faut que différents facteurs soient présents pour qu'une pathologie se développe.
Or, ce qui regroupe les causes, c'est l'affaiblissement du système immunitaire. Il faudrait nous expliquer quels éléments nous affaiblirait si fortement actuellement.
Et alors donner des pistes pour que nous renforcions notre système immunitaire.

Ce qui est désolant, c'est qu'on est dans une ambiance scientifique alors que le contenu de cet article en dévie complètement. Il est triste qu'il n'y ait pas la moindre censure pour empêcher ce genre de publication!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 09 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Ce genre de spéculation infondée par les média ne devrait surprendre personne.

On se souvient des milliers de morts causés par la fumée passive; des dizaines de milliers de réfugiés climatiques; de l'extinction de l'ours polaire dû au réchauffement; de l'épidémie de la grippe aviaire; du glyphosate, du café et de la viande grillée qui causent le cancer; des frites et du pain trop cuits; des GMO qui tuent; du sel et du sucre mortels.


L'art de la prophétie est extrêmement difficile, surtout en ce qui concerne l'avenir.

Écrit par : Bernd Palmer | 09 juin 2018

Répondre à ce commentaire

On n'appelle ça pas Fake News?

Écrit par : Bernd Palmer | 09 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour Marie-France,

Le conditionnel permet en effet de parler du pire sans en avoir l'air.
La surenchère continue. Les chercheurs y ont aussi leur part, car les dossiers de recherche qu'ils présentent pour obtenir des crédits font la part belle au catastrophisme; on le voit avec ce genre de communication, et certains chercheurs le disent ouvertement.

La liberté intellectuelle semble mise sous la tutelle.

Écrit par : hommelibre | 10 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.