03 juin 2018

S’il te plaît, dessine-moi un pénis

Il serait dommage d’ignorer la structure anatomique de cet obélisque de chair. Faut-il lancer campagne en faveur du phallus, copiant ainsi les féministes d’Osez le clitoris? Retour et humour sur un incident autour du clito.


pénis,clitoris,féminisme,phallusFâché

Le 19 avril, deux étudiantes ont dessiné un clitoris près du lac au jardin anglais (image 1). Renversé, un média alternatif, précise:

« Ce croquis artistique représentait la structure anatomique interne du clitoris, l’organe sexuel du plaisir féminin. La forme entière de cet organe n’est pas encore enseignée et reste méconnue de tous et toutes. C’est donc dans une action pédagogique et symbolique… »

Croquis artistique? Ce doit être de l’art primitif. À huit ans ma fille faisait aussi des croquis artistiques. Pas sur le même sujet mais avec au moins autant de talent.

Bon. Les deux étudiantes ont été verbalisées comme l’explique la Tribune de Genève. Pour utilisation du domaine public excédant l’usage commun sans en avoir demandé l’autorisation. C’est le règlement. Et c’est payant.

Sur Renversé on est fâché. Fâché avec le langage inclusif, ici écrit avec un seul point de séparation: « Les passant.es se sont montrés très intéressé.es par le dessin… »

 

pénis,clitoris,féminisme,phallusExplorateur

Aux dernières nouvelles, l’inclusif avec points de séparation doit aussi inclure la séparation avant le pluriel: « Les passant.e.s. » Sans ce second point de séparation cela voudrait dire que le masculin est singulier et le féminin, pluriel. Incohérent. Les inclusifs n’ont pas inventé la poudre. Notez qu’ailleurs ils écrivent: « faché-e-x-s ». Le x ajouté étant incompréhensible pour le public.

Fâchés aussi avec l’administration. Ils s’en ouvrent en termes revendicatifs classiques de la gauche radicale et intolérante. Le texte le dit lui-même: « Nous ne pouvons tolérer la décision liberticide prise par les autorités… »

On l’a compris: le but ultime n’est pas de faire connaître le clitoris, qui n’est que prétexte. On se demande d’ailleurs à quel public elles s’adressent au bord du lac, et si leur oeuvre « pédagogique » est efficace. Je subodore qu’elles s’adressent surtout aux femmes hétérosexuelles, supposée méconnaître leur fonctionnement (probablement un sale coup du méchant patriarcat). On a compris depuis longtemps que, pour elles, la masturbation est l’avenir de la femme. Alors ces féministes en font le service après-vente.

Pourquoi aux femmes hétéros? J’ai une hypothèse. D’abord il ne s’adresse pas aux hommes. Pas besoin d’être un homme extraordinaire pour savoir ce qui fait du bien. Je constate que bien des hommes que je connais sont intéressés par le clitoris et connaissent son importance globale dans l’orgasme féminin. De plus il leur est relativement facile de le regarder de près et de l’explorer. Hé oui!

 

pénis,clitoris,féminisme,phallusMouton

Le message ne s’adresse pas non plus aux professions médicales, à qui la structure anatomique du clito est évidemment enseignée. Ni aux lesbiennes qui doivent bien connaître, j’imagine. Il doit donc s’adresser aux femmes hétéro.

Le but de la campagne est encore de se présenter en victimes. Victimes de l’astronomique ignorance anatomique de la société, et de deux gendarmes mal intentionnés. Ces féministes prennent facilement les femmes pour des idiotes, qui ne se sentiraient pas capables de chercher par elles-mêmes. Elles ne connaissent peut-être pas tout mais suffisamment pour savoir où est leur plaisir.

Les hommes et les gens en général n’en savent pas forcément plus sur le pénis. Pourtant quel magnifique organe! Pensez à ce petit bout de chose tout mou et miséreux, qui se dresse soudain comme un mât sur la haute mer du désir et dont l’activation dépasse en extase la contemplation de la tour Burj Khalifa.

La poésie du pénis est incommensurable. Vit, phallus, verge, bite, zob, biroute, queue: que de doux vocables pour illustrer l’une des merveilles les plus énigmatiques jamais vue depuis l’apparition de la vie sur Terre.

En regardant ce dessin de clitoris au bord du lac, j’imagine une voix qui, paraphrasant le Petit Prince, s’élève et demande: « S’il te plaît, dessine-moi un pénis. »

Il faudrait alors en dire tout le bien qui convient.

 

pénis,clitoris,féminisme,phallus

 

pénis,clitoris,féminisme,phallus

 

 

 

15:11 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : pénis, clitoris, féminisme, phallus | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Merci de votre bon billet.

J'ai pensé que cela vous plairait. En dépit de son âge avancé, ce prêtre vénère quotidiennement le linga de ce temple:

https://www.dphotographer.co.uk/image/366785/priest_of_badavi_linga

Bien à vous

Écrit par : Pierre F. | 04 juin 2018

Répondre à ce commentaire

C'est pas pour dire, HL, mais vos goûts en musique font un peu peur, cf les vidéos à droite là-haut. Rappelez-nous votre âge ?

Écrit par : Géo | 04 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien Pierre.
Ce prêtre, quelle santé!
:-)

Bien à vous.

Écrit par : hommelibre | 04 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Géo, allons, n'ayez pas peur. Ce ne sont que des chansons, crues, des jeunes personnes qui parlent de sexe sans sentiment.

Je n'achèterais pas ces titres, ils ne sont pas dans mes préférences. Mais avec leur style provocateur ils illustrent en décalé le billet. C'est le plus souvent (mais pas toujours) à cela que servent les clips que je mets en haut à droite: à souligner un élément du billet (parfois un seul mot) en prolongement ou en décalé.

Écrit par : hommelibre | 04 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas que j'aie peur, mais où donc allez-vous chercher ces trucs-là ? Ce matin, un type à la radio (suisse) a prétendu que notre société était obsédée par le porno. Ah bon ? Et moi qui ne m'en suis pas aperçu...
Mais juste une question : ce ne serait pas lui, justement, qui serait obsédé par le porno ?

Écrit par : Géo | 04 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Je les cherche en ligne à partir de mots-clés, ou par association d'idées, parfois sur un seul mot du billet. Parfois je puise dans le répertoire d'un artiste dont je connais le style et les thématiques. J'en découvre pas mal que je ne connaissais pas du tout.

Quant au porno, ce n'est pas nouveau. De grands écrivains du passé ont laissé leur contribution à un art érotique, de manière parfois très crue.

Écrit par : hommelibre | 05 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.